topblog Ivoire blogs

lundi, 27 février 2017

7 habitudes à développer pour ne pas abandonner face aux difficultés

 

habitudes-abandonner-face-aux-difficult%C3%A9s.jpg?resize=1024%2C768

 

Il n’est pas facile de ne pas abandonner face aux difficultés. Vous avez certainement appris de Napoléon Hill que les gagnants ne lâchent jamais et que les lâcheurs ne gagnent jamais. Lorsque vous savez devenir le type de personne qui sait clairement ce qu’il veut faire de sa vie et sait se battre pour l’accomplir jusqu’au bout, vous ne laisserez plus rien ni personne vous obliger à abandonner face aux difficultés. Voici les 7 habitudes qui vous permettront d’y arriver.

1. Ne pas laisser les circonstances décider de ses orientations

Si vous laissez les circonstances décider de vos orientations, vous augmentez vos chances d’abandonner lorsque les circonstances changent. C’est comme lorsqu’une femme dit : « J’épouserai un homme riche et attentionnée. Elle tombe sur un homme riche qui se montre attentionné au début de la relation et qui change au milieu de la relation ou se retrouve pauvre. La femme va rapidement changer d’avis et vouloir le quitter parce que les circonstances ont évolué. Ces choses n’arrivent qu’aux gens qui laissent les circonstances décider de leur choix. Un engagement basé sur les circonstances ne peut pas être durable et le risque d’abandonner face aux difficultés est très élevé.

2. Savoir clairement ce qu’on veut dans la vie

Les gens qui ne savent pas clairement ce qu’ils veulent dans la vie disent facilement oui aux moindres propositions. Comme le dit Stephen R. COVEY, il est facile de dire NON lorsqu’on a un « Oui » intérieur plus fort. Lorsque vous savez clairement ce que vous voulez dans la vie et vous engager à le réaliser dans la vie, vous résisterez à toutes les pressions que les autres suggestions et attirances qu’on vous imposera. Si vous n’avez pas encore répondu aux questions : Qu’est-ce que je veux réellement et réellement faire de ma vie et de ma carrière ? Qu’est-ce que j’ai toujours voulu accomplir dans la vie ?, vous trouverez les outils dans mon livre Accomplir sa légende personnelle… Cliquez ici pour le commander et vous faire livrer.

Une fois que vous aurez répondu à ces questions et saurez ce que vous devez vous dire absolument pour ne pas abandonner face aux difficultés, vous augmenterez vos chances de finir par réaliser vos rêves et projets jusqu’au bout.

3. Faire des choix convaincus et ne pas fléchir face aux pressions

Il y a trois types de vie : la vie par défaut, la vie imposée par les autres et la vie choisie et construite. La plupart des gens qui ont développé l’habitude de ne pas abandonner face aux difficultés choisissent clairement et dès le départ le type de vie qu’ils veulent et les choix qui vont avec.  Et même lorsque les pressions se présenter, ils restent égaux à eux-mêmes et assument courageusement leur choix. Ils développent d’ailleurs plus facilement l’habitude de se battre jusqu’au bout et refuser d’abandonner face aux difficultés.  Ils savent se poser les questions suivantes face aux difficultés :

  • Pourquoi j’avais opté pour ce type de vie ?
  • Qu’est-ce que je dois me dire pour ne pas fléchir face aux pressions ?
  • Qu’est-ce que je risque si je me permets d’abandonner face aux difficultés ?
  • Pourquoi je dois tenir jusqu’au bout ?

N’oubliez pas qu’il est bon de savoir se poser assez tôt les bonnes questions. Dans le Plan de vie de légende, que vous trouverez dans le PACK VIE DE LEGENDE, vous découvrirez des outils et des questions à se poser assez tôt pour ne pas céder face aux épreuves du conquérant.

4. Ne pas choisir que les voies et les situations faciles dans la vie

La route du succès nous propose en général deux voies : les escaliers et l’ascenseur. Mais comme vous le savez, les ascenseurs tombent souvent en panne mais les escaliers ne tombent jamais en panne. C’est pour cela que ceux qui ne recherchent que les voies et les situations faciles dans la vie abandonnent très facilement à la moindre panne et sont incapables de prendre les escaliers pour poursuivre leurs voies. Si vous ne voulez pas faire partie des gens qui ont tendance à abandonner face aux difficultés, vous devez éviter la facilité. Opter généralement pour la facilité, suppose que vous soyez tenté d’abandonner à l’apparition des difficultés.

5. Développer l’habitude de se battre

Les gagnants et ceux qui ont l’habitude de gagner savent très bien que rien n’est donné d’avance. La plupart de ceux qui abandonnent trop tôt pensent que les choses devraient être évidentes. Non seulement ils se disent tout bonnement qu’ils ne devraient pas y avoir des difficultés, mais ils s’arment pas et ne se préparent pas fondamentalement à se battre malgré les difficultés.

Comme vous le savez, lorsque les choses deviennent dures, seuls les durs avancent. Maintenant comment devient-on dur pour faire face aux situations difficiles sans abandonner ? En se préparant à l’éventualité de la difficulté, en renforçant les bases de son endurance et à s’entrainant fortement et en se préparant à se battre jusqu’au bout. Cela suppose que vous vous disiez personnellement chaque jour : « C’est dur, mais ce ne sera pas terminé jusqu’à ce que je réussisse. C’est ce genre d’exercice et d’attitude qui vous permettra de préparer votre esprit à se battre et ne pas abandonner face aux difficultés.

6. Avoir une attitude positive et utiliser les épreuves pour grandir

Mgr Desmond Tutu dit qu’il ait est normal d’avoir une mine grise lorsque les choses ne se passent pas bien. Mais il rappelle que rien de cela ne devrait nous empêcher de continuer d’avancer. Les personnes à attitudes négatives baissent les bras lorsque les choses ne conviennent pas à leurs attentes. Au moindre problème, ils se surprennent en train de broyer du noir et à imaginer le pire ce qui les empêche de garder la tête haute et continuer de se battre jusqu’au bout.

Si vous voulez développer l’endurance nécessaire pour réaliser des exploits dans votre vie et dans votre carrière, vous devez absolument travailler à devenir une personne à attitude et utiliser l’autosuggestion et l’auto-coaching pour ne pas baisser les bras dès l’apparition des difficultés.

CLIQUEZ POUR PARTICIPER A L’ATELIER MON PLAN DE VIE DE LEGENDE

Accomplir_sa_legende_personnelle.jpg?resize=642%2C423

7. Eviter de faire souvent des choix égoïstes

Pour réussir dans la vie, il faut en général faire des choix qui vont dans le sens de sa légende personnelle. Et personne ne peut vous empêcher de faire ce qui vous permettra de réaliser ce que vous avez toujours voulu réaliser dans votre vie. Et s’il faut que vous abandonniez un groupe ou des gens pour y arriver, n’hésitez surtout pas. Ceci dit, la plupart des gens qui abandonnent pour des raisons égoïstes tiennent un discours du genre : « ça ne m’arrange pas ». Faut-il le rappeler les héros ne font pas toujours des choix qui les arrangent. Ils font des choix qui arrangent la cause et même si c’est douloureux  et parfois humiliant pour eux personnellement, ils dépassent le ressentiment personnel et tiennent bon jusqu’au bout.

Vous connaissez des gens qui ont abandonné des projets et ont refusé de continuer de s’engager parce qu’on leur a mal parlé ? Ceux qui opèrent de ces choix sont fragiles et se fragilisent émotionnellement et n’arrivent pas souvent à réaliser de grandes choses dans leur vie.

Si vous n’avez pas encore lu mon livre Accomplir sa légende personnelle, vous pouvez le commander en cliquant ici. Vous y découvrirez des techniques et l’état d’esprit à développer pour ne jamais abandonner face aux difficultés et finir par réaliser vos rêves de toujours.

 

Hermann H. CAKPO

Par Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: The H&C Group

mercredi, 26 octobre 2016

Les 10 habitudes qui rendent pauvre

ceux_qui_finissent_pauvre-1024x682.jpg

 

L’habitude est une seconde nature et vous ne pouvez pas vous retrouver avec une nature si vous ne vous êtes pas habitué à la développer. Ceci est vrai pour la pauvreté. La plupart des gens pensent qu’ils subissent leurs conditions financières alors qu’en réalité, ils les ont créées. Certains pensent même que c’est la faute d’une autre personne mais comme le dit Bill Gates : « Si vous êtes né pauvre, c’est la faute de vos parents. Mais si vous mourrez pauvres, c’est de votre faute parce que vous avez eu tout le temps pour travailler à devenir riche ». Si vous ne souhaitez pas finir pauvre, assurez-vous de vous défaire des habitudes suivantes qui constituent la recette parfaite pour ne jamais faire partie de la liste des millionnaires épanouis, paisibles et sereins.

 

1. L’habitude de subir sa vie au lieu de la prendre en charge

Comme vous les savez, la différence fondamentale entre les riches et les pauvres, c’est que les riches pensent qu’ils doivent créer leur vie et assument les responsabilités de leurs choix, s’ajustent rapidement et prennent les dispositions nécessaires pour améliorer leur sort. Les pauvres pensent et sont convaincus que quelqu’un d’autre est à la base de leurs problèmes et se plaignent à longueur de journée de ce qu’on leur aurait fait subir. La conséquence est qu’ils ne se lèvent jamais pour engager les actions personnelles qu’ils doivent engager. Et comme lorsqu’on ne fait rien, on n’a rien, ils finissent dans le besoin criard et deviennent pleurnichards.

2. L’habitude de préférer la consommation à la production

La préoccupation du pauvre est la suivante : Qu’est-ce que moi et mes enfants allons manger aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’on va porter dimanche pour l’Eglise ? Où vais je trouver l’argent pour le mouton de la Tabaski ? Il y a une promotion, je veux bien en profiter ? Il y a un nouveau modèle qui est sorti, tout le monde en raffolent au quartier, il me le faut moi aussi…Je ne suis pas inspiré pour travailler parce que j’ai faim.

La préoccupation du riche est tout autre : 1) Comment je multiplie mes investissements ? Quelle est la prochaine opportunité à saisir ? Dans quel investissement je dois mettre plus d’argent ? Qu’est-ce qui me rapportera plus ? On s’en fout de la faim ; si je ne travaille pas pour produire, je vais avoir d’avantage faim.

Les pauvres et les gens de classe moyenne (qui ne sont ni très pauvres ni suffisamment riches pour être épanouis), c’est qu’ils sont plus préoccupés par comment vivre au quotidien plutôt que comment améliorer leur vie et sortir de leurs conditions invivables. Chaque somme d’argent qui rentre dans leurs mains est dépensé systématiquement et préférentiellement mis de côté pour les besoins de subsistance. Les riches ferment les yeux sur leurs besoins de paraitre et leur faim et investissent leur argent dans la production de biens et services qu’ils vendent et finissent par gagner gros. N’oubliez pas que les riches épargnent et investissent et s’il reste ils consomment alors que les pauvres consomment et consomment et au cas où il en reste, ils épargnent ; et comme il n’en reste presque jamais, ils n’ont pas d’épargne ni d’investissement ; ils attendent le maigre salaire jusqu’à la retraite et à la retraite, ils attendent la maigre pension jusqu’à la mort.

3. L’habitude de vouloir gagner tout de suite

Si vous ne savez pas reporter le moment du gain, vous réduisez vos chances de gagner gros. Vous gagnerez juste ce qu’il faut pour suivre ou pour avoir l’impression de ne pas être pauvre. Le principe est simple : avec la semence, on peut semer et récolter gros quelques trois ou quatre mois plus tard. Mais celui qui est pressé de « bouffer », ne sait pas fructifier ses semences. Le secret N°1 de l’enrichissement, c’est la capacité à acheter et investir dans des actifs (qui rendent riche) et d’avoir la patience d’attendre pour qu’ils fructifient et murissent. Celui qui est pressé de consommer n’aura pas la patience d’attendre pour récolter gros. Le « cash and carry » est dangereux et rend pauvre. Si vous ne savez pas être patient pour entreprendre, travailler dur, attendre la maturité et récolter gros, vous augmentez vos chances de finir pauvre.

4. L’habitude de compter sur une autre personne pour subvenir à ses besoins

Il est impossible de chercher à se battre pour réaliser des miracles lorsqu’on compte sur une autre personne pour réaliser ses miracles à sa place. N’oubliez pas le bel adage : « Chacun s’assied et Dieu le pousse ». La plupart des gens qui ont bien la possibilité de devenir riches mais finissent pauvres, prennent une sorte de retraite anticipée et pensent que les parents proches ou lointains, les bailleurs de fond et les ONG devraient résoudre leurs problèmes pour eux. Mais comme ces derniers ne donnent en général que des miettes et des résidus, ils s’en contentent mais ne peuvent pas devenir riche avec. L’aumône peut vous permettre de survivre. Mais elle ne peut pas vous permettre de vous épanouir ni de devenir riche.

5. L’habitude de ne pas utiliser et fructifier ses talents

La règle est simple : certains attendent d’avoir plus pour se lancer et fructifier leurs talents. Là les meilleurs ont plus et vont plus loin en démarrant là où ils sont avec ce qu’ils ont. Il y a une sentence implacable que la plupart des pauvres ne comprennent pas qui les maintient dans la précarité : « A Celui qui a, on donnera, il sera dans l’abondance. A celui qui n’en as pas, on arrachera le peu qu’il a et on le remettra à celui qui en a déjà ». Le pauvre sera davantage pauvre s’il ne fait rien pour fructifier ses talents. La plupart des gens ne savent pas que la pauvreté est un péché et que le refus de fructifier les talents reçus est encore plus sévèrement punis et doublement : « Si vous n’utilisez pas un talent, vous le perdrez. Et si vous n’avez pas de talents, vous mourrez pauvre ». Exactement comme celui qui perd une langue qu’il a apprise lorsqu’il ne la pratique pas.

6. L’habitude de dormir plus de 6h par jour et paresser à longueur de journée.

La règle dit qu’il faut travailler 6 jours et se reposer 1 jour. Il n’y a aucun doute que certaines personnes confondent tout et dorment 6 jours et ne travaillent véritablement que 1 jour par semaine lorsqu’on fait bien le point. Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique dort presque tous les jours à 2h du matin et se réveille à 5h. Mais que font les gens qui se plaignent d’être pauvre ou de ne pas en avoir assez ? Ils se reposent et dorment presque tout le temps lorsqu’ils ne boivent pas du thé et de l’alcool à longueur de journée, ou encore critiquent et médisent les gens qui se battent pour réussir à longueur de journée. Comme le dit si bien Jim Rohn, c’est stupide d’être pauvre et stupide. Celui qui est pauvre devrait faire gaffe. Il devrait travailler plus et veiller plus que ceux qui sont riches. Le grand paradoxe, c’est que ce sont ceux qui n’en ont pas qui ne travaillent pas suffisamment. Comment peuvent-ils en avoir plus et suffisamment ?

7. L’habitude de fuir la difficulté et de ne pas prendre des risques

Vous avez certainement rencontré des gens qui disent « qu’ils préfèrent le diable qu’ils connaissent au saint qu’ils ne connaissent pas ». Lorsque vous craignez ainsi la nouveauté, vous refoulez également les opportunités. Il y a un minimum de courage pour aller vers l’idée et le difficile qu’il faut pour réaliser les exploits qui permettront de devenir riche. Comme le dit Robert Kiyozaki. « Dans un monde en pleine fluctuation, les seuls qui courent un risque, ce sont ceux qui ne prennent aucun risque ». Le richissime entrepreneur Aliko Dangote dit que la vie est ennuyeuse lorsque vous ne savez pas rêver grand et accepter les défis et les difficultés, « si vous pensez petit, vous allez finir petits ». Les opportunités se cachent derrière les difficultés et chaque difficulté que vous rencontrez est un test d’admission à une prospérité meilleure. Si vous la fuyez, vous fuyez par la même occasion votre prospérité.

8. L’habitude d’envier les riches au lieu de les copier

Qui s’assemblent se ressemblent. Sans aucun doute. Le défi avec les gens qui ont une mentalité de pauvre, c’est qu’ils voient les riches comme leurs problèmes au lieu de les voir comme leurs références. Ils voient le riche comme l’ennemi à abattre au lieu de le voir comme la prochaine personne à qui ils vont vendre ou tout au moins qu’ils vont copier. Pour devenir riche, il faut être proche des riches et être à l’aise aux côtés des riches et commencer progressivement à les copier. Le contraire vous garantit le maintien dans le paupérisme accentué.

9. L’habitude de préférer la sécurité de l’emploi à l’audace d’entreprendre

La vie est une aventure audacieuse ou rien du tout. Si vous n’osez pas assez, vous avez raté votre naissance parce que votre mère a osé grand en vous enfantant. La douleur de l’enfance est une leçon pour tous ceux qui naissent mais quel dommage lorsqu’aujourd’hui des gens ne veulent pas enfanter juste parce qu’ils veulent éviter cette douleur ! Il n’y a que l’audace d’entreprendre qui ait permis à une personne qui préfère la sécurité d’un emploi d’avoir un emploi. Si un entrepreneur n’avait pas renoncé à sa sécurité financière, il n’aurait pas créé une entreprise pour l’employeur. La mauvaise nouvelle, c’est que celui qui ne veut pas risquer gros, ne peut pas gagner gros. Lorsque vous préférez l’emploi, vous avez toujours la part maigre et les entrepreneurs et investisseurs se taillent la part du lion. Il n’y a sans doute pas meilleure explication à la situation précaire de ceux qui préfèrent la sécurité financière. Ils n’en auront jamais suffisamment parce que la plus grosse part reviendra toujours à l’entrepreneur, l’homme ou la femme qui a eu le courage d’entreprendre.

10. L’habitude de rendre un service médiocre

Pour avoir l’argent des VIP (Personnes Très Importantes et riches), il faut offrir des services VIP et impeccables. Le défi, c’est que la plupart des gens veulent offrir de service médiocre en contrepartie de montant onéreux. Ils font juste de quoi ne pas mourir et espèrent avoir plus que de quoi ne pas mourir. Ce qui est dichotomique. Le secret de la richesse est dans l’offre de service de qualité supérieure à des gens abondamment riches qui seront heureux de partager une partie de leur richesse avec vous en contrepartie. Et c’est ainsi que vous devenez riche. Pour devenir riche, il faut rendre des services de qualité supérieure à des millionnaires qui vous paient en millions et c’est ainsi que vous devenez millionnaire. Les gens qui ne veulent faire que juste ce qu’il faut et ne visent pas l’excellence en tout, n’auront que juste ce qu’il faut et c’est ce qui explique tout simplement leur précarité.

 

Par Hermann H. CAKPO

 

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: H&C Magazines