topblog Ivoire blogs

mercredi, 18 mai 2016

Leadership et entrepreneuriat - Comment trouver le leader qui est en vous: 16 conseils à suivre

 

635940478507306607-751240130_claire-underwood-660x350.png

 

Selon Dale Carnegie, ce que vous pouvez faire de mieux, c’est d’investir en vous et développer votre leadership.

Le monde évolue, les technologies sont de plus en plus sophistiquées, mais elles seules ne sont pas suffisantes. Le succès sera traduit par la capacité des entreprises et des hommes à établir des relations humaines. C’est ça le leadership.

Ce livre a été écrit pour expliquer l’importance du leadership, et comment chacune d’entre vous peut développer  sa vision, communiquer, influencer et diriger dans un monde qui bouge.

Le besoin de communication et de travail d’équipe est plus important que jamais, que ce soit au sein d’une entreprise, ou au sein d’une famille. Augmenter votre créativité et votre enthousiasme vous encouragera à vivre une vie plus productive. Vous apprendrez à créer des relations de confiance, à écouter avec plus d’attention, à contrôler vos peurs et obtenir le respect des personnes dans vos vies. Le but est que vous deveniez un meilleur leader. Pensez plus vite, travaillez plus intelligemment et rêvez plus grand !

Les leaders doivent avoir une vraie vision et un sens des valeurs. Ils doivent communiquer plus efficacement. Ce n’est pas parce que les moyens de communication ont augmenté que les gens ont pour autant appris à mieux communiquer.

Tous les principes qui suivent sont basiques et faciles à comprendre, mais ils requièrent de la pratique et un véritable désir d’apprendre.

Si vous êtes prête à manager vos relations humaines avec plus de facilité et de succès, si vous souhaitez augmenter votre succès aussi bien professionnel que personnel , et si vous rêvez de révéler le leader qui est en vous, alors lisez attentivement ce qui suit, il se pourrait que cela change votre vie !

mlkoioj.png

1. TROUVEZ LE LEADER QUI EST EN VOUS

bee boss

« Le premier pas décisif vers le succès : Identifiez vos qualités de Leader. »

Auparavant, peu d’importance était accordée au Leadership. Le patron était le patron. Peu d’importance était accordée à la communication. On se contentait de suivre les directives de la hiérarchie sans se poser trop de questions, ni même s’interroger sur son propre potentiel à diriger.

Beaucoup trop de gens pensent que cela concerne les personnes à hautes responsabilités, les leaders, les présidents, les hommes d’affaire… Mais le Leadership n’est pas seulement important une fois que l’on a réussi et que l’on dirige. Chaque personne compte, que ce soit l’assistant du manager, le coursier, le vendeur… Chaque individu en contact avec les autres a de bonne raison d’apprendre à être un Leader.

Un leader doit d’abord créer une image d’un possible futur pour l’équipe ; c’est ce qu’on appelle la vision. Ce peut être un rêve, un objectif ou une mission à accomplir. C’est une image claire et précise d’un futur à construire ensemble avec de l’organisation.

L’idée n’est pas de trouver un excellent Leader et de tout faire pour lui ressembler ! N’essayez pas d’imiter qui que soit. Soyez toujours vous-même. La meilleure technique est de trouver le Leader qui est en vous, de trouver qui vous êtes réellement, quelles sont les qualités que vous possédez et qui peuvent être attribuées au Leadership : Enthousiasme, positivité, persistance, imagination, sens des valeurs… Laissez vos qualités vous guider vers ce LEADERSHIP.

 

2. COMMUNIQUEZ

obama speech

Nous prenons de plus en plus conscience de l’importance de la communication. Elle permet de rendre l’impossible, possible !

L’habilité de communiquer et d’écouter se base sur 3 points :

  •  Faire de la communication une priorité
  •  Être ouvert aux autres
  •  Créer un environnement réceptif à la communication

Peu importe à quel point vous êtes occupé au cours d’une journée, accordez toujours une grande importance à la communication. Que ce soit à la pause-café, à la pause déjeuner… Toutes les idées du monde ne sont rien si vous ne les échangez pas. Une bonne communication ne nécessite pas forcément un contexte particulier, alors n’hésitez pas à partager vos opinions et soyez plus ouverte.

Si vous vous montrez ouverte aux autres, ils seront plus réceptifs à vos paroles. Cela permettra de matérialiser et de transmettre votre vision. Votre échange ne doit pas se limiter à ce que vous dites… Votre gestuelle, votre attitude sont tout aussi importantes. Une personne qui n’a pas envie d’être approchée est facilement repérable ; ne soyez pas cette personne. Que vous soyez le Directeur de la compagnie ou un vendeur, mettez les autres en confiance.

 

3. MOTIVEZ LES AUTRES

di caprio boss

« La motivation ne peut jamais être imposée. Pour faire du bon travail, il faut le vouloir. »

Ne vous contentez pas de dire ce qu’il faut faire et d’être directif. Motivez les autres pour qu’ils aient envie d’agir et de donner le meilleur d’eux-même.

Il faut créer un engagement, car vous ne pouvez ni dicter une conduite, ni obliger une personne à agir comme vous le souhaitez. Il vous faudra donc prendre le temps de l’engager vers vos idées, vers votre façon de penser, en lui transmettant votre vision, vos rêves. Et le convaincre ! Cela prendra du temps car ça nécessite des efforts continus. Et à leur tour, ces personnes transmettront cette vison et cet engagement aux autres. Bien plus qu’un état, cela deviendra un véritable mode de vie. Il ne s’agit pas d’une simple motivation, mais d’une motivation qu vous mènera vers l’excellence !

Alors faites savoir aux personnes qui partagent votre vie, l’importance qu’ils ont pour vous. Félicitez leur réussite, encouragez leurs efforts, laissez les prendre part aux décisions, et partagez avec eux les succès.

 

4. EXPRIMEZ AUX AUTRES L’INTÉRÊT SINCÈRE QUE VOUS LEUR PORTEZ

family love

« Rien n’est plus efficace et satisfaisant que de manifester aux autres un véritable intérêt. »

Si vous souhaitez être appréciée, aidez les autres et vous vous aiderez vous-même. Avoir des relations solides nécessite que vous accordiez un véritable intérêt à votre entourage en toute sincérité. Prendre les personnes au sérieux, c’est leur accorder une véritable importance.

Selon Dale Carnegie, c’est le meilleur moyen pour que l’on s’intéresse à vous, quel que soit le contexte :

Si vous voulez que les autres vous apprécient, si vous voulez entretenir des relations durables, si vous voulez aider les autres en même temps que vous vous aidez vous-même, gardez à l’esprit ce principe fondamentale: intéressez- vous sincèrement aux autres.

 

5. SACHEZ VOIR LES CHOSES DU POINT DE VUE DES AUTRES

lucy liu

« Sortez de vous-même pour découvrir ce qui est important pour l’autre. »

Quoi de mieux qu’un exemple pour illustrer ce principe…

Lorsque Dale Carnegie voulu recruter une secrétaire personnelle, il publia une annonce dans le journal et reçu plusieurs centaines de réponses… Mais une attira son attention en particulier. En effet,  elle ne parlait pas de ce qu’elle voulait, mais de ce que Mr Carnegie souhaitait, en commençant sa lettre par : « Vous recevez  probablement 200 ou 300 courriers suite à votre annonce. Vous êtes certainement occupé et n’avez pas le temps de  toutes les lire. Si vous voulez bien me téléphoner maintenant à ce numéro, c’est avec plaisir que je viendrais ouvrir le courrier, jetez les demandes sans intérêt et placer sur votre bureau celles qui méritent d’être lues… »

Il faut parfois savoir se mettre à la place des autres pour comprendre ce qu’ils attendent et pouvoir mieux y répondre.

 

6. APPRENEZ À ÉCOUTER

listen

 « L’évidence est ce que les gens ont besoin d’entendre. »

C’est la plus importante des techniques de communication, quel que soit le contexte professionnel ou privé, chacun aime être écouté. C’est à la fois la meilleure façon d’apprendre et d’obtenir des réactions positives de la part de ses interlocuteurs. Être à l’écoute, est paradoxalement une véritable arme de persuasion. Cela peut amener l’autre à voir les choses de la même façon que vous.

Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas d’une activité passive. Bien au contraire, elle requiert une grande concentration,  une véritable implication avec des réponses brèves et appropriées. L’attention peut se manifester par un hochement de tête, un contact visuel, une question rapide ou encore une réponse courte. Participer à la conversation tout en étant à l’écoute et sans interrompre votre interlocuteur est crucial. Nul n’est plus persuasif qu’un auditeur attentif !

 

7. FAITES ÉQUIPE POUR DEMAIN

soccer victory

« Les bon équipiers sont les leaders de demain. »

L’évolution de la société tend de plus en plus à développer l’esprit d’équipe ; on entend beaucoup parler de team building. C’est à l’évidence la clé des succès de demain. Et comme dans toute équipe, il y a un Leader ; à l’image d’un entraîneur au sein d’une équipe sportive.

Pour qu’une équipe réussisse, la coopération des différents équipiers est nécessaire, ainsi qu’un coach de talent. Voici donc quelques points-clés pour former une équipe soudée et efficace :

  • avoir des objectifs d’équipe
  • s’occuper de chacun individuellement
  • rendre chaque membre responsable des résultats de l’équipe
  • partager les honneurs et accepter les critiques
  • saisir toutes les occasions possibles pour renforcer la confiance de l’équipe
  • être impliqué et rester combatif

Un Leader se doit d’être présent. C’est un mentor dont la mission est d’inspirer les autres et les emmener vers un objectif commun, un but à accomplir.

 

8. RESPECTEZ LA DIGNITÉ DES AUTRES

kim respect

« Le vrai respect pour les autres est le moyen le plus fiable pour motiver. »

Il faut avoir conscience que l’autre est un être humain qui vit et qui respire, qui a ses contraintes familiales, souhaite réussir et être traité avec dignité, respect et compréhension, tout comme vous.

Pour un climat favorable, il faudra traiter vos employés comme des collègues, sans condescendance, imposer votre autorité sans avoir à réprimander. Mobilisez-les, en leur lançant des défis, en tenant compte de leurs avis et incitez-les à coopérer.

 

9. VALORISEZ, FÉLICITEZ, RÉCOMPENSEZ

shia lboeuf congrtulations

« L’être humain travaille normalement pour des compensations financières. Mais il se dépasse pour être reconnu, félicité et récompensé. »

Lorsqu’on parle de récompenses dans l’entreprise, il s’agit en réalité souvent d’argent. Mais ce n’est souvent qu’une des raisons de motivation pour lesquelles la plupart des personnes vont au travail le matin ; et seulement un des éléments qu’il rapporte chez eux le soir.

Quoique nous disions, même le plus matérialiste d’entre nous a soif d’autres formes de récompenses. Ces dernières commencent par 2 points majeur: le respect de soi-même et le respect reçu des autres. Ce sont là 2 des plus puissantes forces de motivations.

 

10. TRAITEZ LES ERREURS, LES RÉCLAMATIONS ET LES CRITIQUES

bad decision

« Admettez rapidement vos erreurs, freinez vos critiques. Surtout soyez constructifs. »

Nous faisons tous des erreurs… C’est pourquoi il est important de créer un environnement où chacun puisse être ouvert à la critique constructive, car cela fait partie du processus pour avancer et s’améliorer. Et la 1ère chose à faire est de commencer par reconnaître et accepter ses propres erreurs.

Attention! La critique ne doit pas prendre des allures de blâme. Elle doit être utile, constructive et venir au moment adéquat. Il est important de prendre du temps avec chaque personne, individuellement pour connaître les points sur lesquels il souhaite s’améliorer et comment il souhaite évoluer.

 

11. FIXEZ-VOUS DES OBJECTIFS

determination

« Fixez-vous des objectifs clairs, motivants et accessibles. »

« Un objectif est un rêve avec un date limite. » Pour qu’un rêve se réalise, il faut déterminer un plan d’action. Chacune des étapes représente des objectifs à court et long terme.  Vous gagnerez en crédibilité auprès de vos équipes. Les objectifs nous donnent une cible à viser, à garder en perspective. Ils permettent de mesurer nos réussites.

Fixez-vous des objectifs à la fois stimulants, réalistes, clairs et mesurables. À chaque étape accomplie, prenez le temps de vous féliciter. Puis avancez au niveau suivant, avec encore plus d’audace, de puissance et d’énergie grâce à ce que vous avez déjà accompli.

 

12. CONCENTREZ-VOUS SUR UNE LIGNE DIRECTIVE

focus

« Les leaders ne perdent jamais leur concentration. Ils gardent leur cible en perspective. »

Il faut vous rappeler constamment votre objectif fondamental et travailler sans en dévier et en persévérant. Ce n’est pas toujours facile. Il faut franchir chaque étape, maîtriser chaque détail, de chaque travail, à chaque fois.

Cela vous rendra indispensable dans une entreprise, plus appréciée par l’équipe et plus fiable aux yeux de vos collègues et amis.  Le secret : la concentration sur une cible, la capacité à faire abstraction de toute distraction et poursuivre seulement ce qui est important.

 

13. MAINTENEZ VOTRE ÉQUILIBRE

gym

« Un bon équilibre entre travail et loisirs favorisent des performances régulièrement élevées. »

L’importance de l’équilibre pour les individus et pour les entreprises qui les emploient n’a été que récemment comprise dans sa totalité. Et partout, les sociétés bien menées aident leur membres à équilibrer leur vie. La plupart des Leaders modernes ne parviennent pas à un parfait équilibre permanent. La tendance des ambitieux est de placer le travail en 1er ; cela leur semble tellement plus urgent, impératif et crucial.

Voici 3 étapes pour mieux équilibrer votre vie :

  • Changez d’attitude : le temps que vous accordez à la famille et aux loisirs est également important.
  • Prévoyez du temps : pour vos loisirs, de la même manière que vous planifiez votre journée de travail.
  • Agissez : en vous impliquant dans des activités, vous y gagnerez en bonheur, santé, et vous n’en serez que meilleure.

 

14. AYEZ LA « POSITIVE ATTITUDE »

positive vibe

« Prenez des forces avec des pensées positives et ne vous laissez pas affaiblir par le négatif. »

L’attitude mentale, la puissance de notre esprit, la façon dont la réalité peut être changée radicalement grâce à une seule pensée : « Pensez bonheur et vous serez heureux, pensez succès et vous réussirez. »

Contrairement à ce que l’on croit, les influences extérieures déterminent peu notre bonheur personnel. Ce qui compte, c’est notre façon de réagir à ces influences, bonnes ou mauvaises. Une attitude positive n’est pas seulement vitale, c’est aussi le secret pour bâtir une vie heureuse et une carrière réussie.

 

15. APPRENEZ À DOMINER LE STRESS

zen

« Dominez vos craintes et dynamisez votre vie. »

Vivez un jour à la fois. Nous dépensons trop d’énergie au sujet de l’avenir et du passé. Le passé est fini, le futur n’est pas encore là, quoique nous fassions nous sommes incapable d’en modifier le cours. Nous ne pouvons vivre qu’un seul temps, le présent. Le temps, c’est aujourd’hui. Les problèmes se présenteront toujours, et il faudra les traiter intelligemment.

Voici une méthode utile en 3 étapes :

  • Demandez-vous quel est le pire qui puisse arriver.
  • Préparez-vous mentalement à accepter le pire si nécessaire.
  • Travaillez calmement et méthodiquement à tirer parti du pire.

 

16. MANIFESTEZ VOTRE ENTHOUSIASME

happy

« Ne sous-estimez jamais la puissance de l’enthousiasme. »

L’enthousiasme se transmet par le regard, l’attitude physique, la façon d’agir tout au long de la journée.

Chacune d’entre nous est capable d’éprouver de l’enthousiasme. Il est plus facile à trouver quand vous visez de véritable objectifs, quand vous touchez des projets que vous souhaitez vraiment réaliser.

Fixez-vous donc des objectifs stimulants. L’enthousiasme grandira en vous et vous en constaterez l’impact sur ce qui vous entourent. L’enthousiasme véritable est contagieux.

mlkoioj.png

« Gardez l’esprit constamment ouvert au changement. Souhaitez-le. Faites-lui la cour. Ce n’est qu’en examinant et réexaminant et réexaminant vos opinions et vos idées que vous progresserez. »


– 
Dale Carnegie –

 

Emma-Djazira_avatar_1459200037-100x100.jpg

Publié par 

Distributrice indépendante de produits bien-être et cosmétique, j'ai fait des études de chiropraxie. Je suis passionnée par tout ce qui attrait à la santé mais aussi à la lecture et à l'écriture. À travers mes expériences, j'ai appris que l'on peut toujours obtenir le meilleur dans toutes situations. Tout est question de confiance. Ma devise: "Tout ce que votre esprit peut imaginer, vous pouvez le créer."

 

Source: Femme d'Influence

mercredi, 11 mai 2016

Comment Kate Strong est devenue championne du monde de triathlon en 14 mois

 

kate-strong-new.jpg

 
Une vidéo vraiment géniale du coach et motivateur Olivier Roland. Inspirez-vous en pour aller plus loin dans la poursuite de votre rêve et pour la réalisation de votre objectif. Excellent doc ! Bonne lecture ! Manager Fernand Dindé.
 
 
"J'ai rencontré récemment Kate Strong à un événement... et j'ai été impressionné par son parcours et son exploit !
 
Kate a décidé de se mettre au triathlon (3,2 kms de nage suivi par 180 kms à vélo et un marathon de 42 kms sans pause entre chaque épreuve) à une seule condition : s'y mettre à fond.
 
Et elle ne rigolait pas : 14 mois plus tard, elle était championne du monde (ce que d'autres réalisent en 5 ans, Ndlr).
 

10592750_585117051594447_6441025597294939282_n.jpg

DSC00424.jpg

10444415_10152795769201094_1413432646974617066_n.jpg

 
Quel état d'esprit a-t-elle construit pour réussir cet exploit ? Comment a-t-elle changé ses habitudes, et que pouvez-vous en retirer pour accomplir votre objectif rapidement vous aussi ?
 
 
 
Olivier Roland

mlkoioj.png


 
Mon résumé de la vidéo
 
Dans cette superbe interview, Kate Strong (nom prémonitoire ???) nous fait ressortir 4 principes qui lui ont permis de remporter la victoire, d'atteindre le sommet.

portrait-kate-strong-circle-150x150.png

Ce qui a fait la différence chez Kate:
 
C'est d'abord ce qu'elle a appelé la "base". La base, dit-elle, c'est le cerveau; ça se passe dans la tête:
 
- Croire qu'on peut le faire et savoir que c'est faisable (humainement).

Kate-Strong-8-USA-friend.jpg

Ensuite, viennent 4 principes qui lui ont permis de se hisser au sommet:
 
1 - Sortir de sa zone de confort et se mettre au travail. Kate: "Je n'ai jamais dit: Je veux finir (la course). Je dis que je veux gagner".
 
2 - Ne jamais se comparer aux autres mais plutôt faire SON maximum, soi-même, et ne se confronter aux autres qu'une fois sur le champ de la compétition.
 
3 - Etre proche des personnes qui vous inspirent et dont le contact vous pousse à vous améliorer et à vous surpasser.
 
4 - Avoir des habitudes qui sont productives, qui vous aident à vous immerger vraiment dans votre activité, à être effectivement "présent" dans votre action et non distrait.
 
 
Manager Fernand Dindé.
 
 
Source de la vidéo: Page YouTube Olivier Roland

lundi, 09 mai 2016

Prince EA: Hey, toi derrière l’écran, réveille-toi !

64dc8f6b8979cd912a1a267e75ba93fa.720x480x1.jpg

 

Prince EA: "Ce n’est pas la mort qui effraie le plus les gens mais c’est arriver à la fin de leur vie et réaliser qu’ils ont passé toutes ces années sans vraiment « vivre ».

Il y a une étude qui a été faite dans un hôpital sur une centaine de personnes âgées. Il ne leur restait que peu de temps à vivre. On leur a demandé de réfléchir à leur plus grand regret dans la vie.

La plupart d’entre eux ont dit qu’ils ne regrettaient pas les choses qu’ils ont faites mais les choses qu’ils n’ont pas osé faire, les risques qu’ils n’ont pas osé prendre, leurs rêves qu’ils n’ont pas osé poursuivre.

Et toi, quels seront tes derniers mots ? « Si seulement j’avais… » ?

Hey, toi derrière l’écran, c’est à toi que je parle ! Réveille-toi ! Pourquoi existes-tu ? Le but de la vie n’est pas simplement d’aller travailler, attendre le week-end et payer le loyer. Non, non, ça ne peut pas être que ça.

Je ne sais pas tout. Mais je suis sûr d’une chose ! Chaque personne sur cette terre est là pour une raison bien précise.

Et je vais peut-être choquer la communauté noire mais je suis fatigué de dire que Martin Luther King « avait un rêve ». Ce n’est pas vrai. C’est plutôt son rêve qui le possédait.

Vous ne choisissez pas vos rêves, ce sont vos rêves qui vous choisissent ! Donc ma question est : As-tu assez de courage pour réaliser le rêve qui te possède ? Ce rêve que toi seul peut réaliser et qui est taillé sur mesure pour toi ! Ou vas-tu le laisser te filer entre les doigts ?

Tu sais, j’ai appris un truc hallucinant sur les avions, dernièrement. Je discutais avec un pilote et il me disait que plein de passagers pensent que c’est dangereux pour un avion de voler.

Mais il disait : C’est tout le contraire ! Ce qui est dangereux pour un avion, c’est de rester au sol.

Je lui ai dit : « Tu racontes quoi là ? Comment est-ce possible ? ». Et il m’a expliqué que s’il reste au sol, l’avion s’abîme beaucoup plus vite. Son mécanisme commence à se rouiller. Et cela, beaucoup plus vite que s’il était dans les airs.

Après avoir réfléchi, j’ai compris qu’il avait raison. Parce que les avions sont conçus pour « vivre » dans les airs. Et c’est pareil pour nous, les humains. On est conçu pour vivre les rêves qui nous possèdent !

Donc quel gâchis de vivre le restant de notre vie « au sol », sans jamais un jour « décoller ».

On a tous peur des voleurs qui viennent nous dérober ce qu’on a de plus cher, pendant la nuit, mais on tolère ce voleur qui erre dans notre esprit et qui en a après nos rêves !

Il s’appelle « doute ». S’il apparaît, « appelle les flics » et garde-le loin de tes enfants ! Parce que c’est un assassin. Il a tué plus de rêves d’enfants que l’échec lui-même.

Il porte plusieurs masques et comme un virus, il est là pour t’anéantir et pour te transformer en une personne hésitante.

Tu vois bien de quoi je parle. Ces moments où tu passes des journées à te demander si tu le fais ou non. Il y a beaucoup de gens comme ça. Ils hésitent sur la carrière qu’ils vont choisir. Ils font des choses qu’ils n’aiment pas, pour plaire à d’autres. Ou quand il s’agit de faire du sport.

C’est aussi simple à comprendre que 1+1 ! Si tu hésites à faire ce que tu veux faire, tu vas toujours finir avec un résultat qui ne te plaira pas.

C’est quoi, ce rêve qui est en toi ? Qu’est-ce qui te fait vibrer ? Tu ne peux pas faire l’impasse dessus toute ta vie. Chaque atome de ton corps ne doit vivre que pour ça !

Est-ce que ça sera difficile ? Oui, sans aucun doute ! Tu chuteras à plusieurs reprises. Mais et puis quoi ? Souviens-toi, il n’y a aucun moyen d’arriver au sommet d’une montagne, facilement !

Pour y arriver, il faudra passer par plusieurs étapes. Il n’y a pas de raccourci. Il y aura des moments où tu en auras marre, sans aucun doute, et où tu seras même désespéré.

Mais laisse-moi te dire un truc : Steven Spielberg a été rejeté des grandes écoles de cinéma, 3 fois ! 3 fois, je te dis, mais il a continué !

Ils ont viré Oprah (Winfrey) de la télé car elle était « trop grosse pour une présentatrice ». Tu sais quoi ? Elle a continué !

Les critiques ont dit à Beyoncé qu’elle ne serait pas une grande chanteuse. Elle a traversé la dépression. Mais elle a continué !

Surmonter les difficultés et les critiques sont les pré-requis pour atteindre la grandeur. C’est une loi immuable de l’univers ; personne n’y échappera.

C’est à toi de choisir quel type de douleur tu veux endurer. Celle qui vient avant la réussite ou celle d’être hanté par les regrets.

Tu veux un conseil ? Ne réfléchis pas trop sur quoi choisir. On a reçu un cadeau qui s’appelle la vie. Donc, ne le gâche pas ! Ne laisse pas ton passé te dicter ton futur. Mais décide aujourd’hui de « renaître ».

Décide de reprendre possession des rênes de ta vie, maintenant ! Souvent, quand il faut y aller, il faut y aller. Tu ferais mieux de tout donner, maintenant, avant que ton temps sur terre ne soit écoulé. Car il n’y a pas de prolongation dans la vie.

Je sais que ça ressemble à un discours de pasteur ou de donneur de leçons. Mais si tu ne fais pas ce pour quoi tu es venu sur terre, en plus de te limiter, tu empêches le reste de l’humanité d’avancer.

Donc, fais sortir les inventions qui sont dans ton esprit. Ces idées ! Ces remèdes de maladies ! Ces compétences qui sont enfouies en toi et que tu dois léguer à l’univers !

« Uni » veut dire « un » et « vers » veut dire « chanson ». Tu comprends, tu as ta place dans ce monde. Tu dois jouer ta partition ! Alors, « prends ton micro », sois courageux et éblouis le monde entier.

Tu ne peux pas revenir en arrière et changer ce qui s’est déjà passé. Mais aujourd’hui, tu peux commencer et créer une toute nouvelle fin !"

 

Merci à Florence et à Régi de nous avoir fait découvrir ce gars.

Voir la vidéo en cliquant: ICI.

 

Source: Tout Est Possible

mercredi, 27 avril 2016

8 règles qui aideront vos canards à devenir des aigles

26717013-aigle.jpg

 

1- Mémorisez leurs prénoms, et utilisez-les !

Au cours de mes échanges avec des prospects ou des filleuls, je les appelle par leurs prénoms. Cela donne le sentiment à votre interlocuteur d’être considéré.

2- Rendez vos félicitations publiques, affichez-les.

C’est un véritable booster ! Tant pour la personne félicitée que pour le reste de l’équipe. Certains redoubleront d’efforts pour être le prochain nommé, sur le devant de la scène !

3- Amusez-vous avec vos louanges.

Soyez créatif avec vos félicitations. Donnez par exemple des livres, des diplômes, des t-shirts, créez des vidéos amusantes… L’effet surprise sera toujours bienvenu.

5e970e9ac5e54abab4791214fb6a2576.jpeg

4- Quand ça ne bouge pas beaucoup, félicitez plutôt que critiquer.

N’allez pas embêter ceux qui font mal les choses. Félicitez ceux qui les font bien.
Par exemple, si votre nombre de partenaires diminue, prenez ceux qui parrainent et transformez les en héros publiques.
Cela amènera ceux qui traînent la patte à vouloir obtenir les mêmes résultats.

5- Félicitez vos partenaires quand ils ont une baisse de moral.

Soyez attentif et voyez quand vos filleuls se démotivent. Soyez-là pour leur rappeler leur rêve et dites-leur à quel point ils sont spéciaux.

46615423-une-paire-d-or-dore-brillant-conception-des-ailes-metalliques.jpg

6- Soyez sincère.

Vous ne donnerez jamais trop d’éloges tant que vous êtes sincère et que ça vient du fond du cœur.
Tout le monde est rempli de bonnes qualités que l’on peut facilement reconnaître et féliciter.
Ça peut vous prendre un certain temps, mais trouvez-les et faites en l’éloge !

7- Pratiquez à la maison.

Ces principes font aussi des merveilles dans votre vie de famille.
Commencez avec votre conjoint et vos enfants. Faites-leur sentir qu’ils sont vraiment importants.

8- Ne vous arrêtez jamais de féliciter.

Vous pourriez avoir à féliciter vos partenaires 1000 fois avant qu’ils réussissent. Mais si vous ne les félicitez que 999 fois, vous pouvez échouer.
​​​​​​​​

3be99abfa03e4c77a62f9867f5de0df7.jpeg

 

Source: "Devenez un super motivateur". Bertrand et Masumi Kervella.

mardi, 19 avril 2016

Eric Worre: 90 jours pour changer votre vie

ttrdxy6D.png

 

Réseauteurs et entrepreneurs de tous bords, connaître le succès et devenir prospère en affaire n'est quasiment jamais le fruit du hasard. On ne s'en va pas devenir riche comme on part à une soirée de gala. Jamais ! Il y a toujours et forcément un prix à payer. Mais pour ceux qui veulent y arriver (et il y en a beaucoup !), qui ne sont prêts à se laisser détourner de leur objectif pour rien au monde, aucun souci à se faire, d'autres en ont déjà expérimenté le chemin. Il suffit juste de suivre leur exemple ou de les copier. Parmi eux, Eric Worre, formateur, coach, motivateur, expert du MLM, multimillionnaire du Marketing relationnel. Il donne ici un véritable cours magistral sur comment décoller en MLM en 90 jours. Une recette extrême, forte, radicale mais qui marche à tous les coups. Vous voulez prendre votre envol pour les 10 à 20 prochaines années ? C'est maintenant qu'il faut y travailler. Comme il le dit lui-même: "Ne laissez pas les gens moyens vous amener à culpabiliser en poursuivant la mission de votre vie". Cette formation de haute gamme pourrait tout changer dans votre façon d'être et de faire en business, et ce, de manière radicale. Armez-vous de force et de détermination et "rendez-vous au sommet", comme dit Zig Ziglar ! Merci au Manager Saphir Eloukou Appia Frédéric, qui nous a fait découvrir cette vidéo, à la formation du Réseau Vainqueur, le mercredi 16 décembre 2015, au siège de Forever Côte d'Ivoire, à Abidjan Treichville. Je n'en ai que juste fait la retranscription sur ce blog. Nous comprenons mieux son ascension fulgurante, le Saphir Eloukou, avec de tels modèles. C'est très très fort, du costaud ! A nous de passer à l'action et de suivre la voie tracée. Encore merci, mentor Eloukou, et bon vent à tous ! Manager Fernand Dindé.

 

Eric Worre : "Les 30 prochaines minutes peuvent être les 30 minutes les plus importantes de votre carrière ; ces 30 minutes sont pour ceux que j’espère toucher, que vous soyez en ligne ou dans cette salle. Ces 30 minutes sont importantes, je veux que vous preniez des notes sérieusement de ce que je vais maintenant partager avec vous, parce que ça peut changer votre carrière entière. Ça peut tout changer pour vous… cette année !

Je vais vous dire ce que j’ai appris de la croissance lente… Les gens disent que ceux qui avancent lentement gagnent la course, ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai.

Dans notre métier, il y a une poussée d’énergie et puis on maintient, puis une autre poussée d’énergie et puis on maintient, et une autre poussée d’énergie. Et c’est comme ça que vous irez jusqu’au niveau où vous devez aller. (Dessin) Ça c’est l’aéroport qui représente notre parcours. Là, nous avons un petit avion… avec l’hélice. Et vous êtes là. Y a-t-il des pilotes dans la salle ? Oui, nous avons des pilotes, ici. Quel est ton nom ? Réponse : « Steve ! ». Steve est un pilote.

Bon, nous sommes sur la piste, nous sommes prêts à exploiter notre affaire. L’avion est notre affaire, nous sommes prêts à partir. Etes-vous prêts ? Et nous le mettons à 20% de puissance ; allons-y. Allons-nous décoller comme ça ? Hummm… d’accord, 40%, on passe au double. Non, 60% ? Oui ? A 60% ? Les pilotes dans la salle pensent-ils qu’ont va décoller à 60% ? 70, 80, 90 ? 95 ? 100%, n’est-ce pas ? Plein gaz, oui ? Ok !

Vous poussez les manettes à fond vers le bas et vous décollez. Vous obtenez une élévation. Yoooupi… Maintenant, êtes-vous tenus de rester à plein régime pour tout le voyage ? Si vous êtes à plein régime, vous décollez par exemple de Las Vegas à New York. Nous sommes à fond, si nous la gardons à plein régime la manette, jusqu’où allons-nous aller ?... Nous n’allons pas arriver à New York, nous allons brûler toutes nos réserves de carburant et allons avoir un problème.

Regardez, si vous ne poussez pas à plein régime, tout ce que vous avez devant vous, ce sont des arbres, en bout de piste. C’est le concept du « aller lentement gagne la course » ; je vais juste aller lentement et régulièrement, lentement et sûrement, si je recrute un par mois régulièrement. Et dans mon groupe, on recrute un par mois, ça va donner un millier de personnes à la fin de l’année et… Crashhh (dans les arbres) ! Là, je suppose que le Marketing relationnel ne fonctionne pas. N’est-ce pas ? Lentement et régulièrement, cela ne gagne pas la course, c’est juste Ok, nous sommes d’accord là-dessus.

Vous devez obtenir une altitude. Prendre de l’altitude. C’est ce que j’appelle « le plan de 90 jours » (3 mois). Le plan de 90 jours va changer votre vie. Les gens sous-estiment ou surestiment ce qu’ils peuvent faire dans une semaine ou dans un mois, et ils sous-estiment ce qui peut être fait dans 90 jours. 90 jours peuvent tout changer. J’ai des preuves réelles. J’ai des exemples réels que 90 jours peuvent tout changer.

En 1992, le plus que j’aie jamais fait dans le Marketing relationnel était d’environ 200.000 dollars (120 millions de F CFA ou 183.000 Euros). Et je dépensais chaque sou, je me battais, j’essayais… Je vais vous dire un truc. Si vous faites environ 100.000 dollars (60 millions de F CFA ou 91.500 Euros) par an dans le Marketing relationnel, c’est juste assez d’argent pour être malheureux.

Vous payez vos impôts, vous essayez de conduire votre entreprise et vous avez obtenu cet emploi qui rapporte tellement moins que 100 (100.000 dollars). Il est préférable d’avoir un mi-temps à 20 (12 millions de F CFA ou 18.300 Euros) que du temps plein à 100. Je vous le dis, je ne veux pas vous effrayer en disant ça ; je vous le dis, c’est à ceux d’entre vous qui souhaitent obtenir 200 que je parle (183.000 Euros ou 120 millions de F CFA l’an, soit environ 15.000 Euros ou 10 millions de F CFA par mois). Il n’y a pas de juste milieu.

Vous dites : « Je dois tout exploser, je dois tout exploser… et ces autres personnes qui décollent devant moi. Que dois-je faire !? ». J’ai été avec la compagnie qui était en pleine guerre. Cette société s’appelait NSA, filtres à eau et filtres à air, et ils traversaient des situations dramatiques. Puis ils ont mué, ils sont devenus Juice Plus. Ils sont devenus une société nutritionnelle et ils ont beaucoup de succès encore aujourd’hui, mais ils n’en avaient pas encore connu à ce moment-là.

Donc les gens à plein temps comme moi étaient désespérés et j’ai rejoint une autre société, en septembre 1992, et j’ai décidé que j’allais m’engager dans une période d’activité de 90 jours comme je n’ai jamais travaillé dans ma vie.

Maintenant, comprenez, je suis un gars qui se débattait, en faisant de 100 à 200. Et dans mes 12 premiers mois de relance, mon revenu brut est passé à 980.000 dollars (588 millions de F CFA ou 897.000 Euros). Dans les 12 premiers mois, j’étais le même gars avec les mêmes compétences, les mêmes capacités, la même influence, les mêmes contacts. Et je suis passé de pas grand-chose à 980.000 dollars, en une année. Un an ! Et vous savez ce qui a produit ça ? Un plan de 90 jours, un plan sur une période de 90 jours. Tout cela s’est passé à partir de ces 90 jours.

Un autre jeune homme qui était engagé avec moi, à cette époque, du nom de Art, était avec nous quand nous avons commencé avec cette nouvelle société, il a conduit de Boston jusqu’à Chicago (1.587 Kilomètres de distance). Il n’avait aucun sou, était fauché, il n’avait jamais fait au-delà de quelques milliers de dollars (moins d’un million et demi à deux millions de francs CFA) dans le Marketing relationnel ; jamais dans sa vie. Et il a dit : « Je vais faire tout ce qu’il faut. Dis-moi ce que je dois faire ».

On s’est assis dans le hall et on a créé un plan de 90 jours pour lui, pour qu’il soit en mesure de changer sa vie, et je lui ai dit : « La seule chose qu’il y ait entre toi, ici, et être un millionnaire est de mettre un millier de personnes dans ta down-line, au meeting de Boston qui vient dans 90 jours ». Il a dit : « Vraiment ?! ». J’ai dit : « Vraiment ! ». « Peux-tu me montrer comment ? ». « Oui, je peux te montrer comment ». « Je pourrais être un millionnaire à partir des efforts que je vais fournir dans les 90 prochains jours et c’est possible de l’apprendre ? ». J’ai répondu : « Oui ! ».

eric-pointup.png

Il est retourné chez lui et a suivi les instructions. Il a démissionné deux semaines plus tard. On en avait parlé. Et 90 jours plus tard, il n’avait pas un millier de personnes dans la salle, mais il en avait environ 700 ; 90 jours plus tard, à partir de rien, sans argent, nous lui avons montré comment faire étape par étape, le plan total, la stratégie entière, comment construire, comment le faire et comment en sortir.

Aujourd’hui, Art fait environ 5 millions de dollars par an (3 milliards de F CFA ou 4,6 millions d’Euros). Numéro un dans sa société : environ 5 millions de dollars par an ou 400.000 dollars chaque mois (240 millions de F CFA ou 366.000 Euros). Il était fauché, sans argent, avait conduit de Boston à Chicago (soit 986 Miles ou 1.587 Kilomètres, qui correspondent à environ 16 heures 30 minutes de route en voiture, Ndlr), puis est encore revenu une fois, deux ou trois fois il a arrêté au cours de son plan de 90 jours, mais il a continué et commencé une grande carrière pour lui.

Brian Crothers est un autre exemple. Brian Crothers était avec ma société TPN et Brian n’avait jamais fait plus de 2.000 dollars (1,2 millions de F CFA ou 1.830 Euros) par mois avec mon entreprise, et quand mon entreprise avait été vendue à Prepaid Legal Services, qui est maintenant devenue Legal Shield, mon entreprise vendu donc et Brian… Il y avait des gens gémissant et pleurant, bouleversés et paniqués. Toutes sortes de réactions… Et Brian a dit : « C’est ma fenêtre, c’est ma chance. Je vais aller à fond et attaquer cette opportunité comme jamais dans ma vie ».

Un autre gars, au même moment…, il travaille avec nous aujourd’hui, et son nom est Daniel Self, un des meilleurs leaders dans le Marketing relationnel ; il a décidé dans le même temps, ce qui allait être son avenir. (S’adressant à Daniel Self dans la salle) Je ne sais pas combien il a jamais fait. Combien ? 400 dollars par mois (240.000 F CFA ou 366 Euros). Où a-t-il travaillé avant ? Vente au détail ou quelque chose dans le genre ? Dans un magasin, dans un centre commercial ? Oui ! Daniel Self, un des meilleurs dans la profession (du MLM).

Mais ce que ces gars ont décidé de faire, alors que tout le monde pleurait et se plaignait, et se demandait ce qu’il allait devenir, c’est une grande transition, la transition d’une société à une autre société de Marketing relationnel. C’était énorme ! Ils ont décidé de mettre sur pied un plan de 90 jours et ils ont mis ensemble un plan comme vous n’avez jamais vu dans votre vie. Et ils ont travaillé si dur. Je vais enseigner certaines des choses qu’ils ont faites. Ils ont travaillé si dur, si concentrés, 100% à fond, jusqu’à pouvoir décoller et s’élever.

Brian n’avait jamais fait plus de 2.000 dollars (1,2 millions de F CFA ou 1.830 Euros) par mois. Quel a été le chèque de votre premier mois ? (Réponse dans la salle)11 ! (11.000 dollars, soit environ 6,6 millions de F CFA ou 10.000 Euros). Et après six mois ? 24 ! (24.000 dollars, soit 14,4 millions de F CFA ou 22.000 Euros). Qu’est-ce que c’était après douze mois ? 42 ! (42.000 dollars, soit 25,2 millions de F CFA ou 38.000 Euros). En regardant en arrière, combien de ces 14 millions que tu as gagnés depuis ce moment-là, combien penses-tu qui soient reliés à ces 90 premiers jours du début ? La quasi-totalité du montant ? Oui ! Alors, combien vous étiez payés à l’heure pour votre premier « 90 jours » ? Comprenez cela pendant une seconde. Nous allons juste faire le calcul, de passage. Vous avez 40 heures (de travail) par semaine, vous avez 90 jours, qui vont être d’environ 12 semaines. 12 fois 40, c’est combien ? 480 heures ? Certaines personnes munies de calculatrice peuvent les prendre. 14 millions de dollars par 480 heures. Cela fait combien ? 29.000 dollars l’heure (Environ 17,4 millions de F CFA ou 27.000 Euros l’heure). Et ça continue, ça continue d’augmenter. Comprenez-vous ce que je dis ?

Les 90 jours, c’est tout. Son maintien, sa croissance, son support et toutes ces choses. Combien de plans de 90 jours avez-vous fait depuis cela ? (Rires). Un à chaque « 90 jours ». Pourriez-vous dire plutôt un plan de 90 jours par an, hyper concentré, entre le soutien de votre groupe et tout le reste, oui en variant en intensité; mais ce n’est jamais aussi intense que dans le premier plan de 90. Non, ça a produit le décollage, donné un certain niveau, mis sur la voie, changé sa vie entière.

Combien as-tu gagné, quant à toi, Daniel ? 8 millions (4,8 milliards de F CFA ou 7,3 millions d’Euros) pendant la même période. D’accord ! Combien des 8 millions gagnés pourraient provenir de ces premiers 90 jours ? Presque la totalité. Ok ! N’est-ce pas quelque chose ?

Moi-même, en 2005, j’étais dans une situation difficile. J’ai eu la partie financière de ma compagnie, environ 9 millions de dollars (5,4 milliards de F CFA ou 8,2 millions d’Euros), qui a été investie dans une société traditionnelle de développement personnel, une entreprise dans les médias qui n’a pas fonctionné. Je me suis viré moi-même, puis je suis revenu dans le Marketing relationnel comme un bâtisseur et j’ai décidé qu’il fallait que je bosse comme si ma vie était dans une balance, comme si je jouais ma vie.


Mes premiers 90 jours, c’était dur, dur, dur, dur, dur, dur ! Et je vais vous montrer à quoi ça ressemblait mais j’ai fait 7 millions de dollars (4,2 milliards de F CFA ou 6,4 millions d’Euros) dans les 6 années qui ont suivi, en commissions. Presque tout cela, je pourrais le relier aux 90 premiers jours. Donc, ce n’est pas seulement les 90 premiers jours, quand vous commencez, c’est n’importe lequel des 90 jours que vous choisissez.

Restez là où vous êtes, tracez une nouvelle ligne et prenez votre élan pour 90 jours et allez à fond. Ici, ce plan explosif de 90 jours est tout. Lentement et régulièrement ne gagne pas la course. 90 jours peuvent totalement changer votre vie. Voici à quoi ça ressemble. 100% vendu pour 90 jours.

Vous ne pouvez pas maintenir cette intensité, comme vous ne pouvez pas garder le plein régime pour toujours. Vous vous consumeriez, mais vous pourriez faire absolument tout pendant 90 jours. Voici ce que j’ai fait… j’ai décidé… Combien ici sont à plein temps, combien sont à temps partiel, Ok !

Si c’est à plein temps, laissez-moi vous montrer à quoi ça ressemble.

Pour moi, début 8H00 du matin, tous les jours et fin à minuit tous les jours, pendant 90 jours, sauf le dimanche, c’est tout ; vous voyez ?... Pendant les 90 jours. 16 heures par jour. Vous savez ce que j’ai appris sur les 16 heures par jour ? Personne ne le fait, tout le monde parle de faire un jour de 16 heures, qu’ils ont fait une fois et dont ils se vantent partout.

Mais, essayez 16 heures par jour pendant 90 jours. Vous êtes vraiment solitaire, vous êtes écrasé, ça ressemble à un piège total. Ça ressemble à une centaine d’appels par jour ; ça ressemble à des rendez-vous face-à-face avec dix personnes par jour. Ça ressemble à faire des appels conférences de recrutement ou des webinaires 6 à 8 fois tous les jours.

Ça ressemble aussi à réunir votre équipe de leaders, les tenir enthousiastes grâce à votre vision, avec votre intensité et votre concentration sur vos objectifs, quand vous poussez tout le monde dans la direction du prochain grand évènement. Une des choses que j’ai enseigné dès le départ, c’est qu’on a besoin de mettre en place un évènement, c’est qu’il faut bâtir son équipe en fonction d’un évènement. C’est ce que nous devons vraiment faire pour aller au niveau suivant.

Qu’est-il arrivé à Brian après qu’il ait fait cela ? Explosion, correct ? Oui ! Combien de personnes a-t-il à ses évènements, maintenant ? 4.000. Les gros évènements sont constructifs, les réunions font juste faire de l’argent. Donc, ce que j’ai fait en 2005, j’ai mis un évènement en place. 60 jours après que j’aie démarré, et la compagnie préparait sa convention, j’ai annoncé à tout le monde que l’évènement était à Chicago. J’ai dit : « Venez à Chicago ! », « Chicago, Chicago, votre avenir se joue à Chicago, les formations sont à Chicago, votre vie est à Chicago. Venez…, vous ne pouvez pas manquer ça ! ». Formez une équipe.

Promo, promo, promo, promo ! Et en 60 jours, nous sommes arrivés à, je ne sais pas… 350, 400 personnes venues en avion ou en voiture à Chicago et 60 jours après, nous avons eu, je ne sais pas, plus d’un millier de personnes à la convention dans notre groupe, quatre mois après avoir commencé. Et ça s’est transformé en 7 millions de dollars (4,2 milliards de F CFA ou 6,4 millions d’Euros).

Donc, concentration totale, quelque soit l’angle que vous prenez… Je vais vous dire pourquoi je vous dis de le faire. Je veux parler aux gens sérieux, ici. Si vous voulez changer votre vie en 2012 et être capables de regarder loin, de vous projeter dans dix ans, dès maintenant, c’est de partir d’une période de 90 jours en 2012, où vous allez tout changer. Où vous allez passer d’ordinaire à extraordinaire, vous allez passer d’invisible à connu, aller d’une position de distributeur à rockstar. Ok ?

C’est ce que je veux pour vous, mais ce que vous devez faire pour y parvenir est d’essuyer l’ardoise ; vous devez parler à tous ceux qui sont importants dans votre famille, vous décidez de votre période de 90 jours et vous dites : Regardez… Ce que je dois faire, c’est négocier avec ma famille... Et vous dites : Bon, je serais parti pour 90 jours. C’est littéralement comme si j’étais envoyé à l’étranger, pendant 90 jours.

Je vais rester dans la maison mais je ne serais pas ici et j’ai besoin de vous pour m’aimer, j’ai besoin que vous le sachiez, j’ai besoin de vous pour le comprendre et j’ai besoin de vous pour me soutenir mais je vais bosser dur, je vais faire des appels téléphoniques tout le temps, ça ne signifie pas que je ne vous aime pas. Je vais bosser dur pour vous, pour notre famille, pour notre avenir. Je ne vais pas laisser quelques perturbateurs nous déranger.

Nous pourrons tout avoir, nous irons à Disneyland autant de fois que nous voudrons après 90 jours, à partir de maintenant. Bien sûr, nous continuerons à travailler dur, mais nous n’allons pas faire ces 90 jours pour toujours.

Ils ont besoin de savoir qu’il y aura une fin à cette intensité mais vous allez le faire pour ces 3 mois, puis vous allez vous reconnecter à la normale et puis vous allez donner l’impression que vous agissez encore ainsi, mais vous allez en fait soutenir votre équipe et leur montrer dans différentes choses ce que vous faites dans votre équipe.

Eric-Worre.jpg

Si vous êtes à mi-temps, permettez-moi de vous dire à quoi cela ressemble.

C’est plus difficile pour vous, mais cela en vaut la peine ; vous devez faire votre travail habituel d’employé, puis vous devez rentrer à la maison et faire une autre séquence de 8 heures. Nettoyez votre bureau, trouvez de l’aide, parlez au conjoint.

Il n’y a pas de films, il n’y a pas de télévision, il n’y aucun loisir. Il y a juste une concentration totale. Combien de temps avez-vous dormi au cours des 90 premiers jours, Brian ? Pas beaucoup. La moitié de ce que tu dors maintenant ? En moyenne, combien s’était ? 5 heures… Et des 19 autres heures, combien ont été consacrées, chauffées à blanc, pour construire ? 2 repas de 30 minutes par jour et le reste pour la construction. C’est ce qu’il faut ; voulez-vous vraiment être une rockstar dans le futur ? Je m’adresse à des gens dans cette salle qui veulent cela.

Je suis fatigué de déconner, fatigué de ramper, fatigué du cahin-caha. Je suis fatigué des réflexions de mon up-line du genre : « Vous ne valez rien » ou même juste de cette manière qu’ils ont de me regarder et de me parler. Je suis fatigué de ma famille qui dit : « Tu vas jamais rien faire avec ce truc » ou tout simplement « Tu vas faire perdre son temps à tout le monde ». Je suis fatigué de ramper dans la vie, je voudrais disparaître pendant 90 jours, afin de pouvoir savoir où je veux aller pour le reste de ma vie.

Je vais le faire, je vais le faire. Je vais y aller à fond. C’est ce qu’il faut, je ne peux pas être plus honnête que je ne le suis avec vous, ici, aujourd’hui. Donc, mettez sur pied un évènement, environ 90 jours après avoir démarré.

Mettez sur pied un évènement, décidez combien de personnes vous allez mettre dans la salle et vous démarrez. Ça va être 500 ou 1000 ? Ne démarrez pas ce processus si c’est pour vous dire : « Je veux 50 ». Allons ! Donc, mettez sur pied un évènement, vous devez nommer cet évènement. Vous devez mener une campagne autour de cet évènement, vous devez être un promoteur de cet évènement, vous devez mettre sur pied des équipes de promotion pour cet évènement.

Si vous avez 10 personnes de votre équipe… pourriez-vous obtenir 10 personnes et leur dire : « Votre vie maintenant, votre travail, est de sortir une centaine de billets pour cet évènement et vous avez la responsabilité, chacun, de mettre 100 personnes dans la salle. Je suis responsable de 100, vous êtes responsable de 100, vous là-bas également, vous êtes responsable de 100. Pouvez-vous le faire, oui ou non ?

Qui va faire les webinaires, qui va faire les appels, qui va faire les appels à 3, qui va faire la promotion, qui va imprimer les billets, qui va faire les flyers (prospectus publicitaires), qui va faire chaque chose, de façon précise ? Mais si nous mettons un millier de personnes ensemble en tant que groupe, un millier de personnes dans la salle des 90 jours d’aujourd’hui, c’est bon !

Changement total de vie. Etes-vous dedans ou en dehors ? Vous devez mener une équipe sur une base hebdomadaire, vous devez faire grossir cette équipe chaque semaine, vous devez recruter plus de gens dans cette équipe sur une base hebdomadaire pour pouvoir se relayer en allant vers cet évènement, et en faire un grand succès…

Vous devez inviter des superstars à votre évènement, vous devez appeler le PDG de la société : « Hé, si je mets 1000 personnes là, dans la salle, serai vous là ? ». Vous devez appeler les meilleurs leaders de votre société et leur dire : « Regardez, si j’ai 500 personnes dans la salle, serez-vous là ? Je veux changer ma vie, je vais le faire. J’ai une équipe, je mène une campagne, voilà le billet. Viendrez-vous ? ». Si vous mettez ensemble en première ligne des superstars pour cet évènement, vous allez changer les esprits.

Est-ce qu’il y a des choses impossibles à faire pour vous, jusque là ? Non, ce n’est pas le cas. Ok ! Donc il y a 3 phases, ce sont des phases très importantes. Vous allez faire toutes ces différentes choses… et j’ai coaché des centaines de personnes sur la manière de faire tout ça, au cours des dernières 24 années, personnellement, dans mon groupe, différentes choses, et ça a tout changé.

Il y a 3 phases. Phase 1 : Ce sont les 90 jours précédant l’évènement. La phase 2, et il y a des façons de le faire bien ou pas bien pour amener les gens dans la salle. Mais même si vous ne le faites pas correctement dans la construction de votre équipe, en le faisant, vous n’allez pas obtenir de mauvais résultats. La phase 2 : C’est l’évènement. Et la phase 3 est le post-évènement, parce que beaucoup de gens font l’évènement et ne sont pas vraiment à l’aise, ils n’ont pas la force dont ils ont besoin, et ensuite ils vont à la phase 4 : Le prochain évènement. Et on reprend la boucle.

Voici la chose : Si vous mettez 500 personnes dans une salle, 90 jours après votre démarrage, devinez ce que vous avez à faire à ce lancement-là ? Promouvez l’évènement suivant, vendez complètement le prochain, faites en sorte que chaque personne dans la salle prenne 10 ou 20 tickets pour le prochain. Qui va se tenir 90 jours après cela et défiez-les pour que ces billets se transforment en personnes, quel que soit le prix que vous voulez, 5 dollars ou 10 dollars. Ça ne fait rien. Mais vous devez accorder un rabais, une remise, pour pouvoir le faire séance tenante et en évacuer le maximum. Et là, ils seront tous concentrés et engagés dans une autre campagne de 12 semaines pour le prochain évènement.

Devinez ce que cela exige : un leader ! Quelqu’un qui dise : « Nous allons le faire nous-mêmes ». Donc, toutes ces phases sont capitales."

Eric_Worre-Go-Pro.jpg

Allez plus loin avec les outils Go Pro. Cliquer sur: networkmarketingpro.fr

 

Télécharger ce précieux document en PDF en cliquant sur: Le plan d'action 90 jours. Eric Worre

 

Source : Network Marketing Pro.com

vendredi, 15 avril 2016

Gary Vaynerchuck: Donnez-vous à 120% ou rentrez à la maison

 

TYEconomyWeb._V170794679_.gif

 

Gary Vaynerchuck: "Pour moi, se donner à 120%, c’est faire tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre  l’objectif qu’on s’est fixé. C’est faire en sorte que « chaque minute compte ». Ok, vous avez besoin de faire une pause ? Faites une pause, mais à la fin, chaque minute que vous pouvez consacrer à votre objectif, vous devez y aller sans hésiter.

Je veux dire par là que si vous voulez vraiment ces choses que vous dites que vous voulez, donnez-vous à 120%, c’est comme ça que vous les obtiendrez !

Se donner à 120%, c’est être prêt à tout sacrifier. Point final. Vous auriez aimé que je vous dise autre chose ? Dommage, car c’est la pure vérité.

Se donner à 120%, c’est arriver à la fin de sa vie et pouvoir se dire : « J’ai fait tout ce que j’ai pu ». Que ce soit en tant que parent, que ce soit pour monter un business, tout donner pour la cause qui vous tenait à cœur et tout ce qui comptait vraiment pour vous ; bref, c’est donner absolument tout, physiquement et émotionnellement."

-----------------

Vivez pour ne rien regretter ! Donnez AU MOINS UNE chance à vos rêves ! Donnez une chance à cette petite voix qui vous dit : "Essayons, on peut y arriver".
Et même si vous n'y arrivez pas, vous pourrez dire au moins que vous avez essayé !

 

Lire la vidéo: ICI

Source: Tout Est Possible

jeudi, 14 avril 2016

Eric Thomas: Il est temps de faire votre mise à jour

some-monday-motivation-eric-thomas-as-bad-as-L-9KRgHf.png

 

Dr Eric Thomas: "Vous avez tous des smartphones. Quand un nouveau téléphone sort, vous l’achetez. Quand il a une nouvelle mise à jour, vous la faites. Vous améliorez sans cesse les fonctions de vos téléphones mais vous n’avez pas le réflexe de VOUS améliorer.

Vous avez le « même système d’exploitation » depuis plusieurs années. Vous pensez toujours pareil. Votre base de connaissances n’a pas évolué, vous avez toujours les mêmes « mauvaises habitudes ».

da6ea45ea9661619c6c367229ea941c3.jpg

"Rien ne change si rien ne change"

Et je vous encourage vraiment à... Soyez obsédé de devenir meilleur que vous ne l’êtes maintenant. Pourquoi ? Parce que la connaissance, c’est le nouveau pouvoir. Faites tout pour en acquérir ! La connaissance, c’est le nouveau pouvoir. Faites tout pour en acquérir ! La connaissance, c’est le nouveau pouvoir. Faites tout pour en acquérir !"

 

Lire la vidéo: ICI

Source: Tout Est Possible

mardi, 05 avril 2016

La course de rats: comment sortir de la cage ?

o1-620x264.jpg

 

“Escape the rat race” (S’échapper de la course de rats) est une expression que l’on retrouve très souvent dans les livres et sur les sites américains.

La course de rats, c’est la course folle que vivent la plupart des gens tout au long de leurs vies. C’est le modèle « métro-boulot-dodo » : on se lève, on court pour conduire les enfants et arriver à l’heure au travail, on s’énerve dans les embouteillages, on passe 8 ou 10 heures par jour à faire un job qu’on n’aime pas toujours, le soir on passe un peu de temps avec ceux qu’on aime, … et le lendemain, ça recommence !

Le terme « course de rats » est employé par analogie avec les efforts futiles que fait le rat de laboratoire pour essayer de s’échapper du labyrinthe, ou encore la souris qui tourne inlassablement dans sa roue. C’est la même chose dans nos cités modernes : beaucoup de « rats » courent dans tous les sens et dépensent énormément d’effort, mais sans forcément avancer réellement dans leurs vies. Etre dans la course de rats, c’est être emprisonné dans un cercle vicieux. Nous faisons presque les mêmes choses tous les jours, et nous y sommes obligés, parce que nous devons régler les factures en fin de mois. Et après 10 ans, nous continuons à faire les mêmes choses, toujours pour régler les factures en fin de mois !

Et la prolifération des crédits faciles fait empirer cette situation. Vous voulez une voiture ? Vous n’avez qu’à demander un prêt pour l’acheter. Vous voulez une maison ? Faites un emprunt hypothécaire. Vous voulez meubler cette maison ? Utilisez votre carte de crédit pour acheter des meubles. L’argent est très facile à trouver, mais toute cette consommation se fait au prix de devoir passer les meilleures heures de la journée dans un bureau pour pouvoir rembourser les dettes. Cela fait de la plupart des gens des esclaves du salaire; au risque d’être déclaré en faillite et tout perdre, ils doivent continuer à travailler pour gagner de l’argent. Ils n’ont aucune liberté financière.

On dit souvent qu’il n’est pas sage de mettre tous ses oeufs dans le même panier, mais c’est précisément ce que font la plupart des gens en étant entièrement dépendants de leur seul salaire comme source de revenus. Ils n’essaient pas de faire des investissements ou de diversifier leurs sources de revenus. Dépourvus de biens d’investissement qui pourraient leur procurer de quoi vivre, ils sont coincés dans la course de rats.

La course de rats désigne donc le travail, en tous cas le travail excessif. C’est l’idée que beaucoup de gens voient leur travail comme une poursuite sans fin, sans but et avec peu de récompense. Mais bien sûr tous les travailleurs ne ressentent pas cela. Il y a heureusement des gens qui sont heureux et épanouis dans leur travail.

L’image de plus en plus répandue du travail comme d’une course de rats a conduit beaucoup de gens à reconsidérer leur propre attitude envers le travail, et à chercher un meilleur équilibre entre la vie personnelle et le travail.

En sortir …

Que veut dire « sortir de la course de rats »?  Je pense que le sens en est différent pour chaque personne, mais pour moi, c’est synonyme de « liberté financière ». C’est la liberté par rapport au travail obligatoire, que l’on fait par nécessité, simplement pour survivre.

Sortir de la course de rat, c’est avoir la liberté de travailler selon mes propres termes, faire ce que j’aime, et profiter de la vie sans un train-train quotidien.

La liberté financière ne signifie donc pas forcément ne plus travailler. Cela peut aussi signifier la liberté de faire le travail que vous voulez faire.

Si vous voulez sortir de la course de rats, il vous faut atteindre la liberté financière le plus tôt possible. Il est vraisemblable que vous devrez travailler dur pour y arriver, mais c’est un objectif tout à fait réalisable. En réduisant les dépenses et en investissant, on peut construire sa richesse et atteindre la liberté financière.

Comment y arriver ?

Il y a 4 choses fondamentales à faire pour sortir de la course de rats :

- Avoir la bonne attitude mentale
- Réduire les dépenses
- Augmenter les revenus
- Investir

Avoir la bonne attitude mentale

Avant tout, si vous voulez sortir de la course de rats, vous devez y croire. Vous devez être prêt à être différent des autres, à être une personne qui ne consacre pas son temps, son énergie et son argent à montrer aux autres des signes extérieurs de richesse. Vous devez être prêt à consommer moins aujourd’hui afin de profiter plus tard de plus grands moyens financiers. Vous devez avoir un but vers lequel vous diriger, un but qui vous fasse rêver, quelque chose qui vous fasse regarder au-delà de demain.

Réduire les dépenses

Savez-vous qu’un dollar (ou euro) économisé vaut plus qu’un dollar (ou euros) gagné ? Et oui, parce que l’argent que vous recevez a déjà été « mangé » par des taxes et des prélèvements avant même que vous le voyiez. Un euro épargné a plus d’impact qu’un euros gagné.

Par conséquent, la première clé pour sortir de la course de rats est de commencer à vivre de manière frugale et à éviter comme la peste les dettes de consommation !

Quelles sont les dépenses les plus importantes pour la plupart des gens ? Ce sont le logement, les transports et la nourriture. Ce sont donc les économies que vous pourrez faire dans ces domaines qui auront le plus grand impact sur votre succès, ou votre échec, à sortir de la course de rats.

Augmenter les revenus

La troisième chose à faire est d’essayer d’augmenter vos revenus. Il y a plusieurs façons d’y arriver. Vous pouvez développer vos compétences afin de progresser dans votre carrière, ou vous déplacer dans une région où vos compétences sont en demande et où vous recevrez un meilleur salaire. Mais cela peut aussi être le démarrage d’une activité secondaire, par exemple un business sur internet. Pensez à multiplier vos sources de revenus, même si certaines ne rapportent pas beaucoup, souvenez-vous que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Investir

Profitez de la puissance des intérêts composés (voir l’article La Magie des Intérêts Composés). La meilleure chose que vous puissiez faire aujourd’hui pour vous assurer une retraite anticipée agréable est d’investir la plus grande partie possible de votre épargne dans des investissements sûrs à long terme et dans des placements à impôts différés (compte d’épargne-pension). Au plus tôt vous commencerez, au plus vous profiterez de l’effet boule de neige.

En conclusion, je pense que sortir de la course de rats représente le désir existant en chacun de nous de vivre nos passions et réaliser nos buts dans la vie. Si vous vivez la vie de vos rêves, même si elle est synonyme de travail de 9h à 5h (ou de 8h à 4h …), alors la course de rats n’existe pas pour vous. Par contre, si vous vous rendez au travail tous les jours uniquement par obligation et en rêvant d’une vie meilleure, alors vous devriez peut-être chercher à vous échapper de la course de rats.

Je publierai très bientôt d’autres articles sur les moyens d’atteindre cet objectif.

 

Source: Comment devenir riche

mlkoioj.png

Le magnifique commentaire de Damien sur cet article:

" Bonjour Charles.

C’est tout à fait cela. J’ai fait comme vous et j’ai programmé de m’affranchir de cette arène des gladiateurs fin 2014, à 44 ans, en m’achetant le symbole de la Liberté : une vraie épée en bois car le monde du travail est violent, il utilise, use, rend malheureux, puis détruit bon nombre de gens de qualité en émoussant leur libre-arbitre.

Les mailles du filet se referment de plus en plus avec la mondialisation. Matérialisme, publicités et crédits à la con-sommation, donnent plus que jamais l’illusion à nos concitoyens de trouver le bonheur alors que le bonheur se trouve dans la SERENITE.

La SERENITE se construit sur la LIBERTE (liberté de penser, liberté d’agir (le précieux libre-arbitre) et bien sûr la liberté financière.

Si on n’est pas héritier parce qu’on n’est pas « né » héritier, pour devenir rentier actif, gestionnaire de (son) patrimoine, il faut avoir un objectif gravé dans le marbre, avoir une organisation romaine (la persévérance cimente l’engagement) et accepter de partir pour une véritable croisade qui durera 20 ans et nécessitera un travail… de romain.

Mais celle-ci vous apportera liberté, sérénité et… respect de vos concitoyens ".

lundi, 04 avril 2016

Les capsules du Manager Dindé (20): Votre vie peut changer, à condition que vous sortiez des limites mentales qu’on vous a imposées

 

depositphotos_33604365-metallic-human-head-with-brain-cloud-with-open-padlock-inside.jpg

 

« Il faut désapprendre avant d'apprendre », disait Erasme (1467-1536, humaniste, peintre, écrivain du 16ème siècle, et premier intellectuel européen de tous les temps), ajoutant que « la première tâche est la plus difficile des deux ».

En effet, notre éducation, nos croyances, notre milieu de vie, nos fréquentations, nos expériences, nos études (surtout), nos convictions personnelles, nos préjugés, notre culture, nos origines, l’histoire de notre pays ou de notre continent, le cadre global de notre environnement, nous ont construit un profil psychologique et mental auquel nous pouvons difficilement échapper, à moins de sortir de notre carcan intellectuel, professionnel et culturel pour embrasser une vision prospective.

Ce tableau, que je pourrais appeler votre back-ground, votre arrière-plan, est un déterminisme fort quand arrive le moment de vous lancer en affaire. Il devient une telle pesanteur que vous ne parvenez pas à vous décider à vous engager. Et quand même vous y parvenez, quelque chose au fond de vous freine des quatre fers, vous empêchant d’avoir toute votre aise, de vous surpasser et de connaître le succès de façon certaine.

Par exemple, pour nous autres francophones d’Afrique noir, dans les temps avant l’avènement des indépendances, le colon français nous faisait inscrire à l’école afin de disposer d’indigènes moyennement instruits qui deviendraient les petits commis de bureau de l’administration coloniale, les indispensables relais entre l’immense population analphabète et le gouvernorat blanc.

Ces petits commis étaient adulés, respectés, ou à défaut, fortement craints et redoutés parce que souvent intraitables et oppresseurs, étant envoyés par le colon et se sentant investis de pouvoirs quasi divins. Bien de nos parents ont ainsi épousé la pensée de s’offrir le prestige d’avoir des enfants instruits à l’école du blanc. Ce qui n'est pas mal en soi, loin s'en faut.

Au village, les cadres moyens issus de l’école coloniale étaient de petits dieux, admirés, jalousés ou haïs, mais dans tous les cas, respectés et enviés. Chaque famille voulait avoir son « commis du blanc ». Vous n’aviez de prestige et de considération que si vous pouviez détenir un petit parchemin (diplôme) de l’école du blanc ou savoir lire et écrire.

Ainsi, la fonction d’auxiliaire ou d’agent de l’administration coloniale a, de tous ces temps, exercé sur nos peuples une véritable fascination. Cette magie, ce magnétisme intellectuel et mental sur nos populations s’est traduit et continue encore à se traduire par la propension du francophone africain noir à préférer les fonctions bureaucratiques aux métiers de l'entrepreneuriat ou du libéralisme économique.

En des termes plus simples et clairs, le francophone aime être au bureau, être un « petit commis » entre quatre murs climatisés, avoir un titre administratif ronflant, aller chaque matin au service, travailler 30 à 40 ans comme employé, sans jamais pouvoir se réinventer, avec un salaire qui lui suffit à peine et qu’il peine à faire augmenter. A dire chaque jour, sans relâche : « Bonjour, patron ! Oui, patron ! Bien pris, patron ! Je vous le dépose à la minute, patron ! Merci, patron ! Au revoir, patron ! Bonne soirée, patron ! ». Il est prêt à réciter cette litanie jusqu’à la fin de ses jours, pourvu qu’on lui paye la petite misère qui lui sert de salaire (je suis fonctionnaire et j’en sais quelque chose ; excusez-moi donc pour le terme).

12524247_1110455905672428_7432523297026666724_n.jpg?oh=fadf7cb5fc5df3f91b97e92dc7cb8268&oe=5789A822

Le dirigisme français était à un point tel que la métropole a tout bonnement transposé l’administration française dans ses colonies (administration directe), où le pouvoir administratif et politique était entièrement détenu et centralisé par le colon, au contraire des colonies anglaises où le colon s’est appuyé sur l’existant, notamment la chefferie traditionnelle, en apportant une touche de modernité, pour établir son administration et sa domination (administration indirecte) et en faisant la promotion de l’initiative privée, des métiers libéraux, de l'entrepreneuriat, de la culture et des valeurs locales.

De telle sorte que dans la mentalité du francophone africain, cela constitue un blocage : on est plus fasciné par la bureaucratie (trop souvent aliénante et réductrice) que par l’entrepreneuriat, la création d’entreprises, le business (porteur de liberté et de prospérité).

« Etre obligé de se lever chaque matin pendant 30, 40 ans, pour aller au job faire un travail peu épanouissant et qu'en général on n'aime pas ? On peut changer cela ! », nous dit le coach motivateur Olivier Roland. Et pour cela, il faut commencer par désapprendre, par briser le carcan réducteur qui nous emprisonne dans de faux modèles hérités de notre éducation, de notre culture et bien trop souvent de nos études.

Comme dit le Coach Yao, entrepreneur ivoirien : « Devenir RICHE ne s'apprend pas à l'école. Plusieurs personnes, aujourd'hui, assises dans des bureaux ou chez elles ou qu'on croise dans les rues, ont besoin d'une chose : DESAPPRENDRE. Ces gens ont tellement été conditionnés que leur mentalité ne réfléchit plus. Ils sont exactement comme ce cheval à qui on a fait croire qu'il ne peut pas se libérer. Osez quitter la foule ! ».

12472578_923327327781400_4197441431792401157_n.jpg?oh=c8a0f2564f074e2789de187c68c9341c&oe=57903CC5

Oui, « Souvent les limites qui nous sont imposées dans la vie sont plus mentales que physiques » !

« Quittez la ‘Rat Race’ ! », comme dit le blogueur, entrepreneur multimillionnaire de l’immobilier, Cédric ANNICETTE, quittez la course des rats, ce mode de vie qui vous rabaisse et qui vous astreint à travailler toute votre vie, à un rythme effréné, sans issue de sortie. Trop souvent, pour accomplir le rêve de quelqu’un d’autre, celui qui vous a embauché, plutôt que pour le vôtre. « Parce que vous en avez forcément un ! », comme disait le millionnaire et motivateur américain, Leslie Calvin Brown.

« La course de rats, c’est la course folle que vivent la plupart des gens tout au long de leurs vies. C’est le modèle ''métro-boulot-dodo'' : on se lève, on court pour conduire les enfants et arriver à l’heure au travail, on s’énerve dans les embouteillages, on passe 8 ou 10 heures par jour à faire un job qu’on n’aime pas toujours, le soir on passe un peu de temps avec ceux qu’on aime, … et le lendemain, ça recommence ! », explique le blogueur d’affaire, Charles Morgan.

Quant à Farrah Gris, il martèle : « Construisez vos propres rêves, ou quelqu’un d’autre va vous embaucher pour construire le sien ». Nos études, notre niveau intellectuel ou simplement ce que nous croyons savoir peut constituer pour nous un piège mental dans lequel nous sommes pris, de sorte que nous ne voyons pas le monde évoluer et que nous soyons incapables de nous y adapter (sclérose).

Pour le milliardaire américain, Robert Kiyozaki : « La plupart des gens ne seront jamais riches, simplement parce qu’ils ne sont pas éduqués (ils n’ont pas appris, ils ne sont pas instruits) pour reconnaître les opportunités juste en face d’eux ». Et dans ma prochaine capsule (la 21ème), je vous parlerai de l’intelligence financière et pourquoi vous devez ABSOLUMENT augmenter votre intelligence financière, si vous voulez devenir prospère. Ne ratez pas cela !

« Désapprendre pour apprendre » est la « porte d’entrée de la transformation » de votre vie. « Le changement est en même temps un processus de désapprentissage et d’apprentissage ». Ne restez pas prisonniers de vos préjugés, de vos études et de votre culture. Faites-en plutôt un atout qui ouvre votre esprit à une vision prospective, une vision pour la découverte de choses nouvelles, productives et épanouissantes pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers. Voyez le monde qui évolue et décidez de vous former en affaire, de vous cultiver en business, de vous donnez toutes les chances de réaliser vos rêves.

1385252_600755186626353_869119291_n.jpg?oh=9adee3477bf9354fba4c0131392b9dfe&oe=57BDB828

Trop d’opportunités s’offrent à vous, aujourd’hui, en matière d’affaire, de business, mais vous ne les voyez pas. Ou, du moins, le prisme déformant de votre façon de voir les choses, héritée de votre back-ground, vous en rend incapable ou vous rend inutilement critique, hostile et méfiant. En réalité, vous êtes tétanisé par la peur de l’inconnu, la peur de sortir de votre zone de confort, la peur de devoir quitter votre petit cocon doré et velouté pour descendre au charbon. Voilà pourquoi il faut accepter de vous former à nouveau, pour désapprendre et réapprendre. C’est capital ! Sinon, vous vous condamnerez à une vie médiocre, à une vie d’employé, ad vitam aeternam. Même si vous occupez un poste enviable avec un bon salaire, vous n’en demeurez pas moins un employé, avec une liberté très limitée et une vie consacrée à la réalisation du rêve de quelqu’un d’autre.

Il est quelquefois indispensable de se faire tout petit, humble comme un enfant (conseil de la Bible, dans Marc 10 : 15), pour apprendre et trouver la porte du salut.

Il faut donc, en quelque sorte, apprendre à désapprendre. « Désapprendre ne signifie pas renoncer à l'expertise (à ce que vous savez déjà), mais sortir de ses schémas exclusifs ou réducteurs, combiner la connaissance experte et la vision prospective qui regarde loin, large, profond, prend des risques et pense à l'homme », nous dit le chercheur Jean-Pierre Quentin, dans sa publication ’’Communication stratégique et prospective’’.

Quels risques êtes-vous donc prêt à prendre, aujourd’hui, pour désapprendre, pour réapprendre, changer de mentalité en sortant de vos limites mentales, voir autrement, changer de vie en réalisant vos rêves ? Vous pouvez réaliser vos rêves, aussi fous soient-ils. Votre vie peut changer. Soyez-en convaincu, au plus profond de vous-même. Ne vous le refusez pas, ne vous l’interdisez pas mentalement. Vous aussi, vous avez droit au bonheur ; c’est la première chose que vous devez commencer à apprendre et à accepter pour démarrer votre processus de transformation et de prospérité. Pour le reste, rejoignez-nous en affaire !

 

DINDE Fernand AGBO

Réseauteur, Chef d'Entreprise et Manager chez Forever

Identifiant FLP N° 225 000 280 343

Cell. (225) 07 04 71 11

dindefernand2@yahoo.fr

 

Aimez ma page Affaire Facebook en cliquant sur:

Fernand Dindé - Blogueur d'Affaire, Coach

mlkoioj.png

Le remarquable commentaire de Jean-François Matsiegui Maganga, un des lecteurs de Forever Land, sur sa page Facebook.

 

"Waoooooh !!!

Je n'ai pas assez de mots pour apprécier l'excellence de cet article.

Moi aussi, j'ai longtemps cru que les études et un "bon emploi de cadre dans l'administration" allaient me permettre de vivre une vie de rêve.

Désillusion, après seulement deux ans en milieu professionnel. Je n'y ai vu qu’aliénation en tout genre.

C'est en découvrant le MLM que j'ai compris ma condition d'esclave "diplômé".

Aujourd'hui, grâce à Forever Living, je suis totalement engagé dans la quête de ma liberté, non pas pour l'argent, mais un style de vie qu'aucun emploi ne pourra me donner.

Je vous invite donc tous à gagner la voie de votre liberté pour ne pas finir aigris, dans 20 ou 30 ans.

Ouvrez les yeux de votre mental et apprenez de nouvelles choses."

 

Merci, cher FBO et frère, Jean-François Matsiegui Maganga, pour ce commentaire ! Quel honneur tu me fais ! Bien à toi. Manager Fernand Dindé.

mercredi, 30 mars 2016

Claudine Saint-Germain: 10 raisons de relever un défi

 

Se dépasser, c'est bon pour le moral ! Voici non pas une, mais 10 bonnes raisons de relever un défi !

 

1- Ça rend humble…

Rien de mieux que de se frotter à une activité ardue pour prendre la mesure de nos limites. Parfois, ça fait du bien de se le rappeler.

2- … Et fier

Rien de mieux que de se frotter à une activité ardue pour réaliser à quel point on est plus fort qu'on ne le pense. Ça aussi, ça fait du bien !

3- Ça rend la vie plus intéressante

Ne jamais relever de défis, ça veut dire... vivre exactement de la même façon jusqu'à la fin de nos jours. Un peu déprimant, non ?

4- Ça épate les autres

Quoi ? N'est-ce pas une excellente motivation pour tenir bon quand on a le goût d'abandonner ?

5- C’est bon pour la santé

Décider de manger plus de légumes, d'arrêter de fumer, de se mettre sérieusement à un sport, c'est revoir notre façon de vivre et l'importance qu'on accorde à notre corps et à notre santé.

essai-fond-blog2.jpg

6- Ça donne l’exemple

La patate de sofa qui se met au jogging, la timide qui participe à une pièce de théâtre amateur, la junior qui dirige avec succès un gros projet au travail: elles font réfléchir sur le pouvoir de la volonté et inspirent les autres à se dire: «Si elles sont capables, pourquoi pas moi ?»

7- Ça garde jeune

S'attaquer à un défi, c'est refuser de s'encroûter dans ses habitudes et son petit confort. Peu importe l'âge qu'on a, ça nous ramène (un peu) l'énergie de nos 20 ans.

8- C’est l’intention qui compte

Même les champions ne relèvent pas tous les défis qu'ils se lancent. Ça ne veut pas dire qu'ils y sont perdants pour autant. Parfois, un échec fait avancer mieux qu'une victoire... et peut nous montrer qu'on s'était peut-être simplement écartée de notre vrai chemin.

9- Ça fait réfléchir

Qu'on décide d'affronter une de nos peurs, de nous lancer dans une ambitieuse aventure ou simplement de changer une de nos habitudes, on devra réévaluer certains aspects de notre vie et de nos choix. Peu importe le défi, on apprendra certainement quelque chose en chemin.

10- Parfois, on n’a pas le choix

On ne choisit pas toujours nos défis. Parfois, ils nous tombent dessus sans crier gare et, qu'on le veuille ou non, il faut s'y mettre. Raison de plus pour en relever de temps en temps; on sera mieux outillé quand le destin s'amusera à en placer un sur notre chemin !

 

Auteur: Claudine St-Germain
Publication: Coup de pouce, juin 2013
© Copyright.

 

Source: Coup de Pouce.com

mardi, 29 mars 2016

Dr Eric Thomas en Nouvelle-Zélande: Votre vie ne changera pas par magie !

 

wtr.jpg

 

Après la transcription de la vidéo du Motivateur Les Brown, qui est une vraie petite perle en l'espèce, j'ai décidé de vous offrir une deuxième, tout aussi saisissante et dopante: celle du Docteur Eric Thomas, en Nouvelle-Zélande. C'est extrêmement dense et fort. Une vraie pilule de motivation ! Bonne lecture à tous. Manager Fernand Dindé.

 

Dr Eric Thomas: « On ne peut pas me forcer à vouloir ce que je ne veux pas. Vous ne pouvez pas m’avoir en agitant quelque chose devant moi. Je sais ce que je veux. Et le problème, aujourd’hui, c’est que les gens ne savent pas ce qu’ils veulent vraiment. S’il y a un truc que je veux faire pour vous aujourd’hui, c’est vous aider à savoir ce que vous voulez vraiment.

Quel genre de couple voulez-vous ? Quel genre de relation vous voulez avec vos enfants ? Comment voulez-vous que votre santé soit ? Que voulez-vous financièrement ? Quel genre de voiture vous voulez rouler ? Quel genre de vie exactement vous voulez ?

Arrêter de faire comme si ce que vous voulez arrivera par magie. Que voulez-vous vraiment ?

Et quand vous avez défini ce que vous voulez vraiment, passez le reste de votre vie à tout faire pour l’obtenir.

La raison pour laquelle je parle avec autant de passion et d’autorité, c’est parce que je vous parle de ma vie, pas de quelque chose que j’ai lu dans un livre. J’ai mangé dans des poubelles, j’ai vécu dans un immeuble abandonné, je n’ai pas connu mon père.

Ma mère m’a eu quand elle était ado. Vous savez quoi ? Tout ça, ce ne sont pas des excuses pour  ne pas réussir. Il n’y a aucune excuse pour ne pas réussir ! Aucune excuse ! ! !

La vie ne m’a pas donné de nouveau papa ou de nouvelle maman. Mais qu’est-ce qui a changé ? J’ai changé ! J’ai arrêté de faire la victime. J’ai arrêté d’attendre que ma vie change… par magie. Et j’ai décidé de me donner à 120%. J’ai décidé de me battre, j’ai décidé de travailler dur et de faire pression sur la vie.

J’ai commencé à m’éduquer avec des livres et faire tout ce qui est en mon pouvoir chaque jour pour devenir un « winner », un gagnant, et non rester une victime.

Laissez-moi vous dire ça avant que je ne continue et j’espère que vous comprendrez : les gagnants gagnent et les perdants perdent.

Si vous continuez d’avoir des attitudes de perdants en continuant de faire la victime, en continuant de laisser la vie et les autres vous traiter comme ils veulent, vous allez devenir un perdant pour de bon.

Arrêtez avec vos excuses et réfléchissez plutôt à comment faire pour vous en sortir.

Vous savez ce qui est marrant ? On veut que les autres fassent tout pour tenir les promesses qu’ils nous ont faites. Mais on n’est pas prêt à faire tout pour tenir les promesses qu’on s’est faites nous-mêmes.

Je le redis encore. Le vendeur vous fait une promesse que dans 30 jours, si vous n’êtes pas satisfait, il vous rembourse. Et si son produit ne tient pas ses promesses, vous montez sur vos grands chevaux et vous demandez à être remboursé.

Vous ne vous regardez pas dans le miroir pour vous dire : « Ecoute, tu as promis de ne pas abandonner avant d’atteindre cet objectif. Qu’est-ce que tu fous, putain ? ».

Et quand vous échouez, vous cherchez à mettre la faute sur X ou Y. « Je me suis fait virer parce que mon patron n’aimait pas ma tête ». Vous êtes-vous déjà dit : « C’est ma faute, je n’arrivais pas au travail à l’heure » ? « Je reconnais, je n’ai pas donné le meilleur de moi-même. Je me suis mis dans la merde tout seul » ?

Vous cherchez toujours à blâmer quelqu’un pour ce qui vous arrive. Vous êtes responsable à 100% de votre vie. Je ne suis pas arrivé où je suis en me racontant des excuses. Oui, mon père s’est barré à ma naissance et il n’est plus revenu.

Donc que voulez-vous que je fasse ? Que je pleure et que j’attende qu’il revienne ? Il n’est pas revenu !

Je vis aux Etats-Unis et je suis un afro-américain. Et là-bas, on n’est pas traité tous avec égalité ! Il y a quelque chose qu’on appelle le racisme. Et je ne vais pas pleurer pour ça car il y en aura jusqu’à la fin de ma vie.

Mais je ne vais pas pleurer pour ça ! Je vais continuer d’être un millionnaire et faire partie des meilleurs dans mon domaine.

Et ça, même si je n’ai pas grandi dans des quartiers riches et que ma mère n’avait pas de « réseau », et que je ne connais pas des gens « influents », et que je ne suis pas membre d’un country club, et même si je ne joue pas au golf (et je ne compte pas m’y mettre un jour !).

Malgré tout ça, je me dis que je vais continuer de réussir comme eux car je me le suis promis à moi-même. Et la seule personne qui peut m’empêcher de réussir, c’est moi-même !

Vous devez arrêter de chercher le coupable de ce qui vous arrive et assumer l’entière responsabilité de votre vie.

 

Lire la vidéo: ICI

Source: Tout Est Possible

dimanche, 27 mars 2016

Nick Vujicic: Né sans bras ni jambes et pourtant devenu une personne de référence

 

NICK VUJICIC.png

 

Nick Vujicic est né avec une maladie rare : il n'a ni bras, ni jambes.

Il a été interdit d'aller à l'école par une loi de son pays à cause de son handicap

À 8 ans à cause des moqueries des autres, il a envisagé de se suicider dans sa baignoire.

Même avec son handicap, Nick a appris à jouer au tennis, au golf, nager, se peigner, se laver et même se servir un verre d'eau

Aujourd'hui Nick possède sa propre entreprise "Life Without Limbs", a écrit un best-seller et a donné des conférences devant plus de 600 millions de personnes dans le monde.

Il est marié à une femme magnifique et ils ont deux enfants.

--------------------

Il n'y a rien d'insurmontable dans la vie. Ne laissez aucune circonstance vous empêcher d'avoir ce que vous voulez vraiment dans la vie.

#ToutEstPossible

 

Source: Tout Est Possible

vendredi, 25 mars 2016

Leslie Calvin Brown dit Les Brown: Ce n’est pas fini tant que je n’ai pas gagné !

 

maxresdefault.jpg

 

Leslie Calvin Brown dit « Les » Brown (né le 17 février 1946) est un orateur américain en motivation, auteur, DJ radio, ancien animateur télé et ancien politicien. Comme politicien, il est un ancien membre de la Chambre des représentants de l'Ohio. Comme motivateur, il utilise le slogan "c'est possible!" et enseigne aux gens à poursuivre leurs rêves comme il a appris à le faire lui-même. Il était l'invité principal du « Les Brown Show ». (Wikipedia).

J’ai pris un grand plaisir à vous transcrire une de ses vidéos majeures de motivation, enregistrée lors d’un de ses talk-show de 1998, aux Etats-Unis. C’est vraiment très costaud, du balèze ! Tout entrepreneur, toute personne qui veut réussir en affaire ou dans quelque domaine que ce soit devrait l’écouter ou le lire. Merci à Toütep pour la traduction sous-titrée sur la vidéo. Bonne lecture et bonne formation ! Manager Fernand Dindé.


 

Les Brown: "Ce que j’aimerais que vous fassiez maintenant, c’est de penser à votre rêve. Parce que je sais que vous en avez forcément un. Allez-y, pensez à votre rêve maintenant. Visualisez-le !

Maintenant que c’est fait, Mesdames et Messieurs, je vais partager quelque chose avec vous.

Comme Jack vous l’a dit en introduction, j’ai eu des débuts modestes. Je ne sais pas quel est ce rêve que vous avez, je m’en fous à quel point il peut vous sembler irréaliste. Peu importe à quel point vous avez été déçu en essayant de le réaliser, mais voici ce que je sais : ce rêve que vous avez en tête est POSSIBLE ! Répétez avec moi : « C’est possible ! ! ! ».

Voici une autre chose que je veux partager avec vous : Quand vous allez essayer de réaliser vos rêves, vous allez rencontrer beaucoup, mais beaucoup, de déceptions, beaucoup d’échecs, de souffrances, beaucoup de moments d’arrêts et de défaites, mais en même temps, vous allez découvrir les forces cachées au fond de vous, que vous ignorez en ce moment.

Vous allez découvrir qu’il y a de la grandeur en vous, vous allez découvrir que vous êtes plus puissants que vous ne le croyez, en ce moment. Vous allez découvrir que vous êtes plus grands que vos problèmes et que vous n’avez aucune raison de vivre votre vie en victime.

Comme Jack vous l’a dit, je suis né à Liberty City, un quartier de Miami, dans un immeuble abandonné et à même le sol, avec mon frère jumeau. On avait 6 semaines quand on a été adopté.

Au CM2, on m’a étiqueté comme « attardé mental ». J’ai donc été mis dans une classe inférieure. Et j’ai gardé cette étiquette jusqu’à ce que j’aie mon Bac. Je ne suis jamais allé à l’université non plus. Mais j’ai eu la chance de tomber sur un prof au lycée qui a changé ma vie.

J’attendais un autre élève devant sa classe, un jour, et quand il est entré, il a dit : « Jeune homme, va au tableau et écris ce que je vais te dicter ». Et je lui ai dit : « Désolé, Monsieur, je ne peux pas faire ça ». Il m’a demandé : « Et pourquoi pas ? ». Et j’ai répondu : « Je suis un attardé mental, Monsieur ».

Il s’est approché de moi, m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : « Ne dis plus jamais ça ! Ce que les gens disent de toi ne doit pas devenir ta réalité ». Et en faisant cela, Monsieur Leroy Washington a commencé à changer ma manière de penser. J’ai commencé à être capable de croire en mes rêves. J’ai commencé alors à me mettre à réaliser mes rêves.

La plupart des gens n’osent pas. Pourquoi ?

Première raison, c’est la peur de l’échec. « Et si ça ne se passe pas comme prévu ? ».

Deuxième raison, la peur de réussir. « Et si j’y arrive et que je perds tout par la suite ? ».

La troisième raison, c’est que les gens se font piéger dans le « confort ». Ils arrêtent de travailler sur eux-mêmes, ils arrêtent d’apprendre de nouvelles choses. Ils arrêtent de se surpasser et deviennent cyniques vis-à-vis de la vie. Et en conclusion, ils finissent par renoncer à tout, même à leurs rêves.

Quatrième raison, ils ne pensent pas qu’ils méritent de réaliser leurs rêves. Ce que je fais maintenant, j’aurais pu le faire il y a plusieurs années. Mais parce que je n’avais aucun diplôme universitaire et que je n’avais pas confiance en moi-même, et que je laissais les opinions des autres contrôler ce dont j’étais capable ou pas, je refusais de faire ce que je voulais faire vraiment.

Je ne sais pas quel est le vôtre, en ce moment, mais je vous garantis qu’il est possible ! Personne n’aurait pu me convaincre, il y a 5 ans, que j’aurais écrit mon premier livre, que je passerais 5 fois à PBS (une chaîne de télévision américaine, Ndlr). Ou que j’aurais été payé pour donner des conférences à AT&T, Procter & Gamble, McDonalds, Xerox, IBM, et que j’aurais mon propre show télé, diffusé du lundi au vendredi. Je vous dis : votre rêve est possible ! ! ! Votre rêve est possible ! ! !

Mais en plus de croire que c’est possible pour vous de vivre vos rêves, c’est obligatoire de travailler sur vous-même et de monter en compétences. C’est indispensable de vous débarrasser de tous ceux qui vous tirent vers le bas ; ces personnes qui n’attendent rien de la vie, qui ne cherchent pas à se surpasser. Ces personnes qui ont renoncé à leurs propres rêves à jamais.

C’est indispensable, si vous voulez réaliser vos rêves, d’être avec des gens qui veulent aussi réaliser leurs rêves ; des gens qui ne sont prêts à renoncer à leurs rêves pour rien au monde et qui veulent plus de la vie.

Ma mère me disait que « les oiseaux du même plumage volent ensemble ». Si vous traînez avec des perdants, vous deviendrez un perdant à votre tour. Vous devez fréquenter le moins possible les « loosers », si vous voulez vivre vos rêves.

Il est important que vous ayez conscience que tout le monde ne sera pas d’accord avec votre vision, que tout le monde ne croira pas à votre rêve. C’est vraiment important que vous le sachiez maintenant.

Vous devez être convaincu au plus profond de vous-même que vous pouvez le faire. Même si les autres n’y croient pas, vous devez commencer par en être convaincu vous-même.

C’est important de savoir que vous devriez faire preuve de créativité parfois. Vous devez comprendre que parfois, vous allez devoir revoir votre stratégie. Très souvent, on a une bonne idée, mais si les choses ne fonctionnent pas comme on veut, on finit par se décourager. Et on se dit que l’idée n’est pas si bonne que ça ! Le problème n’est pas l’idée mais la stratégie qui n’est pas bonne.

La prochaine étape c’est : Il n’y a que vous qui puissiez faire de vos rêves une réalité. Peu importe que vous ayez rencontré plein de déceptions en cours de route, vous devez comprendre cela.

Un jour, je jouais au jeu vidéo avec mon fils de 9 ans, je l’avais battu une dizaine de fois d’affilé à ce jeu, et je lui ai dit : « Ecoute, fiston, je suis fatigué, on va s’arrêter là ». Je me suis levé pour aller me coucher… Répétez ceci avec moi : « Ce n’est pas terminé tant que je n’ai pas gagné ! ! ! ». Mon fils m’a dit : « Non, papa, tu ne peux pas aller te coucher maintenant ». J’ai demandé : « Pourquoi ? ». Et il a répondu : « Ce n’est pas fini tant que je n’ai pas gagné ». Ça c’est une attitude de champion.

Je me suis rassis et nous avons joué plusieurs fois. Et après la 11ème partie, mon fils a finalement gagné. Il s’est levé fièrement et a dit : « Là, on peut aller se coucher ». Je vous pose cette question, maintenant : « Et si chacun de nous se comportait ainsi ? ».

Et si chacun de nous se comportait ainsi, à chaque fois qu’on faisait face à un rejet, un « non », ou qu’on avait un rendez-vous important et que la personne ne s’est pas pointée, ou quand quelqu’un nous avait promis qu’on pouvait compter sur lui et n’a pas tenu sa promesse ?

Et si on avait ce genre d’attitude même quand personne ne croit en nous et en notre idée ? Ou même quand vous échouez à plusieurs reprises et que vous vous retrouvez totalement sans espoir, mais que vous continuez quand même à croire en vos rêves et que vous vous dites chaque jour : « Ce n’est pas fini tant que je n’ai pas gagné » ?

La vie vous jouera parfois des tours, mes amis. Maintenant, répétons ensemble : « C’est possible ! Je peux réaliser mes rêves. C’est indispensable que je travaille sur moi. Que je m’entoure de gagnants et non de perdants, que je devienne créatif… C’est ma vie et je dois tout faire pour que ça marche. Ce n’est jamais terminé… tant que je n’ai pas gagné ! ! ! ».

Et la chose suivante que je veux partager avec vous, certains la connaissent déjà, c’est que c’est difficile ! ! ! C’est loin d’être facile. C’est difficile de changer sa vie, mes amis.

C’était très dur, il y a 3 ans, quand je vivais à Détroit, dans le Michigan. Je montais mon business, là-bas et j’ai dû traverser des moments difficiles. Je dormais dans mon bureau. Ça été humiliant quand, un jour, je passais à l’accueil et l’agent de sécurité m’a dit : « Excusez-moi, Monsieur Brown, je peux vous voir un instant ? ». J’ai dit : « Oui ! » et je me suis avancé vers lui pour prendre l’enveloppe qu’il me tendait. Il m’a demandé si je pouvais lire la lettre devant lui, maintenant.

La lettre émanait des propriétaires de l’immeuble et elle disait : « C’est un immeuble de bureaux, ici. Ce n’est pas un hôtel. S’il vous plait, arrêtez de dormir, la nuit, dans votre bureau ». Et j’ai répondu : « Excusez-moi, Messieurs, je travaille tard pour développer mon business ; je suis un entrepreneur. Et en ce moment, les choses ne vont pas très bien pour moi, mais c’est temporaire. Donc, s’il vous plait, je vous demande de me laisser continuer à faire ce que je fais. Je n’essaie pas de faire de mon bureau ma maison ».

Et après, ça été difficile de passer à l’accueil, à chaque fois car parfois, les gars se moquaient de moi en disant : « Regardez ce type qui dit qu’il va réussir. Vous savez quoi ? Il se douche dans les toilettes du 21ème étage. Il dort par terre, dans son bureau. Regardez-moi ce rêveur ».

C’était vraiment dur et difficile, Mesdames et Messieurs, de me réveiller chaque matin et de continuer à croire malgré tout en mes rêves. Il y avait même des moments où je doutais de moi. Je disais : « Mais Seigneur, pourquoi tout ça m’arrive ? J’essaie juste de prendre soin de mes enfants et de ma mère. Je n’escroque ni ne vole personne. Pourquoi il m’arrive toutes ces choses ? ».

C’était vraiment très dur et voici ce que j’aimerais vous dire si vous vivez la même chose : « N’abandonnez pas vos rêves, s’il vous plait ». Je ne savais pas qu’en continuant de persévérer, de travailler et de poursuivre mes rêves, un jour, ça finirait par payer. Ça été un long voyage, mes amis, depuis Liberty City, dans l’immeuble abandonné. Et n’ayant jamais connu mon père et ma mère, ça été un long voyage jusqu’à aujourd’hui avec vous, dans ce stade ! Ça  été un long voyage. Aucun diplôme universitaire, étiqueté comme « attardé mental ». Malgré tout cela, j’ai continué à poursuivre mes rêves ! Ne vous arrêtez pas ! Ne vous arrêtez pas ! Ne vous arrêtez surtout pas avant d’avoir atteint votre but, s’il vous plait.

Il faut que vous le sachiez dès maintenant. Il y aura des moments où vous douterez de vous-même. Les moments durs viendront mais sachez qu’ils ne seront pas éternels mais passagers. Je vous en supplie, n’oubliez pas cela ! Ne dites jamais que vous passez de mauvais moments mais plutôt que vous êtes dans la période où vous renforcez vos points faibles.

C’est très important de croire que vous êtes la personne idéale pour atteindre cet objectif. Je me souviens quand PBS a diffusé le premier épisode de mon show intitulé « You deserve (Vous méritez) », un dimanche après-midi, à Miami, j’ai des amis qui ont appelé M. Leroy Washington pour lui dire que je passais à l’antenne.

Il a regardé l’émission et m’a appelé à la fin. J’ai décroché et il m’a dit : « Puis-je parler à Les Brown, s’il vous plait ? ». J’ai répondu : « C’est de la part de qui ? ». Et il a dit : « Tu sais très bien qui je suis ». J’ai répondu : « Oh, M. Washington, comment allez-vous ? ». Il a dit : « Tu étais bel et bien l’élu, n’est-ce pas ? ». J’ai dit : « Oui, Monsieur ». Et il a rajouté : « Et tu étais si fou ». J’ai répondu : « Oui, Monsieur. Mais je suis riche, maintenant » (Rires).

Mesdames et Messieurs, ce ne sera pas facile du tout. C’était dur quand je devais me coucher sur le plancher de mon bureau en regardant par la fenêtre, en train de penser à mes rêves et en me demandant sans cesse : « Les, peux-tu le faire vraiment ? ».

J’écoutais chaque jour des audios de motivation comme « Rendez-vous au sommet » de Zig Ziglar ou Norman Vincent Peale et tous les autres conférenciers sur la motivation, et ces audios répétaient : « Ne laisse personne te voler tes rêves ». Je me demandais sans cesse : « Est-ce que je peux le faire ? ». Et une voix à l’intérieur de ma tête ne cessait de répéter : « Tu peux le faire ! Tu peux le faire ! ».

Et voilà un autre truc. Avant de retourner chez vous, écrivez 5 bonnes raisons pour lesquelles vous devez réaliser ce rêve et pourquoi vous ne devriez pas abandonner. 5 raisons qui vont vous donner la force de persévérer, même quand la logique vous dira le contraire. Parce que si vous voulez avoir des résultats qui défient la logique, vous devez devenir quelqu’un « d’irraisonnable ».

Ecrivez maintenant ces raisons. Mon premier but important dans la vie était d’acheter une maison à ma mère. Et c’est important de connaître ces raisons car si vous savez pourquoi vous faites ce que vous faites, vous allez pouvoir endurer n’importe quelle épreuve difficile de la vie.

Je me rappelle quand j’ai acheté une maison pour ma mère ; je lui ai ouvert la porte de la voiture et lui ai montré la maison. C’était le but premier de ma vie. Je lui ai donné les clés et je lui ai dit : « Maman, elle est à toi ». Elle est allée dans toutes les pièces et a dit : « Seigneur, je n’arrive pas à y croire ! Si quelqu’un m’avait dit que cela allait m’arriver un jour, je ne l’aurais pas cru ».

Elle m’a regardé et m’a dit : « Leslie, tu m’as causé tellement de problèmes quand tu étais petit ». Puis elle a ajouté : « Je n’avais jamais eu d’enfant. Je ne savais pas comment m’en occuper. Mais je savais qu’avec l’aide de Dieu, j’allais finir par y arriver ».

Et Mesdames et Messieurs, ma mère avait un rêve. C’était d’avoir des enfants (elle n'en avait pas), et elle nous a élevés quand même. Elle ne savait pas au début comment le faire. C’est peut-être votre cas en ce moment ; vous ne voyez pas comment vous allez rendre votre rêve possible. Mais vous devez quand même croire que d’une façon ou d’une autre, avec l’aide de Dieu, vous allez trouver un moyen d’y arriver.

Répétez après moi : « Peu importe à quel point c’est difficile ou long, je vais quand même y arriver. Je – vais – finir – par – y – arriver ! ! ! ». Serrez la main de votre voisin et dites-lui qu’il a les moyens d’y arriver.

J’ai dit à M. Washington que je voulais devenir DJ. Et il m’a dit : « Les Brown, si tu veux accomplir quoi que ce soit dans la vie, tu dois être prêt à tout pour y arriver ». Il m’a dit aussi : « Je veux que tu t’entraînes chaque jour à devenir DJ ». Je lui ai répondu : « Mais ce n’est même pas sûr que j’aurai l’opportunité de le devenir ». Il m’a dit : « Ça ne fait rien. Il vaut mieux être préparé et ne pas avoir d’opportunité que d’en avoir une alors qu’on n’est pas préparé ».

Donc j’ai commencé à m’entraîner chaque jour, comme si l’opportunité allait se présenter. Et c’est ce que vous devez faire aussi pour vos objectifs personnels. Tout en continuant à me préparer, j’ai postulé pour un poste de DJ à la radio WMBM de Miami.

J’ai rencontré là-bas M. Butterball et je lui ai dit que j’aimerais travailler chez eux. Il m’a regardé et m’a demandé si j’avais une quelconque expérience dans le milieu de la radio. Il a répondu : « Ecoutez, on ne recherche pas quelqu’un en ce moment ». J’ai dit : « Ok, Monsieur ! » et je suis retourné voir M. Washington. Il m’a dit : « Ne prends pas ce non, personnellement. Certaines personnes sont tellement négatives qu’elles doivent dire non plusieurs fois avant de dire oui ». Et il m’a dit de retourner tenter ma chance à nouveau.

Je suis donc retourné voir M. Butterball et je me suis présenté à nouveau à lui. Il m’a dit : « Je sais qui vous êtes. Que voulez-vous cette fois ? ». Je lui ai dit : « J’aimerais juste savoir si vous avez un poste de DJ de libre, aujourd’hui ». Il me répond : « Ne vous ai-je pas dit que non, hier ? ». « Si, Monsieur, mais on ne sait jamais, un DJ s’est peut-être fait virer entre temps ». Il répond : « Personne ne s’est fait virer. Allez, maintenant foutez le camp ».

Je suis revenu le lendemain et je me suis présenté à nouveau. Il m’a demandé ce que je voulais encore. « J’aimerais savoir si un poste de DJ s’est libéré, entre temps ». « Ne vous ai-je pas dit non ? ». J’ai dit : « Si, Monsieur, mais quelqu’un est peut-être tombé malade ou est mort, entre temps ». Il répond : « Personne n’est malade ou mort. Allez et ne revenez plus ».

Je suis revenu le jour suivant et me suis présenté à lui comme si c’était la première fois qu’on se voyait. Il m’a regardé avec les yeux plein de colère et m’a dit : « Allez, va me chercher un café ». J’ai dit : « Avec plaisir, patron ! ». Je lui ai apporté son café et j’étais chargé d’apporter le déjeuner des autres membres de l’équipe.

J’allais aussi observer les DJ à l’œuvre et je ne quittais pas la pièce jusqu’à ce qu’ils me demandent de partir. Ils m’ont fait confiance, par la suite, et m’ont chargé d’aller faire visiter la ville aux stars qu’on invitait à la radio.

Je leur faisais visiter la ville dans la belle Cadillac de la radio. Je n’avais pas de permis mais je conduisais comme si j’en avais un (rires). Et un samedi après-midi… pendant que j’étais à la station de la radio, le DJ du jour qui s’appelait Rock buvait de l’alcool, pendant qu’il était à l’antenne. Nous n’étions que deux dans la station. Je le regardais par la fenêtre, en faisant des va-et-vient. J’étais jeune, préparé et prêt à tout !

Je me disais : « Vas-y, Rock, continue de boire, c’est bien comme ça ». Et le téléphone sonna, c’était le Directeur général de la radio. Je décroche et je dis : « Allo ! ». Il me dit : « Les, c’est M. Klein ». Il poursuit : « Rock ne pourra pas continuer d’assurer l’émission ». Je réponds : « Je vois ça ». Il me dit alors : « Peux-tu appeler un autre DJ ? ». J’acquiesce : « Oui, Monsieur ! ». Je raccroche et je me dis : « Il doit penser que je suis fou pour faire ça ».

J’ai appelé ensuite ma mère et ma petite amie, Cassandra, pour leur dire d’allumer la radio car j’allais passer à l’antenne. J’ai attendu environ 20 minutes et j’ai rappelé M. Klein pour lui dire que je n’avais trouvé personne.

Il me dit alors : « Jeune homme, vous savez comment la radio fonctionne ? ». Je réponds : « Oui, Monsieur ! ». Il poursuit : « Ok, alors allez remplacer Rock ». Je réponds : « Avec plaisir, Monsieur ».

J’avais hâte d’être aux commandes. Je me suis installé et j’ai mis du Stevie Wonder en fond. Je me suis bien assis sur la chaise et j’ai dit : « Ecoutez, ici L.B, Triple P, Les Brown, votre animateur préféré. Il n’y a jamais eu quelqu’un comme moi et il n’y en aura jamais. Je suis unique en mon genre. Je suis jeune, j’adore animer, je suis hautement qualifié, et je vais vous faire passer un bon moment. Je suis votre homme, Baby ! »

Je vous l’ai dit, j’étais préparé et prêt à tout ! ! ! Vous devez être préparé et prêt à tout, quand votre opportunité se présentera. Vous devez être préparés à tout, les amis.

Donc Mesdames et Messieurs, si vous voulez que votre rêve devienne réalité :

1- Vous devez croire que c’est possible.

2- Vous devez être endurant, avoir un plan d’action et faire preuve de créativité.

3- Vous devez vous entourer de gagnants et de personnes qui vous tirent vers le haut.

4- Vous devez en faire une affaire personnelle et comprendre qu’il n’y a que vous qui puissiez amener votre rêve à la réalité.

5- Vous devez vous dire sans cesse : « Ce n’est pas encore fini tant que je n’ai pas gagné ! ».

6- Vous devez savoir que ce sera parfois dur mais vous devez vous répéter que vous pouvez y arriver, et cela, autant de fois que nécessaire. Et que, peu importe à quel point ça peut être dur et long, vous allez quand même y arriver.

7- Pour finir, vous devez être préparé et prêt à tout lorsque l’opportunité que vous voulez se présente.

Serrez la main de votre voisin et dites-lui qu’il doit être préparé et prêt à tout !

Mesdames et Messieurs, c’était le fils chéri de Maman Brown ! Ça été un plaisir et un honneur de vous servir. Merci à vous !".

 

Copyright 1998. Les Brown Enterprises.

lundi, 21 mars 2016

Taï Lopez: Tout le monde veut une belle vie, mais tout le monde ne veut pas persévérer aussi longtemps que nécessaire

 

Tai-Lopez-Scam.png

 

"J'ai la chance d'être l'ami de l'un des meilleurs investisseurs dans l'immobilier. Je lui ai demandé comment il a démarré.

Il m'a répondu: Quand j'avais 19 ans, j'ai décidé que j'allais travailler dans l'immobilier. Je vivais dans une petite ville. Mais, il y avait un gars qui réussissait incroyablement bien dans l'immobilier.

Je me suis donc pointé devant sa secrétaire et je lui ai dit que je voulais le rencontrer.

Elle m'a dit qu'elle est désolée, il ne peut pas me recevoir car il est très occupé.

J'ai été recalé 17 fois. Ce n'est qu'à la 18ème fois que la secrétaire a eu pitié de moi et m'a dit ceci..."

 

Pour lire la suite, voir la vidéo en cliquant ICI.

----------------------

Tout le monde veut une belle vie. Mais tout le monde n'est pas prêt à persévérer aussi longtemps que nécessaire pour l'avoir.

Taï Lopez

 

Source: Tout Est Possible

Sophie Arbour: Se plaindre nous fait reculer, foncer c'est la seule chose à faire

 

12729059_10206925742954835_8358639187570960236_n.jpg?oh=e0c9e316e331fd4e0ff939188616967a&oe=578D0E17

 

Tout est possible ! Parce que c'est de cela qu'il s'agit. J'ai un père qui a tout perdu, il a déliré. J'ai mis au monde un premier enfant qui était atteint d'un syndrome unique et lourd ! Sourd, déficient intellectuel, autiste, paralysie partielle et handicap physique multiple... Il vient de subir une amputation.

J'ai perdu mon travail, vécu un divorce et eu d'immenses troubles financiers. J'ai traversé la dépression majeure, j'ai touché la mort, j'ai survécu ! J'ai compris que parfois dans la vie, quand on perd on gagne aussi...

Plutôt que d'être seulement positif, fais en sorte que l'épreuve devienne un défi. J'ai compris qu'un défi est fait pour être relevé et que même si le résultat final n'est pas toujours gagnant, il est toujours profitable.

Se plaindre nous fait reculer... Chercher des réponses là où il n'y en a pas nous écarte des pourquoi qui nous feraient avancer ! Jamais rien n'est en vain... La vie mérite d'être vécue ! Un rêve, c'est aussi un but ! FONCER, c'est la SEULE chose à faire.

Sophie Arbour.

 

Cette histoire a été partagée avec l'accord de Sophie (une abonnée de la page).

Merci encore Sophie de nous donner le droit de partager cela avec toute la communauté.

 

Source: Tout Est Possible

 

Alors, ne baisse jamais les bras, n'abandonne jamais. Poursuis ton rêve, sans relâche.

1532127_1063891290338389_4922892970232589709_n.jpg?oh=8e631bce1aa7b754fc64069b4ff3eeb3&oe=57909813

Comme dit le jeune Manager Senior Néhémie Ngumbi: "Le succès, c'est la répétition". Repars donc sans cesse au métier. Construis ton rêve à toi plutôt que celui de quelqu'un d'autre. En espérant que tu en aies un ! "Si tu ne construis pas ton rêve, quelqu'un t'embauchera pour bâtir le sien" (Farrah Gris). Prends donc la décision salutaire !

jeudi, 10 mars 2016

Grant Cardone: Devenir millionnaire à 30 ans, en 10 étapes

 

grant-airplane.jpg

 

À l'âge de 21 ans, Grant Cardone est sorti de l'université, fauché et endetté, et à l’âge de 30 ans, il est devenu un millionnaire ! Aujourd’hui, Grant Cardone est un expert de ventes international, auteur et entrepreneur à succès.

 

Voici les 10 étapes qui vous garantiront de devenir millionnaire à l'âge de 30 ans :

1. Se concentrer sur l’augmentation de vos revenus

Dans l'environnement économique d'aujourd'hui, vous ne pouvez pas devenir millionnaire en épargnant de l’argent. La première étape est de se concentrer sur l'augmentation de vos revenus, déclare Grant Cardone.

"Mon revenu était de 3.000 $ par mois et neuf ans plus tard, il était de 20.000 $ par mois. Commencez à suivre l'augmentation de votre argent, et il va vous forcer à exercer un contrôle sur vos revenus et à voir les opportunités", dit-il.

2. N’essayez pas d’impressionner les autres par vos gadgets inutiles

"Je n'ai pas acheté ma première montre ou voiture de luxe jusqu'à ce que mes entreprises et mes placements produisent plusieurs flux de revenus sécurisés. Je conduisais encore une Toyota Camry quand je suis devenu un millionnaire. Être connu pour votre éthique de travail, et non pas les bibelots que vous achetez", dit Grant Cardone.

3. Épargner pour investir, ne pas épargner pour épargner

Selon le millionnaire Grant Cardone, la seule raison pour épargner de l'argent est de l'investir. Mettez votre argent épargné dans des comptes sécurisés et intouchables. Ne jamais utiliser ces comptes pour quelque chose, pas même pour une situation d'urgence. Cela vous forcera à continuer de suivre la première étape : augmentation des revenus.

4. Éviter les dettes qui vous rendent pauvre

"En faire une règle de ne jamais utiliser les dettes qui ne vous permettent pas de gagner de l’argent. J’ai emprunté de l'argent pour une voiture seulement parce que je savais que cela pourrait augmenter mes revenus. Les gens riches utilisent les dettes pour maximiser les investissements et accroître les flux monétaires. Les personnes pauvres utilisent les dettes pour acheter des choses qui rendent les gens riches plus riches", dit-il.

5. Faire de la liberté financière une priorité

Selon Grant Cardone, pour devenir riche et rester riche, vous devez considérer la liberté financière comme une priorité. L'argent est comme un amant jaloux; ignorer-le et il va vous ignorer.

6. L'argent aime les gens qui ont une grande éthique de travail

"Quand j’avais 26 ans, j’étais dans la vente au détail, et le magasin où je travaillais fermait à 19 h. La plupart du temps, vous pourriez me trouver là-bas à 23 h, faisant une vente supplémentaire. Ne jamais essayer d'être la personne la plus intelligente ou la plus chanceuse, assurez-vous simplement de travailler plus fort que tout le monde", dit-il.

7. Éliminer les idées qui encouragent la médiocrité

Selon le millionnaire, éliminez toutes les idées qu'être pauvre est en quelque sorte bien. Bill Gates a dit: "Si vous êtes né pauvre, ce n’est pas votre faute. Mais si vous mourrez pauvre, cela est votre faute."

8. Étudier les habitudes des millionnaires

"J’ai étudié les millionnaires pour copier ce qu'ils ont fait. Trouvez vos propres mentors millionnaires et étudiez-les. La plupart des gens riches sont extrêmement généreux avec leurs connaissances (leur savoir, Ndlr) et leurs ressources", dit Grant Cardone.

9. Laissez votre argent travailler pour vous

Investir son argent est essentiel pour atteindre le statut de millionnaire; vos investissements pourraient vous rapporter plus d’argent que votre travail. Si vous ne disposez pas d'argent en surplus, vous n’allez pas faire d'investissements.

"La deuxième entreprise que j’ai commencée a nécessité un investissement de 50.000 $. Cette entreprise m'a généré 50.000 $ par mois, sur les 10 dernières années.

Mon troisième investissement était dans l'immobilier, où j’ai commencé avec 350.000 $, une grande partie de mon patrimoine à l'époque. Je possède encore cette propriété aujourd'hui, et elle continue de me produire des revenus. Investir est la seule raison de faire les autres étapes, et votre argent doit travailler pour vous", dit-il.

10. Voir au-delà d’un million de dollar

"La plus grosse erreur financière que j’ai faite était de ne pas penser assez grand. Je vous encourage à aller pour plus d'un million. Il ne manque pas d'argent sur cette planète, il y a seulement un manque de gens, une absence de personnes qui voient assez grand", déclare t-il.

Appliquez ces 10 étapes et elles vont vous rendre riche. Méfiez-vous des gens qui suggèrent que vos rêves financiers naissent de la cupidité. Évitez les plans du genre "Devenir riche rapidement", être éthique (respecter les règles et la morale, Ndlr), ne jamais abandonner, et une fois que vous arrivez, être prêt à aider les autres à y arriver aussi", ajoute le millionnaire américain.

 

Source: L'Entrepreuneur

jeudi, 11 février 2016

Misty Copeland: Ne pas laisser les opinions des autres vous définir

 

misty-copeland-768.jpg

 

 

Misty Copeland ou Comment faire face aux voleurs de rêve: "Quand j'avais 13 ans, au lieu de recevoir une simple lettre de refus, les membres du jury m'ont aussi dit que je n'avais pas la "morphologie adéquate pour devenir un jour danseuse professionnelle".

Que mes jambes n'étaient pas assez fines, que je faisais plus âgée, etc.

Heureusement que j'avais vite compris par la suite, que je devais aller de l'avant et que je ne devais pas laisser les opinions des autres me définir..."

Misty Copeland, (Extrait de son interview pour le TIME en 2015).

-------------

misty2n-1.jpg

Misty est devenue en 2014, la 1ère afro-américaine a être promue danseuse étoile (la plus haute distinction qu'une danseuse puisse recevoir) du American Ballet Theatre.

Et le Time l'a désignée comme faisant partie des 100 personnes les plus influentes du monde en 2015.

#‎ToutEstPossible

 

Lire la vidéo en cliquant aussi: ICI

Eric Thomas: Il n'y a aucune excuse valable pour ne pas réussir dans la vie

 

12524050_997285113663395_5882029610956934873_n.jpg?oh=44aca9b28ee59df97a037fee636967f0&oe=576F72CA

"Compétence moyenne, aptitude ordinaire, volonté phénoménale"

 

"J'ai mangé dans des poubelles

J'ai dormi pendant des années dans la rue

Mon père ne s'est jamais occupé de moi

Ma mère était ado quand elle m'as mise au monde

Il n'y a aucune EXCUSE valable pour ne pas réussir dans la vie.

Comment j'ai fait ?

J'ai..." (Regarder la vidéo pour la suite).

Real-Vip-Success-Covers.005.jpg

"Poursuivez votre passion"

 

1656268_650149151710328_548123724_n.jpg?oh=d7da3338370d8c79cbf686f5213ac778&oe=5768BC33

"Sois phénoménal ou sois oublié" 

Eric Thomas

#‎ToutEstPossible‬

 

Pour lire la vidéo, cliquer: ICI

Aliko Dangote: Construire une réussite qui durera dans le temps

 

12523909_949145185164005_5983664774668110813_n.png?oh=5acd2161b1fea3c11bb6a3c7572cf5b3&oe=57A3EBD3

 

Cela m’a pris 30 ans pour me retrouver au niveau où je suis actuellement.

Certains jeunes d’aujourd’hui veulent réussir et je peux le voir dans leurs yeux quand je les rencontre.

Mais, le problème c'est qu'ils veulent réussir en une nuit. En un claquement de doigts.

Cela ne saurait marcher.

Pour construire un réussite qui durera dans le temps, que ce soit une carrière, un projet qui vous tient à coeur, une entreprise etc, il faut ACCEPTER de commencer PETIT et rêver GRAND.

Dans votre voyage vers ce qui compte le plus pour vous, vous n'avez pas d'autre choix que de vous armer des 3P: Patience, Passion et Persévérance.

J'ai commencé le mien à l'école primaire, j'achetais des cartons de bonbons pour les revendre..."

Aliko Dangote (Extrait interview, dans l'édition de décembre 2014 de Forbes Africa)

-------------

On ne sait pas pour vous mais, quand on entend que l'une des plus belles réussites de ce monde a commencé en revendant des bonbons, on croit aussi que ‪#‎ToutEstPossible‬ pour nous. Allons doucement, on est pressé. Merci Aliko, d'être une si grande source d'inspiration pour nous tous.

 

Source: Page Facebook Tout Est Possible

 

Lire également l'article (cliquez sur): Aliko Dangote: Découvrez le parcours d'un exemple de réussite africaine

Lisa Nichols: Passée de fauchée, dépressive et obèse à riche, épanouie et bien dans sa peau. Sa recette ?

 

12651007_10153937345709306_2894998355568577532_n.png?oh=0f728ae8b87f88425ed1a67c276b1811&oe=576A9676&__gda__=1463255939_e50ef887670f4f3107539e693615196c

 

Elle, c'est Lisa Nichols. Le père de son fils s'est retrouvé en prison juste après sa naissance...

Elle était tellement fauchée qu'elle devait faire la queue pendant des heures pour avoir un peu à manger pour nourrir son fils.

Elle a été déclarée dépressive suite aux abus de son compagnon.

Dans cette vidéo, Lisa raconte ce qu'elle a exactement fait pour passer de mère célibataire complètement fauchée à une femme pleine d'assurance qui est à la tête d'une compagnie cotée en bourse et qui vaut des millions de dollars.

-----
"Votre vie actuelle n'est que LE RÉSULTAT de toutes VOS décisions".
Lisa Nichols

#‎ToutEstPossible‬

 

Lire la vidéo en cliquant: ICI