topblog Ivoire blogs

mardi, 22 août 2017

Pour ceux qui veulent se lancer en affaire et devenir des entrepreneurs

 

business,pour ceux qui veulent se lancer en affaire et devenir des entrepreneurs,dopage mental et psychologique,motivation

 

Chers Business Owners, chers lecteurs, être en affaire nécessite un dopage mental et psychologique voire un formatage, pour acquérir le profil adéquat et la mentalité du métier. Je vous propose ici quelques pépites de citations, parmi de nombreuses autres, qui pourraient vous y aider. Bonne lecture ! Manager Fernand Dindé.

 

A SAVOIR IMPÉRATIVEMENT

* Personne ne peut devenir riche par son salaire.

* Et celui qui a trop peur pour investir, mourra pauvre.

* Les pauvres travaillent pour gagner de l'argent,

* Les riches font travailler leur argent...

* Après avoir trouvé du travail, vous devriez donc trouver du travail pour votre argent.

* Vos deux rémunérations combinées feront votre richesse.

* Avoir trop peur d'investir, c'est comme décider de ne plus semer à cause d'une mauvaise saison qui a occasionné d'énormes pertes.

* Soyons des leaders et non des suiveurs.

* Décide-toi d'être riche et ne compte pas uniquement sur un probable boulot actuel.

* Les grands hommes ne naissent pas dans la grandeur, ils grandissent.

* Si vous ne courrez pas après ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais.

* Si vous ne demandez pas, la réponse sera toujours non.

* Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit.

* Pour réussir dans la vie, vous devez apprendre à ne jamais reculer devant aucun obstacle et réussir l’objectif que vous vous êtes fixé.

* Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.

* Vous devez rester motivé, croire en vous, en vos projets, vous dépasser, et positiver.

* La vie est parsemée de difficultés que chacun doit apprendre à surmonter avec la détermination.

* Et n'oubliez jamais que le plus grand échec est de n'avoir jamais essayé.

 

Source : Page Facebook Mathias Eric Owona Nguini

jeudi, 11 mai 2017

Arrêtez de gaspiller vos week-ends à ne rien faire de concret

surprise.jpg

 

Nous avons presque tous des rêves, mais peu de personnes travaillent à ces rêves et se battent vraiment pour les réaliser. Des journées entières devant la télévision à ne rien faire, des balades inutiles, des activités totalement improductives à longueur de semaines, week-ends sans lisibilité et sans objectifs. Le jeune milliardaire Grant Cardone, appuyé ici par Toütep, nous exhorte à y mettre de l'ordre et se cite en exemple. Bonne lecture ! Manager Fernand Dindé.

 

GRANT CARDONE :

 "Lorsque j'ai eu 25 ans, j'ai décidé d'arrêter toutes ces activités qui ne m'apportaient rien.

 J'ai arrêté de gaspiller mes week-ends à ne rien faire de concret;

 J'ai arrêté de dépenser de l'argent que je n'avais pas;

 J'ai arrêté d'essayer d'impressionner les gens;

 J'ai arrêté de boire;

 J'ai arrêté de fumer;

 J'ai arrêté de mal utiliser mon temps;

 J'ai arrêté de critiquer le travail des autres;

 J'ai arrêté de faire partie du Club des gens négatifs;

 J'ai arrêté de me trouver des excuses;

 J'ai arrêté de me mentir;

 J'ai décidé de ne plus jamais vivre en dessous de mon potentiel;

 J'ai arrêté de faire le fragile et j'ai décidé d'utiliser chacun de mes week-ends pour reprendre le contrôle de ma vie.

 Et je peux te promettre que ça a fait toute la différence entre la vie qui m'attendait et celle que j'ai maintenant.

 Sois obsédé ou reste moyen. "

--------------------------------------------


 Grant Cardone était un ancien vendeur d'auto;

 Il a grandi sans son père;

 Il a eu pendant 10 ans des problèmes avec la drogue;

 Il s'est fait virer de ses 5 emplois;

 A 23 ans, il s'est fait battre et a failli mourir;

 A 25 ans, il était fauché et endetté de 40 000 dollars.

 Aujourd'hui, "Uncle G" possède un patrimoine immobilier aux USA de plus de 350 millions de dollars.

 Il est marié, a des enfants et sa femme et lui sont associés en affaire.

 Où on veut en venir ?

 On sait que quand on parle de week-end et d'effort, certains commencent à faire de l'urticaire;

 Notre but n'est pas de te convaincre de bosser le week-end;

 Notre but n'est pas d'imposer une vision de la vie.

 Tu es libre de faire ce que tu veux, c'est ta vie après tout.

 Notre travail consiste à interrompre le schéma de pensée habituel de ceux qui nous lisent;

 Notre travail consiste à provoquer dans leur esprit la réaction suivante: "Hey je ne savais pas cela", "ah je n'avais jamais vu ça sous cet angle";

 Notre travail consiste à les exposer à d'autres options;

 Mais c'est à eux de décider au final Si c'est pertinent pour eux Ou Non;

 Tu n'as pas besoin de te justifier face à nous de ce que tu fais de tes week-ends (ni devant qui que ce soit d'ailleurs);

 Si la vie que tu vis te plait entièrement déjà et qu'il n'y a plus rien à améliorer alors, oui, ce message n'est pas pour toi...

 Le point qu'on essaie de mettre en avant avec cette histoire du week-end, c'est que c'est le seul moment de la semaine où tes 24h sont complètement à toi.

 (Bien entendu, on parle de l'individu dont le travail court du lundi au vendredi);

 On comprend qu'en semaine certains n'ont pas la force de travailler les soirs;

 Mais les week-ends, My Friend, c'est le seul moment de la semaine où tu peux capitaliser sur ton temps vraiment pour donner une autre direction à ta vie.

 On comprend que tu as des enfants.

 On comprend que tu veuilles te reposer.

- On comprend que tu veuilles passer du temps avec tes potes, ton partenaire, etc.

- On comprend cela ! Et on n'est pas contre l'équilibre.

❤️ Ce qu'on essaie de te dire, c'est que tu as 48h les week-ends et ils ne sont rien, rien qu'à toi.

- Ton employeur ne peut pas te demander/te forcer de les partager avec lui.

- Ils ne sont rien qu'à toi...

- Et là, c'est un week-end de 3 jours, donc tu as 72h.

- Entre nous, l'ami ! Vraiment entre nous !

- As-tu besoin vraiment d'utiliser toutes tes 72h pour chiller/te détendre/te relaxer ?

- As-tu besoin vraiment de toutes ces 72h pour les consacrer à tes enfants, ta femme, ton mari, tes potes ?

- Réalise que le week-end est une incroyable opportunité pour travailler sur les aspects que tu veux améliorer;

- Réalise que le futur n'existe pas. Le destin non plus.

- Non, "ton heure" ne viendra pas par magie.

- Croire en ses rêves, c'est bien mais ne rien faire en cohérence avec ces rêves, c'est le début de la désillusion.

Avec ❤️, Toütep.

 

Source: Page Facebook Toütep

lundi, 27 février 2017

7 habitudes à développer pour ne pas abandonner face aux difficultés

 

habitudes-abandonner-face-aux-difficult%C3%A9s.jpg?resize=1024%2C768

 

Il n’est pas facile de ne pas abandonner face aux difficultés. Vous avez certainement appris de Napoléon Hill que les gagnants ne lâchent jamais et que les lâcheurs ne gagnent jamais. Lorsque vous savez devenir le type de personne qui sait clairement ce qu’il veut faire de sa vie et sait se battre pour l’accomplir jusqu’au bout, vous ne laisserez plus rien ni personne vous obliger à abandonner face aux difficultés. Voici les 7 habitudes qui vous permettront d’y arriver.

1. Ne pas laisser les circonstances décider de ses orientations

Si vous laissez les circonstances décider de vos orientations, vous augmentez vos chances d’abandonner lorsque les circonstances changent. C’est comme lorsqu’une femme dit : « J’épouserai un homme riche et attentionnée. Elle tombe sur un homme riche qui se montre attentionné au début de la relation et qui change au milieu de la relation ou se retrouve pauvre. La femme va rapidement changer d’avis et vouloir le quitter parce que les circonstances ont évolué. Ces choses n’arrivent qu’aux gens qui laissent les circonstances décider de leur choix. Un engagement basé sur les circonstances ne peut pas être durable et le risque d’abandonner face aux difficultés est très élevé.

2. Savoir clairement ce qu’on veut dans la vie

Les gens qui ne savent pas clairement ce qu’ils veulent dans la vie disent facilement oui aux moindres propositions. Comme le dit Stephen R. COVEY, il est facile de dire NON lorsqu’on a un « Oui » intérieur plus fort. Lorsque vous savez clairement ce que vous voulez dans la vie et vous engager à le réaliser dans la vie, vous résisterez à toutes les pressions que les autres suggestions et attirances qu’on vous imposera. Si vous n’avez pas encore répondu aux questions : Qu’est-ce que je veux réellement et réellement faire de ma vie et de ma carrière ? Qu’est-ce que j’ai toujours voulu accomplir dans la vie ?, vous trouverez les outils dans mon livre Accomplir sa légende personnelle… Cliquez ici pour le commander et vous faire livrer.

Une fois que vous aurez répondu à ces questions et saurez ce que vous devez vous dire absolument pour ne pas abandonner face aux difficultés, vous augmenterez vos chances de finir par réaliser vos rêves et projets jusqu’au bout.

3. Faire des choix convaincus et ne pas fléchir face aux pressions

Il y a trois types de vie : la vie par défaut, la vie imposée par les autres et la vie choisie et construite. La plupart des gens qui ont développé l’habitude de ne pas abandonner face aux difficultés choisissent clairement et dès le départ le type de vie qu’ils veulent et les choix qui vont avec.  Et même lorsque les pressions se présenter, ils restent égaux à eux-mêmes et assument courageusement leur choix. Ils développent d’ailleurs plus facilement l’habitude de se battre jusqu’au bout et refuser d’abandonner face aux difficultés.  Ils savent se poser les questions suivantes face aux difficultés :

  • Pourquoi j’avais opté pour ce type de vie ?
  • Qu’est-ce que je dois me dire pour ne pas fléchir face aux pressions ?
  • Qu’est-ce que je risque si je me permets d’abandonner face aux difficultés ?
  • Pourquoi je dois tenir jusqu’au bout ?

N’oubliez pas qu’il est bon de savoir se poser assez tôt les bonnes questions. Dans le Plan de vie de légende, que vous trouverez dans le PACK VIE DE LEGENDE, vous découvrirez des outils et des questions à se poser assez tôt pour ne pas céder face aux épreuves du conquérant.

4. Ne pas choisir que les voies et les situations faciles dans la vie

La route du succès nous propose en général deux voies : les escaliers et l’ascenseur. Mais comme vous le savez, les ascenseurs tombent souvent en panne mais les escaliers ne tombent jamais en panne. C’est pour cela que ceux qui ne recherchent que les voies et les situations faciles dans la vie abandonnent très facilement à la moindre panne et sont incapables de prendre les escaliers pour poursuivre leurs voies. Si vous ne voulez pas faire partie des gens qui ont tendance à abandonner face aux difficultés, vous devez éviter la facilité. Opter généralement pour la facilité, suppose que vous soyez tenté d’abandonner à l’apparition des difficultés.

5. Développer l’habitude de se battre

Les gagnants et ceux qui ont l’habitude de gagner savent très bien que rien n’est donné d’avance. La plupart de ceux qui abandonnent trop tôt pensent que les choses devraient être évidentes. Non seulement ils se disent tout bonnement qu’ils ne devraient pas y avoir des difficultés, mais ils s’arment pas et ne se préparent pas fondamentalement à se battre malgré les difficultés.

Comme vous le savez, lorsque les choses deviennent dures, seuls les durs avancent. Maintenant comment devient-on dur pour faire face aux situations difficiles sans abandonner ? En se préparant à l’éventualité de la difficulté, en renforçant les bases de son endurance et à s’entrainant fortement et en se préparant à se battre jusqu’au bout. Cela suppose que vous vous disiez personnellement chaque jour : « C’est dur, mais ce ne sera pas terminé jusqu’à ce que je réussisse. C’est ce genre d’exercice et d’attitude qui vous permettra de préparer votre esprit à se battre et ne pas abandonner face aux difficultés.

6. Avoir une attitude positive et utiliser les épreuves pour grandir

Mgr Desmond Tutu dit qu’il ait est normal d’avoir une mine grise lorsque les choses ne se passent pas bien. Mais il rappelle que rien de cela ne devrait nous empêcher de continuer d’avancer. Les personnes à attitudes négatives baissent les bras lorsque les choses ne conviennent pas à leurs attentes. Au moindre problème, ils se surprennent en train de broyer du noir et à imaginer le pire ce qui les empêche de garder la tête haute et continuer de se battre jusqu’au bout.

Si vous voulez développer l’endurance nécessaire pour réaliser des exploits dans votre vie et dans votre carrière, vous devez absolument travailler à devenir une personne à attitude et utiliser l’autosuggestion et l’auto-coaching pour ne pas baisser les bras dès l’apparition des difficultés.

CLIQUEZ POUR PARTICIPER A L’ATELIER MON PLAN DE VIE DE LEGENDE

Accomplir_sa_legende_personnelle.jpg?resize=642%2C423

7. Eviter de faire souvent des choix égoïstes

Pour réussir dans la vie, il faut en général faire des choix qui vont dans le sens de sa légende personnelle. Et personne ne peut vous empêcher de faire ce qui vous permettra de réaliser ce que vous avez toujours voulu réaliser dans votre vie. Et s’il faut que vous abandonniez un groupe ou des gens pour y arriver, n’hésitez surtout pas. Ceci dit, la plupart des gens qui abandonnent pour des raisons égoïstes tiennent un discours du genre : « ça ne m’arrange pas ». Faut-il le rappeler les héros ne font pas toujours des choix qui les arrangent. Ils font des choix qui arrangent la cause et même si c’est douloureux  et parfois humiliant pour eux personnellement, ils dépassent le ressentiment personnel et tiennent bon jusqu’au bout.

Vous connaissez des gens qui ont abandonné des projets et ont refusé de continuer de s’engager parce qu’on leur a mal parlé ? Ceux qui opèrent de ces choix sont fragiles et se fragilisent émotionnellement et n’arrivent pas souvent à réaliser de grandes choses dans leur vie.

Si vous n’avez pas encore lu mon livre Accomplir sa légende personnelle, vous pouvez le commander en cliquant ici. Vous y découvrirez des techniques et l’état d’esprit à développer pour ne jamais abandonner face aux difficultés et finir par réaliser vos rêves de toujours.

 

Hermann H. CAKPO

Par Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: The H&C Group

Comment réussir dans le Marketing de réseau

objectif-SMART.jpg

 

Avec le marketing de réseau, tout fonctionne avec des bases :
Programme – Produit – vous.
Le programme est le même pour tous. Le produit est le même pour tous.

Alors pourquoi dans le marketing de réseau, certains réussissent d'autres non ?

Une seule inconnue… Vous !
C’est votre attitude, c’est votre pensée, votre action qui fera toute la différence.

Il faut accepter de “sacrifier” sa vie à court terme pour obtenir du succès à long terme. En considérant la possibilité de gagner plus qu’un médecin, ne semble-t-il pas raisonnable d’investir une année ou deux dans l’étude du Marketing de Réseau ?

Comparée aux dix années d’études universitaires pour devenir un médecin généraliste, une année ne paraît-elle pas plus acceptable ?

Dans le marketing de réseau, il faut :

Avoir la FOI en sa réussite. Vous devez croire que c’est possible.
Montrer le produit.
Accepter le boulot supplémentaire. On n’a rien sans rien.
Dans le Marketing de réseau, il faut persévérer ou périr. Abandonner est la seule façon sûre d’échouer.

Survivre à la première année établit le nouveau partenaire sur des bases solides et l’oriente vers le succès.
En grande majorité, ceux qui survivent 10 ans dans le marketing de réseau deviennent riches, plus riches qu’ils n’avaient pu l’imaginer dans leurs rêves les plus audacieux.

Ces survivants obtiennent une rémunération renversante ou une complète « liberté de temps » ou les deux.
Cette liberté consiste à avoir tout le temps libre nécessaire pour faire les choses qui vous importent avec les gens que vous aimez le plus.

Pour moi, la définition de la réussite c’est : « entre le réveil et le coucher de soleil, faire ce que tu veux ».

Il faut oser faire autre chose que ce l’on a fait hier si on veut que demain soit différent d’aujourd’hui. A méditer ...


Pourquoi les vendeurs sont-ils nombreux à échouer ?

Bien souvent un vendeur (commercial de métier) ne prend pas conscience que le marketing de réseau est une méthode de marketing.

Il ne s’agit pas de parrainer des distributeurs dans une entreprise de vente directe, mais dans un programme de marketing de réseau ! Il faut APPRENDRE comment parrainer ses distributeurs et étendre son propre réseau de distributeurs de MDR.

Un bon vendeur peut parrainer 4 à 5 personnes par semaine. Mais voilà, très vite, ce parrainage à la "chaîne" va générer autant d’abandons que de candidatures.

Pourquoi ?

Parce que le parrainage du vendeur n’est pas efficace, étant donné que l’on peut travailler efficacement à plus de 5.
Découragé, ce vendeur quitte le réseau pour se tourner vers un autre produit. Lorsque son parrain apprend la nouvelle (il pensait devenir riche grâce à lui), il se décourage et abandonne à son tour. Souvent, ceux qui réussissent dans le Marketing de Réseau, ne sont pas des « vendeurs-nés ».

La grande différence, c’est quand on parraine beaucoup de personnes, le % d’abandons est énorme. Tandis qu’en parrainant 5 personnes, le % d’abandons est très faible !

A votre avis quelle est la méthode la plus rapide :
Parrainer 5 distributeurs potentiels et les former à la formation des autres ou alors … ?

 

Source: Comment gagner sur Internet

lundi, 05 décembre 2016

Les capsules du Manager Dindé (22): Ne faites pas de votre vie une succession de processus inachevés, redevenez le maître du jeu

 

 

83128635_o.jpg

 

Dans le business du MLM, il est quelquefois surprenant de rencontrer un type de personnes qui n’y arrivent pas et qui abandonnent bien trop facilement une entreprise MLM pour s’inscrire dans une autre entreprise de MLM et ainsi de suite, tout le temps, confirmant la thèse selon laquelle n’importe qui ne peut pas réussir en Marketing de réseau ou que le MLM n’est pas fait pour tout le monde.

On pourrait penser que c’est parce que le Marketing de réseau est difficile ou qu’il est réservé à un clan de leaders nés. En vérité, il n’en est rien, si on veut vraiment scruter les choses de plus près. Plusieurs n’y arrivent pas pour une autre raison, assez simple.

En réalité, l’échec en MLM peut cacher un trait de votre personnalité, un défaut de votre personne ou une disposition d’esprit qui vous est totalement défavorable et qui est à la base de la plupart des échecs de votre vie: le défaut de ne jamais achever ce que vous commencez, faisant de votre vie toute entière une succession de processus inachevés : études inachevées, énième business inachevé, énième affaire avortée, investissements inachevés, mariage et vie de couple inachevés, projets inachevés, personnalité inachevée, rêves inachevés, carrière professionnelle inachevée, ambitions inachevées, etc. Ne faites pas de votre vie entière une symphonie inachevée ou une symphonie d'inachevés.

Vous n’achevez jamais rien. Vous avez la fâcheuse habitude d’abandonner dès que vous rencontrez des difficultés, un obstacle ou une contrariété. Pourquoi ne vous battez-vous jamais pour ce que vous aimez, pourquoi ne vous battez-vous jamais pour obtenir ce que vous voulez et préférez-vous jeter l’éponge à la première difficulté et recommencer un autre processus à zéro, une autre aventure, une autre affaire d’avance vouée à l’échec, eût égard à votre trait d’esprit: celui de ne jamais rien achever, ou passez-vous carrément à tout autre chose ?

N’acceptez plus de faire de votre vie un chapelet d’échecs ou une suite d’actions jamais finalisées. Ayez plus de caractère que cela, cher(e) ami(e) ! Si vous ne résolvez pas ce problème, il vous sera difficile d’achever quoi que ce soit dans votre vie. Refusez de devenir DEFINITIVEMENT un perdant.

Pour une fois, décidez d’achever quelque chose, décidez d’achever ce que vous avez commencé. Que votre business de Marketing de réseau ne soit pas un maillon supplémentaire d’une litanie d’insuccès qui vous colle à la peau. Faites-vous la promesse d’arriver au bout, vaille que vaille, promettez-vous de gravir tous les échelons, tous les grades de votre business ou d'aller le plus loin possible, peu importe le temps que cela prendra. Jurez-le vous !

S’il y a une chose dont je suis sûr, depuis que je fais du Marketing de réseau, c’est que la détermination vient à bout de tout. Rien, absolument rien ne lui résiste, pourvu qu’on n’abandonne jamais.

Vous ne pouvez récolter avant d’avoir semé ni tirer profit avant d’avoir construit

Ce que vous devez absolument savoir, c’est que vous ne pouvez récolter avant d’avoir semé ni tirer profit, jouir de votre activité, avant d’avoir construit. Pour faire du Marketing de réseau et devenir un grand leader du domaine, il faut prendre le temps de construire ; construire patiemment prospect après prospect, parrainage après parrainage, filleul après filleul, tous les mois, systématiquement, construire avec détermination, construire sans se relâcher. Construisez votre réseau !

C’est après un effort constant, soutenu et persévérant que vous y arriverez, PAS AVANT ! Certains s’engagent en MLM et quand après 3 mois, 6 mois, 1 an d’activité, ils n’ont pas de résultat (c’est-à-dire qu’ils ne sont pas devenus riches, comme ils l’espéraient), ils décrètent que ça ne marche pas. Mais non, chers amis, ceci est une conclusion bien trop facile et simpliste, ce n’est pas ainsi que cela marche !

TBKhxnjqBilgfBojIWynFK6xKfqxIhmjHQIXJN_-TJ1iiwf4Y0ECNc1DliDC8DxfkIbsKIP0PhB92YIJnsVzFaaMcli3uN0VwCAYPHvYqQ=s530-p-rw

Le MLM, ce n’est pas de la magie ni un conte de fée où d’un coup de baguette, votre vie est transformée du tout au tout. Si c’est ce que vous croyez ou ce qu’on vous a dit, vous avez tout faux. Le MLM, c’est du travail de construction, du travail de fourmi, du travail de planification, du travail stratégique, du travail d’organisation, qui va révéler le leader qui en vous.

Cela vous prendra l’énergie et le temps qu’il faudra, mais à la fin, vous aurez bâti quelque chose d’extraordinaire, de fabuleux, et en récolterez les fruits pour vous et votre descendance pour quatre générations après vous. Et vous pouvez même le faire en bien moins de temps qu'il ne faut, si vous êtes un(e) battant(e) !

Etes-vous passionné ou baissez-vous les bras à la moindre difficulté ?

Etes-vous du genre passionné ou du genre à baisser les bras au moindre écueil, à la moindre difficulté ? Votre réponse déterminera la suite de votre affaire. Si vous ne voulez pas accepter de payer le prix de la vie de nanti(e) à laquelle vous aspirez, il vous sera difficile de réaliser ce rêve.

En général, ceux qui réussissent dans leur domaine et atteignent les sommets sont de véritables passionnés. Si vous êtes de nature amorphe, sans ambition et sans passion, vous n’êtes pas au bout de vos peines, dans votre processus vers la réussite.

Réussir en MLM va donc d’abord nécessiter que vous fassiez du développement personnel pour étudier vos faiblesses, découvrir ou développer vos atouts, votre potentiel, et accomplir un effort considérable sur votre personnalité. Lisez beaucoup et cultivez-vous à ce sujet. C’est capital !

Le MLM est une activité où le plus gros du travail et le plus gros effort se porte sur votre propre personne. Vous devez développer vos talents de leader, de gestionnaire, de manager et armer votre mental, le bétonner. La fin en vaut la chandelle, croyez-moi ! Ce n’est pas peu de chose que d’avoir à coacher une équipe, une lignée, un réseau. Vous aurez à travailler dur, que cela ne vous effraie pas ; mais la finalité est une chose MERVEILLEUSE qui va vous arriver, c’est certain.

Etes-vous une personne structurée ou un grand dispersé ?

Vous devez aussi doper votre motivation en permanence, votre détermination, votre force de travail, votre conviction de réussite. Pour faire du Marketing de réseau, il faut être structuré. Si vous êtes du genre dispersé, sans organisation, en mode navigation à vue, toujours à procrastiner, à toujours tout remettre à demain, sans plan ni objectif, j’ai bien peur que ce soit un peu compliqué pour vous d’arriver à destination.

Refusez d’ajouter un nouvel échec à votre vie ou à votre recherche continuelle mais désordonnée de succès en MLM. N’allez pas de MLM en MLM, cela ne sert à rien. Choisissez-en un et bossez-y à fond, jusqu’au sommet. Le temps n’est pas important, c’est la destination qui compte, la finalité.

Pour cette fois, ayez du cran, reprenez votre vie en main avec détermination, redevenez le maître du jeu, refusez de finir votre existence en aigri(e) et dans la défaite. Soyez maître, maîtresse, de votre vie par le travail assidu et acharné.

C’est à vous de définir le genre de vie que vous voulez vivre pour les prochaines décennies, à vous et à personne d’autre. Ne vous arrêtez pas avant d’avoir construit un réseau viable, qui va vous propulser dans la prospérité. Ne subissez pas la vie, déterminer vous-même votre genre de vie et bon vent !

 

DINDE Fernand AGBO

Réseauteur, Chef d'Entreprise et Manager chez Forever

Identifiant FLP N° 225 000 280 343

Cell. (225) 07 04 71 11

dindefernand2@yahoo.fr

 

Aimez ma page Affaire Facebook en cliquant sur:

Fernand Dindé - Blogueur d'Affaire, Coach

mardi, 08 novembre 2016

L'astuce Story-Telling pour mieux parrainer

participer-a-un-mastermind.jpg

 

Avant-hier, je vous ai fait part de 2 de mes échecs et de comment ça a failli me mettre sur le carreau...

Pendant mes 5 années d’expérience en MLM, j'ai bâti des listes de plus de 10 000 personnes et parrainé plus de 200 personnes.

Cependant et au bilan des efforts fournis, je juge aujourd'hui qu'il existe une stratégie bien plus SIMPLE.

Et je tenais à la partager avec vous.

Si vous regardez bien... ceux qui ont réussi avant vous, ils n'ont pas forcément parrainé tant de personnes que cela. Ils ont optimisé 3 points, dont 1 point en particulier.

Et c'est de celui-ci dont nous allons discuter précisément.

Beaucoup ne jurent que par le plan de compensation ou les produits fabuleux de l'entreprise.

Certes c'est un énorme plus, mais cela ne suffit pas à vous amener à la réussite.

Ce qu'il manque souvent à l'équation succès ?

Il faut vous entourer d'un "mastermind".


Qu'est-ce qu'un « mastermind » ?

Voyez-le comme un cerveau collectif de gros leaders. 

Des leaders qui ont les résultats auxquels vous aspirez depuis toujours.

Ils vivent dans l'abondance. Ils gagnent en 1 mois ce que vous gagnez en 1 à 2 ans...

Et le facteur chance n'a pas sa place là-dedans.

Ils ont su réussir.

Et s'ils font du marketing de réseau, de toute évidence, ils savent enseigner la réussite.

Si vous ne vous êtes jamais entouré de personnes de ce calibre, alors ce sera très difficile de motiver et prouver à vos prospects qu'ils peuvent eux aussi réussir.

Pourquoi ?

À cause du story-telling...

Le story-telling est ce qui fait agir.

On dit souvent que « les gens agissent par émotion et se justifient ensuite par des faits ».

Et ça marche réellement dans ce sens :

histoire émotionnelle → preuves et résultats → faits


Introduisez à vos amis, un leader qui gagnent plus de 25000 euros par mois, et vous êtes sûr de les impressionner (le leader parlera toujours de son histoire = émotions)

Et malheureusement, la plupart des distributeurs parlent uniquement de leur entreprise, de tous les brevets qu'elle a récolté, du plan de rémunération, des bénéfices du produit... (tous ces éléments = faits)

Avec cette approche factuelle, vous foncez droit dans le mur.

Il vous faut une histoire inspirante pour bouger les foules.

Quand vous débutez, c'est très dur d’émouvoir votre audience car vous n'avez encore aucun résultat à afficher.

Pas de résultats = pas de preuves = peu de parrainage

 
Par contre, si vous participez à un mastermind qui regroupe de super leaders (avec des résultats hallucinants), là oui... la valorisation de votre activité monte immédiatement dans les tours.

C'est ainsi qu'une idée m'est venue...

Suite à notre conversation avec David Duchemin, on a décidé d'organiser un événement « mastermind » ce mercredi 9 novembre à 11 h.

C'est totalement gratuit et on sera 3 (avec un invité surprise de taille) à animer ce séminaire explosif qui aborde 4 points :

- Comment multiplier vos résultats par 10 en 3 semaines
- Les 4 questions à poser pour parrainer les top leaders
- Comment augmenter votre niveau de valeur en un temps éclair
- Les 4 étapes du marketing d'attraction et comment attirer les meilleurs

Vous pouvez déjà réserver votre place en cliquant ICI.

Par contre, faites vite car David a décidé de le limiter aux 100 premières personnes inscrites.

Et entre nos 2 listes, il y a du monde qui va se bousculer au portillon.

Je vous vois mercredi à 11 h.

Bien amicalement, Bertrand Kervella.

 

mlkoioj.png

Visionner aussi cette vidéo: Comment un mastermind peut changer votre vie

 


 

Lire également cet excellent article (cliquer sur):

«Ceux qui réussissent se concentrent sur le processus et pas sur le but final».

mercredi, 26 octobre 2016

Les 10 habitudes qui rendent pauvre

ceux_qui_finissent_pauvre-1024x682.jpg

 

L’habitude est une seconde nature et vous ne pouvez pas vous retrouver avec une nature si vous ne vous êtes pas habitué à la développer. Ceci est vrai pour la pauvreté. La plupart des gens pensent qu’ils subissent leurs conditions financières alors qu’en réalité, ils les ont créées. Certains pensent même que c’est la faute d’une autre personne mais comme le dit Bill Gates : « Si vous êtes né pauvre, c’est la faute de vos parents. Mais si vous mourrez pauvres, c’est de votre faute parce que vous avez eu tout le temps pour travailler à devenir riche ». Si vous ne souhaitez pas finir pauvre, assurez-vous de vous défaire des habitudes suivantes qui constituent la recette parfaite pour ne jamais faire partie de la liste des millionnaires épanouis, paisibles et sereins.

 

1. L’habitude de subir sa vie au lieu de la prendre en charge

Comme vous les savez, la différence fondamentale entre les riches et les pauvres, c’est que les riches pensent qu’ils doivent créer leur vie et assument les responsabilités de leurs choix, s’ajustent rapidement et prennent les dispositions nécessaires pour améliorer leur sort. Les pauvres pensent et sont convaincus que quelqu’un d’autre est à la base de leurs problèmes et se plaignent à longueur de journée de ce qu’on leur aurait fait subir. La conséquence est qu’ils ne se lèvent jamais pour engager les actions personnelles qu’ils doivent engager. Et comme lorsqu’on ne fait rien, on n’a rien, ils finissent dans le besoin criard et deviennent pleurnichards.

2. L’habitude de préférer la consommation à la production

La préoccupation du pauvre est la suivante : Qu’est-ce que moi et mes enfants allons manger aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’on va porter dimanche pour l’Eglise ? Où vais je trouver l’argent pour le mouton de la Tabaski ? Il y a une promotion, je veux bien en profiter ? Il y a un nouveau modèle qui est sorti, tout le monde en raffolent au quartier, il me le faut moi aussi…Je ne suis pas inspiré pour travailler parce que j’ai faim.

La préoccupation du riche est tout autre : 1) Comment je multiplie mes investissements ? Quelle est la prochaine opportunité à saisir ? Dans quel investissement je dois mettre plus d’argent ? Qu’est-ce qui me rapportera plus ? On s’en fout de la faim ; si je ne travaille pas pour produire, je vais avoir d’avantage faim.

Les pauvres et les gens de classe moyenne (qui ne sont ni très pauvres ni suffisamment riches pour être épanouis), c’est qu’ils sont plus préoccupés par comment vivre au quotidien plutôt que comment améliorer leur vie et sortir de leurs conditions invivables. Chaque somme d’argent qui rentre dans leurs mains est dépensé systématiquement et préférentiellement mis de côté pour les besoins de subsistance. Les riches ferment les yeux sur leurs besoins de paraitre et leur faim et investissent leur argent dans la production de biens et services qu’ils vendent et finissent par gagner gros. N’oubliez pas que les riches épargnent et investissent et s’il reste ils consomment alors que les pauvres consomment et consomment et au cas où il en reste, ils épargnent ; et comme il n’en reste presque jamais, ils n’ont pas d’épargne ni d’investissement ; ils attendent le maigre salaire jusqu’à la retraite et à la retraite, ils attendent la maigre pension jusqu’à la mort.

3. L’habitude de vouloir gagner tout de suite

Si vous ne savez pas reporter le moment du gain, vous réduisez vos chances de gagner gros. Vous gagnerez juste ce qu’il faut pour suivre ou pour avoir l’impression de ne pas être pauvre. Le principe est simple : avec la semence, on peut semer et récolter gros quelques trois ou quatre mois plus tard. Mais celui qui est pressé de « bouffer », ne sait pas fructifier ses semences. Le secret N°1 de l’enrichissement, c’est la capacité à acheter et investir dans des actifs (qui rendent riche) et d’avoir la patience d’attendre pour qu’ils fructifient et murissent. Celui qui est pressé de consommer n’aura pas la patience d’attendre pour récolter gros. Le « cash and carry » est dangereux et rend pauvre. Si vous ne savez pas être patient pour entreprendre, travailler dur, attendre la maturité et récolter gros, vous augmentez vos chances de finir pauvre.

4. L’habitude de compter sur une autre personne pour subvenir à ses besoins

Il est impossible de chercher à se battre pour réaliser des miracles lorsqu’on compte sur une autre personne pour réaliser ses miracles à sa place. N’oubliez pas le bel adage : « Chacun s’assied et Dieu le pousse ». La plupart des gens qui ont bien la possibilité de devenir riches mais finissent pauvres, prennent une sorte de retraite anticipée et pensent que les parents proches ou lointains, les bailleurs de fond et les ONG devraient résoudre leurs problèmes pour eux. Mais comme ces derniers ne donnent en général que des miettes et des résidus, ils s’en contentent mais ne peuvent pas devenir riche avec. L’aumône peut vous permettre de survivre. Mais elle ne peut pas vous permettre de vous épanouir ni de devenir riche.

5. L’habitude de ne pas utiliser et fructifier ses talents

La règle est simple : certains attendent d’avoir plus pour se lancer et fructifier leurs talents. Là les meilleurs ont plus et vont plus loin en démarrant là où ils sont avec ce qu’ils ont. Il y a une sentence implacable que la plupart des pauvres ne comprennent pas qui les maintient dans la précarité : « A Celui qui a, on donnera, il sera dans l’abondance. A celui qui n’en as pas, on arrachera le peu qu’il a et on le remettra à celui qui en a déjà ». Le pauvre sera davantage pauvre s’il ne fait rien pour fructifier ses talents. La plupart des gens ne savent pas que la pauvreté est un péché et que le refus de fructifier les talents reçus est encore plus sévèrement punis et doublement : « Si vous n’utilisez pas un talent, vous le perdrez. Et si vous n’avez pas de talents, vous mourrez pauvre ». Exactement comme celui qui perd une langue qu’il a apprise lorsqu’il ne la pratique pas.

6. L’habitude de dormir plus de 6h par jour et paresser à longueur de journée.

La règle dit qu’il faut travailler 6 jours et se reposer 1 jour. Il n’y a aucun doute que certaines personnes confondent tout et dorment 6 jours et ne travaillent véritablement que 1 jour par semaine lorsqu’on fait bien le point. Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique dort presque tous les jours à 2h du matin et se réveille à 5h. Mais que font les gens qui se plaignent d’être pauvre ou de ne pas en avoir assez ? Ils se reposent et dorment presque tout le temps lorsqu’ils ne boivent pas du thé et de l’alcool à longueur de journée, ou encore critiquent et médisent les gens qui se battent pour réussir à longueur de journée. Comme le dit si bien Jim Rohn, c’est stupide d’être pauvre et stupide. Celui qui est pauvre devrait faire gaffe. Il devrait travailler plus et veiller plus que ceux qui sont riches. Le grand paradoxe, c’est que ce sont ceux qui n’en ont pas qui ne travaillent pas suffisamment. Comment peuvent-ils en avoir plus et suffisamment ?

7. L’habitude de fuir la difficulté et de ne pas prendre des risques

Vous avez certainement rencontré des gens qui disent « qu’ils préfèrent le diable qu’ils connaissent au saint qu’ils ne connaissent pas ». Lorsque vous craignez ainsi la nouveauté, vous refoulez également les opportunités. Il y a un minimum de courage pour aller vers l’idée et le difficile qu’il faut pour réaliser les exploits qui permettront de devenir riche. Comme le dit Robert Kiyozaki. « Dans un monde en pleine fluctuation, les seuls qui courent un risque, ce sont ceux qui ne prennent aucun risque ». Le richissime entrepreneur Aliko Dangote dit que la vie est ennuyeuse lorsque vous ne savez pas rêver grand et accepter les défis et les difficultés, « si vous pensez petit, vous allez finir petits ». Les opportunités se cachent derrière les difficultés et chaque difficulté que vous rencontrez est un test d’admission à une prospérité meilleure. Si vous la fuyez, vous fuyez par la même occasion votre prospérité.

8. L’habitude d’envier les riches au lieu de les copier

Qui s’assemblent se ressemblent. Sans aucun doute. Le défi avec les gens qui ont une mentalité de pauvre, c’est qu’ils voient les riches comme leurs problèmes au lieu de les voir comme leurs références. Ils voient le riche comme l’ennemi à abattre au lieu de le voir comme la prochaine personne à qui ils vont vendre ou tout au moins qu’ils vont copier. Pour devenir riche, il faut être proche des riches et être à l’aise aux côtés des riches et commencer progressivement à les copier. Le contraire vous garantit le maintien dans le paupérisme accentué.

9. L’habitude de préférer la sécurité de l’emploi à l’audace d’entreprendre

La vie est une aventure audacieuse ou rien du tout. Si vous n’osez pas assez, vous avez raté votre naissance parce que votre mère a osé grand en vous enfantant. La douleur de l’enfance est une leçon pour tous ceux qui naissent mais quel dommage lorsqu’aujourd’hui des gens ne veulent pas enfanter juste parce qu’ils veulent éviter cette douleur ! Il n’y a que l’audace d’entreprendre qui ait permis à une personne qui préfère la sécurité d’un emploi d’avoir un emploi. Si un entrepreneur n’avait pas renoncé à sa sécurité financière, il n’aurait pas créé une entreprise pour l’employeur. La mauvaise nouvelle, c’est que celui qui ne veut pas risquer gros, ne peut pas gagner gros. Lorsque vous préférez l’emploi, vous avez toujours la part maigre et les entrepreneurs et investisseurs se taillent la part du lion. Il n’y a sans doute pas meilleure explication à la situation précaire de ceux qui préfèrent la sécurité financière. Ils n’en auront jamais suffisamment parce que la plus grosse part reviendra toujours à l’entrepreneur, l’homme ou la femme qui a eu le courage d’entreprendre.

10. L’habitude de rendre un service médiocre

Pour avoir l’argent des VIP (Personnes Très Importantes et riches), il faut offrir des services VIP et impeccables. Le défi, c’est que la plupart des gens veulent offrir de service médiocre en contrepartie de montant onéreux. Ils font juste de quoi ne pas mourir et espèrent avoir plus que de quoi ne pas mourir. Ce qui est dichotomique. Le secret de la richesse est dans l’offre de service de qualité supérieure à des gens abondamment riches qui seront heureux de partager une partie de leur richesse avec vous en contrepartie. Et c’est ainsi que vous devenez riche. Pour devenir riche, il faut rendre des services de qualité supérieure à des millionnaires qui vous paient en millions et c’est ainsi que vous devenez millionnaire. Les gens qui ne veulent faire que juste ce qu’il faut et ne visent pas l’excellence en tout, n’auront que juste ce qu’il faut et c’est ce qui explique tout simplement leur précarité.

 

Par Hermann H. CAKPO

 

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: H&C Magazines

25 signes qui montrent que vous allez devenir riche et millionnaire

 

signe_riche.jpg

 

La nouvelle est certainement bonne et anecdotique par la même occasion. Il y a des gens qui n’ont plus aucune idée de comment ils vont faire pour devenir millionnaires. La nouvelle importante, c’est ce qu’ils ne cherchent pas à connaître les signes qui devraient montrer s’ils peuvent devenir millionnaires et s’empresser de les développer. Sans vouloir vous exclure de la classe de ceux qui peuvent devenir millionnaires, nous vous conseillons de rechercher plusieurs des indicateurs suivants. La bonne nouvelle, c’est que si vous n’avez pas la plupart d’entre eux, il y en a qui sont sûrement dans vos habitudes.

 

1. Un millionnaire vous a toujours inspiré et vous a communiqué votre rêve de devenir millionnaire

Peu de choses peuvent éteindre le rêve d’enfance de devenir millionnaire surtout s’il  a une personne qui est entrée dans votre vie d’une manière ou d’une autre et qui vous a toujours inspiré à devenir riche.

2. Vous avez su transformer une frustration en motivation pour devenir riche

Les gens qui ont été frustrés par le fait d’être pauvre et qui pour ce fait ont décidé de tout faire pour devenir millionnaire ont plus de chances que ceux qui en deviennent amers et se laissent ronger toute leur vie.

3. Vous avez commencé à vendre à bas âge

La plupart des millionnaires ont commencé à vendre très tôt, soit aux côtés de leurs parents ou tuteurs qui leur ont donné à bas âge l’opportunité d’apprendre à vendre et à se battre pour devenir riche. Cela ne veut pas dire que vous allez forcément être riche parce que votre père est commerçant. Il n’y a rien d’aussi peu héréditaire que le fait de devenir millionnaire.

4. Vous produisez plus que ce qui est demandé

Vous savez que vous allez devenir millionnaire lorsque vous visez toujours plus haut que le commun des mortels et vous vous permettez de rêver de gagner 10 millions là où les autres visent 1 million.

5. Vous êtes beau et attractif

Les personnes belles et attractives gagnent 3 à 4% plus que ceux qui sont moins attirants selon une étude de Daniel Hamermesh de l’Université de Texas à Austin.

6. Vous vous demandez comment on peut gagner gros en le faisant

Les millionnaires ont plus tendance à chercher et évaluer la quantité d’argent derrière les opportunités. Cela ne veut pas dire qu’ils sont forcément « cupides ».

7. Vous êtes orienté résultat

Vous ne perdez pas du temps lorsque vous savez la bonne chose à faire. Vous désirez tellement voir le résultat se concrétiser que vous passez rapidement à l’action.

8. Vous avez l’information ou savez chercher l’information pour bien décider

Vous êtes au courant des informations qui vont être déterminantes dans l’orientation de vos affaires, plus précisément ce qui se passe dans votre secteur d’activité, dans l’économie en général et sur votre marché.

9. Vous êtes plus concentré à gagner qu’à épargner

Sans doute qu’épargner permet de rester riche et les millionnaires épargnent. Mais ce qu’ils font le plus et passent leur temps à faire, c’est multiplier les occasions de gagner plus d’argent.

10. Vous étiez très apprécié et populaire à l’école

Les gens populaires et très célèbres au collègue gagnent 10% plus 40 ans plus tard que les autres. Ceci a un lien avec les nombreux amis que vous avez dont certains peuvent vous apporter et suggérer des idées.

11. Vous êtes capable de vivre en dessous de vos moyens

Lorsque c’est le prix à payer pour épargner, investir, s’autofinancer et attendre pour se faire payer, vous êtes prêt à vivre avec le peu que vous avez le temps d’en avoir mieux.

12. Vous voyagez léger

Vous ne laissez pas les défis et frustrations passées vous poursuivre au point de vous rendre aveugle devant les opportunités…Surtout, vous n’êtes pas le nostalgique qui voudrait restaurer la gloire d’antan.

13. Vous n’avez pas peur du « qu’en dira-t-on »

Il faut être un peu têtu pour résister aux critiques et aux humiliations et poursuivre ses rêves de millionnaire. Si vous faites trop attention à ce que les autres pourraient penser de vous, vous réduisez vos chances de poursuivre votre légende  personnelle de millionnaire en dollars.

14. Vous vous fixez des objectifs

Vous savez vous fixer des objectifs et vous mettre au travail pour les atteindre avec l’excitation de devenir immensément riche en le faisant bien et en faisant du bien.

15. Vous n’êtes pas divorcé

Le divorce réduit la richesse moyenne d’une personne de 77% alors que le mariage peut le doubler de près de 93%. Se marier et rester marié augmente les chances d’être riche. Et cela n’a rien à avoir avec le régime de communauté des biens.

16. Vous ne jouez pas aux riches trop tôt

Beaucoup avaient bien la possibilité de poursuivre leur parcours pour devenir des multimillionnaires en dollars. Mais après les premiers gains, ils se sont mis à jouer « au riche du coin ».

17. Vous êtes ouvert aux propositions, opportunités et suggestions

La richesse est parfois au détour d’une idée, d’une suggestion ou d’une opportunité que les autres vous suggèrent. Ceux qui loupent des fortunes sont en général fermés à ce que l’inconnu et les autres peuvent leur apporter.

18. Vous savez différer vos gains

Ceux qui sont payés à la semaine ont moins de chance de devenir millionnaire que ceux qui bâtissent une machine financière qu’ils huilent longtemps pour gagner ensuite des millions.

19. Vous renforcez constamment votre capacité de production

Vous savez vous doter d’outils, d’informations, de stratégies, de technologies qui vont vous permettre de gagner davantage.

20. Vous êtes pratiquement le seul à y croire jusqu’au bout

Vous êtes le seul à y croire, le seul à y travailler et le seul à vous battre jusqu’au bout. La bonne nouvelle étant que vous êtes le seul à en tirer le profit maximum. C’est ce qui arrive aux millionnaires en dollars.

21. Il vous arrive de boire mais vous ne fumez pas

Si vous buvez de temps en temps, certainement que vous le faites avec d’autres personnes qui sont dans votre réseau de relations et qui peuvent vous apporter des opportunités. Ceux qui ne boivent pas (rien de mauvais) peuvent être très conservateurs et donc socialement réservés…, ce qui limite leurs chances d’être au courant des opportunités et de les saisir. Par contre les fumeurs rongent leur santé et hypothèquent leur fortune.

22. Vous faites croitre votre richesse chaque jour

Vous avez mis en place un système qui fait que chaque jour vous produisez un résultat significatif qui augmente votre richesse nette actuelle et future d’un certain pourcentage.

23. Vous courrez trop vite pour vos poursuivants

Votre rêve est ce qui vous donne de l’impulsion et vous propulse vers l’avant au point où vous ne demandez pas à savoir qui vous dépassez en richesses mais vous restez suffisamment orienté vers vos propres résultats extraordinaires.

24. Vous emblavez constamment pour le futur

Vous ne faites pas que récolter et protéger ce que vous avez gagné mais vous savez créer de nouveaux chantiers dont la maturation et la récolte vous permettront d’engranger de nouveaux millions.

25. Votre apparence dit peu de choses sur votre fortune

Vous parlez très peu de vos millions. Mieux, rien dans ce que vous portez et faites ne laisse penser un seul instant que vous êtes si immensément  riche. Votre accumulation de richesses est plus « Fast » que vous ne cherchez à mener une vie sulfureuse. Vous êtes vraiment discret quand il s’agit de se vanter sur le niveau de richesse.

 

Par Hermann H. CAKPO

 

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: H&C Magazines

lundi, 03 octobre 2016

8 attitudes qui nous empêchent de nous discipliner

discipline

 

Nous sommes un samedi 15 juin 2012. Je viens de rentrer du club de tennis. Ne me demandez pas si je suis fatigué. J’ai plutôt envie de m’allonger sur le tapis et m’endormir paresseusement. Pendant ce temps, j’ai vraiment faim, vidé que je suis de ma petite réserve de calorie et puis j’ai le livre « Your road map for success » de John C. Maxwell à terminer pour être sûr d’enclencher avec mon livre suivant au programme. C’est bon, je réussis à dépasser ma fatigue et me suis mis à lire mais je suis rapidement rattrapé par cette faim au bord du vertige. Quoi? Je ne vais quand même pas aller manger sans me laver? Lourde corvée ! « Je le ferai une fois que j’aurais repris mes forces », me suis-je dit.  Subitement, je compris que j’étais en train de vouloir jouir avant de payer alors j’ai décidé de payer le prix de me laver avant d’aller manger. Pendant que j’étais sous la douche, je pensais à toutes les raisons qui nous empêchent de nous discipliner. Je les partage avec vous ici. On ne sait jamais !

 

Cause d’indiscipline 1 : Nous voulons faire ce qui est facile avant de faire ce qui est difficile.

Conséquence : L’habitude de la facilité nous empêche de dompter la difficulté. Nous reculons et abandonnons à chaque fois.

J’ai fait l’école publique au cours primaire et tout le premier cycle du secondaire. Lorsque nous étions au primaire, notre école bénéficiait d’un appui du Programme Alimentaire Mondial (PAM) grâce auquel nous avions droit à un déjeuner presque gratuit tous les midis. Le problème, c’est qu’il y a toujours plus de riz ou de pâte (de mais) que de sauce. On vous sert une montagne de riz avec vraiment très de sauce. Comme à la maison, j’avais l’habitude de mélanger les deux et ce n’était pas du tout succulent jusqu’au jour où je surpris un camarade avec un bon fond de riz bien huilé. Je voulais crier à l’injustice (en tant qu’enfant d’un instituteur travaillant lui-aussi dans l’école personne ne m’aurait cru). Je lui posai plutôt la question : « Comment tu fais toi pour avoir autant de sauce mélangée à ton riz ?». Il accepta me filer le secret. Il commence par le plus difficile. Il mangeait pendant un bon bout de temps une bonne partie du riz sans sauce (désagréable et difficile) et arrivé à un certain niveau, il mélange tout le riz restant avec toute la sauce et passe au régal (un vrai régal). J’aurai tiré de cette expérience, une leçon d’autodiscipline pour la vie : Commencez par le frugal ensuite passer au régal, se priver et ensuite « s’enjailler », payer et ensuite s’égayer.

Action disciplinaire : La prochaine fois où vous serez tenté par ou attendrez la facilité, arrêtez-vous et dîtes : « Cette opportunité doit avoir deux parties : une partie difficile (l’investissement) et une partie facile (la gratuité bénéficiaire) ! Je commence par la partie difficile » et comme on dit en Côte d’Ivoire, insistez : « En même temps est mieux ». Divorcez d’avec la stratégie du sauver-les-meubles qui voudrait qu’on démarre une épreuve d’examen par l’exercice le plus facile afin de se garantir la moyenne. La vie n’est pas du sauver-les-meubles. Tout ce dont vous ne vous serez pas occupé et donné attendra pour voir son prix payé…Et toujours. Pas presque toujours. Toujours.

 

Cause d’indiscipline 2 : Nous sommes fiers de faire ce que nous voulons.

Conséquence : Nous ne faisons pas les choses que nous devons faire tout simplement parce que nous ne voulons pas – et ce même lorsque c’est très important.

Effectivement, il y en a qui sont vraiment fiers lorsqu’ils disent : « Laisse-moi tranquille. Je fais ce que j’ai envie de faire. C’est de moi qu’il s’agit, pas de toi ». J’y crois. Je crois au droit de se gouverner soi-même. Mais je peux vous dire que la déclaration universelle des droits de l’homme et la liberté de faire ce qu’on a envie de faire pourvu que cela n’enfreigne aux droits des autres ne s’appliquent qu’à la vie en société (relation sociale avec les autres). Quand il s’agit de faire ce que l’on doit faire pour obtenir les résultats qu’on tient à obtenir, on n’est pas toujours libre de faire ce qu’on a envie de faire. Il y a des choses précises à faire pour obtenir certains résultats précis. L’envie de le faire n’est pas le problème, elle ne compte même. C’est la détermination à obtenir le résultat qui vous force et ceux qui obtiennent des résultats extraordinaires savent qu’il n’y a que cette dernière qui compte. Pour le reste, ils souffrent à faire ce que les autres ne veulent pas faire et qui fait qu’ils n’ont jamais des résultats extraordinaires.

Si vous pensez que les prostituées ont à chaque fois une partie de plaisir, c’est vous tromper. Suivant une étude d’un Institut Américain de Psychiatrie, 87% pensent qu’elles ne veulent pas et ne sont pas des acros du sexe (mais l’argent) et ne jouissent jamais pendant l’acte. Sur les 13% autres, seul 4% jouissent 1/25, les 9 autres souffriraient de masochisme.

Action disciplinaire : Méditez sur la phrase suivante de Viktor Frankl : « La liberté n’est qu’une partie de l’histoire. La moitié de la vérité. C’est pour cela que je demanderai que la Statue de la Liberté sur la côte Est soit supplantée par une Statue de la Responsabilité sur la Côte Ouest ».

 

Cause d’indiscipline 3 : Nous voulons être motivés avant d’agir.

Conséquence : Lorsqu’il n’y a pas de motivation externe (menace claire), nous ne bougeons pas.

Si vous pensez que vous pouvez être motivé pour vous réveiller tôt le matin, vous resterez collé à votre drap les jours où tout va mal et où vous ne savez plus où vous en êtes. Vous n’aurez jamais cette chance-là. Dans la vie, il arrive plus souvent d’être contraint que d’être motivé. Il y a un mécanisme par lequel la vie reporte à plus tard les récompenses et les gratifications si bien que seuls ceux qui peuvent agir immédiatement de façon désintéressée et continuer d’agir ainsi pendant longtemps qui finissent par jouir desdites récompenses. Si vous pensez que vous allez être motivé pour faire du sport, vous vous trompez. Vous avez à vous  lancer et vous verrez peut-être les premiers bienfaits qui vous motiveront ensuite. Et tenez-vous bien, le premier bienfait lorsqu’on se met ou se remet à faire le sport, ce sont les douleurs musculaires inédites. La plupart des gens ne dépassent jamais ce cap… parce que justement ils veulent la gratification immédiate…Elle n’existe pas. On s’auto-motive à plusieurs reprises et ensuite les résultats (bienfaits) prennent le relais.

Action disciplinaire : Listez toutes les activités ou disciplines bienfaisantes à moyen et long terme que vous avez abandonnées parce qu’il n’y avait pas de motivation immédiate. Observez les résultats à long terme des gens qui ont réussi à s’appliquer. Qu’est-ce que cela vous inspire-t-il? Sachant ce que vous savez, qu’allez-vous faire?

 

Cause d’indiscipline 4 : Nous voulons aller bien dans notre peau avant d’agir.

Conséquence : Nous ne goûtons pas au résultat qui permet d’aller bien et nous allons de mal en pire.

La cure de cette attitude est me semble-t-il la plus facile. On va aller droit au but…Vous n’irez pas mieux si vous n’agissez pas en conséquence maintenant. Alors agissez en conséquence. Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai pris un comprimé de médicament mais au moment où j’en prenais, j’étais toujours le premier à l’avaler non pas parce que je croyais en l’effet mais croquer et avaler un médicament surtout amer était tellement si désagréable que je me disais qu’il fallait en finir avec le plus tôt possible pour retrouver un état plus agréable. Si vous voulez le confort, subissez l’inconfort en l’affrontant le plus tôt possible. Plus vous mettrez du temps à éviter l’inconfort, plus loin s’éloignera le vrai confort.

Action disciplinaire : Apprenez à fermer les yeux pour exécuter les actions désagréables qui vous apporteront le soulagement derrière. Vous n’aurez pas besoin d’aller bien, fermez les yeux tout simplement et concentrez-vous sur le soulagement d’après. Lancez-vous, la douleur passera très vite.

 

Cause d’indiscipline 5 : Nous avons fait de la difficulté notre indicateur d’abandon.

Conséquence : Nous ne jouissons jamais des résultats qu’on obtient en affrontant la difficulté.

 « Tout ça est trop compliqué pour moi. Privez-moi des détails techniques en allant à l’essentiel » disent souvent ces hommes et ces femmes qui veulent faire croire à tout le monde qu’ils sont pragmatiques. Moi aussi j’ai dit cela à mon comptable lorsqu’il est venu me parler du charabia sur la réglementation fiscale. Si je l’avais écouté, j’aurais posé des questions pour comprendre et être averti pour ne pas commettre des erreurs qui m’auront coûté très chères. Lorsqu’on ne sait pas se discipliner pour réfléchir et comprendre une fois pour toutes les situations complexes, on les banalise et espère les dompter en y appliquant des solutions banales… Et lorsqu’on ça ne marche pas, on abandonne vite.  Sachant que les choses faciles à faire sont légion. Rien d’extraordinaire que de réussir à les faire. Et rien d’extraordinaire, lorsque vous abandonnez face à la difficulté, des milliards d’êtres humains vous auront précédé et vous succèderont dans cette optique.

Action disciplinaire. Reconsidérez toutes les situations que vous avez fuies parce qu’elles étaient complexes et difficiles à aborder. Demandez-vous: « Qu’ai-je fait d’extraordinaire en fuyant devant la complexité? » et ensuite : « En quoi aurait consisté l’extraordinaire? ». Une fois que vous aurez su ce en quoi aurait consisté l’extraordinaire, appliquez-vous à le faire, vous n’aurez pas besoin d’être motivé pour ça.

 

Cause d’indiscipline 6 : Nous espérons pouvoir nous efforcer et payer plus tard.

Conséquence : Nous payons effectivement plus tard mais du prix le plus fort.

Ne surestimez pas ce que vous pourriez être capable de faire demain que vous ne pouvez vous discipliner à faire aujourd’hui. Faites violence sur vous-même. Il va y avoir un peu douleur mais la douleur vous attendra toujours à quelque coin de la vie. Jim Rohn nous rappelle que nous ne pouvons pas échapper à la douleur que nous finissions par réussir ou échouer. Il faut en effet savoir choisir entre la douleur de la discipline et la douleur du regret. Dans le cas de la douleur de la discipline, on peut encore faire quelque chose. Mais lorsqu’on est en plein dans le regret, on peut plus rien corriger, on s’exclame tout simple : « Si je savais…! » ou « Et pourtant on m’avait dit ». Sachez qu’il n’y a jamais d’urgence, il n’y a que les choses qui n’ont pas été faites quand elles devraient faites qui deviennent urgentes.

Action disciplinaire : Listez vos refus de dépassement et de violence actuels qui vont vous faire prendre des engagements ou reporter des actions qui pourraient vous coûter plus cher après. Comparez  par actualisation le prix à payer plus tard ou le long du chemin au prix actuel. Voyez si c’est plus élevé et surtout si la douleur de maintenant ne serait pas moindre.. Agissez en conséquence ensuite.

 

Cause d’indiscipline 7 : Nous pensons que ce n’est pas grave.

Conséquence : Nous laissons la situation s’aggraver, devenons très motivé quand  ça devient très grave et crions : « Je suis foutu » lorsque le pire montre son vrai visage.

Dans un post précédent, je vous parlais de ce slogan des jeunes sénégalais pour exorciser le « Ce n’est pas grave » : « C’est ce n’est pas grave qui a tué ma grand-mère ». Vous savez maintenant que c’est toujours grave de ne pas agir tout de suite parce que s’il faut attendre que cela s’aggrave avant de s’appliquer et de se discipliner pour réagir et agir en conséquence, ça peut être trop tard. Pourquoi attendre de ne plus avoir le choix avant de sortir les gros moyens qui en ce moment-là peuvent rapidement devenir impuissants et inefficaces?

Action disciplinaire : Listez toutes les situations de votre vie qui continuent de s’aggraver et pendant ce temps, vous vous dites que ce n’est pas encore grave. Demandez-vous ce que vous feriez si la situation devenait très grave et ensuite faites-le maintenant et immédiatement.

 

Cause d’indiscipline 8 : Nous refusons tout ce qui est nouveau et nécessite de nouveaux efforts et un nouvel apprentissage.

Conséquence : C’est la routine. Nous n’obtenons pas de nouveaux résultats. Nous stagnons.

Cette attitude est le propre des gens qui s’opposent farouchement à toute proposition de changement. Pour dire la vérité, la plupart d’entre eux sont des gens très disciplinés. Ce sont de très grands traditionnalistes et nostalgiques, défenseurs des valeurs du passé. Ils ont travaillé à se discipliner « dans leur capacité à prendre à chaque fois la même chose et la faire sans se poser de question sur l’adéquation et les opportunités d’amélioration et d’excellence ratées. ».Mais ce n’est pas cela la discipline. Dans ce cas d’espèce, la discipline aurait consisté à dépasser son attachement aux valeurs et façons de faire devenues infructueuses pour s’atteler à apprendre et à faire les nouvelles choses à faire pour améliorer ses résultats et ainsi continuer de croitre vers la réalisation de son potentiel.

Action disciplinaire : Listez toutes les méthodes et façons de faire auxquelles vous vous accrocher parce que vous ne voulez pas vous faire la violence nécessaire de vous mettre à l’écoles de nouvelles méthodes et conditions plus efficaces et retourner en apprentissage. Une fois que vous aurez appris et assimilé, ce sera plus facile.

 

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

 

Source: H&C Magazines

mardi, 30 août 2016

20 secrets de réussite des entrepreneurs milliardaires partis de rien

 

Folorunsho-Alakija1-1024x576.jpg

Folorunsho Alakija, Femme milliardaire nigériane

 

La question est souvent posée : Peut-on entreprendre à partir de zéro franc ? Est-il possible de devenir un entrepreneur milliardaire en partant de rien ? Quels sont les secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien ? Lorsqu’on voit des milliardaires comme Aliko, Dangote, Richard Branson, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Oprah, Amancio Ortega on peut facilement dire qu’il est possible de devenir milliardaire en partant de rien. Il existe donc des secrets de milliardaires partis de rien. Vous pouvez trouver une idée aujourd’hui, vous concentrez dessus pour en faire une idée milliardaire. Nous avons analysé 20 milliardaires partis de rien et qui grâce à l’entrepreneuriat sont devenir des gens enviés et inspirants. Voici les 20 secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien.

Décider de faire quelque chose de plus grand avec une idée banale

On estime aujourd’hui à près de 54 milliards de dollars la fortune de Mark Zuckerberg le co-fondateur de Facebook. On dit également de lui qu’il a volé une idée que deux de ses camarades lui ont confiée avec pour mission de les aider à la développer. Si on s’en tient à ce que ses camarades voulaient faire de « l’idée originale de Facebook, il est clair que ce ne serait pas aujourd’hui une entreprise milliardaire ».

Mark Zuckerberg a eu la chance d’avoir un co-fondateur qui le poussait à toujours voir les choses un peu plus grand. Au lieu de créer un réseau sectaire d’étudiants de Harvard, ils ont décidé de créer « un monde plus ouvert et plus connecté ».

Quand on voit plus grand, on touche plus de personnes et plus d’argent assurément.  Tâchez de regarder un peu au-delà du nez et ne vous en tenez pas seulement à votre région, province, ou pays. Démarrez petit mais n’arrêtez surtout pas de pousser à chaque fois très loin vos limites. Il n’y a pas plus grands secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien que celui-là.

Agir comme si vous saviez à 100% ce que vous faites

Personne ne comprend mieux que Andy Grove l’un de ses secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien. La plupart des gens pensent que  les entrepreneurs milliardaires  savent dès le départ qu’ils allaient devenir si immensément riches. Aliko Dangote savait qu’il allait devenir l’un des grands entrepreneurs du Nigéria et d’Afrique certainement mais il ne savait pas qu’il serait au niveau auquel il est actuellement, lui qui a débuté en vendant des sacs de voyage en plastique.  Il fait partie de la catégorie de gens qui pensent et savent qu’on n’a pas besoin d’être totalement prêt ni totalement sûr avant d’agir comme si on était totalement sûr et totalement prêt.

Rappelez-vous la leçon du milliardaire Andy Grove, PDG de Intel : « Vous devez agir comme si vous saviez à 100% ce que vous faites. Vous devez agir. Vous ne pouvez pas vous permettre d’hésiter ou d’être évasif. Vous risquerez de faire échouer tous vos projets ».

A vrai dire, n’y a-t-il pas trop de gens qui n’y croient pas autour de vous ? Pourquoi allez-vous intégrer leur cercle en devant hésitant et évasif dans vos choix et orientations?

Garder sa discrétion pour se concentrer à bâtir son business

Lorsqu’ils commencent à connaître du succès avec leur entreprise, certains entrepreneurs s’empressent de devenir des stars des médias. Les milliardaires partis de rien ne font pas ainsi. Ils sont d’une grande discrétion parce qu’ils comprennent que l’argent ne fait pas du bruit et que le bruit ne fait pas l’argent. C’est le cas du milliardaire Amancio Ortega créateur de la marque ZARA. Peu de gens le connaissent parce qu’il ne fait presque jamais d’apparition publique. C’est cette grande discrétion qui lui a permis de se concentrer pour bâtir son empire entrepreneurial.

Il était fils de cheminot quand il s’est lancé. Il quitte l’école à l’âge de 14 ans et travaille comme coursier dans un magasin de textile de La Corogne en Espagne. Discrètement, il commence à réfléchir à ses propres concepts et bientôt il crée sa propre marque à 27 ans. C’est le début d’une aventure discrète et à la fois efficace qui fera de lui l’homme le plus riche d’Espagne.

Ne jamais penser qu’un échec peut vous être fatal

Winston Churchill disait que le succès n’est pas final et que l’échec n’est jamais fatal et que c’est le courage de continuer qui compte. Les entrepreneurs milliardaires partis de rien pensent exactement la même chose. Mieux, ils savent profiter de leur chute ou de ce que les autres appellent « mauvaise fortune » pour se relancer. C’est le cas de Michael LLITCH. Immigré macédonien aux Etats-Unis il se révèle comme un excellent joueur de Baseball. Il allait signer un gros contrat avec les Tigres de Détroit lorsqu’il est victime d’une vilaine blessure. Il décide alors de se lancer dans la restauration. Il ouvre avec sa femme Little Caesars Pizza  en s’inspirant du nom Little Caesars par lequel elle l’appellait. Aujourd’hui des milliers de restaurant du même nom ont ouvert à travers le monde, assurant sa fortune.

Si vous êtes sur le point de faire une grosse affaire et de saisir une opportunité et qu’elle vous glisse entre les mains, cela ne vous empêchent pas de faire partie des entrepreneurs milliardaires partis de rien. Ne pensez surtout pas que tout est fini. Ce n’est jamais fini.

Chercher à « placer une dent dans l’univers »

Il ne fait aucun doute que Steve Jobs est un fou. Déjà lorsqu’il s’est rendu compte que ses parents adoptifs avaient économisé toute une vie pour lui permettre d’étudier, il a préféré renoncer aux études universitaires.  Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est Steve Jobs a été un Sans Domicile Fixe (SDF) dormant un jour  à l’autre chez ses camarades et vendait des bouteilles de Coca-Cola pour survivre. Mais une question lui trottinait dans la tête et sa vie et son oeuvre auront été une réponse parfaite : « Vas-tu passer le reste de ta vie à vendre de l’eau sucrée ou vas-tu placer une dent dans l’univers ? ».

Voilà une tâche difficile mais les entrepreneurs milliardaires partis  de rien comme Steve Jobs savent qu’ils doivent tout faire pour faire quelque chose de radicalement différent, de radicalement inédit, qui nécessite un niveau d’affinement que la plupart des gens ne veulent pas perdre leur temps à faire. Et quand c’est parfait, ils pensent constamment l’améliorer pour aboutir à des produits inédits et chèrement vendus comme Iphone, Ipad, et autre. Aucune surprise lorsqu’il en tire des dizaines de milliards.

Décider de faire des choses plus grandes que soi et continuer de se lancer constamment des défis

Lorsque Richard Branson décida de lancer des vols touristiques dans l’univers, on aurait pu lui demander pourquoi il veut faire une chose pareille.  Lorsqu’il était déjà au lycée, Richard Branson a décidé de lancer un journal pour les étudiants : « Student ». Il va mal s’en tirer et sera même emprisonné pour non paiement d’impôt. Mais il n’a jamais cessé de faire des choses plus grandes que lui. Que ce soit lorsqu’il a décidé de lancer une compagnie aérienne concurrente à British Airways. Il était convaincu qu’il fallait apporter une expérience différente au voyageur. On lui a promis que Virgin Atlantic n’allait pas survivre une semaine. Rien n’y fit, il adore les challenges et ce n’est certainement pas les milliards qu’il recherche…La conséquence étant qu’il a de beaucoup de milliard. Il dit : « Ce qui m’intéresse dans la vie, c’est de me poser un défi énorme, quelque chose d’apparemment infaisable et de me tirer vers le haut en essayant d’y arriver ».

Ne surtout pas écouter les gens qui disent que vous n’allez jamais réussir dans votre vie

L’un des secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien, c’est de savoir se donner une destination à partir de là où ils sont et de se battre ensuite pour y arriver. John Paul Dejoria fait partie ces milliardaires partis de rien qui ont connu aussi bien la rue que les palaces.  Lorsqu’il était enfant, John Paul DeJoria vendait des cartes de Noël et des journaux pour aider sa famille. Sa mère l’envoya à l’orphelinat parce qu’incapable de l’assumer financièrement. Il vit dans la rue après avoir intégré un gang de Los Angeles. Mais il n’oublie pas la provocation que lui avait faite son professeur de maths qui lui disait qu’il n’allait jamais rien réussir dans la vie. Après avoir travail dans un laboratoire de produits capillaires, il se fait viré pour avoir critiqué la stratégie commerciale. Il emprunte 700 dollars (400.000 F CFA) pour lancer sa propre marque John Paul Mitchell Systems. Aujourd’hui il est passé milliardaire avec ses produits capillaires et ses investissements dans l’industrie musicale.

Les Brown disait qu’il ne faut laisser l’opinion des autres devenir votre réalité. C’est l’un des secrets des milliardaires partis de rien. Ils savent que ce qu’ils sont actuellement n’a pas d’importance et qu’il faut savoir se concentrer pour créer son futur à partir du futur qu’on espère et non à partir des douleurs qu’on subit actuellement.

Procéder à des acquisitions

C’est certainement une pratique très peu développée dans le milieu des affaires en Afrique en général sauf au Maroc, au Nigéria ou en Afrique du Sud et dans une certaine mesure en Côte d’Ivoire mais l’un des secrets des entrepreneurs milliardaires, c’est qu’ils savent glaner tout ce qu’ils peuvent glaner sur leur chemin pour finir par se faire une grosse fortune.

Le milliardaire Jean Kacou DIAGOU , fondateur de NSIA GROUP a vu son entreprise prendre une nouvelle dimension lorsqu’il acquiert les AGF Côte d’Ivoire. Vous pouvez partir de rien mais si vous savez utiliser votre flair d’entrepreneur et surtout pouvez gérer et développer votre entreprise plus rapidement que les autres, vous allez avoir les moyens de les racheter et de transformer ce qu’ils vous ont revendu en une vraie fortune.

Se concentrer à bâtir son empire : construire, construire, construire

Lorsqu’on demande au milliardaire J. R. Simplot quel est son secret pour devenir un entrepreneur milliardaire, il répond tout simplement : « Faites honnêtement votre travail : construisez, construisez. C’est tout ce que je peux vous dire »

La force d’Aliko DANGOTE réside dans sa capacité à construire, construire et construire. Aujourd’hui, il est le roi de plusieurs secteurs au Nigéria. En effet, comme il le dit, « il y a ceux qui veulent devenir riche du jour au lendemain mais il y a d’abord et également ceux qui veulent bâtir une riche entreprise. » Et toute la différence se fait à se niveau. Si vous partez de zéro, concentrez-vous à bâtir votre entreprise et elle vous rapportera des milliards.

Privilégier la valeur ajoutée pour le client

S’il y a l’un des secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien qui aidera tout entrepreneur, c’est de savoir que le client est définitivement roi et qu’il faut savoir créer toutes les conditions pour lui apporter la meilleure valeur possible. C’est le secret d’un autre entrepreneur milliardaire parti de rien qui deviendra le premier entrepreneur milliardaire en dollars de moins de 40 ans Michael Dell. Lorsque Dell quitte l’université à 19 ans pour lancer ses propres affaires dans l’assemblage d’ordinateur, il décide de s’adresser directement à l’acheteur au lieu de passer par des intermédiaires. Son but : améliorer l’expérience et la valeur ajoutée pour le client.

Personne ne peut créer une entreprise et réussir durablement s’il ne place pas le client au cœur de son business.

Apporter les solutions pratiques audacieuses là où les autres hésitent à mettre leur argent

Que ce soit aujourd’hui dans la construction de raffinerie, les pâtes alimentaires ou encore le ciment et la construction de lignes de fibre optique, Aliko Dangote fait parti de ses entrepreneurs milliardaires partis de rien qui voulaient oser là où la plupart des gens hésitent. Alors qu’il est diplômé en gestion, il ne fera pas comme tous ceux qui vont s’installer dans un bureau ou demanderont un emprunt. C’est avec l’aide de son oncle et d’un camion qui va lancer sa propre boite. Aujourd’hui il a conservé la même capacité à aller là où les autres ne veulent pas aller.

Les secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien sont bien à notre portée pour peu que nous sachions utiliser la stratégie de l’océan bleu. Oser aller là où personne ne veut aller. Oser faire ce que personne ne veut faire. Il n’y pas plus grands secrets pour taper dans la source de la richesse.

Accepter de faire le sale boulot et s’enrichir avec

Wayne Huiwenga disait qu’il y a de l’argent dans les ordures et pour lui ce n’est pas du tout une blague. Comme la plupart des entrepreneurs milliardaires qui partent de rien, il sait très bien qu’il faut accepter faire ce qui semble « indigne » pour les autres mais parce qu’on sait tout simplement qu’il y a de l’argent. Son entreprise Waste Management est aujourd’hui l’une des sociétés de référence en ramassage d’ordures ménagères aux Etats-Unis. Cependant, lorsque Wayne Huiwenga démarrait son entreprise avec un camion de ramassage d’ordure tout le monde se moquait de lui. C’est impressionnant de voir qu’il est devenu entrepreneur milliardaire en ramassant des ordures.

Je connais des gens qui se moquent de ceux qui vendent des produits dans leurs petits kiosques. Quelqu’un m’a dit la dernière fois que c’est indigne de vendre des produits à base d’aloès (For Ever Living Product) et espérer devenir millionnaire avec. Et pourtant, ce business fait générer  plus de 4.5 milliards de dollars et a fait de son fondateur Rex G. Maughan un milliardaire prospère.  Un entrepreneur malin doit savoir qu’il y a du milliard dans les insignifiances. C’est l’un des secrets des entrepreneurs milliardaires partis de rien.

Proposer à l’échelle mondiale la solution locale

Il a fallu certainement que Mark Zuckerberg regarde un peu au-delà du nez pour devenir un entrepreneur milliardaire. Au lieu de voir juste la notoriété qu’il allait avoir à Harward, il a pensé à l’échelle mondiale. S’il y a une personne qui a pris une solution personnelle et en a fait un fond de commerce à l’échelle mondiale, c’est bien J. K. Rowlings. Elle écrivait des histoires (l’histoire de Harry Potter) qu’elle racontait à sa fille qu’elle avait du mal à nourrir. Son idée était de la consoler et finalement, elle saisit l’idée de prononcer la même histoire à l’échelle mondiale pour consoler des millions de jeunes lecteurs. C’est la naissance de la saga Harry Potter dont les ventes dépassent avec plus de 450 millions de vente. Ce qui fait d’elle une entrepreneur milliardaire.

Trouvez votre fond de commerce. Trouvez un moyen de le vendre et vous feriez votre fortune.  L’argent est dans vos douleurs. Et si vous vivez des douleurs et que vous les résolvez, pensez aux milliards de personne qui ont les mêmes douleurs et donc le même problème et trouvez un moyen de leur vendre votre solution.

Refuser de finir là où on a commencé

Vous imaginez un pompiste qui est devenu un magma du pétrole et milliardaire ? C’est le cas de Harold Hamm, né de parents pauvres qui cueillaient du coton dans les champs de l’Oklahoma pour le supporter. Ses parents vivaient avec ses 12 autres frères et sœurs dans une maison à une seule chambre.  Lorsqu’il fut recruté pompiste, un métier ingrat sans doute, Harold observait les transporteurs qui venaient les livrer et se disait qu’il n’allait pas finir pompiste…Il créé rapidement son entreprise pour transporter du pétrole.

Progressivement il va se familiariser avec le secteur et s’improvise expert en exploration du pétrole et du gaz, signe qu’il ne voulait pas finir ni là où il avait débuté, ni là où il était arrivé. Il eut la chance de découvrir des champs de pétrole et crée un empire milliardaire avec son entreprise ontinental Resources.

Ouvrir les yeux pour savoir profiter de ses relations

Folorunsho Alakija est aujourd’hui l’une des femmes milliardaires en dollars d’Afrique parce que comme Wayne Huizenga, elle a refusé de finir Assistante de Direction qu’elle était à ses débuts dans une enterprise nigériane dénommée Sijuade Enterprises avant d’intégrer First National Bank of Chicago. Pendant qu’elle travaillait à la banque, elle va créer une entreprise de mode dénommée Supreme Stitches.  Elle va devenir l’habilleur de plusieurs fortunées et personnes haut placées au Nigéria. Elle ne va pas hésiter à en profiter et s’investit à obtenir des permis d’exploration de pétrole. Elle explore la côte nigériane. Et lorsque vous avez l’or noir en plus d’autres investissements, vous devez forcément immensément riche.

Savoir fructifier et multiplier la plus petite ressource

Comme Folorunsho Alakija, Roman Abramovitch est l’autre entrepreneur milliardaire qui  a su profiter de ses relations pour devenir milliardaire en se faisant octroyer des marchés. Et ça, c’est la partie la plus évidente du film. Mais avant de pouvoir bénéficier de contrat très généreux grâce à ses relations favorables et accointances avec le pouvoir en Russie, il a été malin en investissant le cadeau de mariage de 2.000 roubles. Il démarre ses activités dans le marché noir du parfum. Puis, engrenage des profits pour se lancer dans l’industrie du jouet en plastique qui va le rapprocher du secteur du pétrole.

Vous pouvez avoir les meilleures opportunités, les meilleures ressources au monde mais si vous ne savez fructifier et tirer bon profit, mêmes les faveurs du régime en place ne feront pas de vous un entrepreneur milliardaire à vie.

Savoir se battre pour parvenir à ses fins

Dans la vie, vous pouvez tout avoir pourvu que vous soyez prêt à en payer le prix. S’il y a une personne qui sait très bien se battre pour obtenir ce qu’il veut, c’est bien Mark Cuban, aujourd’hui, l’un des entrepreneurs milliardaires en vue aux Etats-Unis. A 12 ans alors qu’il voulait s’acheter des paires de basket, il a décidé de vendre des sacs poubelles pour y arriver. Ce fut son premier coup. De toutes les façons il ne pouvait pas compter sur ses parents qui étaient alors d’une famille ouvrière. Petit-fils d’immigrés russes, il savait user de son génie pour parvenir à ses fins.   Pour se payer l’université, il s’est improvisé revendeur de collections de timbres. Acceptant faire tous les boulots possibles, de barman à professeur de danse, il réussit à rassembler des sous pour lancer son entreprise. Mais c’est en vendant des logiciels de gestion qu’il fera fortune. Il revend son entreprise d’édition de logiciels et devient millionnaire. Il crée ensuite broadcast.com que Yahoo lui achète 5,7 milliards de dollars au plus fort de la bulle Internet. Il est alors devenu milliardaire.

Vous avez compris : savoir se débrouiller et être prêt est l’un des secrets des entrepreneurs milliardaires et comme le  dit si bien Oprah Winfrey : « Le plus grand secret, c’est qu’il n’y a pas de grands secrets. Quel que soit votre but, vous allez l’atteindre si vous êtes prêt à y travailler ».

Accepter la critique même de ses proches et continuer à entreprendre

Il y a quelques semaines, Jeff Bezos, patron d’Amazon.com, le site de vente en ligne le plus puissant au monde, a dévoilé ses nouveaux avions de livraison des commandes aux clients. Il est vraiment fou et est allé jusqu’à acquérir le Washington Post alors qu’il n’y a aucune connexion avec son business, du moins selon ce que la plupart des gens pensent. Et s’il y a une personne qui subit la plus grande critique dans son propre camp et de la part de ses propres actionnaires, c’est bien Jeff Bezos. Pour les faire taire, il leur a écrit une lettre au début des années 2000 et leur en rappelle le contenu à chaque fois quant à ce que l’entreprise doit devenir. Et sans doute qu’il va continuer de grandir lui qui a déjà une fortune de plus de 66 milliards de dollars.

Et voici ce qu’il conseille à ceux qui ont peur de la critique et hésitent à faire des choix critiquable : « Si vous ne supportez pas la critique, pour l’amour du ciel, n’entreprenez rien de nouveau ». Sincèrement, si vous voulez devenir milliardaire, qu’est-ce que vous avez à faire des critiques des gens qui ne le sont pas ? ».

Utiliser à fond son plus gros atout

Lorsque vous entendez parler d’Oprah Winfrey, vous pensez certainement à la première femme noire entrepreneure à devenir milliardaire. Mais l’histoire d’Oprah Winfrey n’est pas des plus aisées ni des plus faciles à raconter. On aurait pu dire que rien ne lui a marché sauf une seule : son talent de communicateur. Et Oprah va utiliser cet atout pour briser toutes les barrières qui se dresseront sur son chemin. Ce chemin a su se frayer jusqu’à atteindre une fortune de plus de 3 milliards de dollars. Elle qui a été violé par ses propres oncles…

Voyez-vous ? Même si le pire a pu vous arriver, il vous reste sûrement une qualité ou un talent que vous pouvez vous concentrer à exploiter à fond.

Nourrir sa passion pour les grandes réalisations

S’il y a un entrepreneur milliardaire qui s’est nourrir sa passion pour les grandes réalisations et sait s’amuser pendant qu’il entreprend, c’est bien Adelson Sheldon. Aujourd’hui, il est le propriétaire de l’un des hôtels les plus en vue du monde The Venetian à Las Vegas avec 120 000 mètres carrés de halls d’exposition et 50 000 mètres carrés de salles de conférence. Et pourtant il a démarré avec 200 dollars qu’il a empruntés pour vendre des journaux. Plus tard, il va devenir l’organisateur de l’un des plus grands salons majeurs dans l’informatique qu’il a débuté en 1979 : Comdex qu’il vendra plus tard pour plus de 800 millions de dollars.

En effet, qui rêve de milliards doit rêver de réalisation gigantesque même s’il démarre petit. Le plus important c’est de ne laisser rien tarir sa soif pour la grandeur. Si vous n’êtes grand à l’intérieur de vous-même, vous ne pouvez pas devenir milliardaire.

 

Par Ralph Lionel NGUIMBI,

Coach & Directeur H&C GABON – Membre The H&C Group

 

Source: H&C Magazines

15 habitudes des entrepreneurs millionnaires pour devenir riche et le rester

 

aliko_dangote_optimiser_journee-1024x576.jpg

Aliko Dangote, Milliardaire nigérian, l'homme le plus riche d'Afrique

 

Beaucoup de gens deviennent immensément riche sans pouvoir le rester et d’autres n’ont aucune idée de comment devenir millionnaire et le rester. Il y a en effet des habitudes de millionnaires que n’importe qui peut développer pour devenir millionnaire. Le travail mérité et l’apport de valeur ajoutée exceptionnelle constituent certainement l’une des habitudes pour devenir riche et le rester. Vous pouvez décider devenir millionnaire en devenant un entrepreneur ou pratiquer votre métier de façon exceptionnelle. Il faudra y ajouter quelques habitudes déterminantes. Voici les 15 habitudes des entrepreneurs millionnaires pour devenir millionnaire et le rester durablement.

Vivre en dessous de ses moyens et sans se sentir gêné

Lorsqu’ils créent leur propre entreprise ou sont devenus cadres supérieurs ou occupent de grands postes de responsabilité, les gens qui ne savent pas quelles sont les bonnes habitudes pour devenir millionnaire et le rester. Alors ils se mettent à violer la principale pour devenir millionnaire et le rester. Ils dépensent pour montrer qu’ils sont devenus riches et cachent leurs incapacités financières dans le but d’avoir l’approbation des gens. Ce n’est pas une excellente habitude pour devenir millionnaire et le rester.

Les riches commerçants et entrepreneurs millionnaires sont assez malins pour ne pas vivre au-dessus de leurs moyens. Contrairement aux gens qui viennent de devenir millionnaire et qui se vantent et commencent à prendre des engagements intenables, les entrepreneurs millionnaires décident de dégager de la marge pour épargner et continuer d’investir pour développer leurs affaires sans avoir besoin d’emprunter.

Ne pas jouer à la loterie, ne pas miser sur des stratégies d’enrichissement vaines

Il n’y a pas de stratégies plus vaines pour devenir millionnaire que de jouer à la loterie. Les gens qui entreprennent et se lancent dans les affaires ont 1/5 de devenir millionnaire alors que lorsque vous jouez à la loterie vos chances sont de 1/6.000.000. Et il y a d’autres stratégies vaines pour devenir millionnaire comme le fait de poursuivre quelqu’un en justice, faire un mariage d’intérêt c’est-à-dire ne pas vraiment aimer une personne mais l’épouser juste pour jouir de ses millions ; le fait d’attendre pour que ses parents meurent pour jouir de leurs millions douloureusement gagnés et accumulés ; le fait de vouloir faire la politique, devenir haut placé et avoir la main sur les deniers publics et s’en mettre plein les poches.

Ces stratégies sont vaines et ne permettent pas de devenir millionnaire et le rester durablement. Décidez de ne pas vous concentrer dessus car vous allez perdre du temps et finir par devoir reprendre à zéro si vous voulez devenir millionnaire.

Apprendre chaque jour de nouvelles façons de devenir riche

La stratégie est simple : s’assurer d’apprendre chaque jour de nouvelles choses qui vous permettent de faire de meilleures choses afin de devenir millionnaire. Comme j’ai l’habitude de le dire, le succès est possible c’est-à-dire que beaucoup de gens ont déjà réussi à devenir millionnaire et le sont restés. C’est le signe que tout le monde peut devenir de devenir millionnaire.  La stratégie est disponible c’est-à-dire qu’il y a des gens qui ont procédé d’une certaine manière et qui ont réussi à devenir millionnaire et on peut les copier.

Et justement, la copie est tolérée, c’est-à-dire que personne ne cachent sa stratégie pour devenir riche et personne ne vous poursuivra parce que vous avez copié ses bonnes habitudes pour devenir millionnaire. L’ajustement est la clé, c’est à vous d’ajuster les bonnes habitudes copiées et les adapter à votre situation ou contexte. Donc, si une personne veut devenir millionnaire, il lui faudra apprendre des choses des millionnaires chaque jour et se mettre à les adapter et les appliquer à son contexte.

Passer peu de temps dans les causeries, devant la télévision et sur Internet

Si vous passez votre temps à admirer la réalisation des rêves des autres, il y a de fortes chances que vous ne pouvez pas le passer en même temps à travailler sur votre rêve et devenir millionnaire. Lorsque vous avez décidé d’entreprendre et de devenir millionnaire, vous devez être stratégique dans l’utilisation de votre temps. Chaque minute que vous utilisez doit être rentabilisée et doit être prioritairement consacrée à faire des choses qui vous permettront de devenir millionnaire…

Passer des heures dans les débats, causeries sur l’actualité ou les commentaires politiques  et de matches de football ou encore à regarder des séries dont on apprend rien pour devenir millionnaire sont des habitudes à supprimer si vous voulez devenir millionnaire et le rester.

Maîtriser ses émotions car elles bouffent le carburant du succès

La maxime la plus importante lorsqu’on veut devenir millionnaire, c’est d’appliquer la règle entrepreneuriale. Elle est simple : Les entrepreneurs sont malins, ils mettent leur argent, leur énergie et leur temps dans ce qui va rapporter de l’argent, du temps et de l’énergie. Ce qui veut dire clairement qu’ils ne se font pas du mauvais sang pour rien. Ils savent qu’il faut beaucoup d’énergie pour rester inspiré et concentré sur leur objectif de devenir et le rester, la conséquence est qu’ils ne perdent pas du temps dans les disputes et les palabres inutiles.

Ils se réconcilient vite avec les gens pour rester en mesure de pouvoir faire les affaires avec eux dans l’avenir. Ils font attention au coût d’opportunité des disputes, des rancœurs et la vengeance. Ils s’assurent d’adopter à chaque fois une attitude supérieure pour éviter de perdre des opportunités et des relations.

Réseauter et s’investir dans les autres

Il n’y a de richesse que d’hommes. Les gens qui arrivent à devenir millionnaire le deviennent en général grâce aux relations. C’est pour cela que si vous voulez devenir millionnaire, vous devez vous assurer de vous associer à des gens qui peuvent vous mettre en relation avec des millionnaires ou le sont eux-mêmes.

La misère aime la compagnie et justement, celui qui veut devenir millionnaire ne peut pas se permettre de se mettre avec des gens qui ne peuvent pas lui permettre d’y arriver. Et comme en la matière, le principe donnant donnant fait toute sa différence, il faut largement s’investir dans les autres afin qu’ils deviennent redevables et vous donnent de quoi devenir millionnaire sous forme de mise en relation, de recommandation, d’offre d’opportunité, d’achat et/ou d’affaire commune.

Rappelez-vous, il faut être en contact avec les millionnaires de quelque façon pour devenir millionnaire car qui s’assemble se ressemble. Et surtout, il faut devenir intéressant pour eux en leur proposant ou en leur offrant des valeurs pertinentes dépassant leurs attentes car les millionnaires aiment s’associer aux gens qui leur ajoutent davantage de valeur.

Toujours atteindre la production suprême au travail et dans les affaires

Le secret n°1 pour devenir un millionnaire, c’est de devenir un créateur de richesse. Il n’y a sans doute pas meilleure façon de créer de la richesse que d’ajouter constamment plus de valeur que celle attendue. Dépasser les attentes de ses clients, employeurs et donneurs d’ordre est le secret pour se faire confier de nouvelles missions et opportunités et gagner de l’argent. Lorsque l’opportunité nous est offerte de démontrer combien nous sommes capables d’apporter de la valeur, nous ne devrions aucunement hésiter.

Les gens qui deviennent millionnaire savent saisir chaque opportunité de service comme l’opportunité de leur vie et s’assurent de délivrer plus que ce qui est attendu d’eux. Développer cette habitude, et vous allez accélérer la vitesse à laquelle vous allez devenir millionnaire.

Fixer des objectifs et y travailler véritablement et arrêter d’avoir des vœux et souhaits

Les entrepreneurs qui se lancent et finissent par devenir millionnaire sont des gens qui tiennent vraiment à leurs objectifs. Rappelez-vous que contrairement à ce que la plupart des gens pensent, le succès, ce sont les objectifs et le reste n’est que commentaire. On dira que vous avez réussi lorsque vous avez des objectifs et engagez des actions qui vous permettent d’obtenir ce que vous voulez. Pour devenir millionnaire, il faut clairement se fixer cet objectif et ensuite engager systématiquement une série d’actions concrètes pour y arriver au lieu d’attendre sans rien faire et espérer sans s’investir. La Il faudra travailler concrètement pour devenir millionnaire et le rester. Autrement, vous allez devenir millionnaires mais ce sera difficile de le rester sans actions concrètes continues.

Engranger 5 victoires chaque jour

Le progrès quotidien est déterminant pour vous assurer de ce que vous êtes en train d’atteindre vos objectifs. L’une des habitudes majeures pour devenir millionnaire, c’est de se fixer des challenges quotidiens, hebdomadaires, mensuels, et annuels pour finir par atteindre son objectif. Les entrepreneurs millionnaires savent s’auto-challenger. Ils se fixent 5 grosses victoires à réaliser pour chaque jour. N’oubliez pas que si vous voulez faire 50 millions en fin d’année, cela revient à 1 million par semaine et 200.000 par jour. Faites vite le calcul et vous comprenez que vous ne pouvez pas y arriver si vous laissez passer une seule journée sans relever le défi de faire 200.000 de profit net. Soyez malin et concentrez-vous pour relever 5 victoires chaque jour et vous augmentez vos chances de devenir millionnaire.

Apprendre des autres et respecter la règle des 1/5

Les entrepreneurs millionnaires savent glaner des opportunités d’affaires à la moindre occasion en sachant écouter et observer presque tout le temps. Mais comment peut-on cueillir des opportunités si on doit parler tout le temps ? Les millionnaires savent s’entourer des gens qui vont les enrichir et s’assurent de savoir se taire pour les écouter et glaner des stratégies pour atteindre leurs objectifs. Ils posent des questions du style : « Je voulais faire…Je voulais savoir quelle est la meilleure façon d’y arriver selon ?».

Ensuite ils se taisent et prennent. Lorsqu’ils sont à 5 avec d’autres personnes, ils s’assurent de ne parler que 20% du temps pour écouter et prendre note 80% du temps. C’est la règle du 1/5. Ce n’est pas celui qui parle qui s’enrichit plus. C’est celui qui sait écouter et prendre note pour passer à l’action concrète qui tire le meilleur profit.

Eviter les gens toxiques et pauvres dans la tête

Rappelez-vous que ce n’est qu’en écoutant et en s’associant aux gens qui sont riches dans la tête que vous allez glaner des stratégies et de l’aide  pour devenir riche. Il y a une règle qui dit que le niveau de votre richesse dépend du niveau de richesse des 5 personnes que vous fréquentez le plus et qui vous influencent.Celui qui veut devenir millionnaire doit absolument s’assurer de ce qu’il ne fréquente que les gens qui vont lui ajouter de la valeur, vont l’inspirer et l’encourager et surtout le challengeront grâce à leurs propres résultats. En fréquentant des gens toxiques, démotivants et pauvres dans la tête, vous ne saurez avoir l’inspiration ni la motivation constante pour réaliser votre objectif de devenir millionnaire.

Allez au bout de ses idées et projets pertinents

On dit souvent que la récompense est au bout de l’effort. De ce fait, ce n’est qu’en allant au bout de vos idées et de vos projets que vous allez finir par les fructifier et en tirer des millions.  Seuls ceux qui vont au bout de leurs idées rentabilisent le temps, l’argent et l’énergie qu’ils y ont investis. Des projets à moitié terminés emprisonnent vos investissements. Il ne peut avoir de retour d’investissement que sur des projets au bout desquels vous êtes allé. Assurez-vous donc de vous concentrer pour mener à bien les projets que vous savez pertinents et qui vous permettront de devenir millionnaire.

Libérer son esprit de l’emprise des pensées négatives

Une fois qu’ils sont décidés à devenir millionnaire, la plupart des gens se mettent au régime dichotomique. Ils se surprennent en train d’avoir des pensées et de poser des actes contraires à ce qu’il faut penser et faire pour atteindre leurs objectifs.

On n’a pas besoin de rappeler ici que les pensées contraires à nos objectifs nous éloignent de nos objectifs. C’est pour cela que lorsque vous aspirez à devenir riche, vous devez travailler à gagner le jeu mental du succès parce que la loi de la correspondance est telle que si vous n’êtes pas riche à l’intérieur de vous-même, vous ne le serez pas dehors même si vous êtes en contact avec l’argent. Comme on dit propre dedans, propre dehors donc riche dedans, riche dehors. Faites le nettoyage intérieur nécessaire pour aligner vos pensées sur vos objectifs.

Avoir un mentor et des modèles à suivre

Le chemin le plus court vers le succès, c’est la copie. Il faut avoir des gens qui ont réussi à devenir millionnaire dont vous allez vous inspirer, que vous allez copier et que vous allez écouter pour savoir la meilleure façon pour vous de devenir millionnaire. Non seulement, il faut avoir un mentor mais il faut savoir le suivre et l’écouter.

Naturellement, vous ne ferez pas tout ce qu’il a fait surtout si cela n’a pas produit du résultat pour lui ou ne s’adapte pas à votre contexte. Ceci dit, j’ai quelques mentors qui ont des résultats que je veux avoir et je peux vous dire que je ne me pose même pas de question lorsqu’ils me filent un secret de réussite. Je l’applique à la lettre.

Eliminez « malheureusement » de son vocabulaire

Cela veut dire qu’on est en action de grâce constante. Aucun évènement n’est malheureux pour qui veut devenir millionnaire. Il a juste à apprendre des évènements pour devenir immensément riche. Les évènements sont à notre disposition pour tirer les meilleures leçons et devenir riche. Ils ne peuvent pas être malheureux. Ils nous donnent juste une indication de ce qui marche et de ce qui ne marche pas dans ce que nous faisons.

L’autre chose importante que vous devez savoir, c’est que lorsque vous prononcez souvent le mot « Malheureusement », vous êtes en train d’entraîner votre esprit à créer et à accepter des évènements malheureux qui viendront vous empêcher d’atteindre votre objectif de devenir millionnaire. De grâce, parlez de ce que vous voulez voir, faire , être, avoir et non de ce que vous ne voulez pas. Les millionnaires savent envouter leur esprit de ce qu’ils veulent et se l’imposer jusqu’à finir par y arriver.

 

Par Hermann H. CAKPO

Coach, auteur et co-fondateur The H&C Group

 

Source: H&C Magazines

vendredi, 26 août 2016

Les 4 secrets cachés de la réussite fulgurante

steve_jobs-1024x640.jpeg

 

Il y a de ces principes simples et basiques que le commun des mortels pensent savoir clairement mais que les gens qui atteignent des niveaux de performances exceptionnels  appliquent secrètement comme s’ils étaient les seuls à les connaître ; des principes qui finissent par faire d’eux des hommes et des femmes à part, d’un autre rang, d’un autre niveau, d’un autre cercle. N’importe qui peut s’approprier ces principes et les vivre de manière à aboutir à l’ultra-succès. Vous allez être surpris de savoir que ce sont des principes simples et vraiment basiques.

1. L’ambition

On vous a dit que ce n’est pas bon d’être trop ambitieux dans la vie. Il n’y a rien qu’on appelle être trop ambitieux. Les gens qui arrivent à réaliser des performances exceptionnelles et atteignent l’ultra-succès comprennent clairement cette citation de Albert Einstein que Narcisse Somda et moi avons reprise au deuxième chapitre du livre L’ART DE DEVENIR UN PICASSO : « Avec la logique vous pouvez aller d’un point A à un point B. Avec l’imagination vous pouvez aller partout ». Ne faites pas du fait d’être ambitieux dans la vie un interdit. Ceux qui vous ont toujours dit cela avaient juste peur que vous alliez trop loin et aussi loin que vous l’imaginiez. Rappelez-vous ce conseil que je suggérais dans mon premier JE CREE MA PROPRE ENTREPRISE et repris dans L’ART D’ENTREPRENDRE : DOPER VOTRE INTELLIGENCE ENTREPRENEURIALE : « Ayez les plus grandes ambitions au monde. C’est votre droit le plus absolu. L’essentiel, c’est de faire des moyens menant à vos grandes ambitions vos premières ambitions ». Soyez ambitieux. L’essentiel, c’est d’y travailler et d’avoir constamment faim comme si vous veniez de commencer parce qu’il n’y a pas de limite à ce que vous pouvez réaliser à part les limites que vous vous mettez vous-mêmes. Soyez ambitieux au point de pouvoir dire un jour comme Gary Tharaldson : « Depuis mon enfance, j’ai toujours voulu créer quelque chose à une grande échelle. Je ne savais pas exactement de quoi il s’agirait mais je savais que quoi qu’elle fût, elle serait vraiment grande ».

2. Le dur labeur

Certains aiment quitter trop tôt. Franchement, j’avais aucune envie d’écrire cet article mais depuis que j’ai internalisé le principe de l’éclair de génie, j’ai compris que la seule façon de précipiter des résultats exceptionnels, c’est de passer rapidement à l’action lorsqu’on a une idée ou des idées lumineuses. J’ai personnellement été froissé lorsque je suis tombé sur la phrase suivante de Thomas Jefferson : « En 50 ans, le soleil ne m’a jamais surpris dans mon lit ». J’avais la sensation d’être un gros paresseux moi à qui on recommande si souvent de me reposer. Il n’y a que ceux qui ont le sentiment d’y être arrivés qui prennent trop de repos. Les gens exceptionnels comme Thomas Jefferson savent clairement qu’on ne récolte pas des céréales en trainant au lit. Ils savent que chaque aspect des défis de la vie que nous avons à relever nécessite un peu plus d’acharnement et de dévotion que le commun des mortels l’imagine. Ils savent comme le multimillionnaire David Jones  qu’il n’y a « aucune magie mystique qui conduise au succès et à la création massive de richesse si ce n’est le travail acharné, la dévotion et une bonne dose de diligence ».  Et ça, l’homme ou la femme qui tient à atteindre ses objectifs doit l’internaliser !

3. L’endurance

La plupart des gens ont besoin de dire : « C’est bon là : je n’en peux plus ! ». Mais cette phrase qui n’est pas du tout insensée pour les gens à résultat exceptionnel qui concentrés sur leur sujet ne se posent pas de question quant à s’il faut continuer de se donner ou s’arrêter. C’est une phrase tout simplement dichotomique. Comment peut-on imaginer arrêter de quérir ce qu’on a toujours voulu et conclure tout bonnement que ce n’est pas possible. Tout est possible aussi longtemps que vous êtes prêt à continuer de vous donner car « vous n’avez jamais échoué jusqu’à ce que vous arrêtiez d’essayer » (Albert Einstein). Alors n’abandonnez pas maintenant parce que vous n’y êtes peut-être pas encore. Pendant que vous pilotez votre vie et votre carrière, il faudra de la stratégie. Et la première stratégie, c’est celle d’avoir une telle précision d’intention et la clarté quant à ce que vous voulez si bien qu’aussi longtemps que vous ne l’avez pas, vous ne vous arrêtiez pas. Voilà !

4. Le sens du but

Et c’est justement à cause de cette clarté quant à ce qu’ils veulent réellement alors là vraiment qui fait que les gens qui arrivent à atteindre des niveaux de résultats exceptionnels donnent l’impression de surfer à l’échelle du divinement suprême ou d’être des hommes d’un cercle classé. Ils ne le sont que parce qu’ils ont des façons différentes de penser et d’agir.  Imaginez que vous savez clairement et êtes convaincu que vous êtes doté d’une mission spéciale, qu’est-ce qui vous arrêtera ? Qui vous empêcherait de continuer de donner le meilleur de vous-mêmes ? Pourquoi vous ne tutoieriez pas les dieux ? Lorsque le but est clair, tout devient possible, tout devient inévitable, tout s’y résume et aussi longtemps que vous ne l’avez pas vous ne vous arrêtez pas. Vous y résumez votre vie parce qu’il résume en deux mots votre vie. Et si vous n’avez pas suffisamment faim, si vous n’en voulez pas suffisamment, vous devez méditer sur la phrase suivante de Steve Jobs : « Seuls ceux qui sont suffisamment fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y arrivent ». Et quand vous aurez fini, répondez à la question suivante de Steve Jobs toujours : «Tu veux passer le reste de ta vie à vendre de l’eau sucrée ou tu veux changer le monde?»

 

Par Hermann H. CAKPO

 

Source: H&C Magazines

jeudi, 25 août 2016

35 habitudes des leaders qui impactent leur monde

elumelu-1024x856.jpg

 

La force de l’efficacité durable est dans la routine quotidienne car on devient ce que l’on fait la plupart du temps. Les gens qui réussissent et deviennent exceptionnels ne sont pas exceptionnels parce qu’ils sont exceptionnels. Ils sont exceptionnels parce qu’ils se sont appliqués à s’approprier et à manifester chaque jour des façons de penser, d’être et de faire qui leur ont permis d’atteindre l’ultra-performance.

Nous sommes allés à leur rencontre pour découvrir le secret de leur excellence admirable dans les domaines où ils sont parmi les meilleurs à avoir des résultats hors norme. Ils ont révélé leurs secrets en 35 habitudes qu’ils ont développées, internalisées et intégrées à leur vie quotidienne pour en faire un chef-d’œuvre en perfectionnement constant.

1. Acheter 2.500 m2 de terre chaque année

La règle des grands propriétaires terriens est simple : « N’attendez pas pour acheter des terres, achetez des terres et attendez ». Celui que nous appellerons ici Monsieur ASSY pour des raisons de sa volonté de rester dans la discrétion, une autre qualité des leaders, a pris l’habitude d’acheter 2.500 m2 de terrain chaque année et ce depuis 21 ans. «Tout a commencé lorsque j’ai rendu visite à un parent à Dimbokro en 1994. Je venais de rentrer d’une mission et mes frais de mission étaient encore fraîchement dans ma caisse secrète. J’ai acheté mon premier lot de 2.500 m2. Et depuis 21 ans maintenant, c’est devenu un rituel pour moi. J’achète 2.500 m2 de terre chaque année».

Monsieur ASSY aura investi entre 200.000 et 5.000.000 francs CFA par an pour un investissement total de 49.000.000 francs CFA. La bonne raison pour laquelle il faut savoir acheter des terres et attendre est que l’ensemble des 52.500 m2 de terrains ont aujourd’hui une valeur de 1.248.000.000 francs. Certainement que c’est une habitude que vous devez développer.

2. Investir systématiquement ses bonus et frais de mission

On aurait pu demander comment un fonctionnaire comme M. ASSY a pu mobiliser en 21 ans jusqu’à 49.000.000 francs CFA pour acheter des terres. C’est simple. Il a acquis son premier lot de terrain avec ses frais de missions fraîchement encaissé. « J’ai appris à ne pas me distraire de l’essentiel de ce dont j’ai besoin pour avoir une vie décente et un style de vie raffiné » nous confie-t-il. « Lorsque nous allions en mission, que ce soit à l’étranger ou à l’intérieur du pays, je voyais comment mes collègues gaspillaient leurs frais de mission. Mon travail me permet d’avoir quelques cadeaux de temps en temps. J’ai appris à me concentrer et à ne pas perdre de vue ce que je dois faire de mes surplus d’argent. 

Pour moi la chose à faire est simple : Je les investis systématiquement soit dans l’acquisition de nouvelles terres ou la construction de nouveaux appartements. J’ai fait mon point il y a quelques semaines et j’aurai perçu en tout et pour tout jusqu’à 157.000.000 de frais de mission, de bonus et cadeau. J’ai tout investi dans l’acquisition de terrain ou la construction ».

Au sujet des cadeaux reçus, monsieur ASSY nous confie que « Lorsque je rends service et qu’on me donne des enveloppes je les prends volontiers. Vous me direz peut-être que c’est de la corruption. Ce que je sais, c’est que je fais mon travail normalement avec dévouement et de temps en temps on me remercie avec des cadeaux parfois jusqu’à 5.000.000. Maintenant si vous avez une chose à retenir, c’est que je ne les gaspille pas. Je les fructifie et j’ai été heureux de donner dernièrement 54 millions à mon église. C’est à peu près l’équivalent de ce que j’ai reçu et j’ai pris le soin de le fructifier bien évidemment. Confirmez-moi que nous sommes nombreux à le faire ».

3. Vivre des revenus de ses revenus

Là où la plupart des gens bondissent sur leurs revenus pour les dépenser et où certaines personnes les dépensent même avant de les générer à travers l’habitude de souscrire courageusement au crédit à la consommation, les leaders de classe internationale comme M. ASSY ont développé une autre habitude très futée qui consiste à ne faire leurs folies qu’avec les fruits de leurs investissements. Monsieur Ibrahima Alioune Ba a compris cela et il sait investir ses revenus dans des opportunités à faible risque et à retour sur investissement rapide. Lorsque ses investissements génèrent du revenu, c’est alors qu’il se sait avoir de l’argent et se permet des folies. Il s’est acheté une voiture de 87 millions dernièrement. « C’est de l’argent entièrement généré par mes revenus. Ce n’est qu’avec une telle somme que vous pouvez vous permettre des folies ».

4. Analyser des opportunités d’affaires et d’investissement régulièrement

Si vous n’avez pas compris pourquoi il existe une chronique boursière sur la plupart des chaînes d’information et que le journal de l’économie est très suivi sur France 24, c’est le moment de le savoir : c’est pour les leaders de classe internationale. Ils ont l’information pour savoir où se trouve leur prochaine opportunité. En plus ils lisent régulièrement, les magazines et journaux d’investissement ou d’analyse d’opportunités d’investissement. C’est ainsi qu’ils sont les premiers à savoir là où ils doivent mettre leur argent.

5. Coordonner plusieurs activités à la fois

Lorsque vous rencontrez des leaders courageux et battants comme Huguette AKPLOGAN DOSSA, vous vous demanderez comment elle fait pour coordonner plusieurs activités à la fois. Ils vous diront dans un premier temps que les grands leaders sont des maîtres d’orchestre et de gens qui savent s’engager pleinement pour produire du résultat. Comme les Aliko Dangote et Mike ADENUGA qui savent piloter plusieurs activités à la fois, Huguette AKPLOGAN DOSSA est l’une de ses rares leaders qui se démultiplie et s’engage pleinement sur de nombreuses causes utiles à la fois.

Entre 2010 et 2012 alors qu’elle venait de lancer sa propre entreprise de tourisme et de voyage, Huguette AKPLOGAN DOSSA qui venait de laisser la présidence de Social Watch Bénin restait très engagée en tant que Membre du Conseil Economique Social, Vice-présidente mondiale de Business and Professionnal Women (BPW), en plus de ses engagements dans plusieurs organisations non gouvernementales nationales et internationales. On dit d’elle, qu’elle est en voyage tous les jours là où la plupart des gens très actifs comme elle voyage toutes les semaines.

La bonne nouvelle avec des leaders comme Huguette AKPLOGAN DOSSA, c’est qu’ils savent que c’est la meilleure manière pour eux d’exprimer leur passion et de contribuer intensément. Mieux, ils savent utiliser la délégation pour coordonner efficacement leurs nombreuses activités, une chose qu’Huguette sait faire aisément. Pour ce qui est de son secret, n’allez pas chercher trop long. Alors qu’elle était au Lycée Toffa 1er des jeunes filles à Porto-Novo au Bénin, Huguette ne s’est contentée de juste étudier. Elle était engagée dans l’équipe Handball en même temps que dans les activités culturelles. Comme quoi s’impliquer dans plusieurs activités est une habitude qu’elle a développée depuis longtemps.

6. Se contenter d’une revue de presse chaque jour

Les leaders de classe internationale ne regardent pas les infos en boucle. Comme Mohamed SYLLA, ils savent se contenter de 30 minutes d’info chaque jour. C’est pour eux que les journaux télévisés de 11 minutes sont taillés sur mesure pour qu’ils aient l’essentiel de l’information. « J’aurais aimé lire tous les journaux d’informations, zapper de la RTS à France 24 et I-télé ou m’empresser de suivre, d’aller sur Afrique Midi sur RFI mais franchement je n’ai pas tout le temps pour le faire. J’ai la chance que la cellule Communication de notre banque nous distille un résumé de l’essentiel de l’information chaque jour. En plus de cela j’y ajoute 30 minutes de télévision le soir (11 minutes d’info générale, 7 minutes de journal économique, 10 minutes d’infos sportives et 2 minutes de mini-documentaire et mon compte est bon. Et surtout, je ne m’oblige pas à le faire systématiquement tous les jours ».

7. Planifier la journée la veille

Même les paysans font un tracé avant de construire une case en banco. Même si la plupart des gens n’ont aucune idée de comment leur journée va être structurée, les leaders de classe internationale ont appris la leçon de Jim Rohn: « Ne démarrez pas votre journée avant de l’avoir terminée sur papier ».

8. Travailler par bloc de 90 minutes

C’est une habitude sacrée pour les leaders ultra-productifs. « Vous pouvez terminer votre journée à 11h si vous le voulez. Et pour ce faire, vos 3 blocs de 90 minutes de concentration sur des dossiers ou projets précis seront déterminantes », conseille Hermann H. CAKPO qui utilise cette méthode depuis 2010 pour accélérer le rythme de rédaction de ses offres, d’articles, de livres et présentations Powerpoint. Cette habitude a permis à Hermann de coécrire 17 livres en 8 ans. « Nous sommes perturbés en moyenne toutes les 11 minutes et il nous faut 25 minutes pour retrouver notre concentration d’avant la perturbation.

Vous ne pouvez rien faire de consistant si vous ne savez pas vous concentrer en faisant barrage aux vampires de votre temps (facebook, coups de fil, sms, irruption dans votre bureau). Vous ne pouvez pas attendre la fin de la journée ni la nuit pour le faire parce que pendant ces moments-là, votre temps doit être consacré à d’autres aspects précieux de la vie ».

9. Prendre un déjeuner silencieux

C’est une habitue indienne qui consiste à observer un silence total de 15 minutes chaque jour pour faire le vide. Nous courrons trop sans parfois savoir si nous sommes toujours en connexion avec nous-mêmes. L’un des secrets des leaders de classe internationale, c’est la capacité à se taire pour entrer les sons intérieurs de leur être.

10. Recommander spontanément un ami ou partenaire à des amis ou partenaires

Parce qu’ils savent qu’ils sont membres d’une chaîne et qu’ils seront nourris davantage s’ils savent alimenter la chaîne, les leaders de classe internationale savent recommander spontanément leurs partenaires et amis à leur partenaire et ami : « J’ai rencontré une merveilleuse dame qui s’occupe depuis longtemps de la planification de mes évènements et je pense qu’elle te sera très utile. 

Elle s’appelle Amy Fatou BAMBA. Voici sa carte. Tu pourras l’appeler de ma part ». Quel bonheur de faire des gestes pareils rendant service à trois personnes à la fois : soi-même, la recommandée qui va avoir du business et le recommandataire qui va bénéficier de loyaux services rares à trouver ? Et ce bonheur les leaders de classe internationale savent en profiter en recommandant spontanément.

11. Envoyer des notes de remerciement aux bienfaiteurs

Les leaders de classe internationale sont des gens pleins d’action de grâce qui n’attendent par pour reconnaître le mérite des autres et d’encourager. Vous entendrez régulièrement de la bouche des leaders comme Raoul Angelo, « Mille Mercis », « Vraiment merci », « C’est très gentil de ta part ». 

Il est de la classe des gens qui n’oublient pas d’appeler les autres pour leur dire merci, d’envoyer une carte de remerciement ou un email. Ils savent que c’est important d’être de se montrer sympathique et reconnaissant lorsque les gens vous l’ont manifesté. Au-delà de ça, ils savent être les premiers à investir dans les autres. C’est l’une des habitudes de Raoul Angelo, qui n’hésite pas à acheter régulièrement des dizaines de billet d’avion pour ses filleuls pour les amener à des rencontres internationales afin qu’ils découvrent les merveilles du business dans lequel ils sont.

12. Confier aux experts leurs domaines d’expertise

Vous connaissez l’histoire du procès de Henry Ford où l’avocat de l’autre partie a voulu le prendre pour un ignare en testant son niveau de culture générale. Henry Ford lui répondit qu’il n’a pas à retenir toutes ces choses et qu’il y a des gens qu’il peut payer et qui s’occupent de ces choses pour lui. Comme lui, les leaders de classe internationale s’appliquent à ne pas discuter les expertises et les prérogatives de ceux qu’ils sont plus savants et plus connaisseurs dans des domaines précis. Raoul Angelo, l’un des leaders ouest-africains du marketing de réseau avec plus de 80.000 partenaires, dit avoir adopté cette habitude qu’il tient de celui qu’il a appelle son père spirituel, Jim Rohn. « J’ai pris l’habitude de ne pas discuter les aux experts leurs expertises et si je dois intervenir, c’est juste pour poser des questions pour mieux comprendre. Un jour alors que nous devrions participer à un Rallye Mondial de Forever Living Product à Singapour, mes amis se sont mis à discuter les orientations de l’une d’entre nous qui avait habillé des premières dames et des ministres. Vous ne trouverez pas sur ces choses. Pourquoi perdre du temps sur les choses où l’on ne s’y connait pas et où il y a des gens qui ont de l’expertise ? », nous confie-t-il, lui a qui a eu un partage de bénéfice Forever Living Product Company de près de 79.000 dollars au Rallye Mondial de Singapour en 2015 en plus de ses revenus moyens mensuels de 20.000 dollars (11.000.000 F CFA par mois) dans le marketing de réseaux.

Raoul Angelo, qui partage un mariage heureux avec son épouse Myriam et leurs quatre (4) enfants, a étendu cette habitude. « Myriam me fait confiance pour choisir nos meubles et mon expertise à la maison s’arrête là. Pour le reste, je laisse l’experte s’en occuper. Vous voulez vraiment que je discute à mon épouse comment équiper la cuisine, quels approvisionnements et emplettes faire ? Elle s’y connait largement mieux que moi et me facilite la tâche, le temps pour moi de me concentrer sur mes domaines d’expertises ». Contrairement à ce qu’on puisse penser les leaders de classe internationale ne perdent pas du temps à vouloir le faire eux-mêmes surtout quand ils peuvent s’offrir les services des meilleurs experts, et c’est ainsi qu’ils profitent de la synergie des intelligences et se consacrent à développer davantage là où ils sont forts.

13. Créer et exécuter des routines journalières

john_maxwell2.jpg

John C. Maxwell le gourou n°1 mondial du leadership reconnu unanimement en tant que tel depuis 6 ans maintenant, avec 75 livres publiés vendus à 35 millions d’exemplaires dont les plus vendus sont « Les 21 lois irréfutables du leadership » et « Développez votre leadership». John C. Maxwell a établi 5 choses qu’il fait systématiquement tous les jours : 1) Chaque jour il prie 2) Chaque jour il lit et apprend ; 3) Chaque jour il ajoute de la valeur à quelqu’un ; 4) Chaque jour il écrit ; 5) Chaque jour il se pose des questions et vérifie s’il a vécu les 4 premières routines. A la question de savoir pourquoi ces routines sont importantes, John C. Maxwell répond : « Je ne peux pas attendre la fin de ma vie pour m’assurer de faire la bonne chose. C’est chaque jour que nous laissons notre héritage ».

14. Consacrer une heure (sainte) à sa préparation personnelle chaque jour

Si la plupart des gens ont un réveil catastrophique sous les coups d’une horloge programmée, les leaders de classe internationale ont un rituel de préparation personnelle et spirituelle chaque matin. Robin SHARMA appelle cela l’heure sainte qu’il situe entre 5h (heure de réveil) et 6h (heure d’entrée en activité commune) avec trois vingtaines de minutes sacrées. La première de 5h à 5h20 pour l’exercice sportif (Arnaud DOSSE utilise cette tranche pour prier, lire la bible et pratiquer l’action de grâce) ; la deuxième tranche entre 5h20 et 5h40 pour méditer, réviser ses plans et visualiser sa journée, son année et sa vie (Arnaud DOSSE utilise cette tranche pour faire le sport et visualiser sa journée) et la troisième tranche entre 5h40 et 6h pour lire un texte profond (Arnaud DOSSE utilise cette tranche pour apprendre une nouvelle langue). Que vous ayez les habitudes de Arnaud DOSSE ou celles de Robin SHARMA, le fait de préparer soigneusement votre corps et votre esprit et les recharger pour la journée vous approchera progressivement de l’excellence percutante que tout le monde cherche tant à atteindre sans savoir comment y arriver.

15. Consacrer 1h30 chaque jour à son conjoint, sa conjointe

elumelu2-1024x371.jpg

Derrière un grand homme ou une grande femme, il y a toujours une grande femme ou un grand homme. Sauf dans les cas de vœu et d’engagement strict de célibat, les leaders de classe internationale comprennent qu’accordez de l’importance à votre vie conjugale et surtout à son conjoint ou sa conjointe est l’une des priorités d’une journée et d’une vie réussie. Brian TRACY recommande de consacrer 90 minutes par jour à son ou sa partenaire de vie car la raréfaction de l’amour débute toujours avec une raréfaction de la communication et du contact entre les conjoints (non le contraire) : « Parlez de vous, de vos projets, de vos défis, de vos exploits, parlez de vos enfants, de leur rêve, de leurs peurs et espoirs. Même si vous êtes en voyage, trouvez un moyen de consacrer 1h30 à votre conjoint ou conjoint (e). Internet et les moyens faciles de communication vous permettent de garder contact et de vous consacrer à votre famille » conseille Brian TRACY qui vit cette habitude depuis plusieurs dizaines d’années maintenant.

16. Coacher ou ajouter de la valeur à une personne chaque jour

Les leaders de classe internationale savent qu’ils doivent fabriquer des leaders alors ils profitent de l’occasion pour ajouter de la valeur et élever une personne ou plusieurs dans leur vie chaque jour. « Mon but dans la vie c’est de transformer la vie des gens, servir, aider, aimer, être riche et abondamment pour la gloire de Dieu. Vous imaginez que pour ce faire, je dois trouver l’occasion d’engager des actions qui vont dans ce sens chaque jour. 

L’action qui donne plus de sens à ma vie à cet effet, c’est de savoir que la vie d’une personne est meilleure parce que je lui ai consacré du temps. Je suis chanceux d’avoir des fans sur ma page Facebook si bien que lorsque je n’ai pas eu de séance formelle de coaching dans une journée, je profite des gens qui me voient en ligne et lancent des conversations avec moi pour leur apporter une valeur supérieure. Et je peux vous dire que c’est passionnant de savoir qu’une personne va vivre mieux désormais du fait de leur attention » nous raconte Hermann H. CAKPO qui n’oublie pas de répéter régulièrement la citation suivante de Mère Teresa : « Les paroles douces sont courtes et faciles à prononcer mais leur écho est éternel »

17. Nourrir chaque jour l’ambition d’être différent

C’est depuis que son enfance que le Dr Solange TOUSSA, chirurgien-gynécologue basée à Lomé et actuellement Directrice Exécutive de l’Association Togolaise pour le Bien-être et la Famille (ATBEF), a gardé à son esprit l’ambition de devenir une grande personne, une femme à part et elle n’aura jamais arrêté de nourrir chaque jour ce rêve. Là où la plupart des gens laissent les incidents de la vie leur faire perdre de vue ce qu’ils veulent réellement, être, faire et avoir dans leur vie et dans leur carrière, Dr Solange TOUSSA a créé une liste d’affirmations qu’elle répète chaque jour pour ne pas perdre de vue ce qu’elle doit devenir. « Je répète chaque jour mes affirmations pour rester dans la bonne dynamique. 

Je répète chaque jour que Dieu fait : Je suis une excellente personne. Je suis la meilleure et Je réalise le meilleur de moi-même. Je suis une femme à part, et je travaille et relève de grands défis. Je suis extraordinaire, et je réalise des choses qui sortent de l’ordinaire. Je suis la marque de l’excellence et je possède quelque chose de tout à fait particulier. Je désire toujours des résultats meilleurs, alors j’agis en conséquence. Je sais faire ce que j’ai à faire pour obtenir des résultats réconfortants. J’ai un grand sens de la responsabilité, et j’agis en conséquence. Je reste fidèle à mes valeurs ».

Beaucoup de gens pensent que devenir l’excellente personne qu’on a toujours rêvé de devenir est un jeu de hasard mais les leaders comme le Docteur Solange TOUSSA savent qu’il y a un travail quotidien à faire dont l’habitude de se répéter qui on veut devenir ; elle à qui ses parents ont appris très tôt qu’il faut savoir travailler et persévérer pour marquer sa différence dans la vie. Mieux, elle n’a pas hésité à multiplier des formations et suivre des programmes de coaching pour nourrir encore plus profondément son rêve.

18. Lire des pages d’un livre chaque jour

bill_gates_livres-1024x450.jpg

Les grands leaders savent que les grands leaders sont de grands lecteurs. Augustin Zinsou GBAGUIDI qui est le leader d’un réseau de plus de 40.000 partenaires de marketing de réseau dans l’entreprise Forever Living Products en Côte d’Ivoire le signifie clairement : « Pour improviser, pour "exprovisionner", il faut savoir s’approvisionner. Il est souhaitable, pour cela, de lire au moins 10 pages par jour, 5 le matin et 5 le soir. Mais à 7 pages par jour, ce serait déjà remarquable et suffisant ». Lui qui était coach en développement personnel avant de se lancer dans le marketing de réseau sait très bien que les grands leaders lisent pour être sûrs de disposer à chaque fois des meilleures stratégies et tactiques afin de gérer leur croissance personnelle et professionnelle.

19. Donner de l’argent au lieu d’en prêter

Parce qu’ils savent que la meilleure manière de briser une amitié, c’est de prêter de l’argent à un ami et s’attendre à ce qu’il rembourse absolument (même lorsqu’on sait que ce n’est pas évident), les leaders de classe internationale préfèrent toujours donner ce qu’ils peuvent sans attendre. C’est l’une des habitudes secrètes de Alain CAPO-CHICHI, pionnier de l’introduction des Technologies de l’Information dans l’Education, lui qui a été élu les 10 jeunes les plus remarquables au monde par la Junior Chamber International et désormais titulaire d’un doctorat en informatique alors qu’il lance ses collèges d’enseignement pour les élèves admis au Certificat d’Etude Primaires qui n’avaient pas les moyens de trouver une place dans les collèges et lycées publics. Demandez-lui de vous prêter 1.000.000 et il vous remercie de la marque de considération et s’il ne peut vous le prêter, il vous présentera sa contribution non remboursable même si c’est 100.000 F CFA. Il a compris que prêter à un ami, c’est accepter torpiller l’amitié.

20. Utiliser seulement les mots qu’on peut expliquer

Cela peut paraître banal mais dans un monde où la plupart des gens remplissent leurs communications de mots snobs et branchés pour paraître important et à la mode, Prisca Stéphanie BOUA, directrice de la filiale togolaise de RMO, une entreprise de recrutement et d’intérim a appris très tôt de son père qu’elle devrait savoir ce qu’elle entendait lorsqu’elle utilise un mot. Là où la plupart des gens parlent sans vraiment savoir ce qu’ils disent, l’habitude de n’utiliser que les mots qu’elle comprend ou de chercher le sens des mots qu’elle découvre a favorisé chez Prisca BOUA « l’enrichissement de mon registre de langue en plus de son vocabulaire ». « Etant de nature bavarde, il me fallait comprendre et savoir utiliser de la meilleure manière les mots. Cette habitude a aussi développé ma soif d’apprendre et de découvrir les réalités exprimées à travers les mots. Ce qui explique mon goût pour la lecture et l’univers littéraire » nous a-t-elle confié.

Rappelez-vous que l’une des qualités phares des leaders, c’est d’être authentique et s’efforcer de ne pas parler pour juste paraître et savoir clairement ce que l’on est en train de dire est certaine une grande habitude à développer à une époque où il est difficile de compter avec les paroles et les promesses de ceux qui dirigent.

21. Aller au restaurant en famille tous les 15 jours ou plus souvent

Si vous ne devez pas prendre l’habitude de manger presque tout le temps dehors avec votre famille, manger dehors avec les vôtres surtout lorsque c’est espacé de 15 jours par exemple peut devenir un vrai régal, un moment attendu à chaque fois par vos enfants et votre conjoint (e) qui renforcera votre épanouissement familial. C’est l’une des habitudes de style de vie raffiné des leaders de classe internationale.

22. Avoir un temps de méditation et d’exercice physique chaque matin

shutterstock_75615955.jpg

C’est l’habitude qui aura plus transformé sa vie selon Serj TAIGBA, coach et auteur du livre le Pouvoir de l’Autodiscipline. Pour Serj TAIGBA qui dirige avec son épouse le cabinet de coaching TAIGBA COACHING à Abidjan, méditer chaque matin permet de réfléchir sur tous les aspects de sa vie et penser à comment apporter une amélioration particulière. Elle lui a permis de garder le cap pendant les moments difficiles. « La méditation matinale est l’occasion pour moi de lire, de prier, de booster ma confiance personnelle et de stratégitiser pour affronter les défis de la vie. J’entretiens cette habitude depuis environ 6 ans aujourd’hui et ça m’a beaucoup aidé à grandir. J’ai eu du mal à m’y mettre parce que j’avais entretenu de mauvaises habitudes de lève-tard pendant plusieurs années ».

Selon l’auteur du livre LE POUVOIR DE L’AUTODISCIPLINE, il n’est pas facile de développer de bonnes habitudes mais si vous travaillez pour acquérir une habitude, c’est elle qui travaillera pour vous ensuite. « Je me suis habitué à méditer chaque matin. Aujourd’hui je peux dire que cette habitude travaille pour moi. Je n’ai plus besoin de pressions extérieures, de réveil ou de promesses de récompenses pour m’y mettre. C’est tout simplement naturel » conclut-t-il.

23. Rendre grâce chaque jour

La plupart des leaders de classe internationale que nous avons rencontrés sont certes des gens qui ont soif d’excellence et d’accomplissement personnel mais lorsque vous les écoutez vous avez plus que le sentiment qu’ils sont reconnaissants pour ce qu’ils sont. Lorsqu’on demande à Jean Antonin KOUASSI quel est le secret de sa joie de vivre, il répond : « J’ai établi un liste de plus de 1000 grâces que j’ai réussi et vais recevoir et je rends grâce pour ces 1000 grâces et plus tous les jours et tout au long de la journée surtout lorsque la tristesse se trompe pour venir sonner à la porte de mon cœur ».

24. Elaborer et évaluer régulièrement son plan de vie avec son enfant/filleul

parler_avec_enfant-1024x683.jpg

Les leaders de classe internationale sont des coaches pour leurs enfants et filleuls. Avant de prendre l’habitude de sermonner un enfant pour sa mauvaise conduite, ils prennent le soin de jouer leur partition en travaillant avec lui sur ses rêves et ses ambitieux, en devenant son coach flexible, en l’accompagnant progressivement et s’assurant de lui donner les moyens de voler de ses propres ailes et à sa manière mais surtout dans la bonne direction. Stanislas AMENONVI a travaillé à aider chacun de ses enfants à savoir clairement ce qu’il veut dans sa vie et dans sa carrière et a élaboré avec eux ce qu’il appelle « Plan Personnelle de Conduite de Vie ». 

Chaque mois, il s’assied avec chacun de ses enfants et filleuls pour évaluer avec lui où il en est. « Mon coach m’a aidé à élaborer mon « Plan Personnelle de Conduite de Vie » et j’ai pu me rendre compte de tout le bien que cela m’aurait fait si je l’avais élaboré dès l’âge de 12 ans. Je n’ai pas hésité à le faire pour mes enfants et à 16 ans mon ainé est déjà un adulte accompli. Il a déjà lu près de 40 livres de développement personnel » nous confia-t-il avant de conclure : « Nous sommes les premiers coaches de nos enfants et nous devons pleinement jouer notre rôle au lieu de vouloir être juste des sermonneurs ».

25. Acheter plus souvent ce qui va augmenter en valeur

C’est l’un des meilleurs conseils que les riches leaders de classe internationale vous donneront. Si vous achetez un bien qui ne va pas augmenter en valeur il va vous appauvrir. Lorsqu’ils doivent choisir entre les biens de consommation définitive et les biens de production, les leaders de classe internationale préfèrent toujours acquérir de la valeur. Prenez l’habitude d’utiliser votre argent pour n’acheter que les choses dont vous avez besoin et que vous allez utiliser pour gagner plus de valeur (revenu supplémentaire et accroissement de votre richesse, qualité personnelle, expertise, santé et bien-être).

26. Se réveiller tous les jours à 5 h

Robin SHARMA l’appelle l’habitude sacrée. Il n’y a rien à faire les grands leaders de tous les temps sont des lève-tôt. Maitre KADJAKA-ABOUGNIMA Molgah, notaire à Lomé et Présidente de la Chambre des notaires du Togo et plus connue sous le nom Françoise KADJAKA, a poussé la pression plus loin en se réveillant chaque jour à 4h, profitant du positionnement du Togo qui fait que le soleil s’y lève un peu plus tôt que les autres pays GMT de l’Afrique de l’Ouest. « Depuis une quinzaine d’années je me réveille toujours à 4h du matin. 

Le début de toute chose n’est pas simple, en persévérant, j’ai réussi à faire de mon réveil matinal un rituel auquel je ne déroge pas » nous confie-t-elle avant de poursuivre « Débuter mes journées à 4 h du matin me permet de gagner énormément en temps ; ce qui me permet de mieux planifier mes tâches domestiques en ma qualité de mère et d’épouse et d’aborder mes activités professionnelles sereinement. Cette habitude qui est devenue mon naturel, m’aide à anticiper mes journées, à être plus efficace dans tout ce que j’entreprends et surtout à être sereine, d’humeur agréable et moins stressée en fin de journée, à la grande satisfaction de mes proches ».

27. Appeler et échanger régulièrement avec ses frères et sœurs (cousins)

Les leaders de classe internationale savent que leurs frères et sœurs et autres consanguins ont besoin de leur amour et de leur attention pour relever les défis de leurs vies. Ils sont en général de ces rares personnes qu’on n’a pas choisies et qui font partie de nos vies. Ils portent l’image de la famille dont nous sommes issus…Les leaders efficaces savent qu’il fait toujours bon que les frères et sœurs soient ensemble. Ils se donnent pour devoir d’aimer, d’aider et de vivre avec leurs frères et sœurs de sang. Ils savent utiliser les occasions courantes de la vie pour manifester leur présence et leur attachement.

28. Echanger/dîner/déjeuner avec un expert dans un domaine tous les 15 jours

Lorsqu’on demanda un jour à John C. Maxwell combien de mentor un leader doit avoir, il répondit que de toutes les façons, cela ne peut pas être un seul mentor. « Vous devez avoir autant de mentor que de domaine de croissance ». John C. Maxwell a fait du fait de déjeuner ou dîner tous les 15 jours avec un expert une habitude qui lui a permis d’apprendre des choses qui ne sont pas dans son domaine et de continuer de croître en tant que leader. Vous avez besoin d’un budget à cet effet, mais l’idée d’échanger et d’apprendre de 25 experts dans différents domaines ou des domaines croisés par an est une source d’enrichissement personnel inestimable. Cela vaudra toujours le coût.

29. Se payer en premier

Se payer en premier consiste à épargner pour demain, pour investir et accumuler de la richesse plutôt que dépenser en payant les vendeurs de bien de consommation en premier. Pour y arriver, déposez vos revenus sur votre compte à chaque fois. Ordonnez des virements vers les comptes et investissement (plan assurance, études pour les enfants, gestionnaire de patrimoine…) si bien que ce soit le solde qui est à dépenser. En effet, « les riches épargnent et lorsqu’il en reste, ils dépensent. Les pauvres dépensent et s’il en reste, ils épargnent or dans ce cas il n’en reste pas souvent », et la différence entre les riches et les pauvres est faite à ce niveau. C’est une chose que les leaders de classe internationale savent et c’est pourquoi ils s’appliquent à épargner avant de commencer à dépenser chaque fois qu’ils ont une entrée d’argent.

30. Faire le point chaque jour, tout au long de la journée

Les leaders de classe internationale ont pris l’habitude de faire le point avant de commencer, de ranger leur bureau, d’apprêter les outils, de demander le résultat à atteindre, la meilleure manière de le faire. Au milieu de l’action, ils savent s’arrêter pour se demander : « Suis-je entrain de faire la bonne chose ? ». Une fois terminée, ils savent vérifier si les résultats sont atteints, se tracent un plan d’amélioration, rangent les outils, rangent la table et réfléchissent à ce qu’il y a à faire prochainement. Le récit de la création selon la Bible dit qu’en créant le monde, Dieu faisait le point chaque jour et s’assurerait que c’était bon. Ce n’est pas pour rien que les leaders savent s’arrêter pour faire le point pendant les autres courent et courent pour finir par ne plus savoir après quoi ils courent ni si leur course vaut la peine et se déroule de la meilleure manière possible.

31. Toujours arriver 10 minutes avant

Là où les autres pensent que c’est normal que le chef arrive en retard, les leaders de classe internationale sont des gens civilisés qui savent que la meilleure façon de montrer sa marque positive, c’est d’arriver systématiquement à l’heure et de préférence 10 minutes avant. Pour un rendez-vous, un culte, une fête, le travail, arrivez toujours 10 minutes avant. Vous ne perdrez rien. 

Les autres peuvent se permettre d’être en retard. Venez avant l’heure quand même et sachez exactement ce que vous serez en train de faire pendant ce temps : lire un livre, revoir vos fiches, voir les derniers détails, passer des coups de fil, faire des connaissances, prendre vos emails…Vous ne pouvez pas perdre du temps en arrivant tôt. Si on commence à vous faire perdre votre temps, partez, vous n’avez pas votre place là. C’est ce que les leaders de classe internationale font. Vous ne pouvez tout simplement pas être un manager de la 25ème heure. Alors prenez l’habitude d’arriver tôt.

32. Se poser chaque jour des questions et de savoir se demander : «Pourquoi pas ?»

Avant de finir par créer les merveilles qui facilitent nos vies, les grands leaders de tous les temps et les leaders de classe internationale que nous avons interrogés nous ont laissé entendre qu’ils savent poser des questions et se demander « Pourquoi pas ? » là où la plupart des gens se demandent : « Pourquoi ? ». C’est cette habitude que Damien MOUNZOUN a su développer depuis sa petite enfance, lui a qui à 24 ans a déjà visité 41 pays africains et participé au Forum Economique Mondial. « Depuis les bancs, je me suis forgé le caractère de questionnement permanent qui se résume comme suit: « J’ai le talent de servir le monde, pourquoi ne pas prendre avantage de cela? ». 

C’est grâce à ce potentiel que j’arrive à m’accepter, faire confiance, accepter les autres, apprendre de toutes les situations que je traverse , et bien sûr comprendre que partout où je me retrouve dans les quatre (4) coins de l’univers, je n’aurai qu’avoir affaire aux hommes et les hommes restent les hommes » Béninois d’origine et aujourd’hui basé au Rwanda, cette capacité à se poser assez tôt les bonnes questions a permis à Damien de savoir accepter les différences et d’avoir une maturité que la plupart des gens qui ont deux à trois son âge n’ont pas.. 

Cette habitude à se poser des questions a permis à Damien de ne pas se donner de limites, et d’avoir l’esprit ouvert pour continuer de croître très vite en tant que leader et modèle pour la jeunesse africaine : « En parcourant 41 pays de l’Afrique, J’ai travaillé avec les personnes de différents cultures et religions (les chrétiens, les musulmans, les hindous, les juifs, les pratiquants de nos religions endogènes…) malgré ces différences, toutes ces communautés arrivent a vivre en harmonie et partagent les mêmes aspirations d’amour, de contribution ou de service, et de connaissance des autres. En six ans dans l’éducation et de l’émancipation de la jeunesse africaine, j’ai été accueilli chaleureusement et inconditionnellement dans plus de 300 foyers ».

33. Faire attention aux petits détails

Les autres auront beau les prendre pour des maniaques mais les leaders de classe internationale sont conscients de ce que « le diable est dans le détail ». Si vous êtes de type : « Je le fais plus tard », « Ce n’est pas grave ! » ; « Colle-moi la paix » ; « Laisse tomber » ; « Pourquoi tu te déranges si tant ? », remplacez ces phrases par « Voyons de quoi il s’agit » ; « Je le fais tout de suite » ; « On ne sait jamais » ; « Ce truc mérite ton attention, juste 30 secondes » ; « Voyons voir ! » ; « Cela ne me coûte rien de regarder ». Plus vous laisserez la plus petite négligence entrer dans votre vie, plus la négligence deviendra une chose normale et vous n’accorderez plus d’attention à rien. Les leaders de classe internationale le savent, c’est pourquoi ils font attention aux petits détails.

34. Rappeler ses créanciers et rappeler ses engagements

N’allez pas penser que les leaders de classe internationale sont des gens qui n’ont aucune difficulté dans la vie. Ils leur arrivent d’être lourdement endetté et lorsque c’est le cas, ils savent que le pire qui puisse vous arriver, c’est de laisser vos créanciers vous relancer ou de couper la communication. Ils s’empressent de prendre contact et de rappeler leurs engagements avant d’être contactés. N’attendez pas que vos créanciers soient les premiers à vous appeler. Ils n’aiment pas voir que vous attendez toujours qu’ils vous mettent la pression avant de vous confondre en excuses. Ne tombez plus dans cette excuse. Anticipez en étant le premier à les appeler. Ils verront au moins qu’à défaut de les rembourser, vous pensez à eux et que vous avez le sens de l’engagement.

35. Découvrir un nouveau pays ou une nouvelle ville par an

Voyager c’est grandir d’un an. Les leaders de classe internationale savent que les voyages apportent dans la vie des changements et des valeurs que plusieurs années d’expériences ne vous apporteront pas. 

Comme Damien MOUNZOUN, Mike Uche Okechuku a utilisé les voyages pour grandir en tant que leader : « Le dépaysement, la découverte, la nouveauté, l’hospitalité et l’exotisme renforcent notre compréhension du monde et universalisent les valeurs personnelles car en voyageant souvent, vous apprenez à voir l’étranger, le monde et la vie autrement », nous a-t-il confié, lui qui n’oublie pas de découvrir 6 nouvelles cultures chaque année et qui en profite pour apprendre à cuisiner un nouveau met à chaque fois. « Je dispose maintenant plus de 1000 recettes de cuisine et je n’ai pas l’intention d’écrire une encyclopédie de cuisine. Même pas. 

Ces variétés culinaires m’ont permis de savoir que les gens avec qui je travaille ont des goûts différents et peu importe si c’est bizarre, celui qui réussit à toucher ce goût, leur procurera du bonheur », explique-t-il avant de conclure : « Il y a de la sagesse dans la diversité ».

 

Par l’équipe H&C Magazines

 

Source: H&C Magazines

mercredi, 17 août 2016

Les capsules du Manager Dindé (21): Ce qu’est l’intelligence financière et pourquoi vous devez absolument augmenter la vôtre

 

 

intelligence_financiere.jpg

 

Nos vies ne sont pas roses, dans une écrasante majorité des cas, et plusieurs d’entre nous, plutôt que de se battre pour sortir du mal-vivre permanent et oppressant qu’ils subissent, ont choisi de se résigner face à leur sort et refusent de se battre pour s’en libérer, préférant le petit confort trompeur auquel a fini par les habituer cette misère.

Cette 21ème capsule ne les concerne pas. Elle n’est adressée qu’aux gagnants, à ceux qui en veulent, qui souhaitent en découdre avec la vie, qui sont prêts à descendre au charbon pour changer l’histoire de leur vie.

Je voudrais commencer cette 21ème capsule par un état des lieux. L’état des lieux de la vie de la grande majorité des populations, en Côte d’Ivoire. Mais aussi en Afrique et dans le reste du monde :

- Un quotidien fait de stress et d’angoisse: maladies diverses, pathologies chroniques, tension financière (conduisant à la prise d’avances sur salaire dès le 10 de chaque mois), endettement et surendettement, petites affaires en souffrance, funérailles pompeuses qui appauvrissement gravement les familles, mal-vivre permanent (cela est mortel ; on vit par défaut, on subit l’existence au quotidien, sans issue de sortie).

- Un avenir fait d’incertitudes : salaire et épargne insuffisants, difficultés de promotion, nominations incertaines, profil de carrière peu flatteur, peu rémunérateur, investissements improductifs, retraite peu épanouissante.

- Un emploi aliénant plutôt que libérateur : le travail doit nous libérer de la pauvreté, nous procurer plus de liberté, d'épanouissement, de jouissance de la vie et nous permettre de réaliser nos rêves, mais le constat est tout autre. Conséquence : les uns et les autres, à court d’idées et de solutions, s’adonnent à la corruption, aux surfacturations, au vol dans leurs services, inventent des missions pour se faire payer des frais de mission confortables, se livrent à des détournements de fonds, des malversations financières, à la fraude, aux falsifications, au racket, se font verser des pots-de-vin ou sombrent dans le vice et les raccourcis de l’enrichissement facile et illicite (drogue, sexe, trafic d’alcool, escroquerie, arnaque, crimes rituels).

- L’impossibilité de vivre ne serait-ce que quelques mois sans son salaire, puisqu’insuffisant pour les charges même du mois en cours, et l’absence totale d’une épargne sécurisante et de sûreté.

- Précarité de l’emploi traditionnel et des revenus actifs (revenus qu’on ne perçoit qu’en étant sur son lieu de travail) : agriculture (mévente, cours non rémunérateurs des cultures, intempéries, aléas climatiques), fonction publique (faiblesse des salaires et du niveau de motivation professionnelle), secteur privé (fermeture d’entreprise, délocalisation, licenciements, chômage technique, mesures économiques), transport, élevage, commerce, politique, soumis à toutes sortes d’aléas, d’imprévus et de soubresauts.

Après la Côte d'Ivoire, penchons-nous maintenant sur quelques statistiques américaines.

Une étude de cas a montré, aux Etats-Unis, que :

- 95% des salariés américains ne sont pas capables de vivre trois (3) mois sans leur salaire.

- 93% des salariés américains vivent une retraite misérable.

Ces données sont celles des Etats-Unis d’Amérique, la première puissance économique du monde. Mais alors, en Côte d’Ivoire, qui est un pays pauvre, qu’en est-il ? Qu’en est-il en Afrique, en Asie, en Europe et ailleurs dans le monde ? Comme on peut le constater, la situation des salariés et des retraités dans nos pays est dramatiquement problématique. Il faut pouvoir en sortir !

Selon les dires du Gouverneur Donald Kaberuka de la BAD (Banque Africaine de Développement), le 13 octobre 2013, le taux de bancarisation, pourcentage représentant le nombre de titulaires de comptes en banque et dans les services de micro-finance en Côte d’Ivoire, était de 14 % pour l’année 2012. Cette année 2016, ce taux est évalué à 16% par la même institution.

Quelle analyse faisons-nous de cette statistique hautement révélatrice ? Il ressort indiscutablement de cette donnée financière que les Ivoiriens sont pauvres, vivent difficilement, sont mal logés, se nourrissent mal, se soignent mal, sont mal ou peu assurés, ont peu de loisirs de qualité, ont des difficultés de déplacement et voyagent peu pour découvrir d’autres cieux. Parce que leurs moyens sont si insuffisants qu’ils ne peuvent pas même s’ouvrir un compte bancaire ou s’ils peuvent s’en offrir un, au meilleur des cas, c’est juste pour le virement de leurs modiques salaires ou pour y déposer une épargne insignifiante qu’ils ont vite fait de racler, à la moindre difficulté.

Toujours selon une étude américaine que j’aime citer, relative aux emplois traditionnels, menée sur une durée de carrière de 40 ans (Yarnell, page 52), sur 100 personnes engagées, à la fin de l’étude :

• 5 travaillaient encore (donc un pourcentage de 5%) ;

• 36 étaient décédées ;

• 54 étaient fauchées ;

• 4 étaient relativement à l’aise ;

• 1 seul était riche.

La situation n’est pas meilleure dans les autres pays du monde. Cela peut changer, mais à titre individuel, et cela DOIT changer !

Il n’y a pas d’école pour devenir riche ou prospère ; il faut le décider. Alors, décidons-le ici et maintenant, et reprenons nos vies en main. Comment ?

Pour réussir à reprendre sa vie en main :

- Il faut de la bonne volonté et une détermination sans faille ;

- Il faut une bonne opportunité d’affaire ;

- Il faut une équipe dynamique et une bonne connexion (c'est-à-dire un bon réseau d’affaire, avec un coaching de qualité et une vision ambitieuse).

Le blogueur d’affaire Sylvain Wealth vous demande : « Vous reconnaissez-vous » dans ce qui suit ?

• Vous cherchez depuis des mois l’opportunité qui vous permettra d’arrondir vos fins de mois, mais vous ne trouvez que des offres bidon qui sentent l’arnaque à plein nez.

• Vous aimeriez pouvoir éliminer vos dettes sous lesquelles vous croulez, mais à chaque pas vers l’avant que vous effectuez, dix de plus viennent vous faire reculer.

• Vous en avez assez de faire un travail que vous détestez et d’être mené par un patron qui se croit en totale supériorité.

• Vous voulez gagner plus d’argent, mais le seul moyen que vous connaissez, c’est celui d’échanger votre temps contre de l’argent.

• Vous voudriez pratiquer davantage de loisirs avec vos proches et votre famille, mais lorsque vous rentrez de votre difficile journée, l’énergie n’est plus au rendez-vous.

• Vous avez de grandes ambitions… Depuis toujours, vous rêvez d’être fortuné, mais la réalité c’est qu’à chaque année qui passe, vous n’avez toujours rien réalisé.

• Vous sentez au plus profond de vous que votre potentiel n’est pas pleinement exploité, mais cette petite voix finit toujours, malgré vos bonnes intentions, par vous décourager.

• Vous aimeriez pouvoir gagner votre vie…, mais vous ne savez pas à qui faire confiance, mais surtout, vous ne savez pas par où commencer.

Augmentez-votre-intelligence-financi%C3%A8re-de-Robert-Kiyosaki.jpg

La porte de sortie de tout ceci est de : Recourir à l’intelligence financière. Augmentez votre intelligence financière et tirez-vous de là !

Qu’est-ce que l’intelligence financière ?

Selon l’entrepreneur de renom et auteur à succès, Robert Kiyosaki, que nous citons amplement dans ce post, ainsi que d’autres autres auteurs, « l’absence d’éducation financière et entrepreneuriale dans nos écoles est un fait grave. Notre système éducatif nous apprend à être des employés et des salariés, quel que soit notre niveau d’étude ».

En clair, on ne nous apprend pas à être des entrepreneurs. Même ceux qui reçoivent une formation en business cherchent un emploi ou attendent des fonds de l’Etat qui souvent n’arrivent pas, au lieu d’ouvrir leur propre affaire et de vendre leur expertise. « Nous n’avons, dit-il, aucun système rodé de création de richesse, qui génère son propre financement ».

L’argent fait-il de vous une personne riche ?       

Pour Robert Kiyosaki, « ce n’est pas l’immobilier, les actions, les fonds communs de placement, les entreprises ou l’argent qui font qu’une personne est riche. C’est l’information, les connaissances, la sagesse et le savoir-faire, ou encore l’intelligence financière, qui font qu’une personne est riche. Nombreux sont ceux qui croient qu’il faut de l’argent pour faire de l’argent. C’est faux. Il faut simplement de l’intelligence financière ».

Alors, plutôt que de courir après des financements et de s’endetter à vie, développons d’abord notre intelligence financière, cultivons-nous amplement en business, formons-nous en affaire ; connaissons les courants marquants, les tendances mondiales, les investissements les plus productifs à moyen et long termes et investissons-nous y à fond.

« Tout seul, dit Kiyosaki, l’argent ne règle pas vos problèmes d’argent. C’est pourquoi donner de l’argent à une personne pauvre n’aidera pas à résoudre ses difficultés financières ».

En effet, le monde est rempli de gens pauvres qui sont très instruits et de gens très riches qui n’ont pas fini leurs études (Bill Gates, Steeve Jobs, Mark Zukerberg ; Lionel Messi, qui n’a même pas fait ses études). Pourquoi sont-ils devenus si riches ? Parce qu’ils ont su investir et s’investir, en se positionnant dans les courants marquants de l’heure. Si vous voulez vous baigner et vous rafraîchir de la canicule (qui est, ici, la pauvreté) en vous mouillant, il faut chercher à savoir où passe le fleuve (de la prospérité) et y plonger. C’est cela l’intelligence financière. Ce n’est pas plus compliqué que cela !

Alors quelle est la cause de la pauvreté ?

Etre pauvre, selon Kiyosaki, « c’est tout simplement avoir davantage de problèmes qu’on a de solutions. La pauvreté s’installe lorsqu’un individu est dépassé par les problèmes qu’il est incapable de résoudre ».

Trouver un système pour les résoudre durablement vous permettra d’en sortir définitivement.

Comment les pauvres gèrent leurs problèmes financiers

« Les pauvres voient leurs problèmes financiers uniquement comme des problèmes financiers. Ils sont nombreux à croire qu’ils sont des victimes de l’argent. Ils pensent que leurs problèmes s’évanouiraient s’ils avaient davantage d’argent. Ils ne se doutent pas que c’est leur attitude vis-à-vis de l’argent qui est le problème ».

Oui, ils ne se doutent pas que leur pauvreté est due en très grande partie à leur analphabétisme en intelligence financière et qu’elle perdure depuis si longtemps pour la même raison.

Comment la classe moyenne gère ses problèmes d’argent

« La plupart d’entre eux n’ont pas d’éducation financière, et c’est pour cette raison qu’ils ont tendance à miser sur la sécurité de l’emploi, au lieu de relever des défis d’ordre financier. Au lieu d’investir, ils confient la gestion de leur argent à des banquiers ».

Selon Kiyosaki, il est bien plus avantageux pour nous d'investir et de fructifier notre argent que de le laisser "dormir" dans des comptes bancaires, avec des intérêts dérisoires au final, au bout de plusieurs années d'épargne. L'intelligence financière nous apprend à faire travailler notre argent dans des investissements judicieux et à le faire produire. Plutôt que de travailler pour l'argent, faites travailler l'argent pour vous.

Pour gagner davantage d’argent

Robert Kiyosaki affirme, après toutes ses réflexions et investigations sur le sujet: « J’étais arrivé à la conclusion que la meilleure façon de gagner davantage d’argent était de devenir entrepreneur ».

Il poursuit: « L’une des raisons pour lesquelles les gens ne gagnaient pas (durablement) davantage d’argent, c’est qu’ils veulent l’argent et non le processus qui l’accompagne. Ce qu’un grand nombre de gens ne réalisent pas, c’est que c’est le processus qui apporte la richesse, et non l’argent. Si tant de gens qui ont gagné à la loterie ou tant d’enfants qui ont hérité de grandes fortunes se retrouvent rapidement à court d’argent, c’est parce qu’ils ont touché des sommes importantes sans être passés à travers le processus de l’enrichissement ».                     

Ils n’ont, pour ainsi dire, pas un système (fiable), un processus, qui génère leur richesse. Une fois le capital dépensé, il ne leur reste plus rien. C’est la ruine !

L’intelligence financière : un pré-requis pour devenir riche

Selon Sylvain Wealth, « si vous ne désirez pas approfondir vos connaissances en matière de finance et d’investissement (connaitre les tendances, les courants porteurs du moment ou du siècle), il sera malheureusement difficile pour vous de devenir une personne riche (durablement). Vous ne pourrez vous transformer en un être nanti ».

L’intelligence financière : une des premières choses à développer lorsque l’on veut s’enrichir

Pour  Sylvain Wealth, « il ne s’agit pas uniquement de vouloir devenir riche, il s’agit aussi de s’instruire pour y parvenir ».

Puis il ajoute : « Robert Kiyosaki, auteur de Père riche, père pauvre affirme dans son livre que si une personne veut devenir riche, elle doit comprendre la finance. Voici une phrase de son ouvrage qui en dit long sur ce concept plus qu’important : ’’Si vous voulez construire l’Empire State Building, la première chose que vous devez faire est de creuser un énorme trou et y bâtir une fondation solide. Si vous construisez une maison en banlieue, tout ce que vous devez faire est de disposer une dalle de 6 pouces de bétons. La plupart des gens, dans leur course vers la richesse, essaient de construire l’Empire State Building sur une dalle de 6 pouces’’. Et c’est à cet endroit qu’ils échouent. L’impatience n’est pas une vertu, au contraire, elle ruine de grands projets ».

Et il termine en martelant: « Si vous voulez vraiment devenir riche, commencez par le commencement : Instruisez-vous et améliorez votre intelligence financière. Vous parviendrez beaucoup plus rapidement à la prospérité par ce chemin sage et éclairé. Et pourquoi ne pas commencer maintenant ? ».

Et pourquoi ne pas commencer maintenant, comme dit Sylvain Wealth ?

Les grandes tendances dans le monde ont été et sont la propriété terrienne, les biens fonciers, l’industrie, la musique, le cinéma, l’informatique, les systèmes d’exploitation de l’informatique, la téléphonie mobile, le E-commerce, internet et, davantage aujourd’hui, le marketing de réseau, qui fait plus de millionnaires que chacune de toutes les autres. C’est au point où il a carrément été baptisé « l’industrie du 21ème siècle » par les plus grands économistes et entrepreneurs du monde. Le saviez-vous ? Si non, il est plus que temps pour vous de vous y mettre. C’est le courant porteur du moment et il serait vraiment à votre avantage de nous rejoindre dans ce fleuve.

marketing de réseau,intelligence financière,les capsules du manager dindé (21),robert kiyosaki,industrie de 21ème siècle,ce qu’est l’intelligence financière,et pourquoi vous devez absolument augmenter la vôtre,éducation financière

Paul Zane Pilzer est une sommité du monde économique, surnommé à juste titre « le Pape de l’Economie ». Il est le plus jeune PDG de Citibank. Il enseigne l’Economie à Harvard et a été le Conseiller à l’Economie du Président américain Bill Clinton, sous ses 2 mandats. Il recommande le Marketing de réseau et affirme sans détour : « Dans la décennie 2006–2016, il y aura dix (10) millions de nouveaux milliardaires aux Etats-Unis seuls. La plupart sortiront des entreprises émergentes de vente directe, c’est-à-dire de Marketing de réseau ».

Avez-vous encore des doutes sur la question ? Vous êtes peut-être en face de l'opportunité qui va changer votre vie. N'hésitez plus ! Comme j'aime à le dire, des milliers y ont réussi, il n'y a aucune espèce de raison que vous, vous échouiez.

Et la plus grande garantie de succès pour vous serait de vous cultiver largement en Marketing de réseau pour en savoir tous les avantages, rouages et difficultés, de sorte que quand vous vous lancerez, ce soit avec la plus farouche détermination, pour de bon et jusqu’au sommet.

14045746_292739384452714_2380835709836904674_n.jpg?oh=40877cec21d8667e31cf243df2c6969d&oe=58431EBE

L’intelligence financière de ce jour, peut par exemple être :

Comment transformer l’option d’une excellente santé en richesse financière sur plusieurs générations de notre descendance ?

Un système de marketing de réseau éprouvé depuis 37 ans, avec Forever Living Products, et qui a fait des milliers de millionnaires dans le monde, depuis plusieurs décennies ! Pourquoi ne nous rejoindriez-vous pas ? Bien à tous !

 

DINDE Fernand AGBO

Réseauteur, Chef d'Entreprise et Manager chez Forever

Identifiant FLP N° 225 000 280 343

Cell. (225) 07 04 71 11

dindefernand2@yahoo.fr

 

Aimez ma page Affaire Facebook en cliquant sur:

Fernand Dindé - Blogueur d'Affaire, Coach

jeudi, 04 août 2016

11 petits modules de développement personnel qui vont vous booster !

 

19671876-femme-forte-est-la-mesure-de-ses-biceps-Banque-d'images.jpg

 

En affaire autant que dans la vie courante, vous allez être confronté à tous les types de situations présentés dans ce petit exposé de développement personnel. Lisez-le avec une attention soutenue et tirez-en le meilleur profit pour votre business, pour votre relation avec vos partenaires d’affaire et pour votre indispensable harmonie avec vos proches et intimes. Votre environnement et votre arrière-plan relationnel ne sont aucunement à négliger. Ce n’est pas sans importance pour vous, si vous êtes en affaire. Votre succès pourrait bien en dépendre. Alors, offrez-vous un moment de calme total et lisez ceci. Vous allez m’en dire des nouvelles. Bonne lecture à vous ! Manager Fernand Dindé.


1- Dédramatisez vos problèmes
2- Cherchez et vous trouverez
3- Attitude devant les difficultés
4- Pensées sur les épreuves
5- Ne vous arrêtez pas à la première idée
6- Échec ou perception d'échec
7- Ne créez pas vous-même votre souffrance
8- Épreuves ou opportunités?
9- Prendre du recul
10- Blâmer vous empêche d’avancer
11- Conflit avec un proche

5-exercices-pour-muscler-ses-bras.jpeg

Devenez plus fort, plus forte !

mlkoioj.png 
1- Dédramatisez vos problèmes

 

"Le problème n’est pas que nous avons des problèmes.

Le problème est de s’attendre à ne pas avoir de problèmes

et de penser que d’avoir des problèmes est vraiment un problème."

Théodore Rubin

 

Votre patron vous a sévèrement critiqué? Vous avez eu une bonne scène de ménage? Vous êtes malade? Vous avez perdu votre emploi? Vous avez perdu une grosse somme d’argent? Nous faisons tous face de façon plus ou moins régulière à des épreuves.

Afin de dédramatiser mes épreuves, je fais souvent l’exercice de me projeter dans le temps. C’est-à-dire que je me transporte par la pensée dans l'avenir et je prends le point de vue imaginaire de la situation un an après mon épreuve. Évidemment, avec cette perspective, la grande majorité de mes difficultés m’apparaissent comme des choses sans importance. Je me surprends même à rire de choses qui me semblaient si sérieuses et si dramatiques. Observez votre passé et vous verrez que la majorité de vos épreuves, un an après, ne sont plus que de vagues souvenirs sans importance.

En faisant cet exercice de projection dans le temps, vous serez dans une meilleure position pour vous poser la question suivante: "La situation est-elle aussi critique que je le prétends?" Exceptionnellement, la réponse pourrait être "oui"; mais dans la majorité des cas, la réponse sera "non". Quelle que soit la nature de votre problème, il y a sûrement une façon de changer votre perception de celui-ci. En pratiquant la dédramatisation, vous conclurez comme moi, j'en suis sûr, que la grande majorité des problèmes ne sont pas aussi graves que nous le pensons.

Cet exercice (dédramatisation par projection dans le temps) ne contribuera pas directement à résoudre vos problèmes. Mais en ce qui me concerne, il me permet de relativiser la plupart d’entre eux. Et je suis ainsi à même d’avoir une bien meilleure attitude pour trouver une solution .

"Si vous êtes déprimé par quoique ce soit d’extérieur,

votre désarroi n’est pas du à cette chose extérieure

mais plutôt à votre perception de celle-ci.

Et vous avez le pouvoir de changer

cette perception à tout moment."

Marcus Aurelius

mlkoioj.png 
 
2- Cherchez et vous trouverez

 

"Plusieurs problèmes seraient rapidement réglés

si nous cherchions vraiment une solution."

 

Réfléchissez et essayez de trouver un problème important que vous avez rencontré récemment. Est-ce que c'était la première fois que vous faisiez face à ce problème? La réponse à cette question est souvent "Non". Ainsi, nous nous butons d'une façon répétitive aux mêmes obstacles non résolus. Pourquoi?

Nous faisons souvent face aux mêmes problèmes parce que nous appliquons fréquemment les mêmes vieilles solutions. Sinon, nos problèmes ne se répéteraient pas ainsi. Il faut donc explorer de nouvelles approches. Est-ce que vous cherchez d'une façon continue de nouvelles solutions à vos problèmes? Est-ce que vous utilisez une méthode systématique pour découvrir de nouvelles approches? La plupart d'entre nous répondent "Non" à ces deux questions.

"Vous êtes unique, mais vos problèmes ne le sont pas."

En appliquant une stratégie systématique de recherche et d'exploration de nouvelles solutions, chacun peut faire des gains significatifs. Par exemple, chaque jour imposez-vous de chercher une solution pendant cinq minutes dans une nouvelle source d'information? La majorité de vos problèmes sont des problèmes que quelqu'un d'autre a déjà rencontrés et solutionnés. Il est donc probable qu'il y a déjà quelque part de la documentation qui inclue une solution à vos problèmes. En général, nous passons peu de temps à prendre connaissance des solutions déjà trouvées au sujet de nos problèmes. Plusieurs livres traitent de sujets de la vie qui contiennent des solutions à des problèmes précis. Plusieurs sites Internet contiennent des solutions toutes faites, il suffit de chercher. Finalement, certaines émissions de télévision portent sur des sujets qui peuvent nous aider grandement. Utilisez ces sources de solutions autant que nécessaire.

"Savoir utiliser l'expérience des autres est une grande marque de sagesse."

La clef dans la recherche de solutions est d'être persistant. Trop de gens deviennent avec le temps presque confortables avec un problème non résolu. Ne vous résignez pas ainsi, peu importe le problème, il existe quelque part une façon de le régler ou à tout le moins de l'amenuiser.

"Je ne suis pas tellement intelligent,

mais je me concentre sur les problèmes plus longtemps."

Albert Einstein
 mlkoioj.png
 
3- Attitude devant les difficultés

 

"Un pessimiste voit une difficulté dans une opportunité,

un optimiste voit une opportunité dans une difficulté."

 

Pierre vient d'être congédié. Il est déprimé et très anxieux à l'idée de ne jamais se retrouver d'emploi. Il se décourage et perd toute motivation. Épuisé, face à un vide apparent dans sa vie, il se met à réfléchir. Il compare tout ce qu'il possède réellement (l'amour de sa famille, ses talents, sa santé, l'expérience de la vie, une certaine sagesse…) avec la perte de son emploi. Et il se questionne "est-ce que j’échangerais tout cela pour un million de dollars? Non, donc je suis millionnaire d'une certaine manière." Devant cette évidence, il reconnaît que son épreuve ne fait pas le poids devant l'ensemble de ce qu’il possède, surtout en considérant ses richesses intérieures. Cet exercice n’a pas fait disparaître sa difficulté, mais il a changé sa perception de celle-ci. En changeant sa perception, il a changé son attitude. Pierre se met donc à la recherche d’un autre emploi avec une bonne attitude. Et ceci améliore grandement ses chances de réussite.

L'attitude que vous prenez devant une difficulté est capitale. Vous pouvez prendre une attitude positive et relever le défi avec un bon moral. Ou, vous pouvez avoir une attitude négative, qui diminue vos chances de surmonter votre épreuve. Tout est une question de perception. Changez votre façon de considérer une difficulté, et vous agissez sur vos sentiments. En changeant vos sentiments, vous changez votre attitude.

L'exercice de comparaison décrit précédemment (le congédiement de Pierre) est un bon moyen de changer d'attitude. Vous pouvez ainsi vous imposer régulièrement de trouver jusqu'à 10 choses que vous possédez, par exemple: la santé, du talent, une famille, des amis... Sans faire d'effort, vos soit disant soucis vont pâlir devant vos véritables richesses. Cet exercice est encore plus efficace s'il est fait par écrit.

"Inconscients: catégorie de gens, qui bien que n'ayant pas de

difficultés majeures dans la vie,

en ont tout de même de considérables."
 mlkoioj.png
 
4- Pensées sur les épreuves


"Chaque épreuve endurée au nom de l’esprit fait grandir notre âme en noblesse et en force."

James Buckham

 

"Jusqu'à ce que je puisse voir l'ennemi comme un ami, mon travail n'est pas accompli. Ceci ne veut pas dire que je doive l'inviter à dîner. Pas encore."

"Dans une situation difficile, posez-vous la question: Que ferait la partie de moi, la plus courageuse, la plus forte, la plus aimante en cet instant même? Et faites-le."

"La douleur nous donne du feedback sur quelque chose qui a besoin d’attention."

"La vie est une succession de leçons que nous devons vivre pour comprendre."

"Une mer calme n'a jamais fait un bon marin."

"Regarde toujours ce qui te reste. Jamais ce que tu as perdu."

"Les choses qui nous font mal, nous instruisent." Benjamin Franklin

"Un des secrets de la vie est de transformer les épreuves en tremplin."

"Les obstacles auxquels vous faites face sont des barrières qui peuvent être brisées en adoptant une approche positive."

"Ne demandez pas que votre vie soit lisse. Aucun alpiniste ne pourrait faire l'ascension d'une montagne s'il avait devant lui des parois parfaitement lisses." Omraam Mikhaël Aïvanhov

"Recherche la graine de bonté dans chaque conflit. Appliquez ce principe et vous posséderez votre propre bouclier contre toutes les vallées sombres que vous devez traverser." Og Mandino

"Chaque changement positif, chaque saut à un niveau supérieur d’énergie et de conscience implique un rite de passage. À chaque fois que nous montons à un nouveau niveau d’évolution personnel, nous devons passer par une période d’inconfort, d’initiation. Je n’ai jamais eu d’exception." Dan Millman

"Il n’y a pas de naissance à une nouvelle conscience sans douleur." David Whyte

"J'en suis venue à croire que mes épreuves ont été la fondation d'un niveau supérieur de compréhension qui me permet de vivre à un autre niveau."

"Les problèmes ne disparaissent pas d’eux-mêmes. Ils doivent être résolus, sinon ils demeurent, pour toujours, une barrière à la croissance et au développement de l’esprit." Scott Peck

"Je suis celui qui m'inflige ma souffrance, toute ma souffrance."

"Certaines choses ne peuvent être perçues ou découvertes tant que nous n’avons pas été frappé ou affligé pendant un certain temps. Naviguer dans le calme est plaisant, mais ça ne vous permet pas d’explorer des mondes inconnus." David Whyte

"Bien que parfois douloureux, les évènements à émotions intenses sont souvent des catalyseurs pour nous faire choisir une meilleure direction de vie."

"L’adversité révèle le génie."

"Reconnaissez l’existence de vos limites, mais ne les laissez par être votre maître. Laissez-les plutôt vous enseigner la patience, la douceur et le discernement." Helen Keller, auteure aveugle et sourde

"Les échecs sont la façon dont la nature vous prépare à de grandes choses." Napoléon Hill

"La plus grande erreur qu’un homme peut faire est d’être trop effrayé de commettre une erreur."

"La vraie grandeur est l’habileté de choisir l’accomplissement personnel alors que d’autres choisissent le découragement dans les mêmes circonstances."

 mlkoioj.png

5- Ne vous arrêtez pas à la première idée

 

"L'ennemi de l'excellence est le bon."

 

Réfléchissez aux façons dont vous abordez vos problèmes ou défis importants. Est-ce que vous explorez vraiment de nouvelles approches ou appliquez-vous toujours les mêmes vieilles solutions? La grande majorité des gens réutilise constamment les mêmes approches et attitudes sans vraiment explorer de nouvelles façons de faire. Ainsi, la plupart des gens font face de manière récurrente aux mêmes problèmes non résolus.

La méthode du remue-méninge (brain storming): Cette méthode consiste à explorer d’une façon libre un grand nombre de nouvelles solutions. Par exemple, le matin en allant travailler, imposez-vous de trouver au moins une idée, bonne ou mauvaise, pour vous améliorer au travail. Pendant les premiers jours, identifiez sans restriction le maximum d'idées et notez-les. Après avoir identifié un certain nombre d'idées (15 par exemple), analysez-les, en les bonifiant autant que possible. Faites des combinaisons d'idées pour en créer d'autres, notez ces nouvelles idées. Finalement, choisissez les idées ayant le plus grand potentiel et partagez-les avec quelqu'un. Ceci vous permettra d'obtenir du feedback et d'améliorer davantage ces idées. Après peu de temps, vous serez surpris de voir la qualité des idées ainsi raffinées. Elles vous sembleront tellement bonnes qu'elles vous pousseront à l'action pour les implanter.

L'exploration de nouvelles solutions ne permettra pas toujours de découvrir immédiatement une mine d'or. Mais avec l'application régulière d'une bonne méthode de recherche, chacun peut faire des gains très significatifs. Le principe est d'explorer un grand nombre d'idées et de les améliorer successivement de différentes façons. Ceci vous permet entre autres d'explorer les différentes facettes du problème à résoudre ou du défi à surmonter. Les gens qui trouvent des idées de génie ne sont pas plus intelligents que les autres, mais ils cherchent plus longtemps.

"Un esprit agrandi par une nouvelle idée, ne reprend jamais sa dimension antérieure."

 mlkoioj.png

6- Échec ou perception d'échec

 

"La chose la plus affreuse n'est pas l'échec, mais plutôt de ne pas avoir essayé."

 

Un échec ne doit ni vous attrister ni vous décourager, sinon cela prouve que vous avez établi un lien illusoire entre cet échec et votre bien-être.

Exemple:

Vous avez récemment passé une entrevue pour un emploi. Et vous apprenez qu'on refuse votre candidature. Vous êtes déprimé de n'avoir pas obtenu cette position. De plus, vous êtes très anxieux à l'idée de ne jamais trouver d'emploi intéressant. Vous pensez: "Cet emploi me convenait parfaitement et c'est affreux que je ne l'aie pas obtenu. J'ai commis plusieurs erreurs graves que j'aurais dû éviter. Je suis un parfait imbécile. Je dois absolument trouver un emploi comme celui-là, sinon ma vie sera foutue. J'ai été tellement minable que mes autres entrevues seront toutes un échec. Si je continue cette performance minable, je ne trouverai jamais d'emploi intéressant".

Lorsqu'un événement déplaisant se produit et qu'il nous déprime nous concluons aussitôt que cet événement est la cause de nos sentiments négatifs. Si l'événement avait été agréable plutôt que désagréable, un succès au lieu d'un échec, par exemple, nous ne serions pas en proie à la dépression. Ainsi, nous concluons que, parce qu'il s'est produit un événement déplaisant, son caractère déplaisant doit avoir provoqué nos sentiments négatifs. C'est évident, non? En fait, ce n'est pas du tout évident. En effet, si mille personnes subissaient ce même échec, est-ce qu'elles réagiraient toutes de la même façon? Évidemment non. La majorité éprouverait des sentiments négatifs. Mais ces sentiments seraient variés. Suite au même échec, certains éprouvent de la colère, d'autres de la déception; certains éprouvent de l'indifférence ou même de la stimulation. Donc, nous réagissons tous différemment par rapport à un même événement. Face au même échec, certains ne seront pas du tout démoralisés. Face à l'échec de l'obtention d'un emploi, quelques-uns pourraient même être heureux. Ces derniers considéreront qu'ils ne voulaient pas vraiment l'emploi ou que celui-ci comportait plus d'inconvénients que d'avantages. Certaines personnes pourraient considérer que ce refus est en fait une opportunité pour les amener à un autre emploi plus avantageux.

Lorsque nous subissons un échec, ce dernier n'est pas directement responsable de votre découragement. Il existe un intermédiaire: vos pensées par rapport à l'échec. Celles-ci sont toutes puissantes pour changer votre attitude face à un échec.

Exemple (suite):

Voici une autre façon de réagir à l'échec de l'obtention d'un emploi: "A bien y penser, j'ai fait de mon mieux pour obtenir ce poste, mais malheureusement, il y avait des candidats plus expérimentés que moi. Ce n'est pas le seul emploi sur le marché. Et je n'aurais peut-être pas été heureux dans ce poste. En fait, ceci est peut-être une opportunité cachée. Ça me permettra peut-être de trouver la perle rare en terme d'emploi. De plus, cette entrevue m'a permis d'apprendre. Ils m'ont posé de bonnes questions. La prochaine fois, mes réponses seront plus claires et spontanées grâce à cette entrevue. Me voilà maintenant plus fort pour postuler pour d'autres emplois."

"Si vous ne rencontrez pas d'échec dans votre vie, c'est que vous ne faites pas assez d'effort pour avancer."

 mlkoioj.png

7- Ne créez pas vous-même votre souffrance


"Le pire des bourreaux est parfois nous-même."

 

Certaines souffrances psychologiques sont inévitables, mais d'autres sont créées de toutes pièces. Trop souvent nous souffrons inutilement en alimentant mentalement nos blessures intérieures, particulièrement lorsque nous nous sentons persécutés ou victime d'injustices.

Ressasser nos malheurs ne fait qu'augmenter notre ressentiment. Cela peut donner inutilement à notre existence une note dramatique. En effet, certaines personnes réussissent à transformer une situation heureuse en une situation douloureuse parce qu'elles revivent en pensée des événements négatifs.

Exemple:

Quand une idée négative se présente à votre esprit, elle n'est pas encore une pensée puissante pour vous. Et, elle ne peut vous faire aucun mal sans votre consentement. Par exemple, la pensée suivante vient à l’esprit de Pierre: "J'en veux à mon épouse parce qu'elle m'a abandonné". S’il garde cette pensée active, il se fait du mal. En continuant avec ce sujet à l’esprit, il donne du poids à cette pensée. Il la légitimise jusqu'à se persuader que son épouse a tous les torts et qu’il n’est qu'une victime. Inversement, il peut prendre conscience que son esprit s'apprêtait à ressasser une mauvaise pensée et préférer repousser cette dernière. Cela ne signifie pas que son mariage n'a pas été difficile; mais dans l'instant présent, il prend la décision de ne pas se laisser désharmoniser par cette pensée négative.

Autre exemple:

Vous découvrez que quelqu'un tient des propos déplaisants à votre sujet. Si vous réagissez en vous sentant blessé ou furieux, et vous détruisez votre paix d’esprit. Par contre, si vous ignorez la calomnie en faisant la sourde oreille, vous vous protégerez contre cette blessure. Bien sûr, il est impossible d'éviter toute situation déplaisante, mais il est possible d'atténuer la souffrance en réagissant de la bonne façon. Trop souvent, nous aggravons notre souffrance en ayant une mauvaise attitude et en revivant à répétition en pensée des situations déplaisantes.

Lorsque nous éprouvons momentanément du ressentiment ou de la colère à l'égard de quelqu'un, si nous traitons ce sentiment avec indifférence, il est peu probable que cela s'envenime. Mais si nous repensons constamment aux soi disantes injustices qui nous sont faites ou aux mauvais traitements qui nous sont infligés, alors nous nourrissons la haine. C'est en alimentant nous-mêmes ces émotions négatives que nous leur permettons de survire longtemps dans nos pensées et de nous faire plus de mal. Impossible de se sentir en harmonie avec soi-même lorsqu'on à la tête pleine de telles pensées.

"Ce que nous devenons est le résultat direct de nos pensées."

 mlkoioj.png

8- Épreuves ou opportunités?

 

"Les difficultés représentent les meilleures conditions de développement pour celui qui sait les utiliser."

 

Vous vivez une grande épreuve et votre réaction est de vous apitoyer ou vous lamenter pendant trois ou quatre heures. Après cette période de déprime, vous êtes épuisé, mais vous n'êtes pas plus avancé, au contraire les énergies sont parties et les difficultés sont restées. Et le lendemain, ça recommence...

Dites-vous plutôt: "C'est d'accord, je vais me lamenter et pleurer plus tard, mais il faut d'abord que je réfléchisse." Alors, vous réfléchissez, vous cherchez et vous trouvez une solution beaucoup plus vite que si vous vous laissez aller à votre chagrin en pleurant à chaudes larmes.

Beaucoup de circonstances apparemment désagréables sont des occasions uniques. Au lieu de bien étudier nos épreuves et de chercher des moyens d'en sortir, la plupart du temps on se plaint, on pousse des cris ou on pleure... Il faut transformer les épreuves en tremplin. Pour se faire, il est nécessaire de s'élever jusqu'à la raison afin de trouver une solution, au lieu de rester toujours en bas dans nos émotions à souffrir.

Les épreuves sont la fondation d'un niveau supérieur de compréhension. Beaucoup de circonstances désagréables en apparence contribuent en réalité à notre bien. La vie est très riche de tout ce qui est nécessaire pour nous instruire. Les gens sages réfléchissent sur tout et utilisent tout pour le bien. Et vous, est-ce que vous savez profiter de vos épreuves? Pour ce faire, efforcez-vous d’être vraiment conscient et vigilant pendant celles-ci. De cette manière, chaque difficulté contribuera à développer votre lucidité, votre perspicacité et votre discernement.

"Seuls les vrais adultes savent découvrir ce qui se

cache de riche et de profond dans chaque épreuve.

Et vous avez le pouvoir de changer

cette perception à tout moment."

Marcus Aurelius

 mlkoioj.png

9- Prendre du recul

 

"Celui qui agit sans réfléchir, ressemble à un enfant qui s'amuse avec des allumettes."

 

Lorsqu’un problème sévère se présente à nous; il est normal d’avoir une réaction spontanée. Dans certains cas, cette réaction initiale nous fait poser des gestes que nous regrettons par la suite. Il est donc utile de développer le réflexe de prendre un pas de recul face à ces situations. Voici quelques exemples:

1. Problème: votre enfant obtient une très mauvaise note à l’école.

Réaction initiale: vous réprimandez celui-ci avec véhémence, ce qui le décourage et contribue à une baisse encore plus forte de sa performance.

2. Problème: votre patron dit être très insatisfait de vous par rapport à un certain dossier.

Réaction initiale: vous critiquez sévèrement votre patron qui perçoit ainsi que vous n’acceptez pas d’améliorer le dossier en question.

3. Problème: votre époux démissionne soudainement de son emploi.

Réaction initiale: vous faites une scène immense à ce dernier avant de le questionner pour connaître la motivation de ce geste précipité. Ainsi vous avez maintenant deux problèmes plutôt qu’un : un époux sans emploi et un froid dans votre relation de couple.

"Lorsque nous sommes trop proches de l’arbre, on ne voit plus la forêt."

Les trois scénarios précédents ont une chose en commun. La première réaction a eu lieu sans prendre de recul et à ainsi empirer le problème. Dans une situation critique, il est souvent utile de prendre du recul pour plusieurs raisons:

· Dédramatiser vos problèmes

· Changer notre attitude

· Écouter notre interlocuteur

· Mieux comprendre notre interlocuteur

· Mieux réfléchir pour trouver une solution

Suite des trois exemples:

1. Problème: votre enfant obtient une très mauvaise note à l’école.

Exemple de recul: Vous résistez à la tentation de réprimander immédiatement votre enfant. Vous discutez plutôt avec votre époux. Le simple fait de discuter avec quelqu’un d’autre que votre enfant vous fait prendre du recul. De plus, deux têtes valent mieux qu’une; c’est-à-dire que les opinions de votre époux vous aident à trouver une meilleure une solution.

2. Problème: votre patron dit être très insatisfait de vous par rapport à un certain dossier.

Exemple de recul: Vous résistez à la tentation de critiquer votre patron sur le champ. Vous expliquez plutôt à ce dernier que vous avez bien compris sa position; et que vous souhaitez poursuivre cette conversation le lendemain car vous êtes épuisé. C’est-à-dire que vous n’avez plus l’énergie pour discuter efficacement du dossier en question. Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, vous êtes plus ouvert aux suggestions.

3. Problème: votre époux démissionne soudainement de son emploi.

Exemple de recul: Vous dites à votre époux que vous devez faire une promenade seule afin de vous calmer. Après cette pause, vous n’êtes pas moins déçue, mais vous êtes en meilleure posture pour traiter cette nouvelle situation. Et surtout vous êtes maintenant suffisamment calme pour entendre et peut-être comprendre les raisons qui ont poussé votre époux à poser ce geste.

Limite:

Certaines situations exigent une action rapide. Dans de tels cas, il peut être nuisible de prendre du recul. Nous devons donc développer la sagesse nécessaire pour distinguer ces deux types de situations, soit les situations urgentes et les situations qui bénéficient d’un recul.

Conclusion:

On ne peut pas échapper aux épreuves, alors il est bien de décider une fois pour toutes d’employer des méthodes qui nous permettent de mieux les affronter. La meilleure façon d’affronter les situations difficiles est d’avoir une attitude correcte dès le début. Ceci inclut de prendre un pas de recul lorsque nous sommes tentés de poser des gestes regrettables. Prendre du recul contribue à nous faire découvrir ce qui se cache de riche et de profond derrière plusieurs épreuves.

"Ce sont les épreuves qui nous révèlent.

Elles nous mettent au défi de nous dépasser et de nous voir dans notre propre réalité."

 mlkoioj.png

10- Blâmer vous empêche d’avancer

 

"Blâmez les autres, c’est renier notre responsabilité d’agir."

 

Lorsque différentes espèces d’arbres sont soumises aux mêmes conditions difficiles (par exemple un sol très pauvre), certaines se développent alors que d’autres dépérissent. Il en va de même pour nous. Dans les mêmes conditions, quelques-uns évoluent alors que d’autres régressent. Pourquoi? Simplement parce que certains renoncent à blâmer quelqu’un ou quelques choses pour leurs difficultés; alors que d’autres blâment leurs conditions difficiles. Et ceci leur donne une excuse pour ne rien faire.

Quand vous blâmez une source externe pour vos problèmes ou votre stagnation, vous renoncez à votre capacité de réagir. Le blâme vous empêche d’assumer votre responsabilité de corriger la situation. Vous renoncez ainsi à votre pouvoir de surmonter la difficulté. Il y a toujours quelques choses à faire. Parfois la seule chose que nous pouvons faire est de changer notre état d’âme. Mais c’est déjà un grand pas dans la bonne direction.

Tant que quelqu’un ou quelque chose est responsable de ce que vous ressentez, vous renoncez à votre pouvoir de changer votre vie. Vous abdiquez votre confiance en vous et vous devenez esclave du monde extérieur. Reconnaissez plutôt que vous avez la capacité de vous transformer intérieurement malgré les conditions et contraintes externes. Il faut comprendre une fois pour toutes que les conditions ne sont jamais déterminantes. Bien sûr, on ne peut pas les ignorer ou les négliger tout à fait, mais pour avancer il faut savoir que les choses importantes à votre développement ne dépendent que de vous.

"Tant que vous croyez que votre bonheur ou, votre malheur dépend des conditions externes, vous ne serez à l'abri de rien."

 mlkoioj.png

11- Conflit avec un proche


"Nous devons nous évertuer à mieux gérer les conflits, plutôt que d'essayer de les éliminer totalement, car leur existence est inévitable."

 

Exemple:

Pierre est en désaccord avec sa femme au sujet de leur lieu de résidence. Pierre veut déménager, mais sa femme tient absolument à demeurer dans leur résidence actuelle. Ce conflit dure depuis des mois. À chaque fois qu’ils en parlent, la conversation tourne au vinaigre. Ils en viennent même parfois aux insultes. Il leur est maintenant difficile d’avoir une conversation saine et agréable. Ce désaccord est en train de miner profondément leur relation.

Si votre relation avec votre proche est importante, il est impératif d’approcher le conflit bien équipé. Voici une liste d’approches pour faire en sorte que votre relation avec votre être cher ne soit pas mise en péril par un simple conflit:

1. Premièrement, demeurez calme

Dans un conflit, il y a parfois des discussions émotionnelles et même orageuses. Dans un tel contexte, nous pouvons être tentés de dire ou faire des choses que l’on pourrait regretter plus tard. Pour s’éloigner de cette tentation, il faut garder son calme autant que possible. En restant calme, vous créez des conditions propices à la résolution du conflit.

2. Est-ce que ça vaut la peine?

Avant de vous laisser entraîner dans un conflit avec un proche, demandez-vous si ça en vaut la chandelle. Nous avons parfois tendance à faire des montagnes avec des riens. Si le sujet du litige n’en vaut pas vraiment la peine, considérez simplement d’abandonner la bataille.

3. Renoncez au ressentiment?

Nous avons tous tendance à nous cramponner à des rancœurs mesquines, nées d'un malentendu ou d'une dispute. Si la personne avec laquelle vous êtes en conflit vous a fait du mal ou si elle vous a traité injustement dans le passé, vous devez pardonner avant de poursuivre la discussion. Sinon, vous ressasserez à répétition dans votre tête les gestes qu’il ou elle a posés pour vous faire du tort. Et ceci vous empêchera de régler le conflit.

4. Entente sur l’évitement du sujet de conversation

Parfois ce n’est pas le conflit lui-même qui est tant un problème, mais le fait de devoir en discuter régulièrement. Dans cette situation, il y a lieu de s’entendre pour éviter le conflit comme sujet de conversation. Par exemple, Pierre et sa femme se sont mis d’accord pour ne pas discuter de déménagement les jours de semaine. Ceci leur donne cinq jours ou le sentiment de frustration associé au conflit disparaît au moins en partie.

5. Respectez le rythme de l’autre

Certaines personnes veulent absolument régler leurs conflits aussitôt que possible; d’autres préfèrent réfléchir longuement avant de poser des gestes. Identifiez le type d’approche de votre proche et respectez son rythme; sinon vous risquez d’empirer la situation.

6. Soyez diplomate

Lors d’un conflit, les gestes et paroles sont parfois mal interprétés parce que l’atmosphère est porteuse d’une charge émotive. Soyez donc diplomate. Ceci afin d’éviter que certaines de vos paroles, qui sont anodines en temps normal, ne soient interprétées d’une façon négative à cause du conflit. En particulier, soyez très prudent si vous tentez de faire de l’humour. Lors d’un conflit, une blague normalement sans conséquence, peut facilement être mal interprétée.

7. Écrivez si parler devient trop difficile

Parfois, la frustration est telle qu’il devient difficile de discuter face à face du sujet litigieux. Dans ce contexte, n’hésitez pas à communiquer par écrit avec votre proche.

8. Rappelez-vous les conflits passés

Si la relation avec votre proche a une longue histoire, il se peut que vous ayez déjà résolu dans le passé d’autres conflits avec cette personne. Remémorez-vous comment vous avez résolu ces conflits et surtout rappelez-vous que le soleil a brillé à nouveau sur votre relation une fois le conflit résolu.

9. Est-ce que vous demandez une concession impossible?

Déterminez si l’objet du conflit concerne un élément sur lequel votre interlocuteur a toujours été intransigeant dans le passé. Si oui, sachez que vos chances de le faire changer d’idée sont presque nulles, et que ce conflit est très risqué pour votre relation avec cette personne.

10. Concessions non désirables

S’il s’agit d’une relation à laquelle vous tenez à tout prix, vous aurez tendance à faire d’importantes concessions. Mais soyez prudent. Si vous faites une concession qui va à l’encontre de vos valeurs fondamentales, vous créez une bombe à retardement. C’est-à-dire que vous accumulerez de la frustration à cause de cette concession. Et tôt ou tard, le conflit refera surface.

11. Écoutez pour mieux comprendre

Ne pas écouter son proche peut être une source de conflit. Et l’inverse peut contribuer significativement à régler n’importe quel conflit. Combien de fois entend-on quelqu'un se plaindre de ne pas avoir été écouté? Écouter, c'est d'abord bien comprendre l'autre. Cela n'est pas seulement être passif. Il faut faire écho à ce que nous entendons. Pour s’assurer de bien interpréter ce qu’on vous a dit, reformulez dans vos propres mots, et demandez à votre proche si c'est bien ce qu'il voulait exprimer.

Cette reformulation est nécessaire, car nous avons tous des vécus différents, auxquels on se réfère trop souvent comme si tout le monde voyait les choses de NOTRE façon.

12. Utilisez la médiation au besoin

La médiation consiste principalement à aider au dialogue entre les parties. Un médiateur doit maintenir une position neutre et impartiale. Dans cette position favorable, il doit amener les personnes concernées à trouver elles-mêmes une solution satisfaisante pour les deux parties. Une personne impartiale non impliquée dans le conflit peut jouer le rôle de médiateur. Le site Internet suivant présente les étapes d’une bonne médiation: www.f-d.org/mediation.htm Au besoin, vous pouvez aussi faire affaire avec un professionnel.

13. Limitez la durée de vos séances de négociation

Observez-vous pendant une séance de négociation et vous verrez que votre bonne volonté et votre patience diminuent rapidement après une heure environ. Évitez donc les longs entretiens avec votre proche.

14. Négociez efficacement

Un accord est d’autant plus durable qu’il intègre les désirs, besoins et intérêts des DEUX personnes concernées. Il existe des approches de négociation qui favorisent l’établissement d’un tel accord. Le lien hypertexte suivant présente certaines de ces approches: Soyez efficace dans vos négociations.

15. Prenez une pause au besoin

Si l’atmosphère est extrêmement tendue, il peut être désirable de prendre une pause pour calmer les esprits. Dites alors poliment à votre proche que vous devez vous éloigner pendant quelques heures afin de vous apaiser. Si possible pendant cette période, changez d’air: faites une promenade, allez au cinéma, lisez un roman… À votre retour, vous verrez les choses un peu différemment. Vous pourrez alors prendre un certain recul par rapport au conflit.

16. Devenez plus “aimable“

Si votre proche vous rejette, vous devrez faire des efforts pour vous faire apprécier à nouveau. Une des approches pour atteindre cet objectif est de devenir plus “aimable“. Le lien hypertexte suivant présente une approche basée sur ce principe: La beauté pour se faire aimer.

17. Focalisez sur la relation

Faites savoir à la personne que vous tenez à elle en lui démontrant de la considération. Ce simple geste favorisera grandement la résolution du conflit. En effet, cette personne sera plus motivée à négocier et à faire des concessions si elle se sent en confiance. Au contraire, si elle perçoit que vous vous distancez émotionnellement d’elle, elle aura tendance à devenir plus négative face au conflit et face à vous.

18. Donnez une chance à la relation

Faites une activité de loisir avec votre proche. Par exemple, assistez à un spectacle ou un film d’humour avec cette personne. Une telle activité détendra l’humeur de votre relation et facilitera un échange efficace plus tard. Évidemment, pendant cette activité évitez de parler du conflit.

19. Faites un effort pour distinguer la personne du conflit.

Il est utile de se rappeler les qualités de la personne avec laquelle nous sommes en conflit. Par exemple, la femme de Pierre est la même qu’avant le conflit. Elle a les mêmes qualités; ces qualités qui ont fait en sorte qu’il l’a choisie comme épouse. Ne laissez pas un conflit devenir un écran entre vous et la personne que vous aimez.

Conclusion:

Une fois le conflit terminé, que se passe-t-il? La vie continue. Vous avez peut-être été un peu blessé par votre proche. Malgré tout, il faudra vivre la suite des événements dans la sérénité. En dépit de tout, vous devez continuer à aimer votre proche. Même si ce dernier vous a fait du mal, ne perdez jamais votre amour, parce qu'alors vous perdrez votre inspiration et votre joie de vivre.

"Lors d’un conflit, rappelez-vous que l’autre aussi mène un dur combat dans la vie."

 

Source: Stratégies de la vie quotidienne

mardi, 26 juillet 2016

Devenir riche, est-ce vraiment dur ?

devenir-riche-est-ce-vraiment-dur.jpg&w=610&h=280&zc=1

 

Ça peut paraître drôle, mais beaucoup de personnes tapent sur Google « Comment devenir riche ».

Moi aussi j’ai tapé cette requête il y a bien longtemps alors que je n’avais pas un rond en poche.

Au moment où je rédige cet article, nous obtenons 2 730 000 résultats, lorsque nous effectuons cette recherche. Pas étonnant que la plupart des gens qui tapent cette requête ne deviennent pas riches. Il y a trop d’informations disponibles, on se sent comme « écrasé ».

Ce que les gens devraient taper plutôt c’est « Est-ce vraiment dur de devenir riche ? Si untel l'a fait, pourquoi je ne pourrais pas y arriver moi aussi ? »

Bon OK c’est une requête un peu longue et Google va vous prendre pour un dingue. Mais le plus important ici, c’est « est-ce vraiment dur » ?

Inconsciemment, vous avez déjà répondu à cette question. Votre cerveau est une arme très puissante et redoutable.

La réponse est: «Oui, c’est très très très dur. Sinon tout le monde serait riche».

 

Du coup, on n’essaie même pas.

Quand j’organise des séminaires, je ne suis pas le seul à parler sur scène. Je n’ai pas la science infuse, je ne sais pas tout. Loin de là. C’est pour cela que je demande à d’autres orateurs, investisseurs, entrepreneurs, séminaristes de venir faire une présentation.

À mon séminaire Quitter la Rat Race Live d’octobre 2015 il y avait par exemple Max Piccinini qui est connu pour motiver les troupes comme très peu de personnes arrivent à le faire en France.

Max Piccinini

 Durant sa session, il y a 2 choses qui ont vraiment marqué la salle.

1 – Vous êtes un PUT#&@ de spermatozoïde !

Vous qui lisez ça, vous êtes un guerrier, vous êtes une guerrière. Sans même le savoir. À votre commencement, vous étiez un spermatozoïde parmi 300 millions d’autres spermatozoïdes.

Et c’est vous qui avez gagné la course !

Vous êtes une machine, un miracle de la nature.

Usain Bolt peut aller se rhabiller !

Arriver premier d’une course où il y a 300 millions de concurrents est bien plus dur que de devenir riche. Infiniment plus dur.

2 – Est-ce que vous pouvez gagner un million d’euros en un an ?

Si je pose cette question là, comme ça, il y a de fortes chances pour que vous répondiez « non, c’est impossible ».

Pensez à la personne que vous aimez le plus sur terre. Un enfant, un parent.

Imaginez maintenant que la mafia vienne et enlève cette personne sous vos yeux impuissants. Sans même que vous n’ayez le temps de lui faire un bisou.

Et que le chef de la mafia vous dise :

« Si tu ne me ramènes pas 1 million d’euros dans un an, tu ne reverras jamais cette personne »

Dans ce cas, est-ce que gagner 1 million d’euros vous semble impossible ?

Bien sûr que non, vous allez tout mettre en œuvre pour trouver ce million d’euros. L’échec est tout simplement impossible.

Max avait fait le test avec une participante.

Il lui avait posé la question « peux-tu gagner 1 million d’euros d’ici un an ».

Sa réponse a été rapide « non », avec les épaules et la tête baissées.

Puis il l’a boosté comme il sait le faire. Notamment en lui demandant qui était la personne la plus chère à ses yeux.
Elle avait répondu que c’était sa mère.

Max a pris un accent de mafieux sicilien en lui disant que si elle ne ramenait pas un million d’euros d’ici 1 an elle ne reverrait jamais sa mère.

maxpiccinini

À la fin de l’exercice, ce n’était plus la même personne. Elle avait la tête haute et était prête à BOUFFER le mollet de quiconque se dresserait devant elle.

Est-ce plus dur que d’envoyer des humains sur la lune ?

En tant qu’être humain, et plus particulièrement être humain investisseur/entrepreneur, vous avez la faculté à voir les choses dans votre esprit avant de les matérialiser (si vous êtes positif, motivé et travailleur).

On a réussi à envoyer des êtres humains sur la lune. Ça, c’est VRAIMENT, VRAIMENT dur. Je ne suis même pas certain que le gouvernement français, voir même l’Europe pourrait le faire s’ils le souhaitent. Ou alors, peut-être que ça leur prendrait 5, 10 ou 15 ans à mettre le projet sur pied.

Mais ça a déjà été fait !

En comparaison, gagner un million d’euros c’est très facile ! On sait comment faire. Des millions de personnes l’ont déjà fait. Et chaque jour, des milliers de personnes le font. C’est du pipi de chat, un jeu d’enfant. Vous pouvez le faire.

À présent, lorsque vous vous dites que quelque chose est difficile, posez-vous la question suivante « Est-ce plus dur que d’envoyer des hommes sur la lune ? »

Si la réponse est non, ALORS vous pouvez le faire. C’est sûr. Ça va demander des efforts à un moment, mais c’est à votre portée.

Est-ce que perdre 30 kg de masse grasse est plus dur que d’envoyer un homme sur la lune ? Non, ne mangez pas pendant 2 mois et c’est réglé. Regardez les participants sur Koh Lanta !

Est-ce qu’avoir le bac est plus dur que d’envoyer un homme sur la lune ? Non, même si vous êtes un cancre, mettez-vous au boulot et vous l’aurez ce bac.

Est-ce que gagner un million d’euros est plus dur que d’envoyer un homme sur la lune ? Non, lisez des bouquins, achetez des actifs, rencontrez du monde, créez votre business, rencontrez des difficultés en chemin et un jour vous vous réveillerez et vous constaterez que vous êtes devenu millionnaire, sans même vous en rendre compte.

Comme expliqué dans cet article, gagner 1 million d’euros ne fait pas de vous un homme ou une femme riche. Mais vous êtes sur la bonne voie.

Alors, pensez-vous toujours que devenir riche est si compliqué ?

 

Cédric Annicette

 

Source: Business Attitude

vendredi, 15 juillet 2016

Pourquoi votre salaire fixe pourrait vous rendre pauvre ?

 

money0.jpg


 
Selon le millionnaire self-made Steve Siebold, qui a interrogé plus de 1.200 parmi les personnes les plus riches du monde pour son livre "How Rich People Think", les gens riches choisissent de se faire payer différemment des gens ordinaires.

Les gens ordinaires choisissent de se faire payer en fonction du temps (salaire fixe ou horaire), alors que les gens riches choisissent de se faire payer en fonction des résultats. De plus, les gens riches travaillent généralement à leur compte et déterminent la taille de leur chèque de paie.

Selon l’auteur, les gens efficaces savent que le travail indépendant est la route la plus rapide à la richesse.

La raison pour laquelle tant de gens continuent à travailler pour gagner un salaire fixe, est le sentiment de sécurité qui vient du souci de savoir le montant exact qui va entrer chaque mois.

Bien sûr, il y a des risques impliqués dans le démarrage d'une entreprise, mais les gens riches "savent que le plus grand risque est de ne pas parier sur eux-mêmes", dit Siebold.

Alors que les riches continuent à créer des entreprises et bâtir des fortunes, les pauvres se contentent d'un job régulier et manquent des opportunités pour accumuler de la richesse...

 

Source: Argentaire.Com

Pour l'intégralité de l'article en version anglaise, cliquer sur: Business Insider.Com

vendredi, 17 juin 2016

Business du 21ème siècle: Un message de Robert Kiyosaki aux jeunes

 

robert-in-airplane-hanger.jpg

 

Bienvenue à « The business of the 21th century », « L’affaire du 21ème siècle », de Robert Kiyosaki !

Robert Kiyosaki est internationalement reconnu comme l’un des plus grands experts financiers. Il est également l’auteur du best-seller « Père riche, Père pauvre ». Ses livres ont été traduits en 51 langues, dans 109 pays. Et il en a vendu plus de 28 millions d’exemplaires dans le monde entier.

robert_kiyosaki001.jpg

Robert Kiyosaki a passé sa vie à l’éducation et à la formation des personnes désireuses d’atteindre l’indépendance financière.

Aujourd’hui, dans cette vidéo, il explique pourquoi le Marketing de réseau est, sans aucun doute, « l’affaire du siècle » et comment vous pouvez tirer parti des opportunités qu’il offre, pour créer la vie que vous désirez.


 

Robert Kiyosaki: « Dans cette section, je veux parler aux jeunes. Ceux qui n’ont pas encore décidé de faire du business pour le reste de leur vie. Peut-être que vous êtes à l’école, ou désirez-vous en sortir...

Comme je l’ai dit, mon papa pauvre a toujours clamé : « Il faut aller à l’école et obtenir un emploi stable ».

Malheureusement, dans cette crise économique, beaucoup de jeunes diplômés des universités sont très endettés du fait des prêts contractés pour leurs études et ne peuvent pas trouver d’emploi.

robert_kiyosaki_wallpaper_by_imabrook-d4vbje4.jpg

J’ai vu des statistiques: parmi les jeunes blancs, de 18 à 25 ans, 19% ne peuvent pas trouver d'emploi. Même avec un diplôme d’études supérieures.

Et pour la jeunesse africaine américaine, entre 19 et 25 ans, 30% ne peuvent pas trouver d'emploi.

Donc, mon message pour vous est désormais: Levez-vous ! Maintenant ! Avant de commencer à chercher un emploi, avant de vous surprendre à essayer de grimper dans la hiérarchie d’une entreprise, avant d’essayer d’apporter le bonheur à d’autres personnes qui, elles, vous emploient mais ne se soucient pas de vous. Ces personnes ne se soucient que de leurs investissements, vous savez. Vous devez prendre une décision !

Robert-Kiyosaki-Picture-Quote-Poor-To-Rich.jpg

"Avant de pouvoir changer votre porte-feuille de celui d'un pauvre à celui d'un riche, vous devez d'abord changer votre mentalité de celle de pauvre à celle de riche". Robert Kiyosaki.

 

En 1974, quand je suis rentré du Vietnam, si j’avais fait comme disait mon père pauvre, c’est-à-dire retourner à l’école et obtenir ma maîtrise et mon doctorat, comme il aurait fait, j’aurais été désespéré, sans le sou, avec la peur du monde réel.

J’ai donc dû prendre la décision de consacrer ma vie à être ici (case B dans le cadran, c’est-à-dire Business), et ici (I, c'est-à-dire Investissement). Et cela a fait toute la différence.

Vous ne pouvez pas devenir riche rapidement. Cela est plus difficile que vous ne pouvez le penser, cela demande plus de courage, et il faut du temps pour y arriver. J’ai échoué à plusieurs reprises.

Mais en 1974, j’ai dit que je consacrerai ma vie à être de ce côté-ci, le côté droit dans le cadran, du côté des B et I (Business owner et Investment ou Investor, c'est-à-dire Propriétaire d’entreprise et Investisseur), et ne jamais revenir de ce côté-là, le côté gauche, le côté des E et S (E pour Employee et S pour Self-made, c'est-à-dire Employé et Auto-employé, Qui s'est fait tout seul, avec sa petite affaire personnelle).

Robert-Kiyosaki-.jpg

Donc, même quand j’étais fauché et que mon entreprise a fait faillite, je n’ai jamais vu ce côté, le côté gauche. Malheureusement, aujourd’hui encore, à Hawaï, mes oncles et tantes disent toujours la même chose: « As-tu enfin un emploi ? ». Je réponds: « Non, je n’ai pas d’emploi ». Et ils s’indignent: « Oh, ce n’est pas du tout bon ça, c’est très mauvais, tu es encore au chômage ! ».

Le fait est qu’ils ne peuvent pas comprendre. Ces gens ne connaissent et ne considèrent que la sécurité de l’emploi. Ils ne savent pas ce qu’est la liberté et ont de l’argent. Mais ce que je sais, c’est qu’ils vivent avec moins que ce qu’ils gagnent, luttent, payent leurs impôts, tout en essayant d’économiser un peu d’argent.

Je recommande donc: Démarrez votre propre entreprise ! Commencez dès maintenant ! La pratique prend du temps, on fait des erreurs, mais c’est une des meilleures expériences à vivre, parce que quand vous aurez du succès, si vous êtes prêts à persévérer et êtes déterminés, vous connaîtrez la liberté et aurez une abondance de richesse dont ces gens n’ont aucune idée. »

 

Robert Kiyosaki

Source: YouTube Aloe Vera Santé

mardi, 24 mai 2016

Les 7 habitudes du millionnaire

oprah-riche-femme-noire-660x375.jpg

 

Dans notre vie active, il existe des situations sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Nous n’avons aucun contrôle sur les crises économiques et nous n’avons aucun contrôle sur la décision de notre patron de nous garder ou de nous remercier.

Cependant, nous pouvons décider de garder le contrôle de nos choix financiers et de nos actions. Autrement dit, il est possible de transformer vos pires douleurs financières en abondance en changeant quelques-unes de nos manières de penser et de faire. Si vous êtes capables d’adopter les habitudes qui vont suivre, vous êtes en mesure de devenir un(e) jeune millionnaire.

mlkoioj.png

1. LA RÈGLE 50-30-20 

L’une des habitudes clés des millionnaires autodidactes, est le suivi rigoureux et précis qu’ils font de leurs dépenses. Chaque centime a sa valeur dans un empire multi-millionnaire. En d’autres termes, ils sont capables de tenir un budget et de faire la différence entre un besoin et un désir. La règle 50-30-20 est fondamentale. Elle consiste à dire que 50% de ses revenus devraient être utilisés pour les besoins,30% pour les désirs, et 20% pour les économies et les investissements.

Vous pouvez également décider de consacrer 20% de vos revenus à vos désirs, et 30% à votre épargne et aux investissements. Sachez faire la différence entre la dépense et l’investissement. Investir, c’est octroyer un certain montant à un élément productif qui vous rapportera. Votre ordinateur, par exemple, est un investissement, car il génère des externalités positives et productives. Votre site internet est aussi un investissement, la somme que vous lui attribuez vous apportera plus ou moins d’annonceurs potentiels, en mesure de vous proposer de bon contrats.

2. LA GRATITUDE

Au lieu de se plaindre sans arrêt de ce qui ne fonctionne pas et de parler de leurs échecs, les millionnaires parlent de leurs succès et sont reconnaissants. Être reconnaissant vous prépare à attirer à vous le meilleur. Plus vous direz merci, plus vous recevrez. Entraînez-vous à être reconnaissant. C’est un exercice quotidien qui paraît difficile au début, mais qui devient une habitude.

3. AVOIR UNE ÉQUIPE ET L’UTILISER DE MANIÈRE STRATÉGIQUE

Les millionnaires savent comment se construire une équipe : ils font du networking, rencontrent autant de gens que possible, deviennent des mentors… Les relations qu’ils réussissent à établir ainsi se traduisent plus tard en milliers voire en millions de dollars, car ils savent comment utiliser leur carnet d’adresses, quelles sont les forces et les faiblesses de leur équipe et comment tirer le meilleur de chacun.

4. AVOIR UNE VIE DE LABEUR ET NON D’ENNUI

La plupart des millionnaires ne sont certainement pas nos stars d’émissions de télé-réalité. Les millionnaires autodidactes, qui se sont faits à la force de leurs bras et de leur cerveau, sont ces personnes qui travaillent de manière consistante, investissent de manière consistante et endurante jusqu’à ce qu’elles atteignent leurs objectifs.Traduction : éteignez votre télévision, fermez la fenêtre de votre page Facebook, et prenez un livre sur vos objectifs ou cherchez-vous un mentor financier.

5. NE CROYEZ PAS EN LA CHANCE

Les millionnaires autodidactes ne croient pas en la chance. À l’exception des heureux gagnants de loteries, les millionnaires ne sont jamais surpris quand ils vérifient leur compte en banque et qu’ils voient un nombre impressionnant de zéros s’aligner sur leurs relevés bancaires. Ils savent exactement ce qu’ils possèdent, pourquoi ils le possèdent, ce qu’ils veulent dans leurs portefeuilles et ils s’accrochent à leur vision quelque soit la conjoncture économique, les incertitudes financières et privées ou les obligations familiales. Ils choisissent d’être riches et n’arrêtent pas leurs projets tant qu’ils ne le sont pas.

6. LE CHOIX DU CONJOINT

Kathryn Finney, directrice de DID, une entreprise de conseil qui aide les entrepreneurs à développer leurs affaires, expliquait qu’elle avait bien réussi parce qu’elle avait épousé un homme qui la soutenait, qui était talentueux et qui avait les mêmes ambitions qu’elle. Les riches comprennent que leurs compagnons, en plus d’être leurs meilleurs amis et leurs amants, sont des partenaires, des conseillers, et les premiers à croire en leurs idées.

7. FINIR CE QUE VOUS COMMENCEZ

C’est facile de commencer une affaire. C’est plus difficile de la tenir quand arrivent les vents de la défaite et de l’échec. Votre capacité à rester fort et à traverser les tempêtes est déjà le signe que vous êtes sur la voie de la réussite.


mlkoioj.png

La vérité, c’est qu’être millionnaire n’est pas réservé à une poignée de privilégiés. Certains se sont construits sans privilèges en utilisant une seule et même recette: un mélange de dur labeur, de grands rêves, d’endurance, d’intelligence, de rigueur comptable et de rencontres.

 

Photo-le-20-12-2015-a%CC%80-16.14.jpg?resize=1000%2C600

Publié par Cécilia Emma

Rédacteur-en-chef du webmédia iyaafrica.co, étudiante à Sciences Po Paris, je vis chaque jour pour propulser le continent africain et pour déconstruire les complexes. Passionnée, Douce, Réfléchie et Persévérante. "Tout est possible à celui qui croit" - JC

 

Source: Femme d'Influence

lundi, 23 mai 2016

5 habitudes de millionnaire à s'approprier

1200x630_223250_une-pluie-de-billets-de-banque-e.jpg?1367582833

 

Les millionnaires ont beaucoup plus de points communs que le nombre de zéros sur leur compte en banque. Pour certains millionnaires, devenir riche a nécessité du courage, des qualités d’investisseur, une certaine sagacité et de la passion.

Les caractéristiques communes des millionaires et comment les appliquer à votre vie quotidienne

Soyez un libre penseur

Les millionnaires pensent différemment. Pas seulement à propos de l’argent, mais à propos de tout. Le temps et l’énergie que chacun d’entre nous emploie à essayer de rentrer dans la masse, les millionnaires le passe à tracer leur propre chemin. Puisque la pensée influence l’action, ceux qui souhaitent devenir riches devraient adopter un état d’esprit qui les mènera à leurs objectifs. Penser par soi-même ne signifie pas non plus faire systématiquement tout l’inverse des autres.

Cela veut dire avoir le courage de poursuivre ce qui vous tient à cœur. Tracez votre voie et laissez la réussite vous guider vers la richesse, plutôt que de faire l’inverse et de courir après l’argent.

Soyez visionnaire

Les millionnaires sont des visionnaires créatifs ayant une attitude positive. En d’autres termes, les gens riches ne se contentent pas d’avoir de grands rêves, ils pensent aussi qu’ils peuvent se réaliser. Voyez les choses en grand n’ayez pas peur de vous aventurer en territoire inconnu.

Bill Gates, l’homme le plus riche du monde en 2009, appliqua ce précepte à la règle. Le fondateur de Microsoft est l’un des pionniers de l’informatique grand public. Gates se lança dans l’informatique en 1975 et tint bon. En 1985, il développa le célèbre système d’exploitation “Windows”. Lorsque les consommateurs commencèrent à acheter des PC, Gates était prêt à tirer parti de la nouvelle ère qui s’ouvrait.

Soyez passionné

Le gourou de l’investissement Warren Buffett, milliardaire de son état, déclare que "L’argent est un effet secondaire de quelque chose que j’adore faire". Apprécier votre travail vous permet de posséder la discipline pour y travailler dur chaque jour. Les personnes qui travaillent toute leur vie avec l’argent, les banquiers par exemple, apprécient souvent de faire des affaires et de persuader les clients de mener à bien une transaction.

Mais trouver le job de vos rêves peut prendre du temps. Le millionnaire moyen ne le trouve généralement pas avant ses 45 ans, et n’est millionnaire que vers 54 ans. Kimbro découvrit que les millionnaires faisaient environ 17 tentatives avant de réussir. Donc, si vous voulez devenir riche, arrêtez de faire des choses qui ne vous plaisent pas ! Mais si vous ne savez pas ce que vous aimez, essayez dans plusieurs directions et continuez jusqu’à ce que vous trouviez ce que vous aimez vraiment.

Investissez et investissez-vous

Les millionnaires sont prêts à investir leur temps et leur argent pour atteindre leurs objectifs futurs. Ils sont disposés à prendre un risque maintenant pour pouvoir réaliser quelque chose de plus grand dans l’avenir. Que cela consiste à investir en bourse ou à monter une entreprise, c’est un pas vers la promesse d’importantes récompenses financières.

Commencez à investir dès à présent.

Soyez bon vendeur

Les millionnaires sont toujours en train d’exposer leurs idées et essayent de convaincre les autres d’acheter chez eux. De bons vendeurs ignorent les défaitistes.

Les millionnaires ont également un bon relationnel. L’aptitude à communiquer avec les gens est essentielle pour faire passer vos idées. Contrairement aux idées reçues sur les vendeurs, les millionnaires citent l’honnêteté comme facteur déterminant de leur réussite. Si vous voulez être millionnaire, soyez un vendeur franc et travaillez votre relationnel.

Pour la plupart des gens, devenir millionnaire ne se fait pas du jour au lendemain. Rome ne s’est pas faite en un jour !

En fait, bon nombre des personnes les plus riches du monde ont bâti leur richesse sur de longues années, parfois même sur plusieurs générations, en prenant des décisions réfléchies et souvent audacieuses. Ils usent de leurs atouts du mieux qu’ils peuvent et poursuivent leur but obstinément.

Si vous devez retenir quelque chose sur les millionnaires, c’est que pour beaucoup d’entre eux, ce n’est pas forcément leur fortune qui les sépare du reste du monde mais plutôt tout ce qu’ils ont fait pour en arriver là.

© – Cafedelabourse.com

 

Source: Café de la Bourse