topblog Ivoire blogs

jeudi, 24 décembre 2015

Voici comment éviter les 5 réflexes qui limitent votre épanouissement personnel

 

3469341-les-femmes-les-mains-li-es.jpg?ver=6


L’Homme a cette fâcheuse tendance à ne pas croire au bonheur.

Il remet en question ce sentiment en s’appuyant sur la mise en relief de ce qui lui manque, ce qu’il pourrait obtenir ou désire au plus profond de lui.

C’est ainsi qu’un grand nombre de nos lecteurs découvrent à travers cet article, que non, le sentiment d’apaisement psychologique n’est pas lié à une situation matérielle, mais bien à une relativisation et à une remise en question des dispositions psychologiques à adopter pour changer leur vision du quotidien.

Le point abordé ici rassemble les comportements et modes de pensée destructifs qui vous font passer à côté de moments simples et vous poussent à toujours vous soucier de quelque chose, vous empêchant de profiter de votre vie.

1. La perfection n’est pas de ce monde

Pourquoi s’obstiner à courir après quelque chose qui n’existe pas, quand votre bonheur, lui peut être réel et total ?

L’imperfection définit notre nature et c’est justement ce qui donne son charme aux relations humaines et nous permet d’apprécier des choses simples.

Ne pas se satisfaire de ce que l’on a est certes un réflexe naturel, mais quand cela devient systématique, cet état d’esprit nuit à votre psychologie.

L’effet est d’ailleurs dévastateur sur votre confiance en vous.

Comment croire en votre potentiel si vous ne faites que souligner ce qui peut être amélioré en oubliant de reconnaître vos efforts et de récompenser le travail ainsi fourni ?

Pour limiter cette tendance à l’insatisfaction chronique, vous allez devoirabaisser vos standards, relativiser vos attentes et apprendre à vous contenter du « juste assez bien ».

Cela n’est aucunement une excuse pour lézarder ou être moins efficace, mais simplement un moyen de rationaliser votre temps et de vous satisfaire de l’accomplissement d’une tâche, même si vous auriez pu mieux faire : On peut TOUJOURS mieux faire, mais cela vaut-il la peine de vous esquinter la santé pour autant ?

Fixez-vous des limites pour tout ce que vous faites, que cela soit en termes de temps ou de quantité.

On peut toujours améliorer une production, en y ajoutant quelque chose, en la modifiant… Ce qui rend la tâche interminable et nuit à la qualité intrinsèque de cette dernière.

La deadline, c’est une obligation que vous vous fixez, après laquelle vous ne vous accorderez plus que le droit de passer à autre chose.

Vous devez réaliser que vos rêves de perfection ont une incidence sur votre entourage.

Vous ne vivez pas dans le monde des Bisounours ou dans n’importe quel autre décor de série américaine.

La vie est faite de défis et d’imprévus… en pourchassant à tout prix la perfection, vous augmentez votre niveau de stress, mais aussi celui des personnes qui vous entourent. Cela vaut-il le coup ?

2. Voguer sur les eaux du pessimisme

Nous sommes ainsi faits, toute source extérieure, que cela soit la télévision, la radio ou les gens que nos côtoyons, a une influence sur notre perception de la vie.

Ceci étant établi, il devient alors difficile de s’épanouir si vous vous entourez de gens qui ne font que diffuser des idées négatives ou se plaindre de leurs conditions et des obstacles qu’ils rencontrent.

Ils partagent leurs peurs, leurs limites et vous les transmettent inconsciemment.

Le remède à ce problème est tout simple : essayez de passer un maximum de temps avec des personnes qui vous inspirent, ont confiance en elles et voient les choses du bon côté.

Idem en ce qui concerne vos inspirations : soyez plutôt du genre à écouter de la musique qui vous redonne le sourire ou à regarder des émissions traitant de thèmes comme le succès personnel, plutôt qu’à vous enfermer dans une mélancolie et une nostalgie quotidienne qui vous influenceront négativement dans la construction de votre état d’esprit.

3. Faire un blocage sur votre passé ou votre avenir

Ressasser vos souvenirs, qu’ils portent sur une rupture amoureuse, le décès d’un proche, ou sur des opportunités manquées, vous empêche d’avancer, de vous construire en tant que personne et de trouver l’apaisement psychologique.

Dans la même optique, se focaliser sur les résultats escomptés, l’attente de développement ou la construction de scénarii hypothétiques amène bien souvent à douter de soi et à remettre en cause son potentiel, ce qui influence votre capacité à être heureux dans le présent.

Si ne pas penser au passé ou au futur est quasi impossible et qu’on ne peut vivre sans prévoir un minimum, il est cependant important d’essayer de vivre dans l’instant présent.

Cela permet une plus grande concentration et une imperméabilité aux facteurs extérieurs de distraction.

Si vous sentez que votre esprit divague, prenez 5 minutes pour le laisser vagabonder, avant de vous replonger dans la réalité du moment et de retrouver votre focus.

Pour ce faire, concentrez-vous sur des éléments concrets comme votre respiration ou les sons que vous entendez.

4. Comparer sa vie à celle des autres

C’est une des habitudes les plus communes, mais aussi les plus destructrices.

En évoluant dans votre environnement, vous êtes amené à voir ce que les gens que vous côtoyez possèdent.

Maison, salaire, voiture, popularité… Cela peut créer de la jalousie et tout un ensemble de sentiments négatifs.

Mais pourquoi s’attarder sur ces détails ? Chaque individu à un parcours, un background, des capacités et des opportunités différentes.

Il n’y a donc pas lieu de faire de comparaison, puisque malgré l’adage populaire, non, les hommes ne naissent absolument pas égaux entre eux.

En revanche, chacun possède un bagage de qualités et de talents le rendant unique.

Prenez l’habitude de vous comparer à vous-même.

Demandez-vous à quel point vous avez évolué, intéressez-vous aux progrès effectués et à la réduction de la distance vous séparant de la réalisation vos objectifs.

De cette réflexion découleront satisfaction, amélioration de votre estime personnelle et un besoin moindre de penser aux autres.

5. Se compliquer la vie

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, loin de là.

Mais l’impact des événements négatifs sur votre psychologie dépend en grande partie de votre propre perception de leur importance. Nous sommes le principal obstacle à notre bonheur.

Pour vous faciliter le quotidien et éviter de vous focaliser sur les épreuves qui l’agrémentent, il apparaît très efficace de vous fixer une liste de 2 voire 3 priorités journalières à réaliser (cela peut découler du domaine professionnel, personnel, social…).

Ces tâches, aussi bénignes soient-elles (faire votre ménage, écrire un e-mail à votre mère, finir de traiter un dossier important…) vous permettront de ne pas trop vous éparpiller sans pour autant laisser ce que vous percevez comme des problèmes majeurs refaire trop souvent surface.

Vous devez axer votre raisonnement sur le court terme et la réalisation d’objectifs simples et concrets afin d’en faire naître satisfaction et apaisement psychologique.

Oui, la vie dans sa globalité peut être difficile, mais décomposée en petites parcelles, elle vous apparaîtra alors bien moins pesante et vous pourrez vous satisfaire des progrès réalisés chaque jour.

Contraintes, pressions, stress… sont des facteurs qui régissent bien trop souvent nos vies.

Il est temps de dire stop et de changer nos habitudes.

Le bonheur n’apparaît pas de lui-même, il se fabrique, se provoque.

C’est en comprenant cela que vous pourrez enfin y goûter !

 

Source: Réussite Personnelle

Les commentaires sont fermés.