topblog Ivoire blogs

jeudi, 07 janvier 2016

Shut ! Ne dites plus rien – Parler au bon moment et savoir se taire, pour convaincre

 

47046167-pin-up-de-style-wow-femmes-avec-la-bouche-ouverte-enfermes.jpg

 

L'un des plus gros problèmes des personnes passionnées comme vous et moi, c'est de parfois se laisser emporter par les émotions et ne plus s'arrêter de parler...

Une fois qu'une présentation d'affaires ou une présentation produits est terminée, nous avons parfois tendance à continuer d'argumenter jusqu'à avoir une réponse séance tenante.

C'est une erreur qui peut coûter très cher.

L'argumentation a toujours été l'attitude des commerciaux. Or nous ne sommes pas des commerciaux et encore moins des vendeurs (nous sommes des réseauteurs !).

Voici un principe fondamental.

Une personne curieuse, intéressée, pose des questions. Dans le cas contraire, il ne sert à rien de forcer la main.

En fait, à la fin d'une présentation, il faut impérativement faire silence et laisser le prospect s'exprimer et poser ses questions.

S'il y a des questions, il faut répondre UNIQUEMENT à la question sans en rajouter.

Sinon, cela devient de l'argumentation et le prospect se sent en face d'un vendeur.

A ce stade, c'est perdu...

La plupart du temps, les réponses simples et brèves amènent d'autres questions, puis d'autres réponses brèves qui susciteront d'autres questions.

Et si le prospect le décide, il vous posera la question la plus intéressante pour vous.

=> Si je voulais commander, comment ça se passe ?

ou bien

=> Si je voulais démarrer, comment ça se passe ?

Là encore, il s'agit de répondre uniquement à la question et de laisser le prospect décider par lui-même s'il veut ou non acheter votre produit ou service, ou intégrer votre réseau d’affaire.

En agissant ainsi, vous avez une personne heureuse d'avoir fait votre connaissance et qui serait enthousiaste de vous recommander.

Le marketing relationnel, c'est créer une relation amicale et de confiance en laissant toujours le meilleur de vous-même à vos prospects (comme une porte ouverte que vous leur offrez et qui les ramènera, tôt ou tard, à vous).



Bien amicalement,

Lionel Cavallo

mercredi, 11 novembre 2015

Réseauteurs, avez-vous déjà été confrontés à l'une de ces deux situations ?

 

6492167.jpg

 

Vous connaissez certainement cette situation. Vous parrainez des personnes et finalement c'est vous qui êtes beaucoup plus enthousiastes que vos nouveaux partenaires.

Ou bien cette autre situation dans laquelle vous parlez de votre opportunité et tout le monde vous fuit comme la peste.

Ce sont des situations très décourageantes !

Je pense que nous vivons tous cela plusieurs fois dans une carrière. Mais alors comment faire pour inverser la tendance ?

Et bien encore une fois, il s'agit de : COM-MU-NI-CA-TION !

Avant de parler d'opportunité d'affaires, de changer sa vie, de MLM, Marketing de Réseau, VDI ou autre...

Il faut savoir si une personne est pré-disposée à faire du MLM et si elle a envie de découvrir votre activité.

La plupart des MLMers font l'inverse... Il propose l'opportunité et après cherchent à savoir si ça peut l'intéresser... C'est la recette de l'échec.

Comment savoir si une personne est pré-disposée à faire du MLM ?

Il y a 2 choses à savoir sur votre contact :

Est-ce qu'il a du temps libre (ou peut-il en aménager) ?

Est-ce qu'il DESIRE plus d'argent ?

Si c'est positif, alors il est pré-disposé.

Il reste maintenant à savoir si votre contact veut découvrir votre solution.

Posez-lui  2 questions :

Qu'est-ce qui t'empêche aujourd'hui d'obtenir une augmentation de revenus ?

Ecoutez toutes ses objections puis posez la 2ème question :

Si tu avais une solution simple pour toi d'augmenter tes revenus, est-ce que tu serais curieux de la connaître ?

Et voilà ! Simple non ?

Si la personne vous répond : "Oui, c'est quoi ?"

Il suffit de l'inviter à une présentation d'affaire !

En faisant cela, vous évitez les gens curieux et si une personne s'engage, elle sait pourquoi et sera donc active.

A bientôt pour d'autres astuces, chers Réseauteurs !

 

Bien amicalement,

Lionel Cavallo