topblog Ivoire blogs

dimanche, 29 novembre 2015

Les capsules du Manager Dindé (16): Anticipez avant que les mutations et l’innovation technologique ne vous mettent au chômage

 

Nao_Robot_Aldebaran-thumb-350x568-33281.jpg

De nombreux métiers et professions sont aujourd’hui menacés de disparition, en ce 21ème siècle, parce que frappés de caducité, d’obsolescence (dépassés) du fait du progrès technique et des nouvelles méthodes de gestion et de management d’entreprise.

Cette amélioration des techniques, couplée avec celle des méthodes organisationnelles, impose souvent de se recycler, de faire de la formation continue pour suivre la cadence des changements et mutations, voire de changer carrément de boulot, pour embrasser tout autre chose, de moins passionnant, de moins adapté à sa personnalité et à ses goûts, à ses compétences initiales.

Tous n’ont pas cette chance, qui se retrouvent tout bonnement au chômage, pour mesures économiques ou techniques, compression, délocalisation, ou rachat de l’entreprise par un repreneur. Ces cas sont légions et se multiplient, aujourd’hui, à une vitesse déprimante.

Si vous n’anticipez pas dès maintenant, votre surprise pourrait être immense et les mesures en entreprise à votre encontre, totalement désastreuses, aussi bien pour vous-même que pour ceux qui vous sont chers. Je voudrais, dans ce nouvel article, vous proposer…, mieux, vous offrir une alternative.

Parlant des risques liés à l’innovation, les professeurs Frédérique Blondel de l’Université Paris II et Sophie Gaultier Gaillard de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne disent ceci : « L’innovation est un fabuleux catalyseur pour l’entreprise, lui permettant de créer de la valeur et de la conserver…

Face aux impératifs de la mondialisation, à la montée en puissance de la concurrence asiatique, à la nouvelle économie du savoir, et aux nouvelles problématiques liées au développement durable, la gestion de l’innovation est redevenue pour les entreprises une préoccupation stratégique permanente. 

D’après un article du journal « Les Échos » (16/03/2005), analysant les rapports d’activité des 166 premières entreprises françaises ou étrangères implantées sur le territoire, la politique d’innovation est désormais partie intégrante de leur cœur de métier. L’entreprise est condamnée à maintenir un flux constant d’innovations tout au long de sa chaîne de valeur afin de générer les bénéfices exigés PAR LES ACTIONNAIRES (vous avez bien lu ! Ndlr).

L’innovation génère en effet une mise en valeur économique au sein de l’entreprise. Depuis Schumpeter, qui l’a définie comme une destruction créatrice (1930), elle est devenue un concept multidimensionnel concernant aussi bien les nouveaux objets de consommation que les nouvelles méthodes de production et de transport, que les nouveaux marchés, ou encore les nouveaux types d’organisation industrielle ». 

L’innovation technologique, comme on peut le voir, est tellement si nécessaire pour l’évolution du monde et le bien-être de l’homme mais tout à la fois tellement si problématique pour les emplois – certains emplois – qui n’épousent pas sa dynamique, sa tendance, sa révolution, et doivent ainsi disparaître, avec des conséquences souvent dramatiques, désastreuses.

Tant et si bien qu’elle suscite des interrogations et pas des moindres ; de grosses. Comme celle du journaliste Will Oremus, du site Slate.fr : Et si l’innovation technologique nuisait à la société humaine ? Ou celle de Robin Rivaton, Consultant en stratégie : Les robots et la technologie vont-ils tous nous mettre au chômage ? Ou encore cette autre de cet autre Consultant en stratégie, Hakim El Karaoui : L'innovation technologique, ennemie de l'emploi ? Ou cette dernière du site La recherche.fr : Technologie et chômage, un couple à histoires, par Arnaud Parienty et Pascal Combemale : La France a plus de trois millions de chômeurs, et le cas n'est pas isolé. La thèse de la «fin du travail» relance le vieux débat : faut-il accuser le progrès technique ?

Le journaliste Will Oremus du site Slate.fr s’interroge avec une implacable pertinence : « L’innovation est censée être le remède au marasme économique. Et si au contraire elle en était la cause ? Plus précisément: serait-il possible que l’incessante automatisation touchant tous les secteurs, des usines au commerce de détail en passant par le journalisme, ne détruise davantage d’emplois qu’elle n’en crée ?

C’est une question que se posent économistes et travailleurs au moins depuis la Révolution industrielle. Et dans le passé, la réponse était généralement un «non» franc et direct.

Certes, l’automatisation rend obsolètes certains emplois humains peu qualifiés, mais elle introduit aussi de nouvelles catégories d’emplois qui le sont à l’extrême, des ingénieurs aux gestionnaires d’équipement en passant par le secteur de la banque et du blogging. Son principal effet est d’augmenter la productivité, ce qui est supposé relever le niveau des revenus et stimuler la demande de nouveaux produits et services ».

Pour Robert Rivaton, « A mi-chemin entre fantasmes et cauchemars, les robots ont toujours fasciné les humains. Alors qu'ils envahissent l'industrie et la Bourse, les avis divergent entre ceux qui les considèrent comme les sauveurs de l'économie et ceux qui les voient comme les meurtriers de l'emploi ».

Quant à Hakim El Karaoui, il soutient que « Depuis le début des années 2000, la vague de transformations liées aux technologies numériques a un impact important sur un nombre croissant de métiers. Les emplois associés aux faibles qualifications ne sont plus les seuls menacés ».

Sur le site Le Minarchiste, Perspective d'un économiste Québécois sur l'actualité, article La « course contre les machines » et le chômage technologique, nous pouvons lire ceci :

« Pour les « stagnationnistes » comme Tyler Cowen, le revenu médian des ménages Américains a cessé de croître en raison d’un ralentissement de l’innovation technologique. Pour Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, les auteurs de « Race Against the Machine », c’est plutôt en raison d’une accélération de l’innovation, à un rythme que bon nombre de travailleurs ne sont pas capable de suivre. Selon l’économiste Jeremy Rifkin, nous serions présentement dans une phase de l’histoire de l’humanité dans laquelle de moins en moins de travailleurs seront nécessaires à la production de biens et services ».

Robot.jpg

Sur le site juritravail.com nous pouvons également lire ce qui suit :

« L'introduction de nouvelles technologies suffit à justifier un licenciement économique

Il n'y a pas que les difficultés économiques qui permettent de justifier des licenciements économiques. En effet, l'introduction de nouvelles technologies peut constituer, à elle seule, une cause économique de suppression d'emploi (licenciement économique), de transformation d'emploi ou de modification du contrat de travail (baisse du temps de travail, diminution de la rémunération …) (1).

C'est le cas lorsque les licenciements sont envisagés dans l'optique de sauvegarder la compétitivité de l'entreprise.

Autrement dit, si vous n'engagez pas de mutations technologiques au sein de votre entreprise, elle risque de connaitre des difficultés financières qui pourraient la conduire à la faillite. Afin d'anticiper et de préserver votre entreprise, vous décidez de prendre les choses en main et de procéder à un changement de technologie.

Mutation technologique, cessation d'activité, réorganisation... comment établir un motif économique de licenciement?

Etablir un motif économique de licenciement

3 exemples de mutations technologiques justifiant un licenciement économique

1. Est justifié le licenciement économique d'une salariée engagée en qualité de sérigraphe lorsque l'entreprise adopte un procédé de fabrication par impression numérique, remplaçant le procédé existant d'impression sérigraphique, pour la sauvegarde de son entreprise (2).

2. L'introduction d'une technologie informatique nouvelle comportant une incidence sur l'emploi constitue une cause économique de licenciement alors même que la compétitivité de l'entreprise ne serait pas menacée (3).

3. Est justifié le licenciement d'une employée de bureau en raison de l'informatisation de l'agence dans laquelle elle travaillait (4).

A l'inverse, les juges ont considéré que le licenciement économique ne reposait pas sur une cause réelle et sérieuse lorsqu’il fait suite à un simple changement de progiciel ou de logiciel informatique (5). Il ne s'agit pas d'une innovation technologique au sens du Code du travail, justifiant un licenciement économique. »

Cette petite revue de littérature, cher(e) ami(e), pour vous faire voir la gravité du sujet et ses implications pour la carrière et l’avenir professionnels de millions et de millions de travailleurs, vous y compris. Tous les secteurs d’activité sont concernés. Des métiers allant de l’artisanat à la recherche scientifique sont touchés. Il faut s’adapter ou périr.

1442845143-e888e44b86380a674d3c3c7eb1c6648f.jpg?20151110

Les professionnels des domaines suivants sont clairement menacés voire en danger :

- La photographie (révolution du numérique et des logiciels de la vague PhotoShop),

- L’électronique traditionnelle (télévisions et ordinateurs à tube cathodique, chaîne Hi-Fi),

- La poste, les télécommunications traditionnelles et le courtage (en chute libre, pression intenable de la téléphonie mobile, du courrier électronique, de la messagerie instantanée),

- La communication, l’information et le journalisme (concurrence impitoyable des blogs, des plates-formes vidéo, des sites publicitaires et d'information),

- L’art dramatique et les industries cinématographique et musicale (piraterie, émergence des CD et des lecteurs vidéo, des images de synthèse et des effets spéciaux, férocité du milieu du show-biz, influence du mystique, de l’ésotérique et de l’initiatique),

- La mécanique générale et automobile, le domaine de l’électricité générale et celui des machines-outils (hyper-électronique, techniques révolutionnaires et robotisation à outrance),

- La dactylographie et de la sténographie (qui font aujourd’hui pratiquement figure de vestiges),

- L’imprimerie et les industries de la reproduction (personnel à haute spécialisation, percée fulgurante du numérique),

- La restauration, l'accueil et l’hôtellerie (modernisation, consommation rapide, fast foods - restauration rapide, publique et industrielle du genre Mc Donald's Corporation),

- L’industrie automobile et l’aviation (où l’innovation, en terme technologique et organisationnelle, est vertigineuse),

- L'agriculture et les mines (mécanisation, main-d'oeuvre de plus en plus spécialisée, fluctuation pénalisante des cours des matières premières, détérioration des termes de l'échange),

- L’industrie textile et vestimentaire (hyper-concurrence asiatique, faillite en cascade et délocalisation), etc.

La liste est encore bien longue, cher(e) ami(e) ! Et il ne faut pas manquer d’y ajouter le contexte global de récession et de crise économique mondiales qui oblige les entreprises à mettre la clé sous le paillasson, à mettre des pères et des mères de famille à la rue ou à compresser leur personnel, à délocaliser dans d’autres pays et à réduire drastiquement leur masse salariale.

Mais il y a une autre alternative : ajouter une seconde corde à son arc, en tant que travailleur du public ou du privé. ENTREPRENDRE dans le domaine inusable du bien-être physique de l'HOMME, basé sur la consommation de produits naturels.

Le domaine du bien-être et de la beauté a encore de beaux jours devant lui. C’est un business d’avenir, un marché INTARISSABLE qui va croissant depuis ces dernières décennies et qui explosera dans les 15 prochaines années. Pour preuve, les statistiques déprimantes de l’OMS sur la santé, qui donnent les chiffres suivants :

- 7,1 millions de personnes meurent, chaque année dans le monde, de maladies cardiaques ;

- 7,9 millions de personnes sont mortes du cancer, en 2009 ;

- 11 millions de personnes mourront chaque année du cancer à partir de 2030 ;

- 336 millions de personnes seront diabétiques, en 2030 ;

- 2/3 des américains au-dessus de 20 ans seront obèses, en 2030.

Comme le dit si bien le Manager Saphir Eloukou Appia Frédéric : « Voilà pourquoi notre business à de beaux jours devant lui. Positionne-toi maintenant et prend ta part du marché de 2030, dès aujourd'hui. »

Cher(e) ami(e), il est encore temps que vous fassiez le choix salvateur de mettre une seconde corde à votre arc, de vous offrir des ressources additionnelles substantielles, de monter une entreprise prospère entre 3 et 5 ans, et de mettre toute votre famille à l’abri des désastres occasionnés par les mutations de notre monde, l’innovation technologique et la grisaille économique mondiale qui n’est pas prête de s’estomper, bien au contraire !

Embrassez le Marketing de réseau, l’industrie du 21ème siècle, rejoignez-nous dans le business Forever, la meilleure affaire au monde, bénéficiez d’un coaching approprié et reprenez votre vie en main. Il en est plus que temps ! ! ! N'hésitez pas à prendre contact avec nous pour en savoir davantage et vous engager. Bon vent !

 

DINDE Fernand AGBO

Réseauteur, Chef d'Entreprise et Manager chez Forever

Identifiant FLP N° 225 000 280 343

Cell. (225) 07 04 71 11

dindefernand2@yahoo.fr

 

Aimez ma page Affaire Facebook en cliquant sur:

Fernand Dindé - Blogueur d'Affaire, Coach

mercredi, 18 novembre 2015

Travailler et apprendre à se relaxer sans se sentir coupable

 

respiration-se-relaxer-naturopathie-bien-%C3%AAtre.jpg


La question du repos, des loisirs et de la décontraction est d’une importance cruciale quand on aborde l’épanouissement personnel et la recherche du bonheur.

Seulement, voilà, nos impératifs, qu’ils soient professionnels ou familiaux, nous poussent souvent à éluder ce domaine, parfois considéré comme superficiel et égoïste.

À tel point qu’on se sente coupable de « ne rien faire ».

Mais pourquoi faut-il que notre temps libre soit constructif ? N’a-t-on pas besoin de tout simplement décompresser de temps en temps ?

Se détendre, une nécessité qui influe sur votre personnalité

Comme beaucoup, quand je m’allonge sur mon divan pour regarder un film, que je décide de rester devant un match de foot au lieu de rédiger des articles ou que je finis ma journée de travail trop tôt, je me sens coupable.

« Je pourrais vraiment faire plus, je suis en train de perdre de l’argent »…

Ce n’est pas complètement faux.

Objectivement, chaque heure non travaillée n’est pas rémunérée et ampute mon salaire de quelques euros…

Mais que se passerait-il si je ne m’arrêtais pas (ou jamais, Ndlr) ? Si je reniais tout le temps libre que je m’accorde, pour travailler encore plus ?

J’aurais une vie sociale médiocre voire inexistante, subirais la pression perpétuelle du résultat, serais stressé au point de ne plus dormir et de devenir irritable envers mon entourage, je perdrais la concentration dont j’ai besoin pour être efficace… bref, je coulerais sous le poids des responsabilités et ne m’en sortirais pas.

Vous n’êtes pas si différent !

Que vous travailliez dans un bureau ou de chez vous, vous vivez très certainement ces moments de doute, où vous savez que vous êtes improductif et que cela ne vous fait pas avancer.

Dites-vous bien que ce type de réflexion est uniquement issue de la pensée collective, d’un formatage diffusé par votre environnement.

Or ce dernier oublie de prendre en considération des facteurs psychologiques pourtant inhérents à l’épanouissement personnel, comme le bien-être, la satisfaction personnelle ou la nécessité de développer un réseau social…

Rares sont les gens qui vivent pour travailler, nous travaillons pour vivre, c’est différent !

Il n’y a donc aucun mal à vouloir profiter des quelques moments de répit que l’on se voit accorder.

Posez-vous les bonnes questions !

Lorsque ce sentiment de culpabilité vous empêchant d’apprécier le simple fait de ne rien faire apparaît, prenez quelques minutes pour vous poser les bonnes questions afin de remettre cette vision en perspective.

11541932-deux-personnes-d-tendues-s-allonger-sur-le-sable-au-fond-de-coucher-de-soleil-Banque-d'images.jpg

Qui cela dérange-t-il ?

À part votre petite voix intérieure, qui pourrait vous reprocher de vouloir vous détendre ?

Pourquoi en faire toute une histoire ?

On a tous des projets sur le feu, des impératifs, des choses à finir… et la réalisation d’une nouvelle tâche entraîne bien souvent l’apparition d’un nouveau besoin.

Est-ce vital au point de ne pas pouvoir attendre quelques heures, une journée, une semaine ?

Cela va-t-il fondamentalement changer votre vie ?

Quel impact à cette obligation qui vous hante, sur votre futur ?

Le fait de prendre du bon temps va-t-il ruiner votre carrière ?

Le facteur de remise en cause de votre « droit » au bonheur immédiat aura-t-il une influence sur votre vie dans les semaines voire les années à venir ?

Ou fait-il partie d’un ensemble plus général ?

Que feraient les personnes que vous connaissez dans votre situation?

Voilà un autre moyen d’enfin se libérer de cette culpabilité qui freine votre épanouissement personnel.

Demandez-vous ce que feraient vos amis, votre partenaire, vos parents ou un personnage de série télévisée que vous trouvez charismatique, dans votre situation.

Le but n’est pas ici de vous comparer à qui que ce soit, mais simplement de percevoir votre propre situation et l’analyse que vous en faites sous un jour nouveau, afin d’atteindre l’objectivité : oui, vous avez raison de vouloir vous détendre un peu !

C’est en vous posant les bonnes questions que vous parviendrez à être en accord avec vous-même.

Votre besoin de relaxation n’entre pas dans la définition de votre potentiel professionnel ni même dans la construction d’une image de personne sérieuse ou ambitieuse.

Comme tout un chacun, vous avez besoin de vous ressourcer, de retrouver un état d’esprit sain et apaisé.

S’interdire de prendre du bon temps, c’est s’inscrire dans une logique de déni de son bonheur et de remise en cause de ses capacités entraînant pessimisme, négativisme et peur de l’affirmation de soi.

Plus vous vous empêchez de jouir de vos moments de liberté, plus vous tendez à voir vos petits tracas plus gros qu’ils ne sont en réalité et à les garder en tête de manière constante.

Vous avez besoin de vous aérer le corps et l’esprit, d’oublier pendant quelques heures ou quelques jours les pressions que votre environnement vous fait subir.

Bref, vous avez besoin de vous relaxer, car sans ce temps que vous vous accordez pour faire ce qui vous plaît, vous ne pourrez plus être productif et efficace dans votre travail.

Une contradiction qui vaut le coup d’être signalée.

 

Source: Réussite Personnelle.com

lundi, 16 novembre 2015

Comment faire pour se réveiller motivé chaque matin?

06e5f7d4861686fca29869b84c17f015.jpg?c=f1cdc29b43690f443aa156520a5dc350.jpg

 

Si vous êtes familier avec les success stories alors vous savez que la motivation est un élément principal de la réussite. Les grands entrepreneurs savent que leurs succès sont dus à la motivation et à la persévérance. La motivation vous permet d’achever ce que le reste de la population aimerait pouvoir réaliser sans bouger le petit doigt. La motivation est un virus qui change votre vision, votre ambition, votre énergie et votre productivité. C’est pour cela qu’il est important d’entretenir quotidiennement sa motivation sinon vos objectifs et vos rêves seront engloutis dans la médiocrité. Voici les conseils des plus grands coachs pour se réveiller motivé.

 

Ecrire ses plus grands rêves

Vous devriez être capable de voir en permanence vos rêves et vos plus grands objectifs. Vous pouvez utiliser un tableau ou un poster sur lequel il y aura écrit vos rêves, vos buts, des citations, etc. Cela vous aidera à balayer les distractions et rester concentrer sur vos objectifs finaux. Ainsi chaque matin vous verrez vos devoirs et vos responsabilités.

Rester dans le présent

Lorsque l’on pense au futur on peut se sentir perdu et avoir des remords lorsque l’on pense au passé. En perdant votre temps à espérer ou regretter, vous ratez des opportunités et vos concurrents sont déjà en marche.

L’inquiétude et l’anxiété sont les pires ennemis dans l’entrepreneur. Si vous voulez réellement réussir alors il faudra d’abord apprendre à se dominer et à se concentrer que sur l’instant présent. Accomplissez vos objectifs quotidiens, hebdomadaires, mensuels, annuels et cela sans perdre votre temps.

Se Forger dans la discipline

Personne n’aime la discipline mais tout le monde en a besoin. C’est dans la discipline que l’on se construit un meilleur avenir, que l’on gagne en liberté. La discipline nous donne la liberté d’accomplir les tâches les plus dures et nous permet également de mûrir, de nous améliorer et de ne plus rien regretter. Comme la motivation la discipline doit se pratiquer quotidiennement. C’est en luttant contre les désirs de notre corps que l’on avance vers la réussite. La paresse n’est pas chassée de notre corps mais nous pouvons la combattre plus aisément.

Se créer un environnement adéquat

Votre environnement doit pouvoir vous donner de l’énergie et vous inspirer. Entourez-vous d’image, de photos qui vous motivent mais garder cet environnement propre et spacieux. 

Le désordre déprime et encombre votre esprit. Cet environnement est le lieu le plus important de votre carrière où toute la magie s’opère, ne pas l’entretenir ne serait pas judicieux.

Avoir des citations célèbres près de votre lit

Possédez des citations célèbres et motivantes dans un carnet ou près de votre lit vous donnera l’inspiration nécessaire lorsque tout ira mal. Elles vous aideront et vous accompagneront durant tout le long de votre quête. Les citations ont plus d’impacts que l’on imagine mais leur effet n’est que temporaire, c’est pour cela qu’il faut en reprendre une dose chaque jour et essayer de les varier. Nous sommes peut être génétiquement unique mais nos problèmes et nos questions ne le sont pas. Apprendre du passé et des leçons des anciennes vies est la manière la plus sage de régler ses problèmes. Elles vous apprendront que le succès implique des sacrifices, de la consécration, de l’acharnement, etc.

L’exercice physique

Afin de rester motivé, il faudra repousser les pensées négatives et la dépression. Une des manières pour y remédier se trouve dans le sport. Etre physiquement en bonne santé aide à combattre les pensées parasites. L’endorphine sécrétée nous rend plus heureux et l’effort cardiaque nous donne plus d’énergie et d’endurance. SI vous observez la routine matinale des plus grands entrepreneurs vous verrez qu’ils pratiquent tous un sport dès le matin.

Lire sans fin

Les plus grandes personnes qui ont réussi dévorent des livres. Les livres sont leurs compagnons. La lecture est une activité commune des plus grands politiciens, entrepreneurs, inventeurs, etc. Si vous voulez un avenir fleurissant, lisez.

Rédiger un journal

A force d’écrire quotidiennement vos sentiments, vos impressions et vos questions dans un journal, vous allez commencer à vous connaître de mieux en mieux et pouvoir observer les éléments qui vous rendent heureux, débordants d’énergie ou dépressif. Par la suite vous pourrez utiliser ses connaissances à votre avantage. Un journal vous aidera à y voir clair et sortir du statu quo. Effectivement, la majorité de nos pensées quotidiennes sont les mêmes que la veille, en observant votre système de pensée vous serez capable de clarifier votre esprit et de bannir les pensées parasites.

 

Source: Dynamique-Mag.com

Qui d’autre veut arrêter de se trouver des excuses et retrouver sa motivation personnelle ?

 

motivation-300x199.jpeg

 

La motivation personnelle est bien évidemment un pilier de l’épanouissement personnel et de la recherche du bonheur.

Sans cette force, cette volonté de donner le meilleur de soi-même, il devient difficile de se donner les moyens de connaître la réussite et le succès.

Seulement voilà, nous sommes tous victimes de distractions, de l’envie de lézarder… Après tout, qui ne rêve pas de générer un revenu sans travailler ? Qui ne souhaiterait pas limiter ses efforts tout en étant récompensé ?

Rassurez-vous, ce réflexe psychologique est tout à fait naturel. Je pense même que ceux qui vous diront ne jamais réagir comme cela exagèrent légèrement.

L’art de se trouver des excuses, c’est cette tendance à se dédouaner de ses responsabilités tout en justifiant notre manque de motivation par des éléments extérieurs : « oui, mais il pleut », « de toute façon, j’ai déjà bien travaillé hier », « comment puis-je me concentrer alors que j’ai des problèmes familiaux ? », « non, là je n’ai pas envie, je ferai cela plus tard »…

Ce comportement, s’il est compréhensible, peut rapidement nous embourber dans une spirale de procrastination et de négativité nous amenant à perdre de vue nos objectifs quotidiens et au final, à perdre le goût du défi, de la prise du risque et du travail bien fait.

Si les excuses que nous trouvons nous permettent de nous sentir apaisés dans l’immédiat (car libérés de nos obligations), elles remettent en cause notre vision du long terme, engendrant bien souvent un fort sentiment de culpabilité.

Voici quelques conseils pour retrouver votre motivation personnelle et limiter la multiplication de vos excuses (que tout au fond de vous, vous savez infondées).

1. La motivation personnelle comme état de « transe »

N’ayez pas peur de ce titre, je ne suis pas un gourou !

Non, quand je parle de transe, je parle de cet élan, de cette force psychologique qui nous pousse à vouloir atteindre nos objectifs, à nous lancer corps et âme dans une activité, quelle qu’elle soit.

Ce n’est pas forcément la réalisation de la tâche en elle-même qui nous procure de la satisfaction, mais plutôt son accomplissement, la matérialisation d’un résultat, engendrant fierté et stimulant notre ego.

Rappelez-vous : comment vous êtes-vous senti la dernière fois que vous avez terminé un travail qui vous a demandé plusieurs semaines de recherches ? Ou quand vous avez terminé une session d’examens après avoir révisé pendant des semaines ?

Les satisfactions qui découlent de notre motivation personnelle sont des bonheurs ponctuels, des moyens d’éclaircir notre quotidien et par la même, de nous épanouir dans la réalisation.

Je suis par exemple, toujours excité lors de la parution d’un nouvel article. Pendant sa rédaction, je me demande comment vous allez réagir, si je vais parvenir à vous atteindre comme je l’aimerais…

C’est ce désir de partage qui est pour moi, source de motivation.

2. La motivation personnelle via l’introspection

Les excuses que nous formulons auprès des membres notre environnement ne sont pas nécessairement remises en cause par ces derniers. Nous les pensons alors justifiées et convaincantes.

Mais la seule personne qui connaît les tenants et les aboutissants de la situation, c’est vous. Oui, nous pouvons nous jouer des autres en leur faisant croire ce que nous voulons sans nous « faire prendre ». Mais est-ce là l’important ?

Plutôt que de vous évertuer à trouver des excuses, pourquoi ne pas sonder votre intellect pour mettre en relief les véritables raisons de votre manque de motivation personnelle ?

La motivation personnelle n’apparaît pas toute seule au réveil, elle est le fruit d’une réflexion, d’une remise en question perpétuelle. C’est la définition d’objectifs concrets, réalisables et profitables qui vous permettra de l’améliorer.

Pour trouver la motivation personnelle et en faire un état d’esprit concret, il apparaît donc nécessaire de mettre en lumière ce que vous attendez de votre quotidien.

Quelles satisfactions allez-vous pouvoir tirer de votre journée ? Comment les matérialiser ? Les efforts requis sont-ils en adéquation avec la récompense ?

Si ce n’est pas le cas, vous allez devoir sérieusement réfléchir à votre situation. La quête du bonheur passe par la récompense personnelle et l’épanouissement dans nos activités quotidiennes. Si votre occupation ne correspond pas à votre personnalité, ne vous le cachez pas.

Prenez conscience qu’il n’est jamais trop tard pour changer de vie, à condition que votre plan de route soit bien défini. Faites confiance à votre instinct. Il sait où votre motivation personnelle se cache.

C’est le mien qui m’a permis de lancer ce blog et de partager mes réflexions avec vous aujourd’hui.

3. La motivation personnelle comme indicateur de votre état de santé

Les excuses que nous utilisons pour justifier notre manque de motivation personnelle sont parfois des manifestations psychologiques de notre état de santé. Notre corps ou notre esprit nous envoie un signal, une notification d’une trop grande fatigue.

Les raisons en sont aussi diverses que variées (surmenage, stress…) et ne doivent pas être ignorées. La motivation personnelle peut parfois nous pousser à dépasser nos limites.

Avant de m’adonner à cette passion qu’est l’écriture, je n’étais pas des plus sérieux… J’avais du mal à me lever et une très faible envie de travailler. Maintenant c’est tout le contraire.

Je me jette sur mes productions dès le matin, rédige parfois jusque tard dans la soirée et quand je ne travaille pas, je pense à mes sujets. Cela m’amène parfois à me sentir exténué. C’est là que je réalise que je devrais aussi prendre soin de moi.

Le corps ne peut pas toujours suivre l’esprit. Il faut se respecter, se donner les moyens de vivre dans de bonnes conditions afin de conserver une efficacité maximum.

Les loisirs, les temps de pause, le repos… Autant de facteurs nécessaires pour apaiser notre psychologie.

Ne négligez pas votre santé.

Si vous commencez à trouver des excuses pour freiner votre rythme de travail, ou tout simplement limiter vos activités, interrogez-vous sur votre état de fatigue.

C’est peut-être votre inconscient qui tente de vous dire quelque chose !

4. Motivation personnelle et peurs inconscientes

L’explication de la formulation d’excuses qui limitent le dépassement de soi et la concentration sur nos objectifs personnels, ne réside pas toujours dans une simple envie de ne rien faire ou dans un manque de motivation personnelle.

En effet, nombreux sont les gens qui ont fixé des objectifs réalisables, concrets et porteurs de retombées, mais qui ont cette peur inconsciente de la réussite. Ils savent en effet que tout repose sur leurs épaules et qu’ils sont seuls face à leurs responsabilités.

La motivation personnelle est alors toujours présente, mais la pression peut faire son apparition, influençant alors la psychologie et la détermination. Les excuses qu’ils se donnent servent alors de « prévention », de matelas pour amortir une éventuelle chute.

Nous ne doutons jamais plus qu’au moment où le succès est à portée de main…

La motivation personnelle est influencée par notre environnement, nos valeurs et notre conception du monde qui nous entoure.

Pour en justifier l’absence (ou la diminution), on tend alors à trouver des justifications, des excuses, pour ne pas avoir à faire face à notre plus grande responsabilité : celle de nous prendre en main, de nous mettre un bon coup de pied aux fesses et d’atteindre le bonheur !

 

Source: Motivation Personnelle.com

mercredi, 11 novembre 2015

Réseauteurs, avez-vous déjà été confrontés à l'une de ces deux situations ?

 

6492167.jpg

 

Vous connaissez certainement cette situation. Vous parrainez des personnes et finalement c'est vous qui êtes beaucoup plus enthousiastes que vos nouveaux partenaires.

Ou bien cette autre situation dans laquelle vous parlez de votre opportunité et tout le monde vous fuit comme la peste.

Ce sont des situations très décourageantes !

Je pense que nous vivons tous cela plusieurs fois dans une carrière. Mais alors comment faire pour inverser la tendance ?

Et bien encore une fois, il s'agit de : COM-MU-NI-CA-TION !

Avant de parler d'opportunité d'affaires, de changer sa vie, de MLM, Marketing de Réseau, VDI ou autre...

Il faut savoir si une personne est pré-disposée à faire du MLM et si elle a envie de découvrir votre activité.

La plupart des MLMers font l'inverse... Il propose l'opportunité et après cherchent à savoir si ça peut l'intéresser... C'est la recette de l'échec.

Comment savoir si une personne est pré-disposée à faire du MLM ?

Il y a 2 choses à savoir sur votre contact :

Est-ce qu'il a du temps libre (ou peut-il en aménager) ?

Est-ce qu'il DESIRE plus d'argent ?

Si c'est positif, alors il est pré-disposé.

Il reste maintenant à savoir si votre contact veut découvrir votre solution.

Posez-lui  2 questions :

Qu'est-ce qui t'empêche aujourd'hui d'obtenir une augmentation de revenus ?

Ecoutez toutes ses objections puis posez la 2ème question :

Si tu avais une solution simple pour toi d'augmenter tes revenus, est-ce que tu serais curieux de la connaître ?

Et voilà ! Simple non ?

Si la personne vous répond : "Oui, c'est quoi ?"

Il suffit de l'inviter à une présentation d'affaire !

En faisant cela, vous évitez les gens curieux et si une personne s'engage, elle sait pourquoi et sera donc active.

A bientôt pour d'autres astuces, chers Réseauteurs !

 

Bien amicalement,

Lionel Cavallo

jeudi, 05 novembre 2015

Les capsules du Manager Dindé (15): Pourquoi la plupart des gens se disqualifient pour devenir riches

 

marketing de réseau,motivation,les capsules du manager dindé (15),pourquoi la plupart des gens se disqualifient pour devenir riche,force de travail médiocre,absence d'objectifs,manque de persévérance,jim rohn écrivain,coach en développement personnel et en motivation dans le monde

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, devenir une personne nantie ou riche respecte une logique implacable, à moins d’être béni(e) de DIEU, de recevoir cette grâce comme un don du Ciel, ou d'être un truand, un trafiquant, un dealer.

La plupart des gens font entorse à cette logique, et de fait, se mettent en porte-à-faux avec le processus qui doit les conduire à l’indépendance financière et à la prospérité.

D’abord, il faut savoir que la plupart des hommes et des femmes qui ont connu le succès et qui sont devenus des millionnaires ou des milliardaires ont tous un point en commun : ils sont généreux dans l’effort, ils travaillent dur chaque jour ; souvent très tard, la nuit, au moment où tous sont dans les bras de Morphée, ou très tôt le matin, avant que l’écrasante majorité des hommes ne soit réveillée, pour organiser, planifier, pousser la réflexion, anticiper, ou pour lire, écrire, se former, se projeter en avant, explorer de nouvelles perspectives.

Alors, on peut comprendre pourquoi la plupart des gens ne sont pas qualifiés pour devenir riches :

1) Ils ont une force de travail absolument médiocre

Si vous faites ce que font tous les hommes, sans rien faire de plus ou de significatif, vous ressemblerez à ce que sont la majorité des hommes. C’est-à-dire, pauvres ou vivant une vie peu épanouissante !

S’il vous est impossible de fournir plus d’efforts que le commun des mortels, il vous sera quasi impossible d’accéder à un statut social et un niveau de vie supérieurs à ceux de la moyenne des hommes.

Comme dit le motivateur Roméo Chouaké, si vous voulez connaître le succès, il faut « aimer la douleur et la sueur ». Ceux qui aiment le confort, le prélassement et le sommeil réussissent rarement. Sortez de votre zone de confort, si vous voulez réussir. Vous ne pouvez devenir riche et changer de vie sans fournir d’effort, sans peine. Ce n’est tout simplement pas possible !

Si vous voulez avoir des résultats extraordinaires, posez des actions extraordinaires car seules les actions extraordinaires produisent des résultats extraordinaires. Alors, qu’avez-vous fait de vraiment significatif, depuis ces dernières semaines, ces derniers mois ou années, dans votre business ?

Comme dit l’entrepreneur américain Jim Rohn, écrivain, coach en développement personnel et en motivation dans le monde des affaires : « Si vous n’êtes pas prêt à risquer l’inhabituel, vous vous assurez une vie médiocre ». Demeurez dans l’habituel et l’ordinaire et vous serez une personnalité éteinte, dit-on.

Ayez donc du talent ! Le talent, c’est faire ce que les autres n’osent pas, affirme un coach-motivateur. Si vous ne vous distinguez pas par votre travail et votre talent, vous resterez une personne classique, ordinaire, sans envergure et vous ne pourrez influencer ou impacter personne.

Tous les hommes et femmes ont besoin de référentiel, de modèle, de leader, de guide, quel que soit leurs domaines d’activité; soyez-en un, dans le vôtre: le Marketing de réseau !

BR038CM_Objectif_atteint-500x500.jpg

2) Ils n’ont pas d’objectifs clairement définis

Commencer dans les affaires sans objectifs, c’est aller en guerre sans cible. Dans ces conditions, vous êtes bien parti(e) pour errer et être proprement canardé(e). Canardé(e) par les pessimistes, les négatifs et les sceptiques, qui se feront le plaisir et le bonheur de vous saper le moral et de vous faire douter de votre capacité à réussir dans ce business de Marketing de réseau, si ce n’est de vous présenter l’entreprise dont vous êtes partenaire sous le pire jour. Ils ne se priveront pas de vous grignoter le mental et de vous affaisser psychologiquement.

Vos débuts en affaire doivent donc être bien vissés sur des objectifs clairs. Quel est votre but, en vous lançant en affaire ? Que voulez-vous précisément résoudre ou obtenir ? Quel changement doit-il s’opérer dans votre vie quand vous aurez atteint votre but ? Cela, vous devez le savoir dès les premières semaines de votre démarrage en affaire.

Malheureusement, bien des personnes se disqualifient pour connaître le succès et devenir riches, en étant en affaire sans objectifs. Pourquoi est-il si important d'avoir des objectifs ? Justement, parce que les objectifs (chiffrés et datés, au besoin) sont un puissant stimulant pour la marche triomphale, mais souvent pénible, vers le succès ! Quand vous savez ce que vous voulez, cela vous discipline et vous structure fortement. Quand vous avez des objectifs précis et clairs, vous les avez constamment sous les yeux, à l’esprit et dans le cœur. C’est une véritable source d’énergie nucléaire pour votre motivation !

3) Ils manquent totalement de persévérance

En dernier ressort, les gens ne sont pas qualifiés pour devenir riches parce qu’ils manquent de persévérance. Ils aiment la facilité et l'immédiateté du gain. La majorité des personnes n’est pas disposée à poursuivre un objectif sur une longue période, avec un entêtement absolu, jusqu’au bout, en en payant le prix dans leur chair, sur leur santé, sur leur famille, sur leur confort, et quelquefois, sur leur cercle d’amis ou de relations.

Si vous voulez atteindre vos objectifs les plus chers, il faut absolument consentir quelques sacrifices. Si vous voulez devenir une source de bénédictions pour les autres, acceptez d’en payer le prix. C’est votre succès qui leur sera profitable, pas votre échec. Alors, portez des œillères et foncez ! Si vous n’abandonnez JAMAIS, vous réussirez à coup sûr !

En Côte d’Ivoire, l’adage dit que « c’est une seule personne qui tue l’éléphant et qui fait manger tout le village ». En clair, c’est souvent une personne qui paye le prix de l’effort pour tous. Etes-vous prêt à payer le prix pour sortir définitivement votre famille de la misère ou de la précarité ? Pour parler comme chez nous, si personne ne veut aller en brousse se soumettre aux contraintes et aux dangers de la chasse, comment le village aura-t-il sa provision de viande ? C’est donc à vous de décider et de vous rendre utile.

Pour me résumer, qualifiez-vous pour connaître un grand succès et devenir riche : travaillez dur, ayez des objectifs clairs et soyez persévérant ! Ne lâchez pas prise, battez-vous, vendez très chère votre peau et offrez, au final, à ceux qui vous sont chers un avenir radieux et une vie épanouissante. Bien à tous !

 

DINDE Fernand AGBO

Réseauteur, Chef d'Entreprise et Manager chez Forever

Identifiant FLP N° 225 000 280 343

Cell. (225) 07 04 71 11

dindefernand2@yahoo.fr

 

Aimez ma page Affaire Facebook en cliquant sur:

Fernand Dindé - Blogueur d'Affaire, Coach