topblog Ivoire blogs

lundi, 19 septembre 2016

4 stratagèmes de votre entreprise pour vous maintenir dans la Rat Race

 

4-pieges-rat-race.jpg&w=610&h=280&zc=1

 

Tout le monde ne veut pas quitter son emploi et c’est tant mieux. Il se peut qu’aujourd’hui, vous adoriez votre travail salarié. Encore une fois tant mieux.

Moi-même j’ai kiffé tous mes jobs. De magasinier, à traiteur, à préparateur de véhicules neufs chez Renault, à ingénieur support en salle des marchés.

Sauf les quelques derniers mois où ce n’était plus possible de rester immobilisé sous mon néon.
J’avais l’impression de trahir mes collègues, car je n’avais plus envie de travailler (pour quelqu’un d’autre) et du coup, c’est eux qui récupéraient mon travail.

Vous pouvez adorer votre poste, MAIS du jour au lendemain la situation peut changer. Votre responsable qui est muté et vous vous retrouvez avec un nouveau chef, con, qui vous harcèle.
Les manières de bosser au sein de la boîte changent, et votre travail change lui aussi.
Votre boîte déménage et vous devez déménager aussi ou vous taper une heure de transport en plus.
Votre boîte est rachetée par une autre et on doit couper dans les effectifs.

Bref, il y a 10 000 raisons qui font qu’un job que vous aimez aujourd’hui puisse se transformer en cauchemar.

C’est pour cela que vous devriez tendre à devenir indépendant financièrement même si vous adorez votre emploi.

Si pour une raison quelconque votre job change pour le pire. Vous vous en moquez, car vous n’en avez pas besoin pour vivre et vous pouvez dire « bye bye ».

Mais votre entreprise dispose d’un véritable arsenal pour vous « empêcher » de quitter la rat race. Si vous partez, elle est dans l’embarras. Au fil du temps, les boîtes ont développé plusieurs stratagèmes pour vous garder dans les effectifs.

Voyons voir le TOP 4 des stratagèmes des entreprises pour nous maintenir dans la rat race.

 

Stratagème n° 1 : Le CDI « Contrat D’Insécurité »

Dans la société d’aujourd’hui, obtenir un CDI c’est le Saint-Graal. La réussite ultime. On nous fait croire que c’est ce qu’il y a de plus sûr pour nous.
Dans la pratique, une entreprise a toujours les moyens de stopper un contrat. Les indemnités pour 10 ans de bons et loyaux services ? Souvent ridicule…

Même si vous allez aux prudhommes et que vous récupérez 50 000 ou 100 000 €, vous avez perdu beaucoup d’argent, d’énergie et surtout de temps, par rapport à ce que vous auriez pu faire en 10 ans (investissements et création de business en parallèle de votre CDI)

Stratagème n° 2 : La fiche de paie

Il y a 3 choses auxquelles nous sommes accro sur terre :

– La cocaïne (jamais touché)
– Le sucre (je le limite fortement)
– La fiche de paie (je n’en ai plus depuis 2011)

Voici l’ordre addiction, du plus faible au plus fort :

COCAÏNE < SUCRE RAFFINÉ < FICHE DE PAIE

On est plus accro à la fiche de paie qu’à la cocaïne.

Autrement dit, c’est plus difficile « d’arrêter » la fiche de paie que d’arrêter de se shooter.

Tous les mois nous avons une piqûre de rappel qui nous fait du bien.

Tous les mois on se dit, « vas-y ça me saoule, je vais me lancer à mon compte, investir, créer mon business » et au même moment le patron nous tend une enveloppe avec un chèque et ça fait « PCHITTTTTT ». Un peu comme lorsqu’un forgeron plonge une lame dans l’eau. On est refroidi, ça nous calme et on repart pour un mois.

Quand je bossais à Londres, c’était assez flippant. Là bas, chaque semaine ou tous les 15 jours le chef circule dans l’open space et remet les enveloppes à tous les salariés.

C’était un moment que je détestais.

Il n’y avait pas un bruit. On pouvait entendre une mouche péter.
J’observais les gens (chaque enveloppe était confidentielle, on ne savait pas combien gagnaient les autres). Lorsqu’ils ouvraient l’enveloppe et qu’ils regardaient en bas de la page, c’est comme s’ils étaient possédés et apaisés en même temps.

C’est à ce moment-là que je me suis dit que je devais être celui qui remettait les fiches de paie et non celui qui les reçoit.

Question : Combien de temps pouvez-vous tenir sans fiches de paie ?

C’est comme cela que l’on mesure la vraie indépendance.

Si vos revenus passifs et alternatifs dépassent vos dépenses, vous pouvez tenir de manière infinie. Plutôt cool !

Stratagème n° 3 : Le CE (comité d’entreprise)

Lorsqu’une entreprise dispose de plus de 50 salariés, elle a pour obligation de créer un CE. On connaît tous ce truc.

Je me rappelle quand j’étais petit, mon oncle « pauvre » (mais que j’adore quand même ;-)) qui bossait chez Renault me ramenait tous les jeudis soir une liste de jeux vidéos que l’on pouvait emprunter au CE pour le weekend. C’était trop cool !

Les entreprises sont malignes. Elles mettent déjà dans l’esprit des plus petits qu’il faut rejoindre leurs rangs, car c’est trop cool, il y a un bon CE !

Je discutais dernièrement aussi avec des amis qui parlaient d’un CE qui permettait de bénéficier de -75 % sur un séjour au Club Med.

Attention, c’est super cool d’aller au Club Med, surtout avec une telle réduction !

Mais il ne faut pas que ça nous empêche de vouloir faire autre chose, ou pire de nous limiter. Simplement parce que dans cette boîte, « finalement, on n’est pas trop mal. »

Le pire c’est que ces 2 amis en question ont largement de quoi lancer leur business à succès qui leur paiera l’équivalent de 100 séjours annuel au Club Med s’ils le souhaitent…

Gardez à l’esprit que si la boîte vous donne -75 % pour aller au Club Med, vous lui rapportez au moins 10 fois plus.

La boîte vous aime bien, mais il ne faut pas déconner non plus.

Stratagème n° 4 : Les tickets restaurants

CELLE-LÀ C’EST CELLE QUI M’ÉNERVE LE PLUS.

Lorsque j’étais consultant en informatique, j’étais bien payé, mieux payé que la moyenne.
Autour de 3200 € net plus bonus alors que certains n’étaient payés que 1800 € (ils s’étaient fait avoir) MAISSSSSS, ils avaient des tickets resto ! Pleins !

Vous êtes sérieux les mecs ?

C’est la plus grosse arnaque ! L’employeur vous donne des tickets restaurants pour manger le midi lorsque vous travaillez pour lui (donc encore heureux) et il inclut ça comme un bonus de malade, de haut vol et d’une valeur exceptionnelle.

Personnellement, j’avais dit non je ne veux pas de tickets resto, c’est pourri votre truc.
Je veux :

– Tel salaire net
– 15 € de frais de bouche journalier (quand je bosse j’ai 15 € pour manger et quand je ne bosse pas, je n’ai pas ces 15 € de frais de bouche)
– Un bonus sur objectifs
– Mais je ne veux surtout pas de vos tickets resto qui font « gonfler virtuellement » mon salaire.

En conclusion, si vous lisez bien entre les lignes, je ne dis pas qu’être salarié c’est nul. Au contraire.

Si comme moi vous partez de zéro, c’est la seule chose que vous pouvez faire pour commencer. Échangez votre temps contre de l’argent.

Mais si vous le souhaitez, très vite vous pouvez convertir cet argent gagné en travaillant dur, en actif qui va travailler dur pour vous.

Et vous ne dépendrez plus de votre employeur. Mais rien ne vous empêchera de rester dans votre job si vous le kiffez (aujourd’hui, mais vous savez que ça peut changer du jour au lendemain).

À noter que j’ai moi-même 4 salariées en CDI, je leur verse un salaire tous les mois. C’est donc toujours délicat pour moi de dire aux gens « Barrez-vous de la Rat Race » alors que j’emploie 4 personnes à temps plein + des dizaines d’autres qui travaillent pour moi plus ou moins ponctuellement et régulièrement.
Il y a 2 types de jobs :
– Le job qu’on a envie de quitter TOUT DE SUITE
– Et le job où on se sent bien, on s’épanouit, on apprend énormément et où l’on s’éloigne tous les jours de la rat race.

C’est cette 2ème catégorie d’emplois que j’offre à mon équipe.
Liberté géographique, liberté de penser, bonne rémunération, partage du gâteau à la fin de l’année, voyages, apprentissage continu, incitation à investir et à devenir indépendant financièrement (Sabryna vient de signer un compromis pour un immeuble de rapport).
Si vous venez à un de mes séminaires, venez discuter avec Sabryna, Ketty ou Harmonie et elles vous donnerons leur avis !

Dites-moi dans les commentaires ci-dessous quels autres stratagèmes vous avez rencontré (par exemple le PEE : Plan d’Épargne Entreprise, ou encore le 13ème mois, ou… Bon il y en a tellement que je m’arrête là et je vous laisse vous exprimer dans les commentaires !).

 

Source: Business Attitude

Les commentaires sont fermés.