topblog Ivoire blogs

jeudi, 28 novembre 2013

Les médicaments causent «au moins 18.000 morts par an en France»: Optez pour le naturel!

 

LYCIUM PLUS.jpg


Aux Etats-Unis, comme je l'ai déjà écrit sur ce site, des études pointues ont montré que les réactions négatives aux médicaments (effets secondaires) constituent la troisième cause de décès au pays de l'Oncle Sam. C'est tout simplement hallucinant et scandaleux. On est censé nous soigner et on nous empoisonne. Impunément! En France, les médicaments causent "au moins 18.000 morts par an". Dans un parfait silence. N'attendez pas de vous embarquer dans des procès interminables en dédommagement, bien souvent perdus d'avance, vu la puissance des industries pharmaceutiques et de leurs conseils juridiques. Faites un virage à 180°; optez pour le naturel avec FOREVER. Visitez abondamment ce blog et laissez-vous convaincre par les bienfaits de produits naturels imbattables en qualité et en efficacité pour le renforcement, le maintien et la prise en charge de votre bien-être. Mettez votre santé en lieu sûr!


MEDIATOR.jpg


Les médicaments causent "au moins 18 000 morts par an en France"

 

Les effets secondaires des médicaments sont responsables d'au moins 18 000 décès chaque année en France, plus que les suicides et les accidents de la route réunis, a indiqué lundi 27 mai le docteur Bernard Bégaud, entendu comme témoin à Nanterre dans le procès du Mediator.

"Il y a chaque année 18 000 morts directement liés à la prise de médicaments. Parmi eux, beaucoup de cas sont inévitables, mais un tiers de ces décès correspondent à des prescriptions qui ne sont pas justifiées", a estimé à la barre le professeur, membre de la commission de pharmacovigilance de 1982 à 2000 et co-auteur d'une étude sur le sujet. Par comparaison, en 2012, 3 645 personnes ont été tuées sur les routes, selon les chiffres de la sécurité routière.

DES MÉDECINS MAL FORMÉS EN PHARMACOLOGIE

"La France est un pays qui depuis toujours surveille très mal l'usage des médicaments", a déploré M. Bégaud. Ainsi, le Mediator, à l'origine un antidiabétique, a été largement détourné comme coupe-faim et prescrit dans de nombreux cas à des patients qui souhaitaient uniquement perdre quelques kilos. Quelque 5 millions de personnes en auraient consommé avant qu'il ne soit retiré du marché en 2009, accusé de provoquer des hypertensions artérielles pulmonaires, une pathologie incurable, et des valvulopathies (dysfonctionnement des valves cardiaques).

Regarder notre chronologie Chronologie de l'affaire du Mediator

"Mourir pour un produit dont vous n'avez pas besoin est quelque chose de très grave", a souligné le professeur. Il a pointé du doigt la mauvaise formation des médecins en pharmacologie, la science des médicaments. "Les alertes sur les effets indésirables d'un médicament proviennent à 85 % des hôpitaux et seulement à 15 % des médecins libéraux", car ceux-ci sont mal formés en pharmacologie, a déploré M. Bégaud.

Le procès du Mediator, visant Jacques Servier, 91 ans, le fondateur du groupe, et quatre cadres de chez Servier et Biopharma, l'une des filiales des laboratoires Servier, devrait durer jusqu'au 14 juin. Les prévenus sont jugés pour "tromperie aggravée".

Lire nos explications Affaire du Mediator : le point si vous avez raté un épisode

 
 
Le Monde, le 27 mai 2013.


Source: LE MONDE.FR

Les commentaires sont fermés.